• Actualités
  • Vivre en Ville

Découvrez le quartier de Paris La Défense en 24h

Découvrez le quartier de Paris La Défense en 24h

Des gratte-ciel comme s’il en pleuvait et pas un seul pot d’échappement à l’horizon. Simplement des piétons déambulant entre de monumentales sculptures, bien entourées de jardins et de fontaines. On se sent bien à Paris La Défense, ce territoire à cheval sur les communes de Courbevoie, Nanterre et Puteaux. Pourtant, rares sont les Parisiens qui s’y aventurent, si ce n’est pour des raisons professionnelles. Austère, ennuyeux... Un grand nombre d’étiquettes collent à la peau de ce quartier si particulier. Et si vous changiez d’avis ? A Time Out on a trouvé quelques raisons de vous réconcilier avec le plus grand quartier d’affaires d’Europe.

9h : prendre sa dose de vitamine C 

Faites une halte au food truck JH & CO sur le parvis de Paris La Défense et réveillez-vous avec un jus d'orange fraîchement pressé. Rayons de soleil et shoot de vitamine C : le combo idéal pour bien démarrer la journée.

 

© JH & CO

10h  : musée à ciel ouvert

Plus loin, à l’autre extrémité de la dalle, rendez vous au bassin Takis, une surface aquatique où voguent 49 feux multicolores. Restez sur l’Esplanade et laissez-vous guider par les Extatiques, un parcours artistique exceptionnel aux allures de labyrinthe qui vous en mettra plein les rétines (à partir du 5 juillet). Au menu : une dizaine d’artistes qui vous présenteront des œuvres plus surprenantes les unes que les autres comme le film sonore du collectif Soundwalk - façon originale de découvrir l’architecture et le parc de la Défense autrement - ou encore la nature réinventée de Vincent Lamouroux.

 

 

La nature selon l'artiste Vincent Lamouroux.
© Carlos Ayesta

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La balade commencera par le Banc Public de Lilian Bourgeat “aka” le maître des jeux d’échelle. Poursuivez la traversée artistique avec le portrait d’un personnage surdimensionné crée par le très en vogue artiste et designer indien Hanif Kureshi, sans oublier, juste à côté, les tournesols de Fanny Bouyagui, véritable hommage à Van Gogh.   

 

 

 

 

Le Banc Public de Lilian Bourgeat.
© Carlos Ayesta

 

 

 

 

 

12h : déjeuner alternatif puis digestion extatique

Direction ensuite l’Alternatif. Planté dans un parking sous-terrain de Paris La Défense, l’endroit n’est pas une friche comme les autres. Atelier, galerie, salle de concert, entre autres curiosités. Le spot parfait pour booster sa journée. Mais il est midi, faites d’abord escale au BokAlt - la cafet’ du lieu - avant de profiter de tout ce joyeux bordel. Un gaspacho puis une plâtrée de conchiglies version sud-américaine feront parfaitement l’affaire.

Tout près, rincez-vous l’œil une nouvelle fois avec le parcours des Extatiques où une production de l’artiste argentin Leandro Erlich. Quelque part entre architecture, sculpture et installation, son œuvre vous invite à marcher sur un fragment d’immeuble littéralement renversé. Entre réalité et perception, la réalité n’aura jamais été aussi mince.

 

Au-delà du réel avec l'œuvre de l’artiste argentin Leandro Erich.
© Carlos Ayesta

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13h30 : shopping à grande échelle

Pour vous remettre les idées en place, rien de mieux qu’un peu de shopping. Les Quatre Temps et leurs 130 000 m2 de galeries marchandes – ce qui en fait le plus grand centre commercial d’Europe – devraient vous permettre de remettre les pieds sur terre.

© Karim Merikhi

14h30 : L’heure de la pause

Après l'agitation d’un centre commercial, rien de mieux qu’une pause végétale. Empruntez la rue de Strasbourg, direction le Parc Diderot, un havre de paix où l’on oublie vite les immeubles autour et où l’on se laisse – allongé dans l’herbe, une brindille entre les dents – bercer par les chutes d’eau de la cascade.  

 

© Dick Verwoerd

15h30 : au bon souvenir de l'Inde

Rejoignez maintenant le boulevard Saint-Denis et pénétrez dans le parc de Bécon pour une escapade au Pavillon des Indes Britanniques. Ce palais majestueux fut à l’origine commandé par le Prince de Galles pour représenter les Indes britanniques à l’exposition universelle de 1878. Il devint plus tard la propriété de Georges Achille-Fould, artiste et fille adoptive du Prince Stirbey qui le transformera en atelier-villa. Le pavillon, qui se visite uniquement sur réservation, abrite une exposition permanente qui raconte l’histoire des lieux.

© Karim Merikhi

 

Restez du côté de l'Inde en rejoignant une nouvelle fois le parcours des Extatiques. Vous serez surpris par l'œuvre monumentale du designer Hanif Kureshi.
© Carlos Ayesta

 

 

 

 

 

 

 

 

16h30 : l’échappée belle

Requinqué par une sieste salvatrice, faites une halte à l’escape game Team-Break, histoire de reconnecter vos neurones. En moins de soixante minutes, vous devrez la jouer comme les frères Scofield pour vous évader de prison, infiltrer un château où un mage maléfique vous attend ou encore éviter une invasion extraterrestre.

 

 

Pas la peine de vous tatouer les plans de la prison sur tout le corps.
© Team-Break

 

 

 

 

 

 

18h : le bonheur est dans la friche

Vous avez le cerveau en surchauffe et on vous comprend. Le moment idoine pour débarquer à Vive Les Groues. Buvette, grand barbecue, atelier de jardinage, sports et jeux d'extérieurs sans oublier le banya - genre de sauna russe. Bref, la détente assurée. On parle en plus de l’installation d’une piscine géante pour cet été. Vous avez dit chill absolu ?

 

© Tina Meyer

 

20h : jouissance musicale

Si pour beaucoup Paris La Défense rime avec finance, c'est bien entre les tours du quartier d'affaires parisien que se déroule le meilleur festival gratuit de jazz (& Cie) de la capitale. Si vous n'avez pas pu y assister, qu'à cela ne tienne, vous avez aussi la Paris La Défense Arena ou les afterworks de l'été Paris La Défense. De la samba à la batucada, il y'en aura pour tous les tympans!

 

© Paris La Défense Arena

 

21h : l’art puis l’arche, avant le crépuscule

On revient sur le parvis - ou plutôt sous - pour rejoindre une dernière fois le parcours artistiques des Extatiques. Cette fois, c’est Pablo Valbuena (l'artiste, pas le footballeur) qui troublera vos sens. Toutes les 30 minutes, une œuvre totalement immersive installée dans la salle des colonnes jouera avec lumières et sons pour dissolver les frontières entre réalité et perception, présence et absence. Un aller simple pour la 4e dimension.

© Pablo Valbuena

Sans doute encore perturbé par cette expérience qui flirte allégrement avec l'irrationnel vous voilà de retour sur le parvis. La Grande Arche trône devant vous, il est alors temps de profiter d’un magnifique coucher de soleil ou pour les noctambules, grimpez au 19e étage de l’hôtel Mélia pour rejoindre le rooftop du Skyline. Un bar qui en plus de vous proposer de bons cocktails offre une vue époustouflante sur la capitale. 

© Mélia Hôtel

 

Advertising
Advertising

Commentaires

0 comments