2 J'aime
Epingler

Que voir au théâtre en mai ?

Tous les spectacles à voir à Paris en mai 2016

© Caroline Ablain

Le printemps d'achève sur une série de spectacles surprenants, politiques, poétiques et parfois uniquement destinés aux petits ! 

Le Vide - essai de cirque

Recommandé

Une fois n’est pas coutume, c’est par le jardin du théâtre que les spectateurs sont invités à entrer dans la salle. Une étroite file d’attente se tisse ainsi à la lueur de la lune entre les feuilles de bambou et les tables en fer blanc. Pour ‘Le Vide – Essai de cirque’, le Monfort a chamboulé son espace scénique en se délestant de quelques fauteuils et en installant le public autour du plateau et non plus en face. Une architecture essentielle pour profiter pleinement du caractère immersif et périlleux du ‘Vide’.

Jusqu'à Sam mai 21

Festival Spot #3

Avec le printemps, il n'y a pas que les arbres qui bourgeonnent, le Paris-Villette aussi. Festival détendu, Spot vient titiller le paysage théâtral parisien pour une troisième édition pleine de promesses et sur un sujet quasi universel : le sexe.  « Jeter l'intime sur la place publique. Ce que l'on dit, ce que l'on tait, ce que l'on montre, ce que l'on force, ce que l'on retient, ce qui échappe. C'est en regardant en face ses pulsions, ses fantasmes, ses tabous que l'on prend la température du monde. » Dans l'imaginaire de Céline Champinot, metteur en scène et artiste associée au festival, il n'est pas question de provoquer mais de « témoigner des frémissements ».

Par Elsa Pereira

Je suis Fassbinder

Pour l’auteur et homme de théâtre Falk Richter, le cinéaste Rainer Werner Fassbinder était une icône. Un artiste entier, une figure transgressive, qui en trente-sept ans a signé pas moins de quarante-deux films et une dizaine de pièces de théâtre. Cet auteur aux œuvres éminemment politiques est aujourd’hui au centre d’un travail collectif entre cinq comédiens (dont Emmanuelle Béart), Falk Richter et Stanislas Nordey. 'Je suis Fassbinder’ qui n’est pas sans rappeler le tristement célèbre « Je suis Charlie » gravite ainsi autour du cinéaste, sur sa manière radicale de présenter le monde. 

Jusqu'à Sam juin 4

Poetry

Recommandé

Comment la musique influence-t-elle le mouvement ? Qui du geste ou du son est apparu en premier ? Comment les notes se traduisent-elles en danse ? Voilà en somme les questions qui taraudent Maud Le Pladec, chorégraphe et danseuse formée chez Mathilde Monnier et vue dans l’excellent ‘Enfant’ de Charmatz. Après ‘Professor’, elle revient avec ‘Poetry’, un travail chorégraphique de cinquante minutes sur la partition musicale ‘Trash TV Trance’ de Fausto Romitelli. Sur scène, un duo de danseurs (Maud elle-même et Julien Gallée Ferré) accompagné du guitariste Tom Pauwels. Dans cette création avant tout performative, les riffs traversent les corps, les secouent, les dirigent et les cadencent… ou peut-être serait-ce le contraire ?

Jusqu'à Jeu juin 2

L'Après-midi d'un Fœhn

Il ne faut parfois pas grand-chose pour que la magie naisse. Un courant d’air, un sac plastique et voilà que la poésie opère et que l’histoire se raconte. Jongleuse hors pair et scénographe de génie, Phia Ménard a bien compris que le corps n’est pas forcément affaire de chair et d’os mais qu’il se joue ailleurs, dans les mystères de l’imagination. Au centre d’un espace circonscrit par des ventilateurs, le spectateur assiste alors à un ballet improbable de marionnettes surprenantes. 

Jusqu'à Mar juin 7

Bis Zum Tod

L’artiste suédois Markus Öhrn achève sa trilogie commencée avec ‘Conte d’amour’ (présenté en 2011) par une pièce tragique et nihiliste intitulée ‘Bis Zum Tod’. Après avoir mis le doigt sur l’inconscient des sociétés occidentales patriarcales dans le premier volet, et décrypté l’hégémonie post-coloniale dans le deuxième, le metteur en scène poursuit cette analyse sociétale dans ce troisième et dernier volet, où il s’intéresse particulièrement à la pensée psychorigide du clan familial, ainsi qu’à l’adhésion aux « valeurs » politiques néo-capitalistes.

Jusqu'à Sam mai 28

Figaro divorce

Recommandé

Les spectateurs du XXIe siècle n'auront sans doute pas de mal à imaginer la scène, ou en tout cas à la trouver familière. Dans une nuit noire où l'on ne distingue rien à moins de quelques centimètres, Figaro, sa femme et ses maîtres quittent leur pays pour l'exil. Une nuit de danger qui s'achève au poste de police des frontières. Nous sommes en 1936, en pleine montée du nazisme. A l’époque, on ne parle pas encore de migrants, pourtant ils partagent les mêmes craintes, les mêmes espoirs et souffrent des mêmes regards en biais. 

Jusqu'à Sam juin 11

Hansel et Gretel

Qui n'a jamais entendu parler d'Hansel et Gretel, l'un des contes les plus connus des frères Grimm ? Trois indices pour les oublieux : une forêt sombre, une maison en pain d'épices et une vieille sorcière. Voici donc le canevas à partir duquel la Compagnie La Cordonnerie, qui ne joue des classiques que pour mieux les déjouer, tisse son propre conte.A l'envers. La surprise sera grande pour les spectateurs non avertis. Hansel et Gretel, loin d'être de jeunes bambins, deviennent ici des personnes âgées, anciens magiciens à la retraite. Sans le sou, ils vivent sous le même toit que leur fils - qui enchaîne les boulots en intérim - et leur belle-fille. 

Jusqu'à Dim mai 29

A bien y réfléchir, et puisque vous soulevez la question, il faudra trouver un titre un peu plus percutant

Ce tout nouveau spectacle de la compagnie des 26000 Couverts est doté d’un titre tarabiscoté qui ne manque pas d’interpeller ses spectateurs : ‘A bien y réfléchir, et puisque vous soulevez la question, il faudra trouver un titre un peu plus percutant’ ou ‘La sortie de résidence’ – rien que ça ! Comme toujours chez les 26000 Couverts, nous assistons à une répétition publique, dans les coulisses d’un spectacle en cours de réalisation : le texte est en train de s’écrire, les costumes se préparent, le metteur en scène se ravise, les comédiens se débrouillent tant bien que mal – rien n’est abouti mais tout reste possible.

Jusqu'à Dim juin 12

Commentaires

0 comments