Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche

Le Discours

  • Théâtre
  • 4 sur 5 étoiles
  • Recommandé
Le Discours, de FabCaro - Avec Simon Astier
© Emilie Brouchon
Publicité

Time Out dit

4 sur 5 étoiles

Simple, efficace et réjouissant : le Discours de Fabcaro avec Simon Astier.

À 40 ans, alors qu’il essuie les larmes encore fraîches d’un énième chagrin d’amour, Adrien se voit confier la mission laborieuse de prononcer un discours au mariage de sa sœur. Une mission que l’on imagine d’autant plus périlleuse pour un homme souffrant déjà de grandes difficultés à rédiger un simple texto à son ex – et à encaisser l’absence de réponse de l’intéressée. Adapté du roman du même nom de Fabrice Caro (aka Fabcaro), Le Discours est une plongée dans les méandres tortueux et drolatiques de la pensée d’un antihéros ultra-contemporain. Pris en charge par Simon Astier (le chevalier Yvain dans Kaamelott), le monologue intérieur de ce quadra complètement largué a une efficacité de mème : on rit d’autant plus que les situations décrites sont aussi absurdes que relatable. Que ceux qui n’ont jamais tiré de conclusions aussi poussées que hasardeuses sur la ponctuation d’un texto lèvent la main !

Incarné à la perfection par un Simon Astier évoluant à la frontière entre dérision et dépression, le personnage croqué par Fabrice Caro semble avoir été créé pour le théâtre. Connu pour ses bandes dessinées cyniques et railleuses (lisez Zaï zaï zaï zaï ou Et si l’amour c’était aimer ?), dans lesquelles il flirte avec l’absurde pour mieux se frotter au réel, Fabcaro s’amuse de nos modes de vie contemporains avec une lucidité tranchante et désabusée. Adrien, le héros/loser du Discours, a beau avoir perdu ses illusions, il n’a pas tout à fait perdu espoir : si son ex n’a pas encore répondu à son message, c’est sûrement qu’elle a été victime d’un grave accident… A moins qu’elle n'ait perdu son chargeur ? Dans le déni, toutes les excuses sont bonnes, et on a presque envie d’y croire avec lui. 

Pendant 1h15, Simon Astier jongle habilement avec les trois intrigues qui correspondent à trois ambiances et espaces scéniques bien définis : la table bancale d’un repas de famille interminable, les WC de l’attente désespérée d’un texto qui n’arrive jamais et la salle de mariage enguirlandée dans laquelle il devra prononcer le redouté discours. Malgré quelques coupes et de légères modifications dans le texte original, l’adaptation reste très fidèle au roman. Ceux qui l’ont lu ne s’ennuieront pas pour autant : très bien rythmée, la pièce semble passer en un quart de temps, et dans la bouche de Simon Astier la saveur de certaines punchlines est comme rehaussée. Simple, efficace et réjouissant, c’est l’équivalent théâtral d’un bon gratin dauphinois, ou d’une tarte poire chocolat. 

Écrit par
Alix Leridon

Infos

Adresse
Prix
De 10 à 42 €
Heures d'ouverture
Du mercredi au samedi, à 19h.
Publicité
Vous aimerez aussi