Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right La Red Bull Music Academy lance Paris Now!
Actualités / Musique & soirées

La Red Bull Music Academy lance Paris Now!

Being Flat Eric
DR

Pour son édition 2015, la Red Bull Music Academy (ou RBMA) investit Paris pour la première fois. A partir du dimanche 25 octobre, une soixantaine de jeunes artistes de la scène musicale underground, menés par Jean-Michel Jarre, vous donnent rendez-vous dans des lieux emblématiques de la capitale comme la Gaîté Lyrique ou le Badaboum. Mais en attendant le début des festivités, la Red Bull Music Academy vient de lancer Paris Now!. Une série de courts métrages réalisés par cinq talents avant-gardistes et quotidiennement impliqués dans la culture populaire parisienne. Ainsi, au travers de vidéos exclusives, Quentin Dupieux, Romain Cieutat, Dexter Navy, Anne Horel et Julien + Adrien livrent chacun leur vision de la Ville Lumière et son essence artistique, souvent nocturne, parfois diurne.

Dans ‘Being Flat’, Quentin Dupieux met en scène Flat Eric, cette peluche jaune mi-ours, mi-lapin qui s’est fait connaître en 1999 dans le clip ‘Flat Beat’ de Mr Oizo. Un pseudonyme sous lequel se cache… Quentin Dupieux lui-même, également musicien. Le réalisateur polyvalent retrouve ainsi sa mascotte et lui offre cette fois un rôle de casteur. Mais, dans cette production pour le moins barrée, trouver une personne capable d’incarner Flat Eric ne va pas se révéler chose aisée.

 

Avec ‘Emojinal Paris Trip’, Anne Horel propose, elle, une visite guidée de Paris quelque peu psychédélique. Au travers d’un prisme coloré flashy, celle qu’on surnomme « l’électron survolté du Web » assemble les vues les plus typiques de Paris avec des GIFs animés et des emojis kitsch. Le tout sur une musique électro de Vincent Hénon. Epileptiques s’abstenir.

 

A contrario, ‘Realness with a Twist’ de Romain Cieutat n’a rien à voir avec l’ambiance fluo-pop de sa consœur. Le cœur de ce long métrage intimiste est le voguing. Une culture afro-américaine et homosexuelle née dans les années vingt, que l’on découvre à travers les yeux d’un jeune adolescent gay tiraillé entre sa vie en banlieue et ses sorties dans les clubs intra-muros. Un beau sujet traité avec une touchante sobriété.  

 

Dans ‘Saint’, Dexter Navy évoque quant à lui Paris sous la forme d’un poème sonore et visuel porté par une galerie de personnages étranges, voire marginaux. Un « Freak show » tantôt filmé en noir et blanc, tantôt en couleur, et dont les images s’enchaînent à un rythme saccadé. Parce que Paris c’est aussi ça : l’éclat aveuglant, le dynamisme à outrance et la diversité des êtres qui la peuple.

  

Avec ‘Camouflage’ enfin, Julien + Adrien nous transportent dans un projet musico-culinaire où les pianos du chef Atsushi Tanaka (élève de Pierre Gagnaire) se mêlent aux claviers d’Etienne Jaumet, ex-moitié du duo électro Zombie Zombie. Une délicate ode aux multiples arts qui s’exercent dans la capitale française, de la gastronomie à la musique. Sans oublier le cinéma, mis à l’honneur grâce à Paris Now!.

 

 

Advertising
Advertising

Latest news