La Terrasse de Nanterre : nouvel espace d'art

Débarquement d'art contemporain à La Défense le 28 juin

 (© TB / Time Out)
1/10
© TB / Time Out
 (© TB / Time Out)
2/10
© TB / Time Out
 (© TB / Time Out)
3/10
© TB / Time Out
 (© TB / Time Out)
4/10
© TB / Time Out
 (© TB / Time Out)
5/10
© TB / Time Out
 (© TB / Time Out)
6/10
© TB / Time Out
 (© TB / Time Out)
7/10
© TB / Time Out
 (© TB / Time Out)
8/10
© TB / Time Out
 (© TB / Time Out)
9/10
© TB / Time Out
 (© TB / Time Out)
10/10
© TB / Time Out

Aux Terrasses de Nanterre, les buildings, les banques, les agences d'assurance et les fast-foods poussent comme des champignons. Pas les centres d'art contemporain. A priori, ce no man's land (hormis pingouins attaché-case-costard-imitation-Armani) blotti entre les bureaux de La Défense, les autoroutes de banlieue et l'université de Nanterre avait tout du terreau hostile à une quelconque initiative culturelle. Et pourtant, c'est ici, sur un coin de pelouse paumé au milieu de l'axe Louvre-Concorde-Arc-de-Triomphe-Grande-Arche-Château-de-Saint-Germain-en-Laye, que l'ancienne équipe de la Villa des Tourelles a décidé de planter une petite graine artistique. Sans trop savoir ce que La Terrasse, qu'on inaugure le samedi 28 juin, deviendra - une brindille insurgée contre un paysage de béton armé, ou un écosystème florissant, au sein duquel les citadins en mal d'art et de réflexion pourront venir s'oxygéner. « C'est un laboratoire, une expérience », nous confie Sandrine Moreau, responsable du service des arts plastiques de la Ville de Nanterre. « Il me semble intéressant d'interroger la place que peut prendre l'art dans ce genre de quartier. » 

Sur l'esplanade, où s'élève timidement le « toit » de La Terrasse (un petit bloc de verre tout discret), une installation de Krij de Koning donne le ton. 'Axes' ressemble à un imbroglio d'arcades de toutes les couleurs, sorte de peinture tridimensionnelle qui résonne et dissone avec les arches dressées alentour, proposant une multitude de points de vue sur ce paysage de bitume et de monolithes. Vraisemblablement, ici, on compte cogiter sur la vie urbaine, ses architectures et ses dynamiques sociales : la preuve dans la salle du sous-sol, qui présente une sélection de peintures, dessins et photos, où les routes désincarnées d'Edith Roux croisent les paysages stylisés d'Olivier Turpin, les terrains vagues de Raphaël Zarka et les cités de Cyrille Weiner. Autres projets en cours ou en devenir : une vitrine d'installations qui donneront sur le rond-point de la départementale, des rencontres, des visites guidées, une programmation saisonnière d'expositions, peut-être aussi des spectacles et des projections. Mais surtout une volonté de se rapprocher de la Fac en proposant de délocaliser certains cours, pour instiller une dimension éducative dans ce petit havre de création. « On est un peu brouillon, on veut faire de tout », nous dit-on. De tout, tant que ça porte ses fruits. Car la vocation de La Terrasse part d'un bon pied : tout porte à croire qu'elle émane bien d'un besoin d'entrer en dialogue avec le public nanterrois et parisien, plutôt que d'une simple envie de présenter de jolies œuvres d'art contemporain dans un joli cube de verre. Une proposition fraîche et ouverte, comme on les aime.

Infos pratiques
• Où ?

Au 57 boulevard de Pesaro
Nanterre (92)
RER Nanterre Préfecture

• Quand ?
A partir du 28 juin
Du mardi au vendredi de midi à 19h, le samedi de 14h à 19h (sauf jours fériés)
Fermeture en août (réouverture le 2 septembre)

• Gratuit

Plus d'art contemporain en banlieue

8 pique-niques culturels en Ile-de-France

Le monde se divise en deux catégories : ceux qui pensent que le pique-nique est une affaire de knackis, de beuverie ou de survie, et ceux qui ont l'intime conviction qu'on peut manger et boire en plein air tout en se nourrissant l'esprit. En ouvrant cette page, vous êtes tombés dans la deuxième catégorie. Bienvenue. Et félicitations. Vous allez bientôt pouvoir vous libérer des pelouses estivales des Buttes-Chaumont, où vous sirotiez pas plus tard que l'année dernière du rosé tiède, en regardant le gros orteil de votre voisin faire des allers-retours dans votre assiette de saucisson. Vous allez bientôt pouvoir briller en société le lundi matin en expliquant que lors de votre pique-nique dominical, vous, vous êtes tombé sur une installation d'art moderne en pleine forêt, une péniche qui héberge des artistes ou des fresques de street art plantées au milieu d'un paysage de ruines industrielles. Bref, vous aurez traversé le périph' pour prendre un bon bol d'art frais en Essonne, en Seine-Saint-Denis, dans les Yvelines ou dans le Val-de-Marne en explorant un de ces lieux improbables où l'art contemporain, la musique et l'architecture cohabitent avec la nature. Et vous aurez le ventre plein et l'esprit vif. Bref, vous aurez la classe. A l'échapée belle • Domaine de Chamarande La rédaction a le béguin pour le Domaine de Chamarande. Voilà, ça c'est dit, et sans rougir. Ce château d'Essonne et son parc splendide, nichés à l'orée d'un bois et d'un petit village rattaché au RER C, sont l

Par Clotilde Gaillard

Art contemporain en banlieue

Ces lieux d'exposition et de création qui fleurissent au-delà du périph' Ceux qui estiment qu'art contemporain (« = fumiste, intello, bobo, parigot ») et banlieue (« = caille-ra, émeutes, inculte, insultes ») sont condamnés à faire mauvais ménage feraient bien de traverser le périph' de temps en temps. En une vingtaine d'années, de la petite ceinture accessible en métro jusqu'aux terminus ô si lointains des lignes de RER, les centres et galeries d'art contemporain ont poussé comme des champignons magnétiques, rivalisant d'audace et de qualité. Résidences d'artistes, espaces d'exposition flambants neufs, monuments historiques réhabilités : c'est ici, entre béton et campagne, que bourgeonnent et s'épanouissent certaines des meilleures adresses d'art contemporain d'Ile-de-France. De quoi bousculer quelques bons vieux a priori... Les incontournables MAC/VAL - Vitry Le musée d’art contemporain du Val-de-Marne ouvre ses portes à Vitry-sur-Seine quelques jours seulement après les émeutes de 2005, à l’heure où la stigmatisation des banlieues est à son comble. Quelques années plus tard, sa réputation n’est plus à faire. Le MAC/VAL, symbole du dynamisme culturel d’une périphérie de plus en plus émancipée de l’emprise parisienne, s’impose comme l'un des meilleurs rendez-vous de la création actuelle... La suite Crédac - Ivry Après avoir résidé au centre Jeanne Hachette pendant près de vingt-cinq ans, le centre d'art contemporain d'Ivry a déménagé en septembre 2011 : direction la manufac

Advertising

Les temples de l'art contemporain

La Fondation Cartier a posé la première pierre en 1994, en inaugurant son palais de verre et de fer voué à l'art contemporain. Dix-huit ans plus tard, Paris et sa proche banlieue grouillent de nouvelles institutions publiques et privées dédiées à la création actuelle. Après le Palais de Tokyo (2002), la Maison Rouge (2004) ; après le MAC/VAL (2005), le BAL (2006), suivi du 104 (2008). Et enfin est arrivée la Gaîté Lyrique (2011), venue consacrer l'ère numérique. En quelques années seulement, ces sites, ni galeries, ni musées, ont transfiguré le paysage culturel francilien, poussant l'art d'aujourd'hui sur le devant de la scène. Peintures, photographies, sculptures, installations et vidéos brillent derrière ces emballages monumentaux, qui rivalisent d'audace et de prestige. Vouées à ériger des ponts entre la création contemporaine et son public, les nouvelles cathédrales de la culture sont venues rattraper le retard de Paris (par rapport à New York, Londres ou Berlin) en matière de diffusion des arts. Etat des lieux. Pape du mécénat : Fondation Cartier Après avoir résidé près de Versailles pendant dix ans, la Fondation Cartier déménage à Paris en 1994. Le grand mécène d’art contemporain élit domicile boulevard Raspail, dans un bâtiment signé Jean Nouvel : un mastodonte de verre et de fer, érigé sur commande du bijoutier. Bien avant la création du Palais de Tokyo ou de la Maison Rouge, le palais des glaces du joaillier, unique en son genre avec ses 1 200 m2 d’espace d’expositio

Le Fort d'Aubervilliers sous les bombes

Les pages Art les plus lues Guide des musées parisiens Les meilleures expos 50 oeuvres d'art incontournables Expositions gratuites Expositions photo Derniers jours Art contemporain en banlieue Prochainement Les galeries du Marais Place au street art dans le cadre du festival In Situ, jusqu'au 14 juillet Une quarantaine d'artistes. Une toile à ciel ouvert, faite de bric et de broc, de ruines industrielles, de voitures rouillées, de façades abandonnées. Non, ça ne se passe pas dans les décombres de Berlin Est, mais au nord de la ligne 7. Depuis le 17 mai, un monstrueux happening de street art a pris ses quartiers sur le terrain désaffecté du Fort d'Aubervilliers, désormais maquillé de la tête au bitume par des graffeurs venus des quatre coins du monde. Il faut dire que le lieu s'y prêtait. Convertie tour à tour en carrefour des contre-cultures du nord parisien (elle accueillait notamment le festival de hip-hop Temps Forts pendant les années 1980), en fourrière puis en casse automobile, l'ancienne bâtisse militaire du XIXe siècle respire le bon vieux terrain vague éclopé, à deux doigts d'être reconquis par une végétation insurgée contre la route nationale et les gratte-ciel environnants. Alors quand on sait que le site sera prochainement transformé en « éco-quartier » tout beau tout propre (ouverture prévue en 2025), on ne s'étonne pas que l'In Situ Art Festival ait voulu renouer, brièvement, avec l'histoire agitée du Fort en lui offrant une grand-messe de peinture à la

Advertising

MAC/VAL

Le musée d’art contemporain du Val-de-Marne ouvre ses portes à Vitry-sur-Seine quelques jours seulement après les émeutes de 2005, à l’heure où la stigmatisation des banlieues est à son comble. Quelques années plus tard, sa réputation n’est plus à faire. Le MAC/VAL, symbole du dynamisme culturel d’une périphérie de plus en plus émancipée de l’emprise parisienne, s’impose comme l'un des meilleurs rendez-vous de la création actuelle. Ses collections, dont la présentation varie de saison en saison, débobinent de belles séquences de l’art français de 1950 à nos jours, braquant les projecteurs sur Gilles Barbier, Annette Messager, Christian Boltanski, Cyprien Gaillard, Claude Lévêque…Les acquisitions récentes du musée sont venues étoffer le casting, cédant une place à de jeunes acteurs de la scène contemporaine, toutes nationalités confondues, tels Yvan Salomone, Tsuneko Taniuchi ou Jesper Just. Si l’on y ajoute cette vocation active de résidence d’artistes, et une riche programmation d’expositions temporaires, monographiques ou collectives, il y a fort à parier que le MAC/VAL a de beaux jours devant lui.

Paris et sa banlieue

Crédac

Après avoir résidé au centre Jeanne Hachette pendant près de vingt-cinq ans, le Crédac, centre d'art contemporain d'Ivry-sur-Seine, a déménagé en septembre 2011 : direction la manufacture des Oeillets pour de nouvelles aventures, toujours en compagnie de jeunes artistes émergents et de têtes d'affiche mondialement connues comme Mircea Cantor, Pierre Vadi, Vincent Beaurin ou Laurent Grasso. Au premier étage de cette ancienne usine de fabrication d'oeillets métalliques, tout en briques rouges et en baies vitrées, le Crédac renoue avec la vocation initiale des lieux : la production et la fabrique d'oeuvres d'art se placent au coeur du projet de ce centre culturel qui compte désormais, en plus d'un vaste showroom réservé aux expositions, plusieurs espaces consacrés à des ateliers de création pour les artistes et le public. Résultat : un lieu d'art contemporain encore plus vivant qu'autrefois, foisonnant de workshops, de dialogues et de créations en devenir.

Paris et sa banlieue
Advertising

Chamarande

La rédaction a le béguin pour le Domaine de Chamarande. Voilà, ça c'est dit, et sans rougir. Ce château d'Essonne et son parc splendide, nichés à l'orée d'un bois et d'un petit village rattaché au RER C, sont le lieu idéal pour croquer un peu d'art et de saucisson sur une nappe à carreaux. Une pelouse à n'en plus finir, des expositions d'art contemporain en plein air (ainsi que dans le château du XVIIe siècle et son orangerie) : ici, culture rime avec art de vivre, et on prend un malin plaisir à papillonner d'une installation à l'autre, à se promener parmi les oeuvres, à se prélasser sur l'herbe et à se laisser couler le long du plan d'eau du domaine, sur des barques mises à disposition en toute gratuité.

Les Eglises

A l’origine, il était deux églises mitoyennes : Sainte-Croix et Saint-Georges sauvées de la destruction par une municipalité bien décidée à faire de ce lieu un espace de diffusion de l’art contemporain. Un chantier confié au designer franco-hongrois Martin Szekely et à l’architecte urbaniste Marc Barani. Deux signatures de renom pour une réhabilitation époustouflante : vitraux transparents pour accroître la surface lumineuse, jasmins plantés dans le petit jardin du curé attenant aux églises, lignes épurées et dépouillement extrême. Un centre d’art unique en son genre consacré aux pratiques artistiques questionnant en premier lieu les notions de territoire (urbain, architectural ou encore historique). Ouvert depuis 2008, les Eglises proposent sur près de 200 m2, quatre expositions par an pimentées, pour la plupart, de performances, conférences et ateliers.

Paris et sa banlieue
Advertising

Commentaires

0 comments