Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
Lorette et Jasmin
DR

16e arrondissement : les boutiques

Quand on aime, on ne compte pas !

Écrit par
La Rédaction
Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Epiceries
  • 16e arrondissement
  • prix 2 sur 4
Hugo Desnoyer est depuis des années le boucher star et le boucher des stars. Mais la vraie vedette, c’est sa viande. Le bonhomme connaît intimement ses éleveurs (et même le nom des bêtes). Après l’ouverture en 2009 de la célèbre boucherie rue Boulard (14e) qui fit son succès, de kebabs gourmets (Grillé à Paris et la Défense), il lance en 2014 une boucherie/restaurant dans le 16e avec une idée novatrice : une grande table d’hôtes en forme de billot placée au cœur de la boucherie face aux plans de travail, à réserver ou privatiser. Et l’été, la terrasse devient le lieu animé du quartier où se croisent voisins et têtes connues. C’est surtout le rendez-vous des viandards amoureux de la qualité et du respect des bêtes ! Avant de déguster, on choisit d'abord son morceau sur l'étal : parmi les incontournables, la bavette, l’onglet de limousine pur cru et le carpaccio de veau de lait de Corrèze. Vous trouvez également du filet de bœuf (64,90 €/kg), de l’entrecôte (63,85 €/kg), de la côte de bœuf (58,85 €/kg)… A glisser également dans le cabas ? D'excellents ris (69,80 €/kg) et foie de veau (49,50 €/kg), ou une belle tranche de gigot d’agneau de Lozère (42,60 €/kg). Les viandes sont rassises pendant deux à trois semaines (on dit maturées pour plus de quinze jours). Et pour accompagner cette barbaque d’exception ? Des quilles bien castées, comme ce saint-amour de Frédéric Cossard !
Deux Mille Huit
  • Shopping
  • Boutiques
  • 16e arrondissement
  • prix 2 sur 4
Baptisée Deux Mille Huit du nom de son année de création, cette jolie boutique se niche au cœur du 16e arrondissement, dans une rue perpendiculaire à celle de Passy. Pas des plus fréquentées, mais le déplacement vaut le détour : accueilli par la souriante Marie Derville, on découvre un concept-store délicat proposant de la décoration, de la vaisselle, du linge de maison et du prêt-à-porter, ainsi que de la papeterie et des bijoux. « Tout ce que j’aime en fin de compte », résume la fondatrice. Autour d’une structure centrale à base de branches d’arbres blancs et de bulles de verre se déclinent les différentes gammes, provenant de pays divers : paniers en lanières de plastique fabriqués en Inde (de 35 à 55 €), vide-poches sud-africains, tapis suédois en plastique tissé Pappelina (à partir de 70 €), chèches en lin (66 €)... On retrouve également une large série de mugs Make International aux inscriptions amusantes (« happy », « diva », « love », « thank you », 15 €), les délicieuses bougies parfumées de chez la Belle Mèche (30 €), les bijoux en jonc Bangle Up (à partir de 30 €) ou encore les bagages et trousses de toilette de la marque basque Tissage de Luz (on a trouvé le sac idéal pour partir en week-end !). Marie met un point d’honneur à ne choisir que des matières nobles et naturelles et à éviter à tout prix le synthétique. Cela se ressent dans l’ambiance feutrée et confortable de la boutique et dans la belle facture des produits, qui évoluent au fil des saisons. Les plus « 
Publicité
  • Shopping
  • Librairies
  • Chaillot
La librairie du Palais de Tokyo est constamment peuplée de touristes, tout aussi bien que de Parisiens à la recherche du dernier numéro de leur magazine de mode préféré. On en profite donc pour jeter un coup d'œil à la sélection, après avoir fait un tour de l'exposition contemporaine proposée par le Palais. On y retrouve les grandes références telles que Vogue et i-D pour la mode, tout comme Monocle et le Journal des arts pour le domaine de l'art contemporain, mais également des magazines réputés pour leur approche avant-gardiste comme Purple, Please, Sleek ou bien Edwarda. On n'hésite pas à  acheter quelques cartes postales et DVD d'artistes, souvent liés aux sujets d'exposition et à découvrir des livres de photographie, d'architecture et de design.
Lorette et Jasmin
  • Shopping
  • Créateurs
  • 16e arrondissement
  • prix 2 sur 4
Déjà cinq ans que Laurence (alias Laurette) a repris Passy Puces. Cinq ans pendant lesquelles elle a changé la déco, le nom et ajouté son grain de sable. Un parti pris beaucoup moins fourre-tout que la précédente propriétaire, mais tout aussi familial. « Je suis toujours très touchée de la fidélité des clientes » avoue-t-elle en plissant du doigt des drapés. Sur ces cintres, le vintage côtoie la haute couture, le prêt-à-porter se mélange au luxe. « J’essaye de coller avec la demande. J’ai, par exemple, toute une clientèle fan de la collection Pleats Please d’Issey Miyake. Pour elle, je garde toujours quelques pièces triées dans un coin… » Une sélection un brin « madame » (tailleur Chanel, chaussures Vivier) mais dans laquelle l’on n’est jamais à l’abri d’une surprise : un chemisier à pois en soie à 70 euros ou une paire de Repetto ? Reste à faire ce « petit » détour dans le 16e. • Le petit plus : la location de sacs griffés.  
Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • 16e arrondissement
  • prix 2 sur 4
Un rêve gourmand devenu réalité. Le pâtissier Philippe Conticini, inventeur des verrines (chez Peltier, au début des années 2000) et auteur d’un livre sur le Nutella, ne cesse pas d’étonner son public dans sa pâtisserie de Saint-Germain ou plus récemment dans sa boutique-salon de thé dans le 16e. Dans un décor délicieusement contemporain, fait de dômes en verre suspendus, il réinterprète les bases de la pâtisserie française, en y ajoutant sa touche personnelle. Le Saint-Honoré devient alors rectangulaire pour que l'on puisse le couper en tranches, le Paris-Brest cache du praliné pur et coulant à l’intérieur de sa crème et le mille-feuille du dimanche se gorge de vanille. Chaque mois, il met en valeur des fruits de saison dans une tarte et un fruitier, une « libre interprétation » du fraisier. De quoi s'accorder un péché mignon en toute impunité...
My Fashion Lab
  • Shopping
  • Boutiques
  • 16e arrondissement
  • prix 2 sur 4
My Fashion Lab est un concept store lancé en ligne fin 2011 par trois amies passionnées de mode, ne trouvant pas où satisfaire pleinement leur quête de jolis bijoux sortant de l’ordinaire. Face au succès de la formule, trois boutiques ont ouvert à Paris, et notamment celle du 92 rue de la Pompe, dans le 16e. Derrière la façade bleu encre, Louise vous accueille tous les jours dans un bel espace réunissant de nombreux créateurs français. « Nous proposons en majorité des bijoux mais également des accessoires et vêtements pendant l’été, tels que des sacs, des pochettes ou encore des paréos et des maillots de bain », précise la responsable. Attention aux yeux ! La sélection, pointue, est réalisée avec goût : des sautoirs aux bracelets en passant par les bagues et les boucles d’oreilles, on est immédiatement séduit par la finesse des créations, leurs formes et les différentes couleurs proposées. Confectionnées majoritairement en argent ou en plaqué or (plus rarement en vermeil) et souvent ornées de pierres, les pièces possèdent un style moderne et raffiné, correspondant à des identités multiples. De quoi plaire à un large public. Idem du côté du porte-monnaie : allant de 30 à 215 €, les prix restent accessibles à tout type de budget. La marque tient à promouvoir le « made in France », c’est pourquoi elle travaille exclusivement avec des fournisseurs basés dans l’Hexagone et en région parisienne. On y retrouve, entre autres, les créateurs Mya bay, LUJ, Dear charlotte, Julia Brami ou
Publicité
Louis Louise
  • Shopping
  • Boutiques
  • 16e arrondissement
  • prix 3 sur 4
Chemise en jean miniature, marinière en toile ou robe à pois, la boutique de vêtements pour enfants Louis Louise mélange avec délicatesse des imprimés et coloris classiques avec les éléments d'une mode plus contemporaine. Tous les six mois, la créatrice Julie Meiler propose une nouvelle collection pour les enfants de 3 mois à 12 ans. Du sportswear aux tonalités gris chiné, kaki ou orangées aux coupes plus romantiques et aux imprimés pastel, ses créations surfent clairement sur la vague du style parisien. Et ça marche ! Comment ne pas craquer devant la petite salopette bretonne ou le short à froufrous très seventies. Jersey, crépon, tuile, mohair et cachemire côtoient la douce simplicité des mailles en coton. Louis Louise fait la part belle aux matières. Depuis 2006, la marque connaît un succès grandissant dans les grands magasins de nombreux pays. Deux boutiques ont ouvert leurs portes dans deux arrondissements parisiens (le 6e et le 16e). L'atmosphère y est paisible. C'est idéal pour faire des essayages avec vos petits, loin de l’effervescence des grandes chaînes. Comptez entre 30 et 150 euros pour un pull et, 13 euros pour une paire de chaussettes made in France. Entre nostalgie et modernité, l'enseigne apporte une touche de poésie dans le monde de la mode pour enfants. On pourra, certes, reprocher à Louis Louise d'être un peu trop sage : les traditionnels tissus bleus pour les garçons et les dentelles roses pour les filles sont encore très présents dans les rayons. Mais d'
Au bal masqué
  • Shopping
  • Boutiques
  • 16e arrondissement
  • prix 3 sur 4
Au Bal Masqué, vous ne trouverez pas de déguisements, mais bien des costumes ! Cela fait dix ans que ces passionnés d’histoire, de tissus, dentelles et de jeux de rôle ont pris place dans un passage commerçant aux allures rétro. Le personnel conseille les clients avec tact, pour leurs soirées à thème ou leurs bals costumés. Sitôt franchi le seuil de la porte, les XVIIe et XVIIIe siècles ne sont plus si loin. Compter tout de même 25 euros la location d’une chemise d’époque et 350 euros pour une robe en crinoline, nettoyage compris. Les masques vénitiens ornent fièrement cette boutique à l’aura d’un petit musée. Les masques simples ou voluptueusement plumés sont fabriqués en Italie. Les années 1970 ont aussi du succès, et le Bal Masqué propose de très beaux exemplaires évasés aux motifs psychédéliques. Pour compléter une parure, il est également possible d’acheter quelques accessoires « industriels mais de qualité », notamment des masques et perruques pour environ 15 euros.
Publicité
A la mère de famille
  • Shopping
  • Chocolateries et confiseries
  • 16e arrondissement
  • prix 3 sur 4
Cette chocolaterie, la plus ancienne de Paris, fait le bonheur des gourmands depuis 1761. Jadis fondée dans un Montmartre encore très champêtre, la marque n’a rien perdu de son esprit de famille. Une recette simple à ce succès : un service agréable et de qualité, des produits aussi bons que beaux, et un packaging distingué et rétro propice à des idées cadeaux ; le tout étant, autant le dire dès maintenant, plus qu’appétissant. Rochers, mendiants ou macarons, vous pourrez profiter de divers assortiments (de 26 euros les 300 g à 80 euros le kilo) composés selon votre penchant - plus ou moins noir, lait ou praliné. Pour varier les plaisirs, caramels ou pâtes de fruits colorées font honneur à la tradition. A découvrir, les délicieux toucans (du praliné, des noisettes et de la nougatine, feuilletés et savamment enrobés de poudre de cacao). Les palets secs ou fourrés à la ganache sont, quant à eux, proposés légèrement parfumés au cacao, moka ou à l’orange. Reconnue pour la qualité de son praliné, A la mère de famille agrémente ses petites perles de douceur, de caramel, de citron ou encore de framboise. Vous trouverez aussi pour 5 euros, des tablettes de chocolat aux divers degrés d’amertume (pour un plaisir simple), aux noisettes ou aux noix. Pour ceux qui chercheraient un substitut tout aussi addictif mais plus fin et plus sain que les fatals pots de pâte à tartiner Nutella, les boutiques d’A la mère de famille proposent la huitième merveille du monde à 11 euros, le pot de 500 g.
Débo gato
  • Shopping
  • Chocolateries et confiseries
  • 16e arrondissement
  • prix 3 sur 4
La boutique Débo gato est un véritable laboratoire où l'on crée des petites pâtisseries personnalisées. Derrière tout cela, il y a d'abord Deborah, passionnée depuis toujours par la cuisine colorée, ses frères, ses sœurs, sa mère. Tous devenus entrepreneurs pour la (bonne !) cause. C'est fin 2012 que Deborah, ancienne employée d'une banque d'affaires, se lance dans la création et la vente de cupcakes, popcakes, sablés, choubidoux et autres gourmandises conçues sur mesure. L'idée : lutter contre la mauvaise réputation des gâteaux américains que l'on juge souvent plus beaux que bons. Exit la crème au beurre. Ici, on pare les mini-cupcakes d'une ganache légère (1,80 € l'unité). Les pâtisseries sont réalisées in situ et ne contiennent que des produits frais et sans conservateurs. De nouvelles créations sont proposées chaque semaine et suivent autant que possible le rythme des saisons. La petite boutique qui fait aussi salon de thé, assume une esthétique enfantine très rose bonbon. Gâteaux Barbie, Formule 1 ou guitare électrique (entre 7 et 9 € la part), Débo gato propose de véritables sculptures de pâte à sucre. Qu'on adore ou qu'on déteste, force est de reconnaîre que cette pâtisserie a le mérite de trancher avec la grisaille du quotidien, et ne laisse aucun passant indifférent dans la rue de Lonchamp. Nul ne sera donc surpris d'apprendre que Débo gato fait un ravage chez les 3-4 ans et pour les goûters d'anniversaire des moins de 12 ans. Et pourtant, il n'est pas rare de voir b
Recommandé
    Vous aimerez aussi
      Publicité