0 J'aime
Epingler

Saint-Valentin : 5 boutiques pour trouver un bijou

Put a ring on it

Pas question de vous mettre une pression supplémentaire sur les épaules, la société s'en occupe bien déjà assez. Toutefois, si jamais l'envie vous prend de vouloir offrir un objet chatoyant qui brille dans la nuit à votre cher(e) et tendre, on ne vous en empêchera pas. Une bague peut-être, ou pour les indécis du sentiment amoureux un grigri moins engageant : un collier, une broche ou carrément des boucles d'oreilles. Pour ceux qui oseraient sauter le pas et se lancer dans le cadeau en plaqué or, voici cinq adresses que l'on aime et que l'on conseille aux amoureux d'un jour ou de toujours. 

Dans le 9e • Eiden

L'histoire de Sonia, la propriétaire de ce joli magasin de bijoux, est de celles qui font sourire. A l'origine, cette jeune femme travaillait dans la finance et ne faisait que dessiner des modèles à ses heures perdues. Jusqu'au jour où elle s'est acheté quelques ustensiles pour fabriquer un bijou de ses propres mains. Une révélation : « Comme un premier jour de fête, une première nuit d’amour », s'émeut-elle sur son site web. En 2013, elle saute le pas et quitte carrément son job pour ouvrir une boutique-atelier. Eiden était née. Ici, tout se passe dans une seule grande pièce, lumineuse et très coquettement aménagée par la créatrice.

En savoir plus
9e arrondissement

Dans le 17e • French Touche

Après une dizaine d’années rue Jacquemont, c’est désormais dans la très chouette rue Legendre que l’on retrouve la boutique French Touche. Cette « galerie d’objets touchants » nichée au cœur des Batignolles n’en finit plus de nous faire de l’œil. Encore plus grande, encore plus belle, la nouvelle adresse a conservé intacte son identité poétique et originale. On y vient, comme avant, dénicher une broche brodée pour faire sensation (Macon & Lesquoy), s’offrir un joli foulard en soie Douka (130 €) ou se fendre d’un patch thermocollant X-Files signé Jennis Prints (10 €).

En savoir plus
17e arrondissement

Dans le 10e • Mimilamour

La chose est assez rare pour être soulignée : ce n’est pas tous les jours que l’on croise une marque de bijoux créée par un homme ! Derrière Mimilamour se cache ainsi Gérard Gourdon, créateur poétique, autrefois directeur de création à ELLE Asie. Un homme charmant qui s’inspire de ses voyages et du quotidien pour proposer des collections de bagues, colliers et joncs faits à Paris et qui respirent l’amour et la joie de vivre. Dans ce showroom décoré de miroirs géants et de rideaux brillants, les bijoux jouent sur tous les tableaux : à la fois très simples comme le jonc en laiton plaqué or à 99 € frappé d’un mot en hashtag (#saimer, #sépanouir) et plus excentriques (collier Captain corail en résine vert fluo, corde bleue et métal doré à l’or fin à 65 €).

En savoir plus
Canal Saint-Martin
Advertising

Dans le 1er • Paulie and me

Avant tout, Paulie and me, c'est une histoire. Celle de Lilia et Paul. Elle est parisienne, passionnée de mode, lui expatrié venu de New York. Ensemble, ils décident de monter leur « incubation store », une boutique-tremplin pour les jeunes créateurs. Paulie and me (surnom de Paul, donc) était née, une très belle surface où retrouver designers, joailliers, et autres stylistes. En vitrine, différentes collections de bijoux, de maroquinerie, de chaussures et vêtements s’exposent ainsi pour une durée de trois à six mois. On y retrouve des valeurs sûres telles que les parures avant-gardistes et géométriques en résine de Marion Godart, les bijoux bollychic de Bangle Up aux couleurs mordorées et chaudes, ou encore les châles arty en cachemire et modal de la Maison Passage.

En savoir plus
1er arrondissement

Dans le 14e • Hazar and co

Des murs immaculés au milieu desquels trois pétillantes trentenaires proposent toute l’étendue de leur fantaisie. Bienvenue chez Hazar and Co ! Cette boutique, c’est d’abord l’idée d’Anne-Cécile. La créatrice avait envie de partager son univers ethnique et poétique. Son créneau : bijoux et accessoires. Bagues, colliers, bracelets, serre-tête (et bien plus encore) qu’elle mélange savamment au cuir, au textile ou au papier. Tout cela côtoie les matières nobles et les coupes confortables de la griffe Ekicé, derrière laquelle se cache Cécile. Un style résolument tourné vers le Japon.

En savoir plus
14e arrondissement

Commentaires

0 comments