3 J'aime
Epingler

Street Art Paris

Des parcours aux actus street-art de la capitale : notre guide pour profiter du street art à Paris. Avec une bonne dose de couleurs dedans !

© Flickr/JeanneMenjoulet&Cie
Masque, mur, street art ThyM'arengo, rue Henri Noguères, Paris 19e

"Errer est humain, flâner est parisien", disait le grand Victor Hugo. Et pour cause : à Paris, au détour de presque chaque ruelle, se dissimulent ou s'affichent sans complexe des oeuvres d'art impromptues. De l'an(art)chie esthétique, du chaos merveilleux qui vient secouer, de ses teintes et graphismes chamarrés, notre grise langueur urbaine. Graffitis muraux de Basquiat, pochoirs de Miss.Tic ou Jef Aérosol, tags métropolitains anonymes, virus pixelisés libérés par Invader ou stickers clandestins collés sur les panneaux de circulation par Clet Abraham : on appelle cela du street art, bien qu'on préfère l'admirer plutôt que le nommer. 

Bref, du street art, Paris en regorge. Et pas seulement en extérieur puisque certains bars et restaurants l'ont adopté dans leur déco, tandis que plusieurs galeries de Paname en ont fait leur spécialité. Alors, pour s'imprégner gratuitement d'"urban culture" au cours d'une balade ou profiter assis, pénard, de cet art caractérisé par l'éphémérité qui fait pourtant la beauté des parois de la ville depuis les années 1960, c'est par ici !

Promenades street art à Paris

Parcours street art à Ourcq
Art

Parcours street art à Ourcq

Lorsqu'il fait beau, laissez-vous guider sur les bords du Canal de l'Ourcq pour une traversée street arty sous les bombes... de peintures.

Parcours street art à Ménilmontant
Art

Parcours street art à Ménilmontant

Jolie randonnée photographique sur les hauteurs de Ménilmontant. Voilà qui vous garantit de passer du bon temps !

Parcours street art rue Dénoyez
Art

Parcours street art rue Dénoyez

Haut lieu du street art à Paris, cette ruelle pavée a lontemps abrité des ateliers et des galeries d'art. Mais sa spécificité esthétique a récemment été mise en péril par la Mairie.

Parcours street art à la Butte-aux-Cailles
Art

Parcours street art à la Butte-aux-Cailles

Pour prendre un bon bol d’art au détour des ruelles du 13e.

Concours : les plus beaux lieux de street art à Paris

Nos lieux préférés d'art urbain
Le blog

Nos lieux préférés d'art urbain

Votre quartier est-il au palmarès ?

Toute l'actu du street art à Paris

Rencontre avec le street artiste Astro, hyperactif de l'aérosol
Le blog

Rencontre avec le street artiste Astro, hyperactif de l'aérosol

Du 23 février au 19 mars, Astro présentera son premier solo show à la galerie du Loft du 34. Pour l’occasion, l’artiste a accepté de répondre à nos (nombreuses) questions. C’est au milieu des toiles en cours d’accrochage, soigneusement emmaillotées dans du papier bulle par leur « papa » Astro, que l’on a retrouvé ce dernier. Après avoir parcouru le monde entier – ornant, à chacune de ses escales, les façades de compositions sinueuses et d’illusions d’optique –, après avoir réalisé l’un des onze murs parisiens attribués par la mairie à une poignée de street artistes – aux côtés de Zenoy, Hopare et dAcRuZ notamment –, et après une exposition collective au Loft du 34 cet automne intitulée ‘Home Staging’, cet hyperactif de l’aérosol inaugure enfin sa première exposition personnelle. Une consécration qui n’entame cependant pas l’humilité de ce prolifique autodidacte, membre du très influent crew CBS de Los Angeles.     Astro sur l'une de ses fresques gigantesques à Aurillac.               Comment es-tu tombé dans la marmite du street art ? A vrai dire, je suis plutôt tombé dans la marmite du graffiti avant de tomber dans celle du street art. Je faisais du tag et du vandale à la base. Ca a commencé en 2000, j’avais 17 ans et j’étais avec un ami en vacances. Lui taguait déjà, il m’a tendu un spray pour essayer et depuis ce jour-là je n’ai jamais lâché l’affaire. Et quelles étaient tes premières œuvres ?  Comme à peu près tous ceux qui commencent le graffiti et le

Le M.U.R Oberkampf s’exporte à Orléans
Le blog

Le M.U.R Oberkampf s’exporte à Orléans

La famille des MURS s’agrandit. Samedi 21 janvier, c’est à 130 km de Paris qu’a été baptisé le dernier-né de la fratrie. Mêmes dimensions, ou presque (3 x 8 mètres pour Oberkampf, 2,50 x 9 mètres pour Orléans), même ambition (promouvoir l’art urbain dans l’espace public) et même succès : pas de doute, le M.U.R Orléans est le digne petit frère de notre bien-aimé M.U.R Oberkampf. Vous savez, ce fameux pan de béton nu du 11e, accolé au Café Place Verte, qui a accueilli les élucubrations créatives de plus de 220 street painters (dont Kashink, Obey, Jef Aérosol ou encore Jérôme Mesnager) depuis son inauguration en 2007, à l’initiative des artistes Thom Thom et Jean Faucheur. Les Carmes ont maintenant du charme Après Paris 11, Paris 13, Arromanches, Bordeaux, Cherbourg, Epinal, Marseille, Mulhouse, Nancy, Pérols, Strasbourg, Saint-Etienne, Toulon, Tours, et Bruxelles en Belgique, c'était donc au tour d'Orléans, ville hautement impliquée dans l'éveil culturel de ses habitants, de dévoiler son M.U.R, samedi 21 janvier. Et ils étaient nombreux les curieux, ce jour-là, à avoir osé braver le froid pour voir le jeune et talentueux graffeur Victorien Liria, alias MAYE, réaliser la première fresque éphémère. Par -7 degrés, gants aux mains, bonnet sur la tête et petites chaufferettes sous les pieds, le Montpelliérain de 26 ans, autodidacte et déjà exposé à la galerie parisienne Itinerrance, a ainsi magnifié, de son style tout particulier, le côté du Cinéma Les Carmes.     Entre épou

La Manufacture 111 déménage et quitte le 20e
Le blog

La Manufacture 111 déménage et quitte le 20e

Moins de deux ans après son retour dans le 20e, le centre de créations urbaines parisien baisse le rideau et quitte son QG du boulevard Davout. L’aventure fut courte mais intense. Originellement éphémère, La Manufacture 111 s’était durablement implantée aux alentours de la porte de Vincennes en juillet 2015. Pour longtemps, pensait-on. Eh bien finalement, ce sera un peu moins que cela puisque ce centre culturel hybride, axé sur la création urbaine, ferme déjà ses portes. Une situation géographique excentrée et un loyer excessif ont eu raison des beaux et ambitieux projets de Guy Weladji et son équipe. Heureusement, ce n’est pas un adieu, juste un au revoir ! La Manufacture 111 devrait en effet ré-ouvrir dès cet été, dans un lieu plus central de la capitale. Une inauguration qui sera célébrée avec une incroyable exposition collective, comme la Manufacture a su si souvent nous en concocter.  The shows must go on ! En attendant cette renaissance estivale, les fidèles de la M111 pourront toujours retrouver la programmation éclectique et l’esprit dynamique des lieux lors d’événements hors les murs. De la Battle KlassiK de danse hip hop à Cergy le 26 février au concert de Prodigy (Mobb Deep) + Smif N Wessun au Cabaret Sauvage le 31 mars, en passant la seconde édition du festival Neo Soul Experience en mai, les amoureux de cultures urbaines ne seront pas démunis. Alors on sèche ses larmes, on calme ses inquiétudes et on arrête de pester contre ce début d’année synonyme d’hécato

On a visité l'atelier de... C215, street artiste respecté
Le blog

On a visité l'atelier de... C215, street artiste respecté

Alors que l'artiste fait l'objet d'une exposition rétrospective à Vitry, son fief, jusqu’au 26 février, C215 nous a ouvert les portes de son atelier. Vous avez forcément déjà entendu son nom, ou aperçu ses œuvres dans les rues. Christian Guémy, pochoiriste respecté et street artiste confirmé, habille les murs de Paris et d’ailleurs depuis les années 2000. Repéré par le mystérieux mais non moins célèbre Banksy, C215 est aujourd’hui une figure de proue du genre, prisée par les collectionneurs et les galeries. Levez les yeux : que ce soit ses portraits de personnalités (Christiane Taubira, Carrie Fisher, Robin Williams), d'anonymes aux visages poignants ou de chats, les pochoirs de C215 sont partout et font désormais partie du paysage urbain.      Des pochoirs et des bombes : bienvenue dans l’atelier de C215 !© Anna Maréchal   « 90 % de mon travail, c’est du découpage... » Des pochoirs, il y en partout dans le deuxième atelier de C215, à Ivry cette fois, où ce grand voyageur a posé ses valises en 2013. Ces patrons, il les confectionne lui-même, à partir du tracé de ses dessins, en découpant méticuleusement ses sujets dans du papier cartonné selon des jeux de couleurs et de lumière dont il a le secret. Par conséquent « 90 % de mon travail, c'est du découpage... Mais c’est ce que je préfère ! », ajoute-t-il, rieur, devant notre air étonné. « Ca me détend, je suis serein et concentré, seul, au calme chez moi. Ce sont des moments qui m’appartiennent, et qui me permettent

Toutes les nuits, un street artiste projette de l’amour sur les murs de Paris
Le blog

Toutes les nuits, un street artiste projette de l’amour sur les murs de Paris

Du street art + des bisous nocturnes + des lieux emblématiques de la capitale = un succès assuré Paris, ville de l’amour, épicentre du french kiss et du romantisme. Quoi de plus normal, donc, que le street artiste français Julien Nonnon ait choisi Paris pour sa dernière création digitale, intitulée 'Le Baiser'. Inspiré par une phrase de l’auteur Alfred de Musset (« Le seul vrai langage au monde est un baiser. »), il nous a concocté une gigantesque projection animée de couples en train de s’embrasser sur plusieurs murs de la capitale, du Louvre aux abords du Centre Pompidou en passant par le terrain de basket Playground Duperré à Pigalle. L’Amour au grand jour (mais de nuit) Julien Nonnon, ce nom vous dit peut-être quelque chose, et pour cause : l’artiste a déjà fait parler de lui en 2015 avec son Safari Urbain. Adepte des installations cinétiques et autres vidéo-mappings, il projetait alors des hybrides hommes-animaux sur les façades des immeubles pour rappeler que la ville et la jungle se confondent souvent. Aujourd’hui, et depuis la Nuit Blanche du 1er octobre 2016, Julien Nonnon préfère mettre en avant l’amour, celui avec un grand « A ». Et ce dans la beauté de sa diversité. Au détour d’une déambulation nocturne dans les rues de Paris, les badauds curieux qui lèveront la tête pourront ainsi croiser des couples de tout âge et de tout sexe, amis ou amants, métisses ou lesbiens, jeunes ou vieux, homosexuels et même à trois, portant leur bébé dans les bras. Car l’amour se

Le street art engagé contre Donald Trump
Le blog

Le street art engagé contre Donald Trump

Alors que les Etats-Unis doivent élire leur nouveau président ce mardi 8 novembre, des artistes français s’engagent et mettent les murs de Paris aux couleurs américaines. Reprenant l’esthétique des slogans de campagne, des affiches politiques interpellent les passants avec un jeu de mot pertinent : « Non mais ils vont sérieusement se Trumper à ce point ??? » Les street artistes français, au même titre que des acteurs ou personnalités influentes aux Etats-Unis, appellent au vote contre le candidat républicain Donald Trump. Réalisées par l’artiste français EZK (Eric Ze King, auteur de pochoirs engagés contre la pauvreté et les inégalités sociales), ces affiches montrent à quel point ces élections - au comble de la tension à quelques heures du scrutin - auront des répercussions internationales. Et pour couronner cette démarche déjà audacieuse, le street artiste habitué des murs de Montmartre ou de la Butte-aux-Cailles s’est fait aider de deux acolytes de choix : l’acteur américain Shawn Pyfrom (oui, Andrew, le fils de Bree Van de Kamp dans ‘Desperate Housewives’) et le street artiste Gregos qui a agrémenté certaines affiches de ses fameuses têtes moulées aux motifs du stars and stripes. Les trois compères ont dévoilé des clichés d’eux en train de coller les dites affiches orientées en faveur de la candidate démocrate Hillary Clinton dans divers quartiers de Paris.     Selfie for a quick collaboration and great art night with my friends @shawn_pyfrom and @gregosart. Than

Ouverture imminente d’un musée du street-art à Paris
Le blog

Ouverture imminente d’un musée du street-art à Paris

Le premier musée du street-art de France débarque le 1er octobre à Paris, au sein de l'école 42. Fresques immenses, messages symboliques, murs d’expression ou expositions, le street-art fait désormais partie du décor urbain et de l’identité de Paris. A partir du 1er octobre, à l’occasion de la Nuit Blanche 2016, c’est cette fois en intérieur, et plus particulièrement entre les murs de l’école d’informatique 42, que le street-art va s’installer, faisant naître un musée insolite et informel. Un musée du street-art dans une école d’informatique ? On ne l’aura pas vu venir. Mais l’innovation inattendue, voilà exactement le parti-pris du directeur de l’école 42 Xavier Niel (fondateur de Free et copropriétaire du groupe Le Monde, entre autres) et de Nicolas Laugero Lasserre (créateur de l’association Artistik Rezo, directeur de l’école ICART et spécialiste de l’art urbain). C’est d’ailleurs un peu ça, le street-art : surgir là où ne l’attend pas, surprendre, intriguer, venir à la rencontre de nos yeux. Un espace hybride et ouvert à tous Pour ce passage de la transgression des murs de la rue au cadre normé des murs d’un musée, ce sont plus de 150 œuvres de street-art qui seront rassemblées en ce premier lieu dédié en France et accessible à tous gratuitement, dans les règles de l’art de rue. La majorité des œuvres exposées provient de la collection personnelle de Nicolas Laugero Lasserre, certaines de ces pièces ornant déjà les murs de l’école de façon permanente. D’autres seront

Home Staging au Loft du 34
Art

Home Staging au Loft du 34

1 appartement + 8 artistes + 8 univers = un gros coup de cœur ! Vous n’avez JAMAIS vu ça à Paris. Huit artistes de la scène street-art, aux univers et aux médiums différents, réunis dans un appartement à l’abandon et chargés de le redécorer à leur façon. Un peu comme des Valérie Damidot de la bombe et du pinceau, mais plus créatifs. Car, dans ce petit deux-pièces du 6e arrondissement, trois étages au-dessus de la galerie le Loft du 34, le collectif s’en est donné à cœur joie pendant plus de deux mois. Investissant le moindre recoin, faisant sortir leurs installations de la cheminée et dessinant des fresques du sol au plafond comme des enfants à l’imagination débordant tellement qu’elle éclabousse les murs, les graffeurs Astro, dAcRuZ, Maite Sant, Marko 93, Xare, Shaka, Katre et le photographe Nicolas Giquel transforment les lieux en tableau vivant. « Quel bordel », plaisante d’ailleurs Marko 93 à l’adresse de KATRE, devant sa création, amas de barres de fer et de gravas. Oui, mais quel beau bordel ! Mieux : une abstraction en forme d’habitation à visiter d’urgence, en plus de l’exposition parallèle en bas, au Loft du 34, qui présente deux toiles supplémentaires réalisées par les artistes participant à ce ‘Home Staging’. Bref, un beau projet qu’on est ravi de voir enfin sortir des cartons. Lui qui dépoussière le genre en trouvant un amusant compromis entre la rue et la galerie : l’appartement ! Quoi ? Home Staging au Loft du 34Où ? Au 34 rue du Dragon, Paris 6eQuand ? Du 1e

Afficher plus

Les lieux où le street art (in)door

Le Palais de Tokyo
Musées

Le Palais de Tokyo

Depuis 2012, l'antre de l'art contemporain invite le street-art dans ses souterrains pour le Lasco Project. 

Votre avis
  • 5 sur 5 étoiles
Loft du 34
Art

Loft du 34

Le Loft du 34, c'est la mort des "white cubes". Et tant mieux !

Time Out dit
  • 5 sur 5 étoiles
La Manufacture 111 
Le blog

La Manufacture 111 

Centre multiculturel, la Manufacture 111 a pour objectif d'initier les Parisiens à la culture urbaine.

Galerie Wallworks
Art

Galerie Wallworks

Graffiti, peinture à la bombe, pochoir, tag, drip painting... Le street art s'expose sous toutes ses formes.

Les Frigos
Art

Les Frigos

Cet immense bloc de béton est une résidence d'artistes aux allures de Frankenstein culturel.

Ground Effect
Le blog

Ground Effect

Lové dans des caves réaménagées, ce lieu ouvert au public depuis juillet 2016 accueille des œuvres d’art dites « urbaines ».

Galerie Art Jingle
Art

Galerie Art Jingle

Jérôme Mesnager, Miss.Tic, Mosko, Chamizo, NEBAY : ce n'est pas une galerie, c'est une caverne d'Ali Baba du street art.

Galerie 42b
Art

Galerie 42b

Avant de s'établir durablement au numéro 1 de la rue Notre-Dame-de-Nazareth en septembre 2016, la 42b était une galerie nomade. Fondée en octobre 2013 par Catherine Mikolajczak, elle est, du propre aveu de cette pétillante amatrice d'art, à son image. C'est-à-dire « excentrique en apparence mais très cadrée à l'intérieur ».  Dans cette galerie au concept précurseur et aux allures de loft duplex cosy, ne cherchez pas d'œuvres mornes, fades ou sans arrière-propos. Ici, ce sont les street artistes ainsi que leurs univers explosifs et colorés qui sont mis à l'honneur. De Nebay à LEK en passant par la star Hopare, c'est une vision bousculant les codes et les traditions de l'art urbain, moderne ou contemporain, qu'entendent livrer la galerie 42b et son escouade de plasticiens. Les seuls à faire jaillir la beauté et l'intelligence sous leurs bombes.   

Afficher plus

+ d'Art et de Culture

Les meilleures expositions à Paris
Art

Les meilleures expositions à Paris

Les expositions que vous adorerez en cette fin d'été 

Expositions gratuites
Art

Expositions gratuites

Si c'est gratuit, pourquoi se priver ? 

Musées • Les meilleurs musées gratuits
Musées

Musées • Les meilleurs musées gratuits

L'accès libre à bon nombre de musées, éparpillés à travers la capitale, reste une excellente nouvelle.

Expositions • Derniers jours
Art

Expositions • Derniers jours

Dernier rappel culture avant la fermeture  

Expositions • Prochainement
Art

Expositions • Prochainement

L'essentiel des expos que l'on attend avec impatience. 

20 musées insolites
Art

20 musées insolites

Quel est le point commun entre le vin, le phonographe et la Préfecture de Police ?

15 musées intimistes
Musées

15 musées intimistes

Marre de contempler un tableau de maître avec dix têtes devant ? 

Les musées ouverts le dimanche
Musées

Les musées ouverts le dimanche

Le dimanche, « musée » ne rime pas toujours avec « fermé »...

Afficher plus

Commentaires

2 comments
Viviane J
Viviane J

Bonjour

Y a t'il un catalogue qui répertorie  les balades des Treet art ?

Merci pour votre réponse.

Super site.

Viviane

Chloé L
Chloé L

Super dossier extrêmement complet !!!! Dès que le soleil pointe le bout de son nez je n'hésiterai pas à suivre vos ballades pour découvrir ces murs colorés !