Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right 15 choses qui nous donnent quand même envie d’aller à Rock en Seine

15 choses qui nous donnent quand même envie d’aller à Rock en Seine

Advertising

Pour être honnête, au premier coup d’œil, cette affiche 2018 de Rock en Seine était bien loin de nous plaire. Loin de nous l’idée de critiquer le choix de PNL en tête d’affiche, presque logique au vue de la récente histoire d’ouverture du festival. Non, c’est davantage la cohérence artistique qui nous dérangeait. Comme si cette édition avait été construite à la va-vite, en empilant les noms au gré des refus des uns et des autres.

Heureusement, on s’est plongé dans les méandres de la prog, objectivement celle qui ne fait pas vendre de billets. Et comme tous les ans, à l'intérieur, on retrouve certains de nos groupes locaux favoris, des artistes qui expérimentent ou encore des légendes souterraines. Ce sont les raisons – entre d’autres bien plus drôles – qui nous donnent quand même envie d’aller à Rock en Seine. Florilèges.

1) Assister à l’annulation du concert de Liam Gallagher.

2) Prendre sa race par les Black Angels, sans qui le revival psychédélique actuel n’aurait sans doute jamais eu lieu.

3) Se délecter de la béatitude de la foule devant le set des Casual Gabberz.

4) En prendre pleins les yeux devant le dénudé concert des Fat White Family, nouveaux princes trépanés de la pop anglaise.

5) Prendre sa claque devant King Gizzard & The Lizard Wizard, l’un des meilleurs groupes du monde.

6) Pour revoir ses copains émos du lycée pendant le concert de Thirty Seconds to Mars.

7) Se fracturer la clavicule de plaisir devant le concert des énervés punk d’Idles.

8) Observer la pandémie d’AVC des vétérans de Rock en Seine devant le concert de PNL.

9) Participer au concert de Carpenter Brut, à l’allure de boom de lycée apocalyptique du début des années 1980.

10) Pour écouter Charlotte Gainsbourg, idéale bande-originale du syndrome dépressionnaire post-été.

11) Se déboucher les oreilles devant le punk shoegazé de Jessica93, LE groupe français du moment.

12) Prendre du LSD et se rendre compte que Yelle ne fait pas partie du trip mais bien de la programmation d’un festival en 2018.

13) Courir voir les Anglais d’Insecure Men, auteurs d’un Sgt Peppers à la sauce 2018.

14) Venir dès 15h30 le samedi pour profiter du psyché d’outre-tombe des Psychotic Monks.

15) Parce que payer sa bière 8 balles, ça n’a pas d’prix.

Share the story
À la une
    Advertising