Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Réouverture de la salle Pleyel : des changements radicaux
Salle Pleyel (Paris)

Réouverture de la salle Pleyel : des changements radicaux

Advertising

Après onze mois de travaux, la salle Pleyel a enfin rouvert ses portes au public vendredi dernier avec pour chef d’orchestre Benjamin Biolay. Autrefois, il aurait été difficile d’imaginer que le maestro de la nouvelle scène française prenne place dans ce lieu alors réservé à la musique classique. Mais ça, c'était avant.

Depuis l’inauguration de la nouvelle Philharmonie en janvier 2015, désormais implantée dans le nord-est de la capitale, le propriétaire de la Cité de la Musique (comprendre l’Etat) a en effet quelque peu modifié la salle Pleyel - dont il est également propriétaire - afin d’éviter de faire doublon. Musiques actuelles et amplifiées feront maintenant résonner les murs de la salle située faubourg Saint-Honoré. 

Une déco plus cosy

Des murs qui, eux aussi, ont subi de sacrés changements. Loin de son ancienne déco cossue et un peu froide, la salle a dévoilé un design cosy, avec des lumières chaudes et des couleurs boisées. En outre, 2 500 places au lieu de 1 900 lui permettent désormais d’accueillir davantage de monde, un public qui pourra également suivre les concerts depuis une fosse spécialement aménagée.

Exit le classique, place aux musiques actuelles

Enfin, la salle Pleyel dispose également d’une nouvelle acoustique, autrefois adaptée au registre classique. « Nous avons fait un gros travail acoustique, a déclaré l’architecte Daniel Vaniche, à la rédaction du Parisien. Il ne fallait plus que la salle résonne. Avec les musiques amplifiées, il faut absorber les sons et avoir un son plus mat. » « Hérésie », peut-on déjà entendre du côté des amateurs de la grande musique classique. Car c’est bien une programmation très éclectique, allant du rock (King Crimson, Garbage, Jeff Beck) au jazz (Trombone Shorty, Norah Jones) en passant par la chanson française (Christophe, Michel Polnareff, William Sheller) que le lieu présentera au cours de plus de 150 concerts prévus chaque année.

On vous laisse avec le délicieux "La Débandade", extrait du dernier album de Biolay 'Palermo Hollywood' que le chanteur a interprété sur la scène de la salle Pleyel, vendredi dernier. 

Lire aussi notre critique du disque de Benjamin Biolay.

 

Share the story
À la une
    Advertising