0 J'aime
Epingler

Les bistrots historiques

Des lieux parisiens où manger et profiter d'un cadre authentique

© Café de la Paix

Peu de villes au monde peuvent se targuer d'un héritage gastronomique aussi imposant et toujours d'actualité. Choisissez votre quartier et vos mets de prédilection dans notre sélection de lieux authentiques qui, aujourd'hui comme hier, font honneur aux plaisirs gustatifs.

Dîner avec décor d'époque

1848 • Le Rocher de Cancale

Difficile d’imaginer la rue Montorgeuil en parc à huîtres, et pourtant : en 1848 lorsque le Rocher de Cancale (du nom du village breton) ouvre ses portes, le quartier n’est qu’une succession de traiteurs qui vendent des huîtres débarquées de Bretagne et de Normandie. A cette époque la capitale comptait un million d’habitants qui consommaient six millions de douzaines d’huîtres par an ! Elles ne figuraient pas dans les menus, mais étaient plutôt consommées comme amuses-gueule à l’heure de l’apéritif. 

En savoir plus
2e arrondissement

1885 • Les Deux Magots

Si vous vous installez en terrasse, ne vous offusquez pas si des touristes prêts à tout pour revenir avec une preuve de leur rencontre avec la philosophie française vous immortalisent avec les lieux. Ancien repaire du couple Sartre-Beauvoir, les Deux Magots attire désormais une foule moins spirituelle, et nettement plus showbiz (surtout le week-end). Mais si certains y viennent uniquement pour y être vus, le Deux Magots ne reste pas moins l’endroit parfait pour siroter un chocolat chaud en lisant un bon Albert Camus. 

En savoir plus
Saint-Germain-des-Prés

1903 • Angelina

Recommandé

Malgré un changement de propriétaire il y a quelques années – Angelina fait désormais partie du Groupe Bertrand, qui gère la Brasserie Lipp et la chaîne Quick, entre autres –, il serait difficile de ne pas tomber sous le charme de ce salon de thé Belle Epoque fondé en 1903 par le confiseur autrichien Antoine Rumpelmayer. Avec Proust et Coco Chanel comme clients, ses pâtissiers ont toujours su épater : le Mont-Blanc entièrement recouvert de marron demeure un classique, alors que d'autres créations éphémères, dont un dessert inspiré par Dita von Teese, montrent que la maison ne manque pas de modernité. 

En savoir plus
Opéra

1911 • Harry's New York Bar

Recommandé

En 1911, un New-Yorkais démonte son bar de Manhattan pour le remonter intégralement rue Daunou à Paris. Des écrivains comme Hemingway, Sartre ou Blondin sont venus goûter à quelques-uns des cocktails créés ici comme le Bloody Mary ou le White Lady. Ce repère d’Américains a tout d’un pub authentique d’outre-Manche, une déco d’origine, une carte de près de 300 whiskies et beaucoup de bières bien sûr. Après avoir traversé un siècle, il doit son succès à sa renommée et à l’affluence massive des touristes de passage près de l’Opéra. 

En savoir plus
Opéra

Redécouvrir les classiques

Un canard au sang à La Tour d'Argent • 1582

Recommandé

Adresse huppée de Paris et véritable institution : la Tour d’Argent et son panorama sur la Seine allument encore des étoiles dans les yeux des gourmands.Si cette diva de la gastronomie française n’est plus épinglée que d’un macaron, elle peut se flatter de posséder un service aussi souple qu’une chorégraphie de Découflé. Des mets aussi délicats que parfumés et des vins d’exception à déguster dans des timbales en argent. La scénographie entière du lieu force le respect. Sa spécialité ? Le canard au sang, numéroté depuis 1890 et préparé par Laurent Delarbre sous quatre formes (à l’orange, au poivre vert, aux fruits de saison et… façon Tour d’Argent).

En savoir plus
5e arrondissement

Une soupe à l'oignon à la Brasserie Mollard • 1895

Une des plus belles brasseries de Paris qui mérite que l’on s’y arrête au moins une fois dans sa vie. Après tout, un voyage dans le temps à trente euros, ça vaut bien le coup.Ici, le temps s’est arrêté en 1895. Pousser la porte de la Brasserie Mollard c’est remonter le temps vers l’époque vibrante où la vie parisienne venait s’échouer tous les soirs entre la gare Saint-Lazare et les Grands Boulevards. Un décor (classé) art nouveau lustré, patiné, par endroit même décati mais d’un charme éblouissant : mosaïques, fresques en céramique, colonnes de marbre, plafond à caissons, lustres à boules, meubles Niermans. 

En savoir plus
Europe

Un pot au feu à La Gauloise • 1900

Recommandé

Une institution, cette Gauloise. Bourgeoise, discrète, accueillante, de plus en plus moderne, elle propose une cuisine de saison réussie à des prix plutôt raisonnables.Déjeuner entre un metteur en scène de théâtre, un ancien politicien, un académicien du Goncourt et une Légion d’honneur ne vous effraie pas ? Vous avez bien raison. Il faut pousser la porte de ce restaurant de mémoire pour découvrir un lieu chic, calme et accueillant. La bourgeoisie parisienne a ses codes, respectés ici depuis bien des années (Mitterrand y eut longtemps son rond de serviette). 

En savoir plus
Grenelle

Une choucroute Chez Jenny • 1931

Grande brasserie au décor pittoresque et Alsace à la carte.Dans la série « monument du patrimoine gastronomique parisien », Chez Jenny tient bien son rang de brasserie d’anthologie. On y vient depuis 1932 pour respirer son air très « winstub ». Dans ce restaurant à l’accent alsacien au décor incroyable de marqueterie, statues et grandes fresques provinciales, on sert sous l’œil de Hansi des nourritures pittoresques (la première salle donnant un peu dans le carton-pâte, demandez à être logés au fond du restaurant, dépaysement garanti).

En savoir plus
3e arrondissement

Commentaires

0 comments