Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right 8 choses incontournables à faire à Santorin

8 choses incontournables à faire à Santorin

Bienvenue sur la plus belle île au monde

Photograph: Courtesy CC/Flickr/Ben & Gab
Photograph: Courtesy CC/Flickr/Ben & Gab
Par Fiona Garfagnini |
Advertising

A peine débarqués du ferry, on est déjà intimidés : les immenses flancs de la falaise se donnent à nous – comptez environ trente minutes de taxi pour grimper jusqu’à la ville d’Oia. Mais que la récompense est belle. Car perché sur l’île la plus connue des Cyclades, vous allez vous prendre (sans forcer) la plus belle vue du monde en pleine gueule. Là-haut, c’est comme sur les photos Insta : on s’encanaille dans les petites maisons troglodytes blanchies à la chaux et aux toits arrondis, avec pour seuls couleurs du bleu et ce blanc écarlate. Pour le reste, on a le droit à la Sainte Trinité vacancière : tranquillité (sauf si vous squattez en plein mois d’août les routes touristiques), mer et soleil. En bref, tous les ingrédients d’une lune de miel – pas pour rien que les couples du monde entier inondent les hôtels après s’être dit « oui ». Bref, vous l’avez compris : ici, toutes les mains qui se baladent sont entrecroisées. Alors un conseil : n’allez pas à Santorin pour chercher l’âme sœur. Pour tous les autres, Time Out vous accompagne dans vos vacances en Grèce et vous donne ses meilleures adresses. Nuits de rêve, restaurants cachés, plage de sable rouge ou points de chute anti-touristes, tout est là.

A lire aussi : Les meilleurs plans à Athènes et à Mykonos

1. Passer une nuit dans l’un des meilleurs hôtels du monde

Où : Élu meilleur hôtel de Santorin par le label TripExpert, Ikies fait partie de ces hôtels-boutiques très très haut gamme. Niché dans les falaises, c’est l’hôtel parfait pour une nuit d’exception : on batifole entre suites, maisonnettes ou studios en direction de la piscine, mais impossible de ne pas s’arrêter à chaque pas pour admirer la puissance de la vue. Le service, discret, est pourtant toujours au garde-à-vous et veille à ce qu’il ne vous manque rien. Histoire de toucher un peu plus les portes du paradis.

Pourquoi : Dans la captain’s room, on navigue entre luxe et chic. On se pose dans le salon séparé de la chambre, au mobilier italien. La couleur ? Facile : blanc, blanc et blanc. On saute ensuite par la fenêtre dans le Jacuzzi privé blotti dans un coin de la terrasse. Puis on met le cap sur la grande terrasse pour se faire un skyporn. Et si la solitude vous guette, la piscine collective de six places seulement est à votre disposition.

Time Out dit

2. Dormir dans un cocon paradisiaque

Où : On monte d’un cran pour toucher, cette fois, à la perfection. Kirini Suites & Spa s’est implanté dans de petites maisons troglodytes aux angles arrondis. Dans ce lieu estampillé Relais & Châteaux, connu pour refuser toute standardisation, on passe ses vacances dans une bulle de blancheur. Les chambres, qui vont de la junior suite (35 mètres carrés) à l'étonnante master suite, offrent peut-être la meilleure vue de l’île pour admirer la caldeira. Et le service se rapproche des palaces parisiens. Comprenez : irréprochable !

 

Pourquoi : La master suite porte bien son nom, au point qu’on s’y sent un peu comme PNL : les maîtres du monde. Petite piscine privée à l’eau translucide, chambre follement design et terrasse enchevêtrée, tout ne fait qu’un. Surtout, on admire la vue directement allongé sur le lit king size. Le petit plus de l’hôtel : un spa ultra-relaxant. Pas question d’y aller tous à la fois, on le réserve pour encore plus d’intimité… N’oubliez pas de fermer la fenêtre ! 

Côté cuisine, on nage en pleine Méditerranée avec un accent sur les vins du terroir. Pour aller jusqu’au bout de l’expérience, un restaurant gastronomique, l’Anthὸs, va, sans tomber dans le cliché, vous faire un peu plus voyager.

Time Out dit
Advertising

3. Goûter du vin et du fromage made in Santorin

Où : Il faut se perdre dans les ruelles d’Oia pour tomber sur le restaurant Vineyart. Cette ancienne résidence familiale grecque garde tout son charme. Ses murs rouge brique dénotent par rapport à la blancheur absolue de la ville.

Pourquoi : Ce café-restaurant met l’accent sur les produits locaux : fromages naturels et vins de Santorin à gogo. Il faut se laisser séduire par les conseils (et le sourire) de la serveuse. Ne tentez pas de déchiffrer les noms inconnus des produits tels que le « kopanisti ». Il vaut mieux la jouer découverte avec un mix de fromages (21 €) accompagné de sardines marinées (6,5 €).

4. Manger sur la baie d’Ammoudi

Où : Touuuut en bas de Santorin. Il ne faut pas oublier que la ville des amoureux est construite sur le sommet d’une falaise. Mais Santorin connaît ses petites baies. La plus exploitée : celle d’Ammoudi où les trois restaurants présents sont pleins à craquer. La trouvaille : la Dimitris Ammoudi Taverna.

Pourquoi : La table se mérite : il faut descendre et descendre des marches pour arriver au pied de la falaise. Si leur méthode de réservation laisse un goût amer (il faut payer 10 € par personne en ligne), on y mange du très bon poiscaille bien frais. Assiette de fruits de mer obligatoire pour tout goûter : crevettes, calamars, poulpe, poissons et moules. Avec un gros big up pour le poulpe tendre comme de l’agneau. Celui-là, on sait d’où il vient. Il suffit de tourner la tête pour voir ses congénères, fraîchement sortis de l’eau, étendus sur de grandes cordes.

Advertising
© Danel Solabarrieta

5. Faire la bringue à Thíra

Où : Thíra (appelée aussi Fira) est le rendez-vous de Santorin pour aller un peu déconner le soir. On sort de la très prisée et romantique Oia pour déambuler entre les bars et lâcher prise.

Pourquoi : Pour avoir un avant-goût de Mykonos. Et Fira, ça n’arrête pas jusqu’au petit matin. Dans ses étroites ruelles, différents styles de musique se font entendre : commercial, latino, hip-hop… Il suffit de suivre le vent. On y trouve même un Macdo pour les petits creux de 5 heures du mat’ !

6. Se perdre dans les boutiques d’Oia

Où : Oia est à Santorin ce que Porto Cervo est à la Sardaigne ou Saint-Tropez à la France : la petite ville est très prisée (et donc très chère). On descend les rues, on dérape, on se pousse aussi. Car même dans la première quinzaine de juin, Santorin est déjà bien bondée.

Pourquoi : Pour les files de boutiques tenues par des vendeuses plus ou moins aimables. Dans les grands bric-à-brac, c’est l’endroit de dégoter son petit magnet souvenir ou son bracelet œil protecteur. Il ne faut pas hésiter à quitter l’artère principale et se perdre dans les ruelles pour vraiment goûter au charme de la ville.

Advertising
© Dietmar Rabich

7. Visiter une église

Où : Les églises orthodoxes blanches à dôme bleu sont un symbole des Cyclades. On en croise tellement souvent que l’on doit s’y arrêter au moins une fois. Le conseil : la chapelle du mont Profítis Ilías.

Pourquoi : C’est la plus ancienne chapelle de l’île, construite en 1771. Et le spot incontournable pour voir Santorin en grand : caldeira, vignobles, vallées, mer… Petit plus : faire un tour dans la boutique qui regorge de produits locaux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

8. Se dorer la pilule sur le sable rouge de la red beach

Où : Au sud de Santorin, il y a la Red beach. Sans cocotiers mais avec les immenses flancs rouges de la falaise et un sable volcanique. Pas de valse-hésitation, on descend de son sommet pour tremper les panards dans la mer.

Pourquoi : C’est la plage la plus célèbre mais aussi la plus surpeuplée. Son sable rouge attire les visiteurs de toute l’île, donc venez assez tôt. Un parking est à disposition à 5 minutes de la plage avec deux snacks pour vous rassasier. Conseil : prendre une bouteille d’eau bien fraîche, vous allez cramer !

Advertising