Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche

Musée d’Art Moderne de Paris

  • Musées
  • Chaillot
Musée d'art moderne
© Raphael Chipaut
Publicité

Time Out dit

Posté dans l’aile Est du Palais de Tokyo, construit en 1937 à l’occasion de l’Exposition internationale des arts et techniques, le musée d’Art moderne recèle depuis 1961 une collection issue des avant-gardes historiques. Fauves, cubistes (plutôt de l'école des Delaunay que de Braque et Picasso), post-cubistes, orphiques et membres de l’Ecole de Paris dominent les galeries du MAM, sur lesquelles trônent les Delaunay, Georges Rouault, Chaïm Soutine et Kees Van Dongen. L’ensemble, éclectique, est couronné par La Danse de Matisse, coqueluche indéfectible de l’établissement. D’autres salles partagent leur programmation entre les collections d’art contemporain et la présentation d’expositions temporaires (Jean-Michel Basquiat, Marc Desgrandchamps, Larry Clark et Les Etats-Unis des sixties sont passés par-là). Au sous-sol, un espace de projection et une salle réservée à Christian Boltanski ont, par ailleurs, ouvert au public dans les années 2000.

Le musée fait la Une en mai 2010, suite au vol de cinq tableaux de maître. La récolte, d’une valeur de 100 millions d’euros, est un bouquet de chefs-d’œuvre signés Picasso, Matisse, Braque, Modigliani et Léger. Soit le plus grand casse de l’histoire des musées français.

Écrit par TB

Infos

Adresse
10 avenue du Président Wilson
Paris
75016
Transport
Métro : Alma-Marceau
Prix
Entrée libre aux collections permanentes, de 5 à 12 euros pour les expositions temporaires
Heures d'ouverture
Le Musée d'Art Moderne de Paris est ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h, et les jeudis jusqu'à 22h.
Vous êtes propriétaire de ce commerce ?
Connectez-vous et revendiquez le commerce

Programme

Oskar Kokoschka. Un fauve à Vienne

  • 4 sur 5 étoiles

Breaking news, un fauve s’est échappé à Paris ! Non, il ne sort pas du zoo de Vincennes mais nous arrive tout droit d’Autriche. Son blaze ? Oskar Kokoschka. Si ce nom ne vous dit rien – normal, le peintre est assez confidentiel chez nous –, sachez qu’il a été l’élève de Gustav Klimt et qu’il méritait bien que l’on s’intéresse d’un peu plus près à son travail et à sa maîtrise hors pair de la couleur, lui qui n’avait pas bénéficié d’une expo à son nom depuis celle de Bordeaux en 1983. Il a désormais sa rétrospective parisienne et c’est au musée d’Art moderne que ça se passe. Le spot du 16e rassemble près de 150 œuvres revenant sur ses quelque 70 années de créativité. Témoin des changements politiques, culturels, artistiques et intellectuels qui secouent la capitale autrichienne, il se fait le porte-voix, ou plutôt le porte-pinceau, de la lutte contre le nazisme, du pacifisme et même de l’alliance européenne. Si, niveau engagement, Kokoschka est plus qu’affirmé, côté style, l’artiste se cherche, s’essaie à toutes les modes, des arts graphiques au style de la Sécession en passant par celui de l’Atelier viennois, et se laisse influencer par un paquet de gros noms de la peinture, comme Edvard Munch, Egon Schiele ou Otto Dix, dont l’expressionnisme résonne dans ses tableaux.  Préparez-vous donc à sauter d’un format et d’une idée à l’autre dans un parcours rythmé et haut en couleur servi par une scénographie d’une parfaite sobriété.

Publicité
Vous aimerez aussi