Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche

La Recyclerie

  • Bars
  • 18e arrondissement
  • prix 2 sur 4
  • 4 sur 5 étoiles
  • Recommandé
  1. La Recyclerie
    © DR / La Recyclerie
  2. © DR / La Recyclerie
  3. © DR / La Recyclerie
  4. © DR / La Recyclerie
Publicité

Time Out dit

4 sur 5 étoiles

Un restaurant, un bar, un café, un potager, des ateliers DIY, une atmosphère détendue et conviviale.

Pour qui ? Un(e) bobo branché(e) agriculture urbaine 
Plat culte ? Un shawarma de poulet glissé dans un pain pita et entouré de pommes de terre et de légumes croquants.

Voilà le genre de friche que l’on aimerait voir pousser partout à Paris. Un restaurant, un bar, un café, un potager, des ateliers DIY organisés tous les jours, une atmosphère détendue et conviviale… Le tout dans une ancienne gare de la Petite Ceinture, réhabilitée après de longues années d’errance et d’abandon. Aux manettes du projet, une poignée d’associés au flair bien aiguisé, également en charge de la Machine du Moulin Rouge et de la Cité Fertile. Des spécialistes de la seconde main, habitués à ressusciter ce type de bâtiments désaffectés, inspirés entre autres par les Petersham Nurseries de Londres.

C’est en poussant la porte que l’on prend toute la mesure du caractère de cette étrange bâtisse. Du volume, une charpente en fer forgé, une immense verrière, et cette vue plongeante sur les anciens rails, transformés en un ruban de terrasse, le long de la voie ferrée, avec vue sur les jardins partagés du Ruisseau, en face.

Un espace habillé tout en végétation et en récupe, occupé par des chaises de couleur, un énorme bar, une cuisine ouverte, des grandes cuves de vins naturels (qui viennent de chez En Vrac), des plantes grimpantes, et, dans un coin abrité par un mur de fenêtre, l'atelier de René, le bricoleur de la bande, qui répare absolument tout, et vous apprend à réparer et bricoler à votre tour.

Ce midi-là, il y a du monde, certes, mais puisque le lieu est vaste et qu'il respire avec plaisir, c'est à peine si l'on remarque la légère affluence. On se pointe au comptoir pour commander. Cette semaine, c'est cuisine africaine et libanaise. Pour une petite vingtaine d'euros, on mange à deux une délicieuse planche de mezze et un shawarma de poulet glissé dans un pain pita et entouré de pommes de terre et de légumes croquants. On paye, et on file se planquer sur la terrasse, non sans avoir emporté son disque de commande, celui qui se mettra à clignoter quand votre repas sera prêt. On déjeune ensuite, entre l'ombre et le soleil, soudain isolé de la ville et de sa pagaille. Bientôt, on viendra boire des coups ou un café filtre à 1 € à la buvette, entre une poule et un plant de tomates.

A l'étage tous les mercredis soir, on peut également venir récupérer ses courses livrées en direct des petits producteurs, grâce à la Ruche qui dit oui, hébergée dans ce lieu définitivement tourné vers le collaboratif et l'écoresponsabilité. Old is gold, quoi.

Écrit par
Amélie Weill

Infos

Adresse
83 boulevard Ornano
Paris
75018
Transport
Métro : Porte de Clignancourt
Prix
Brunch adulte : 22 € (veggie 20 €; enfant 12 €)
Heures d'ouverture
Du lundi au jeudi, de 8h à minuit. Vendredi, de 8h à 2h. Samedi, de midi à 2h. Dimanche, de midi à 22h.
Vous êtes propriétaire de ce commerce ?
Connectez-vous et revendiquez le commerce

Programme

Gare aux docs #5

Des rails, des docs, gratuitement : voilà la recette d’un des cinémas en plein air les plus courus de l’été. Le festival Gare aux docs est de retour du 16 au 27 août pour une cinquième édition – organisée en cheville avec la plateforme Imago TV et l’INA - sur les rails de la petite ceinture, en contrebas de la REcyclerie, pour des séances encore et toujours gratuites. En avant-première interplanétaire, on est en mesure de vous annoncer que l’affiche de cette année – imaginée en parallèle de l’expo consacrée au journal écolo de La Gueule ouverte – a été construite autour de la thématique militante « L’écologie peut-elle crever l'écran ? ». Parmi les premiers docus dévoilés, on retrouve Bigger Than Us de Flore Vasseur, qui dresse un panorama de la jeunesse militante du monde entier, mais aussi Media Crash de Valentine Oberti et Luc Hermann sur la mainmise d’une poignée de milliardaires sur les médias français. On découvrira aussi I Am Greta de Nathan Grossman qui traite du parcours de l’activiste suédoise contre le réchauffement climatique et Une fois que tu sais d’Emmanuel Cappellin, sur la prise de conscience et de l’urgence du sujet. En bref, l’un des cinémas en plein air les plus indispensables de l’été.

Publicité
Vous aimerez aussi