Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
Pavillon Suisse
Pavillon Suisse

Balade architecturale et tour du monde en 7 bâtiments à la Cité U

À la Cité universitaire de Paris, une expo d’archi en plein air gratuite vous attend avec des œuvres du Corbusier et de Charlotte Perriand.

Zoé Terouinard
Écrit par
Zoé Terouinard
Publicité

Les dingos du premier art le savent : à la Cité universitaire de Paris se cache une exposition d’architecture en plein air 100 % gratuite. Ouvrages du Corbusier ou de Charlotte Perriand, bijoux de l’architecture mauresque ou hellénique, jardins à l’anglaise ou à la française… Ces bâtiments accueillent les étudiants du monde entier et les amateurs de belle facture depuis 1925. Voici un petit tour du monde en 7 maisons pour le prix d’un ticket de métro.

Pour découvrir nos balades architecturales dans le Paris brutaliste, c'est par ici que ça se passe.

Balade architecturale et tour du monde en 7 bâtiments à la Cité U

La Maison du Maroc

Inaugurée en 1953 à l’initiative du roi Mohammed V, la Maison du Maroc, en plein cœur de la Cité universitaire, n’a à l’origine pas grand-chose de marocain. Sa façade lisse, typique des années 1950, n’est pas la plus originale, avec son esthétique dépouillée et ses fenêtres carrées rigoureusement espacées. Heureusement, une première rénovation signée André Paccard, alors directeur des bureaux techniques du palais royal au Maroc, insuffle un vent d’inspiration maghrébine grâce à l’ajout d’une porte monumentale, d’un perron en zelliges, d’un sublime patio andalou ou encore d’un salon marocain. 

Où ? 1 boulevard Jourdan, Paris 14e.

La Maison du Brésil

D’abord confié à l’autre grand nom de l’archi brésilienne, Lucio Costa, le projet de la Maison du Brésil a été réalisé en 1958 par Le Corbusier, qui connaît bien la Cité U puisqu’il en a déjà conçu le Pavillon suisse. L’histoire raconte que Costa, trop occupé par son faramineux projet sur la ville de Brasília (dont il est urbaniste en chef à la fin des années 50), a demandé à son ami Le Corbusier de mettre en œuvre ses plans initiaux pour la Maison du Brésil. Mais Le Corbusier, un poil têtu, préfère tout refaire à sa sauce et conçoit un ensemble plus-brutaliste-tu-meurs, qu’il rehausse de couleurs au fil des loggias. Un peu comme son autre chef-d’œuvre, la Cité radieuse, que les Marseillais ont joliment renommée “la maison du fada”. Un parti pris tellement éloigné de l’idée de Costa que ce dernier refusera la paternité de la résidence. L’histoire ne dit pas si leur amitié y a résisté.

Où ? 7 L boulevard Jourdan, Paris 14e.

Publicité

Pavillon Habib Bourguiba

A la manière de la Tour et du Boulevard Paris 13, Mehdi Ben Cheikh, le taulier de la galerie Itinerrance, a fait les choses en très grand en conviant deux artistes tunisiens à habiller entièrement la façade du Pavillon Habib Bourguiba. Pour un résultat de toute beauté. L'œuvre représente un enchevêtrement de lettres arabes en aluminium dessinées par l'artiste Shoof et mises en perspective par le designer Wissem Soussi. Vous pourrez l'admirer directement depuis le périphérique, de l'autre côté de la Cité U, pour une petite pause arty au milieu des pots d'échappement. 

Où ? 45 boulevard Jourdan, Paris 14e.

Le Pavillon suisse

Qui de mieux pour célébrer la Suisse que le plus helvétique des archis ? Confiée au Corbusier et à son acolyte Pierre Jeanneret en 1930, l’élaboration du Pavillon suisse marque un tournant dans l’architecture vernaculaire alors en place à la Cité U – nos voisins transjurassiens ne souhaitant pas réaliser un chalet traditionnel pour accueillir leurs étudiants. Premier édifice à afficher une identité profondément moderne, l’ensemble détonne parmi les bâtiments plus folklo déjà présents. Malgré un programme tout à fait classique (42 chambres, un réfectoire et des structures pour le personnel), le pavillon se démarque par un usage du béton armé assumé, des façades vitrées et son mobilier fonctionnel et design signé Charlotte Perriand. Exemple parfait de la conception de l’habitat collectif selon Le Corbusier, la maison helvétique coche toutes les cases des “cinq points de l’architecture moderne” du maître : la structure est montée sur pilotis, dotée d’un toit-terrasse, respecte un plan libre, et sa façade, également libre, est percée des fenêtres en bandeau. Et pour les mordus du Corbu, sachez qu’il est possible de visiter un appartement témoin du pavillon.

Où ? 7 L boulevard Jourdan, 75014 Paris

Publicité

La Maison du Mexique

Imaginée par l’architecte mexicain Jorge L.Medellin et inaugurée en 1953, la Maison du Mexique met à l’honneur la culture du pays d’Amérique centrale sans jamais tomber dans la caricature. Éminemment moderne, le bâtiment à l’entrée surmontée d’un auvent en porte-à-faux se compose de deux blocs de béton minimalistes (l’un destiné – à l’origine – aux étudiantes, l’autre aux étudiants) séparés par un patio et reliés par un volume administratif au rez-de-chaussée. La présence d’une fresque maya et l’intérieur coloré visible depuis le patio viennent rappeler l’architecture et l’histoire du pays, de ses origines mésoaméricaines aux grands ouvrages emblématiques de Luis Barragán. Un savant mélange de modernité et de tradition que l’on retrouve dans le mobilier signé Charlotte Perriand et Jean Prouvé, et notamment dans la bibliothèque “Mexique”, devenue l’un des mobiliers les plus iconiques de la designer française.

Où ? 9 C boulevard Jourdan, 75014 Paris

Fondation hellénique

Bon plan pour ceux qui n’ont pas réussi à choper des billets pour Athènes cet été ! La Fondation hellénique, conçue par Nikolaos Zahos, rend un hommage vibrant à la Grèce avec cet édifice en forme de best of de l’architecture antique : des dimensions similaires à celles du temple d’Héra à Olympie ; un fronton triangulaire et des colonnes ioniques (7 mètres de haut quand même) renvoyant au portique nord de l’Érechthéion sur l’Acropole ; une frise de graffites bleue et or aux noms des grands hommes de l’Antiquité ; un sol pavé de mosaïques représentant un phénix… Tout y est ! Mais en véritable homme de son temps, Zahos s’est appuyé sur des techniques de construction moderne (en faisant notamment le choix d’une ossature en béton) et agrémente l’ensemble de touches Art déco, comme les jardinières ornant le perron et les motifs floraux dorés de certains décors muraux.

Où ? 47 B boulevard Jourdan, 75014 Paris

Publicité

Maison des étudiants suédois

Avant même IKEA, les Suédois avaient déjà le goût de l’ergonomie ! Plus petite maison de la Cité U, la Maison des étudiants suédois, inaugurée en 1931 et érigée par les architectes Peder Clason et Germain Debré, est un charmant manoir du XVIIIe siècle typique des campagnes suédoises, avec façade élégante aux grandes portes-fenêtres cernées de volets bleus, haute toiture percée d'œils-de-bœuf et de lucarnes, rambardes en fer forgé et portes XXL en érable… L’ensemble de 41 logements est un vrai bijou de l’architecture aristocratique nordique ! A l’intérieur, comme on pouvait s’y attendre, le mobilier scandinave claque : tableau de Jerk Werkmäster au rez-de-chaussée, chaises en bouleau, tables en érable venues directement du Grand Nord… Le pays du design tient son rang ! 

Où ? 7 F boulevard Jourdan, 75014 Paris

Recommandé
    Vous aimerez aussi
    Vous aimerez aussi
    Publicité