Rothko-Hartung, une amitié multiforme

Art, Art contemporain
Mark Rothko
Mark Rothko, N° 14 (Browns over Dark), 1963, Huile et acrylique sur toile, 228,5 x 176 cm Centre Pompidou, Paris, Musée national d'art moderne - Centre de création industrielle. Achat de l'Etat, 1968. Attribution, 1976 © Kate Rothko Prizel & Christopher Rothko/ ADAGP, Paris 2021 Photo © Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / image Centre Pompidou, MNAM-CCI Hans Hartung, T1963-R37, 1963, Vinylic paint on canvas, 180 x 142 cm / 70 7/8 x 55 7/8 in. © Hans Hartung / ADAGP, Paris 2021. Courtesy Fondation Hartung - Bergman et Perrotin

Time Out dit

Chez Perrotin, la rentrée parisienne sera Hartung ou ne sera pas. En même temps que le focus sur ses audacieuses années 1980 programmé rue de Turenne, Hans Hartung sera également à l'honneur, côté impasse Saint-Claude, d'un inédit duel au sommet de l'art abstrait. Son partenaire de jeu ? L'américain Mark Rothko. Oui oui, Hartung Rothko !

Mais bien au-delà de la belle affiche sur le papier, cette rétrospective est surtout là pour éclairer une admiration réciproque et une véritable connexion artistique. Les deux loustics se sont rencontrés pour la première fois en 1950 et se sont échangés quelques tips, le genre à infuser pendant des années dans l'esprit d'Hartung avant de s'exprimer sur ses toiles des années 1960. Période qui sera par ailleurs le cœur de l'expo. Question pièces de choix : un tableau jamais montré d'Hartung, des photos de rencontre et, annoncé tel un sociétaire de la Comédie-Française dans un film français, le tableau Browns over Dark de Rothko, "que le musée national d’art moderne-Centre Pompidou prête de façon tout à fait exceptionnelle."

 

Infos

Vous aimerez aussi