2 J'aime
Epingler

Street Art Paris

Des parcours aux actus street-art de la capitale : notre guide pour profiter du street art à Paris. Avec une bonne dose de couleurs dedans !

© Flickr/JeanneMenjoulet&Cie
Masque, mur, street art ThyM'arengo, rue Henri Noguères, Paris 19e

"Errer est humain, flâner est parisien", disait le grand Victor Hugo. Et pour cause : à Paris, au détour de presque chaque ruelle, se dissimulent ou s'affichent sans complexe des oeuvres d'art impromptues. De l'an(art)chie esthétique, du chaos merveilleux qui vient secouer, de ses teintes et graphismes chamarrés, notre grise langueur urbaine. Graffitis muraux de Basquiat, pochoirs de Miss.Tic ou Jef Aérosol, tags métropolitains anonymes, virus pixelisés libérés par Invader ou stickers clandestins collés sur les panneaux de circulation par Clet Abraham : on appelle cela du street art, bien qu'on préfère l'admirer plutôt que le nommer. 

Bref, du street art, Paris en regorge. Et pas seulement en extérieur puisque certains bars et restaurants l'ont adopté dans leur déco, tandis que plusieurs galeries de Paname en ont fait leur spécialité. Alors, pour s'imprégner gratuitement d'"urban culture" au cours d'une balade ou profiter assis, pénard, de cet art caractérisé par l'éphémérité qui fait pourtant la beauté des parois de la ville depuis les années 1960, c'est par ici !

Promenades street art à Paris

Parcours street art à Ourcq
Art

Parcours street art à Ourcq

Lorsqu'il fait beau, laissez-vous guider sur les bords du Canal de l'Ourcq pour une traversée street arty sous les bombes... de peintures.

Parcours street art à Ménilmontant
Art

Parcours street art à Ménilmontant

Jolie randonnée photographique sur les hauteurs de Ménilmontant. Voilà qui vous garantit de passer du bon temps !

Parcours street art rue Dénoyez
Art

Parcours street art rue Dénoyez

Haut lieu du street art à Paris, cette ruelle pavée a lontemps abrité des ateliers et des galeries d'art. Mais sa spécificité esthétique a récemment été mise en péril par la Mairie.

Parcours street art à la Butte-aux-Cailles
Art

Parcours street art à la Butte-aux-Cailles

Pour prendre un bon bol d’art au détour des ruelles du 13e.

Concours : les plus beaux lieux de street art à Paris

Nos lieux préférés d'art urbain
Le blog

Nos lieux préférés d'art urbain

Votre quartier est-il au palmarès ?

Toute l'actu du street art à Paris

Toutes les nuits, un street artiste projette de l’amour sur les murs de Paris
Le blog

Toutes les nuits, un street artiste projette de l’amour sur les murs de Paris

Du street art + des bisous nocturnes + des lieux emblématiques de la capitale = un succès assuré Paris, ville de l’amour, épicentre du french kiss et du romantisme. Quoi de plus normal, donc, que le street artiste français Julien Nonnon ait choisi Paris pour sa dernière création digitale, intitulée 'Le Baiser'. Inspiré par une phrase de l’auteur Alfred de Musset (« Le seul vrai langage au monde est un baiser. »), il nous a concocté une gigantesque projection animée de couples en train de s’embrasser sur plusieurs murs de la capitale, du Louvre aux abords du Centre Pompidou en passant par le terrain de basket Playground Duperré à Pigalle. L’Amour au grand jour (mais de nuit) Julien Nonnon, ce nom vous dit peut-être quelque chose, et pour cause : l’artiste a déjà fait parler de lui en 2015 avec son Safari Urbain. Adepte des installations cinétiques et autres vidéo-mappings, il projetait alors des hybrides hommes-animaux sur les façades des immeubles pour rappeler que la ville et la jungle se confondent souvent. Aujourd’hui, et depuis la Nuit Blanche du 1er octobre 2016, Julien Nonnon préfère mettre en avant l’amour, celui avec un grand « A ». Et ce dans la beauté de sa diversité. Au détour d’une déambulation nocturne dans les rues de Paris, les badauds curieux qui lèveront la tête pourront ainsi croiser des couples de tout âge et de tout sexe, amis ou amants, métisses ou lesbiens, jeunes ou vieux, homosexuels et même à trois, portant leur bébé dans les bras. Car l’amour se

Le street art engagé contre Donald Trump
Le blog

Le street art engagé contre Donald Trump

Alors que les Etats-Unis doivent élire leur nouveau président ce mardi 8 novembre, des artistes français s’engagent et mettent les murs de Paris aux couleurs américaines. Reprenant l’esthétique des slogans de campagne, des affiches politiques interpellent les passants avec un jeu de mot pertinent : « Non mais ils vont sérieusement se Trumper à ce point ??? » Les street artistes français, au même titre que des acteurs ou personnalités influentes aux Etats-Unis, appellent au vote contre le candidat républicain Donald Trump. Réalisées par l’artiste français EZK (Eric Ze King, auteur de pochoirs engagés contre la pauvreté et les inégalités sociales), ces affiches montrent à quel point ces élections - au comble de la tension à quelques heures du scrutin - auront des répercussions internationales. Et pour couronner cette démarche déjà audacieuse, le street artiste habitué des murs de Montmartre ou de la Butte-aux-Cailles s’est fait aider de deux acolytes de choix : l’acteur américain Shawn Pyfrom (oui, Andrew, le fils de Bree Van de Kamp dans ‘Desperate Housewives’) et le street artiste Gregos qui a agrémenté certaines affiches de ses fameuses têtes moulées aux motifs du stars and stripes. Les trois compères ont dévoilé des clichés d’eux en train de coller les dites affiches orientées en faveur de la candidate démocrate Hillary Clinton dans divers quartiers de Paris.     Selfie for a quick collaboration and great art night with my friends @shawn_pyfrom and @gregosart. Than

Ouverture imminente d’un musée du street-art à Paris
Le blog

Ouverture imminente d’un musée du street-art à Paris

Le premier musée du street-art de France débarque le 1er octobre à Paris, au sein de l'école 42. Fresques immenses, messages symboliques, murs d’expression ou expositions, le street-art fait désormais partie du décor urbain et de l’identité de Paris. A partir du 1er octobre, à l’occasion de la Nuit Blanche 2016, c’est cette fois en intérieur, et plus particulièrement entre les murs de l’école d’informatique 42, que le street-art va s’installer, faisant naître un musée insolite et informel. Un musée du street-art dans une école d’informatique ? On ne l’aura pas vu venir. Mais l’innovation inattendue, voilà exactement le parti-pris du directeur de l’école 42 Xavier Niel (fondateur de Free et copropriétaire du groupe Le Monde, entre autres) et de Nicolas Laugero Lasserre (créateur de l’association Artistik Rezo, directeur de l’école ICART et spécialiste de l’art urbain). C’est d’ailleurs un peu ça, le street-art : surgir là où ne l’attend pas, surprendre, intriguer, venir à la rencontre de nos yeux. Un espace hybride et ouvert à tous Pour ce passage de la transgression des murs de la rue au cadre normé des murs d’un musée, ce sont plus de 150 œuvres de street-art qui seront rassemblées en ce premier lieu dédié en France et accessible à tous gratuitement, dans les règles de l’art de rue. La majorité des œuvres exposées provient de la collection personnelle de Nicolas Laugero Lasserre, certaines de ces pièces ornant déjà les murs de l’école de façon permanente. D’autres seront

Home Staging au Loft du 34
Art

Home Staging au Loft du 34

1 appartement + 8 artistes + 8 univers = un gros coup de cœur ! Vous n’avez JAMAIS vu ça à Paris. Huit artistes de la scène street-art, aux univers et aux médiums différents, réunis dans un appartement à l’abandon et chargés de le redécorer à leur façon. Un peu comme des Valérie Damidot de la bombe et du pinceau, mais plus créatifs. Car, dans ce petit deux-pièces du 6e arrondissement, trois étages au-dessus de la galerie le Loft du 34, le collectif s’en est donné à cœur joie pendant plus de deux mois. Investissant le moindre recoin, faisant sortir leurs installations de la cheminée et dessinant des fresques du sol au plafond comme des enfants à l’imagination débordant tellement qu’elle éclabousse les murs, les graffeurs Astro, dAcRuZ, Maite Sant, Marko 93, Xare, Shaka, Katre et le photographe Nicolas Giquel transforment les lieux en tableau vivant. « Quel bordel », plaisante d’ailleurs Marko 93 à l’adresse de KATRE, devant sa création, amas de barres de fer et de gravas. Oui, mais quel beau bordel ! Mieux : une abstraction en forme d’habitation à visiter d’urgence, en plus de l’exposition parallèle en bas, au Loft du 34, qui présente deux toiles supplémentaires réalisées par les artistes participant à ce ‘Home Staging’. Bref, un beau projet qu’on est ravi de voir enfin sortir des cartons. Lui qui dépoussière le genre en trouvant un amusant compromis entre la rue et la galerie : l’appartement ! Quoi ? Home Staging au Loft du 34Où ? Au 34 rue du Dragon, Paris 6eQuand ? Du 1e

Street art : un pénis géant sur un mur de Bruxelles
Le blog

Street art : un pénis géant sur un mur de Bruxelles

Depuis le week-end dernier, les habitants de la commune de Saint-Gilles font face à une fresque qui ne plaît pas à tout le monde… Cachez les yeux de vos enfants. Et on les croyait pourtant rodés ! Ceux dont l’emblème est un petit garçon urinant aux yeux de tous (le Manneken-Pis, évidemment) sont aujourd’hui bien désemparés devant ce dessin réaliste et impudique de trois mètres sur quatre. Une sorte de contre-champ de 'L'Origine du monde' de Courbet. Graffée sur un mur juste en face d’une école catholique, l’œuvre suscite à la fois intérêt et discorde chez nos amis belges. Mais à qui donc appartient ce phallus ? C’est là tout le mystère. Si le dit phallus interpelle les médias et les passants, faisant son petit buzz sur les réseaux sociaux, la réelle question est celle de son auteur. Réalisé en une nuit, il n’a pas été revendiqué ni identifié. Les soupçons se sont naturellement portés sur le street artiste Bonom, déjà titulaire du fait – il a, en 2013, réalisé une fresque jugée choquante d’une femme en plein acte de masturbation, toujours en place à l’heure actuelle. Et à Paris ? Comme le rappelle adroitement la ministre de la culture de la Belgique francophone Alda Greoli, le street art est un art, au même titre que le très controversé tableau ‘L’Origine du Monde’ de Courbet. Deborah De Robertis avait d’ailleurs choqué son monde en réinterprétant l'œuvre : elle avait exhibé son sexe face aux visiteurs du musée d’Orsay avant d’être expulsée manu militari. Elle n’est pas l

Au festival Top to Bottom, on a goûté l'urban culture de A à Z
Le blog

Au festival Top to Bottom, on a goûté l'urban culture de A à Z

Ce week-end, profitant d'une éclaircie, peut-être avez vous fait un tour dans le 18e sur l'esplanade Nathalie Sarraute. Sinon, voici ce que vous avez raté. Si le soleil a joué à cache-cache samedi et dimanche, l'ambiance festive a, elle, été au beau fixe durant l'événement Top to Bottom, festival tout en longueur et en bonne humeur. Etabli sur une centaine de mètres, devant la bibliothèque Vaclav Havel et le bar-restaurant Les Petites Gouttes, ce rendez-vous est une référence dans le milieu de la culture urbaine. Imaginé par quatre amis street artistes ou amateurs du genre (parmi lesquels Tina, dont le profil magnifiquement arrondi annonce un heureux événement, et Steph', gérant des Petites Gouttes), Top to Bottom fêtait cette année sa 3e édition. Et inaugurait pour l'occasion de nombreuses attractions. © C.Gaillard   A ses débuts, le festival Top to Bottom était un « délire de potes » organisé par les quatre piliers fondateurs. Aujourd'hui, il est porté par une trentaine de bénévoles aussi adorables que survoltés. L'esprit bon enfant des prémices ne s'est donc pas perdu avec l'élargissement de son équipe, bien au contraire. Et son succès grandissant n'impacte pas non plus son ADN profonde puisque, comme nous le confirme Tina, « il est important de garder l'événement gratuit et l'implantation dans le 18e, bastion natif du graff, pour garantir l'accessibilité à tous les publics ».  Un public qui, tordant le cou aux idées reçues, s'avère principalement familial : nombr

Banksy à La Réserve Malakoff du 1er au 10 septembre 2016
Le blog

Banksy à La Réserve Malakoff du 1er au 10 septembre 2016

Pour démarrer la rentrée en beauté, le parc d’attraction du street art parisien expose une collection privée de Banksy par Béru « Banksy ? A La Réserve de Malakoff ? Pincez-moi, je rêve : l’association est trop belle pour être vraie ! Où est la caméra cachée ? » Voilà ce qu’on s’est dit en apprenant la nouvelle. Mais, après vérification, pas de caméra cachée. Juste un événement Facebook et la date du vernissage sur le site de La Réserve nous confirmant que, non, nous n’hallucinions pas. Le pochoiriste et graffeur de génie Banksy, artiste internationalement connu – mais jamais reconnu –, sera bien le sujet central de la prochaine exposition des lieux. De l'art, mais aussi beaucoup d'humain Après nous avoir émerveillé avec son Grand 8 du street art (visible jusqu’au mois d’octobre), après avoir ouvert sa galerie au bestiaire fabuleux de Mosko et organisé maintes performances live avec de talentueux artistes comme Bojan, Spazm ou Osons et MORNE, ce Q.G. culturel éphémère nous fait, encore une fois, un magnifique cadeau artistique avec cette rétrospective unique. Banksy, remueur de pensées militant avec une bombe de peinture, un peu d’humour et beaucoup de poésie, n’a en effet jamais fait l’objet d’une exposition personnelle à Paris. Certes, on a pu croiser ses œuvres originales à l’Urban Art Fair du Carreau du Temple, en avril dernier, ou lors d’un collective show au musée de la Poste, il y a trois ans, parmi celles de Miss.Tic et C 215. Mais de rendez-vous comme ça, entièrem

Docteur House (by Invader) à la Pitié-Salpêtrière
Le blog

Docteur House (by Invader) à la Pitié-Salpêtrière

Le plus cynique des toubibs de série fait le mur grâce au street-artiste Invader. Les sérivores qui sortent à la station de métro Chevaleret (ligne 6) la reconnaîtront tout de suite. Et pour cause : l'oeuvre qui orne, depuis une semaine, l'un des murs de la Pitié-Salpêtrière représente le fameux Docteur House - celui qui n'est pas Mickey Mouse selon Christophe Hondelatte. L'anti-héro de l’hôpital Princeton Plainsboro, accro au Valium et spécialiste du diagnostique de lupus sur huit saisons, a en effet été croqué par le street artiste Invader jeudi dernier. Ou plutôt pixellisé puisque l'artiste a fait de la mosaïque en 8 bits sa signature depuis les années 2000. Fini donc les virus, le virtuose des petits carreaux a préféré rendre hommage au corps médical qui œuvre jour et nuit à l'hôpital de la Salpêtrière avec une effigie géante du plus cynique des docteurs de la pop-culture. Rien ne manque : ni la canne, ni la barbe de trois jours, ni le stéthoscope que porte une petite bactérie (ou un Space Invader, les passants y verront ce qu'ils voudront) à ses côtés. Celle-ci rappelle d'ailleurs singulièrement Lisa Cuddy, la collègue du Docteur House qui harcelait régulièrement le bon docteur pour qu'il aille faire ses consultations. Le 13e, un vivier d'art de rue Haut de plusieurs mètres, ce 1 205e « envahisseur » d'Invader constitue donc la plus grande œuvre parisienne de l’artiste à ce jour. Une opération à ciel ouvert que ce dernier a entrepris dans la nuit du 22 au 23 juin et,

Afficher plus

Les lieux où le street art (in)door

Le Palais de Tokyo

Le Palais de Tokyo

Depuis 2012, l'antre de l'art contemporain invite le street-art dans ses souterrains pour le Lasco Project. Visite gratuite trois fois par semaine.

Votre avis
  • 5 sur 5 étoiles
La Manufacture 111 
Le blog

La Manufacture 111 

Centre multiculturel, la Manufacture 111 a pour objectif d'initier les Parisiens à la culture urbaine, street art et performances musicales live en tête.

Les Frigos
Art

Les Frigos

Cet immense bloc de béton a maintes fois changé de forme avant de devenir une résidence d'artistes aux allures de Frankenstein culturel.

6B
Clubbing

6B

Le 6B, ouvert en février 2010 aux portes de Paris, est un espace entièrement dédié à la fête et au street art.

Votre avis
  • 4 sur 5 étoiles
Galerie Le Feuvre
Art

Galerie Le Feuvre

Paul Insect (ami de Banksy), Ella & Pitr, le graffeur aux oiseaux Xenz... une multitude d'artistes street art fleurisse son catalogue.

Galerie Sergeant Paper
Shopping

Galerie Sergeant Paper

Avec plus de 60 artistes en édition papier, cette galerie propose un florilège d’illustration, du street art à la typographie.

Votre avis
  • 5 sur 5 étoiles
The Place To
Bars

The Place To

Ce bar-restaurant conceptuel situé dans le quartier des Champs Elysées affiche sur ses murs des oeuvres de street art que l'on peut même acheter.

Time Out dit
  • 4 sur 5 étoiles
Votre avis
  • 3 sur 5 étoiles
Le Calbar
Bars

Le Calbar

Voilà un bar à cocktails drôle et ludique, aux airs de lofts new-yorkais, avec des tableaux de street art et du mobilier en bois partout.

Time Out dit
  • 5 sur 5 étoiles
Votre avis
  • 5 sur 5 étoiles
Afficher plus

+ d'Art et de Culture

Les meilleures expositions à Paris
Art

Les meilleures expositions à Paris

Les expositions que vous adorerez en cette fin d'été 

Expositions gratuites
Art

Expositions gratuites

Si c'est gratuit, pourquoi se priver ? 

Musées • Les meilleurs musées gratuits
Musées

Musées • Les meilleurs musées gratuits

L'accès libre à bon nombre de musées, éparpillés à travers la capitale, reste une excellente nouvelle.

Expositions • Derniers jours
Art

Expositions • Derniers jours

Dernier rappel culture avant la fermeture  

Expositions • Prochainement
Art

Expositions • Prochainement

L'essentiel des expos que l'on attend avec impatience. 

20 musées insolites
Art

20 musées insolites

Quel est le point commun entre le vin, le phonographe et la Préfecture de Police ?

15 musées intimistes
Musées

15 musées intimistes

Marre de contempler un tableau de maître avec dix têtes devant ? 

Les musées ouverts le dimanche
Musées

Les musées ouverts le dimanche

Le dimanche, « musée » ne rime pas toujours avec « fermé »...

Afficher plus

Commentaires

2 comments
Viviane J
Viviane J

Bonjour

Y a t'il un catalogue qui répertorie  les balades des Treet art ?

Merci pour votre réponse.

Super site.

Viviane

Chloé L
Chloé L

Super dossier extrêmement complet !!!! Dès que le soleil pointe le bout de son nez je n'hésiterai pas à suivre vos ballades pour découvrir ces murs colorés !