Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche

Philharmonie de Paris

  • Musique
  • La Villette
  • prix 2 sur 4
  • 5 sur 5 étoiles
  • Recommandé
© Philharmonie de Paris
Publicité

Time Out dit

5 sur 5 étoiles

Avez-vous déjà désiré quelque chose pendant plus de trente ans ? Les amateurs de Bach et Strauss, eux, oui. Presque quatre décennies qu'ils attendent, en rang serré derrière Pierre Boulez, une salle digne de la musique classique, à l'acoustique soignée et à la capacité augmentée. Elle a finalement ouvert ses portes en janvier 2015, du côté de la porte de Pantin, loin des quartiers où soufflent habituellement les vents de l’orchestre.

La Philharmonie, avec sa salle de 2 400 places, associée à la déjà très attirante Cité de la Musique (qui a pris le nom de Philharmonie 2), propose une programmation faste et foisonnante. En plus de son impressionnante salle de concert, et afin de proposer une offre variée et attractive, le lieu déploie 1 100 mètres carrés d'espace d'exposition et un pôle éducatif de 1 750 mètres carrés.

Désireuse de trouver de nouveaux adeptes, la Philharmonie a, à travers sa programmation et son projet d'ensemble, fait un pas vers le grand public. Outre les noms à l'affiche, l'auditorium peut également compter sur la place centrale accordée au spectateur : la distance maximum entre le public le plus éloigné et le chef d'orchestre est de 38 mètres. Conçu comme un nuage en termes d'esthétique, de confort et de qualité d'écoute, attractif pour tous grâce aux nombreuses activités ludiques et pédagogiques en marge des concerts, ce nouvel écrin de la musique classique pratique également une politique tarifaire louable, certes encore loin des salles de concert les plus populaires, mais aux prix en baisse comparés à la salle Pleyel, ancien temple de la musique symphonique parisienne. Ainsi, la Philharmonie réitère l'exploit de l'Opéra Bastille, qui a su, si ce n'est démocratiser, au moins vulgariser un art très bourgeois dans un ancien quartier populaire. 

Écrit par
Yves Czerczuk

Infos

Adresse
221 avenue Jean Jaurès
Paris
75019
Transport
Métro : Porte de la Villette ou Porte de Pantin
Prix
Selon les événements.
Heures d'ouverture
Du mardi au vendredi de 12h à 18h. Le samedi et le dimanche de 10h à 18h. En soirée les jours de représentation. Belvédère de la Philharmonie : accessible au public du 30 mars à la mi-septembre, du mercredi au dimanche de 12h à 20h, le vendredi jusqu’au coucher du soleil.
Vous êtes propriétaire de ce commerce ?
Connectez-vous et revendiquez le commerce

Programme

Hip-Hop 360

  • 5 sur 5 étoiles
  • Installation

Dès notre arrivée à la Philharmonie, on comprend vite qu’on ne va pas visiter une expo classique. Équipé d’un casque audio, on débarque dans une première salle où le plus célèbre des Marseillais, Jul, s'époumone sur un écran géant. Le ton est donné. Divisée en six parties, l’expo nous plonge dans l’histoire d’un genre longtemps négligé, moqué, mis de côté. Un peu comme la banlieue, où il trouve son origine en France. D’abord calqué sur les US, le hip-hop à la sauce française se démarque vite, marqué par l’histoire de son pays. Grâce à une scéno très travaillée et à la multitude de supports proposée par la Philharmonie, on assiste à la croissance inarrêtable du genre, passant des quais du métro parisien aux ondes radios ou au petit écran avec H.I.P. H.O.P, émission animée sur TF1 par Sidney dans les 80’s.  Mais attention, le hip-hop, ce n’est pas que du gros peu-ra. Danse, block party, graff et mode, chaque pan de la culture est passé au crible par la Philharmonie qui propose un ensemble d’archives photo, de sapes, ou même une reconstitution d’une rame de métro dans laquelle on est – pour une fois – content de monter. Côté street art, les plus grands de la discipline rythment le parcours de l’expo. Les œuvres de Fab 5 Freddy, JonOne ou Maxime Drouet se mêlent aux pochettes de vinyles, aux photos de Maï Lucas ou Marc Terranova et aux objets d’archives, disques d’or, cassettes et chaînes en or en pagaille. Mais le clou du spectacle réside dans une immense salle immersive à 360 d

St. Vincent

  • Rock et rock indé

Ouh la soirée tout de classe vêtue ! Dans le cadre de sa 12e édition, le festival Days Off invite l’arty St. Vincent à investir la salle de la Philharmonie. Démarrée il y a une grosse quinzaine d’années, sa carrière solo, qui l’aura sans cesse vue explorer les contours de la pop, s’est boursouflée en 2021 de l’album Daddy’s Home. Les teintes sont un peu funk, parfois très 80’s mais aussi folk, les claviers sont en multicouche et la classe rubalise le tout. Et donc, pour accompagner St. Vincent, Days Off a amené la trop sous-cotée Cate Le Bon. La Galloise, pas non plus la dernière pour s’aventurer aux limites de la pop, devrait mettre le feu avec son dernier album Pompeii (vous l’avez ?).

Publicité
Vous aimerez aussi