0 J'aime
Epingler

Le San Francisco Ballet aux Etés de la danse

Du 10 au 26 juillet au théâtre du Châtelet

San Francisco ballet  (© Erik Tomasson)
1/9
© Erik Tomasson
San Francisco ballet
San Francisco Ballet (© Erik Tomasson)
2/9
© Erik Tomasson
San Francisco Ballet  (© Erik Tomasson)
3/9
© Erik Tomasson
 (© Erik Tomasson)
4/9
© Erik Tomasson
Yuan Yuan Tan et Damian Smith dans Wheeldon's After The Rain
San Francisco ballet  (© Erik Tomasson)
5/9
© Erik Tomasson
San Francisco Ballet  (© Erik Tomasson)
6/9
© Erik Tomasson
San Francisco Ballet
San Francisco Ballet  (© Erik Tomasson)
7/9
© Erik Tomasson

Sofiane Sylve et Anthony Spaulding dans Agon

San Francisco Ballet  (© Erik Tomasson)
8/9
© Erik Tomasson
Symphony In C
San Francisco Ballet  (© Erik Tomasson)
9/9
© Erik Tomasson

Joan Boada et Gennadi Nedvigin dans Zanella's Alles Walzer

C'est le rendez-vous danse de l'été. L'évènement qui fait frétiller tutus et demi-pointes. Chaque année depuis 10 ans, le théâtre du Châtelet invite sur scène le très réputé festival les Etés de la danse. L'occasion de découvrir des chorégraphes de l'autre côté du globe, et des compagnies internationales de renom rarement présentées dans l'Hexagone. On y a croisé les silhouettes chaloupées de la Alvin Ailey American Dance Theater, ou encore les pas aériens de la Paul Taylor Dance Company. Pour fêter son dixième anniversaire, la manifestation juilletiste a convié le San Francisco Ballet de Helgi Tomasson à présenter près d'une vingtaine de chorégraphies dont neuf inédites en France. Des ballets de Balanchine, Robbins ou encore Wheeldon sur des symphonies signées Beethoven, Stravinksy, Rachmaninov...

Un programme différent chaque soir pour découvrir l'étendue du talent de la plus ancienne compagnie de ballet des Etats-Unis !  

+ de spectacles cet été

Nous n'irons pas à Avignon

Du 2 au 27 juillet 2014 Toutes les compagnies n'ont pas la chance, voire les finances, d'aller s'acoquiner du côté du Vaucluse. Car « le plus grand théâtre du monde » a beau dorer sous le soleil avignonnais, il a un coût ; celui des locations de salles, du logement ou encore de la publicité. Certaines troupes, désargentées ou non, préfèrent parfois poser leurs planches sur le sol francilien et profiter de la carence estivale que de draguer le passant à Avignon. On les comprend, et on se réjouit que la Compagnie de la Gare, la fameuse « fabrique d'objets artistiques en tous genres » organise au mois de juillet un festival alternatif : Nous n'irons pas à Avignon. Non, nous irons rue Pierre Sémard, dans un ancien dépôt de la gare de fret de Vitry-sur-Seine, applaudir une trentaine de compagnies. 17 spectacles au total : du clown avec la Compagnie du Moment, du théâtre d'objet ('Antidote' du 16 au 20 juillet 18h), de la danse contemporaine ou encore des spectacles jeune public. Alors que l'édition 2013 réunissait un total de 75 représentations, cette année il y en aura plus de 130. Pour l'occasion, Nous n'irons pas à Avignon organise chaque jour environ huit spectacles, un toutes les heures à partir de 15h. On en oublierait presque la cour d'honneur du Palais des papes. Tout le programme du festival est disponible ici + de théâtre Scènes : Dernières critiques Une Faille Voilà maintenant deux saisons que les personnages d’‘Une faille’ nous font découvrir Montreuil. Un peu à la

En savoir plus
Par Anaïs Heluin

Paris Quartier d'été

Du 14 juillet au 15 août 2014 Depuis 1990, Paris Quartier d'été rompt avec l'ennui. Alors que les théâtres ferment leurs portes et que les compagnies s'exilent dans le Vaucluse, le festival dirigé par Patrice Martinet renoue avec le spectacle vivant. Pendant un mois, du 14 juillet au 15 août, plus d'une vingtaine de troupes viendront occuper l'espace public francilien. Un festival parfois gratuit (le 14 juillet par exemple), parfois payant (jusqu'à 26 euros en tarif plein) et qui squatte mille lieux à Paris et alentour. Après avoir occupé la place de la République fraîchement rénovée l'an dernier, le festival s'invite sur le plateau très convoité du Carreau du Temple. D'ailleurs, du 14 au 19 juillet, on y applaudira Pierre Henry. Parmi les lieux, on retrouve également des théâtres (TCI, Théâtre Paris-Villette), des jardins (jardin des Acacias de Nanterre, jardin du Luxembourg), et même des musées (Quai Branly, Cluny). Un domaine géographique plein de surprises, car si Paris Quartier d'été repousse les frontières souvent cloisonnées du théâtre en investissant des lieux inédits, il permet également d'appréhender des spectacles des quatre coins du monde ; en provenance de Corée ('N(own)ow') du Japon ('Religieuse à la fraise'), d'Afrique du Sud ('Via Sophiatown') ou encore de Colombie ('Diario de una crucifixion'). Tout le programme ici. Notre sélection Religieuse à la fraise Il avance doucement sur une scène presque nue, seulement jonchée de feuilles et de brindilles. Très vite

En savoir plus

Scènes d'été

Lieu de détente privilégié, le parc de la Villette va rythmer les rayons du soleil tout l’été. Du 5 juillet au 24 août, concerts, ateliers, cours de cuisine et villages artisanaux occupent juilletistes et aoutiens, petits et grands. Si l’an dernier la Villette nous conviait en Afrique du Sud, en Inde et en Italie, cet été ce sera en Turquie, à Cuba ou encore au Sénégal que l’on posera ses valises. Un voyage à la découverte des cultures du monde : café turc, ateliers de danses populaires, bal salsa, initiation aux percussions… A chaque week-end son horizon, ses couleurs et ses odeurs. Week-end des 5 et 6 juillet • Samedi de 14h à 19h30 : marché bio, atelier de construction instrumentale, orchestre d'instruments inhabituels... • Dimanche de 11h à 17h30 : atelier cuisine "en herbes", marché bio, parcours chorégraphié, débat... • Concerts - 18h Urbasonic (lutherie urbaine) et 19h François Corneloup & le Peuple Etincelle invitent l'Harmonie du Conservatoire de Montreuil

En savoir plus
Jusqu'à Dim août 24
Advertising

Avignon 2014

Chroniques, humeurs et photographies en direct du Vaucluse La 68e édition du Festival d'Avignon s'annonce compliquée pour Olivier Py. Alors que l'auteur et metteur en scène occupe pour sa première année la direction du festival, le voici fortement perturbé. La faute aux intermittents égoïstes comme l'a asséné Rodrigo Garcia quelques jours auparavant ? La faute à un gouvernement sourd qui s'obstine à imposer un protocole refusé par toute la profession ? Si la programmation du festival risque de subir quelques turbulences, elle présage pourtant du meilleur : la présence dans la cour du Lycée Saint-Joseph du travail d'Alain Platel et de musiciens de Kinshasa, la beauté plastique des scénographies d'Alexandre Singh, le théâtre japonais de Satoshi Miyagi au coeur de la Carrière de Boulbon... Un événement qui s'annonce peut-être moins pointu que sous la précédente présidence, mais assurément d'aussi bonne qualité. Côté Off, on assure depuis quelques semaines qu'aucun spectacle ne serait annulé. Tout simplement parce que les compagnies - souvent très endettées - ne pourront se permettre de se passer de leurs recettes d'Avignon. Il y a parfois des choix bien dur à faire. Allez, bon festival ! Festival non inauguré mais festival sauvé Comme s'il présentait l'issue malheureuse, le ciel d'Avignon grondait vendredi. Alors que le ciel pleurait à grosses gouttes, les artistes du Off habitués à défiler dans la musique et les costumes marchaient silencieux, banderoles à la main, un morceau

En savoir plus

Commentaires

0 comments