Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Montezuma Café

Montezuma Café

Bars, Bars à vins 2e arrondissement
Recommandé
5 sur 5 étoiles
5 sur 5 étoiles
(3Appréciations)
1/5
© Julien Mouffron-Gardner
2/5
© Julien Mouffron-Gardner
3/5
© Julien Mouffron-Gardner
4/5
© Julien Mouffron-Gardner
5/5
© Julien Mouffron-Gardner

Time Out dit

5 sur 5 étoiles

Vins sans soufre et musique sans compression : le premier bar audio-vinophile de Paris !

Pour qui ? Un(e) esthète aux oreilles fragiles et au gosier exigeant.
Boire quoi ?
Du pas bu partout, et pointu : Olga des Grottes ou Julie Balagny dans le beaujolais, Martin Otto Wormer en Allemagne… 

Montezuma, c’est le nom du dernier empereur inca dégommé par le conquistador Cortés. C’est aussi et surtout un clin d’œil à l’album Zuma (1975) de Neil Young, grand audiophile devant l’Eternel -en témoigne son livre To Feel the Music: A Songwriter's Mission to Save High-Quality Audio, sorti en septembre 2019. Lancé en catimini du côté de Bourse (improbable !), reconnaissable à son logo psyché façon Robert Crumb, le lieu est un total et génial ovni, alliant disques vinyles, cuisine chiadée et vins naturels, dans la veine de In Sheep's Clothing à LA ou Brillant Corners à Londres. 

L'idée ? Mettre en valeur des sons analogiques, pas compressés, bien équilibrés, diffusés sur le nec plus ultra : des enceintes Klipsch des années 90 ! Tous les vendredis et samedis, les tauliers (deux anciens du Verre Volé), Louis Mesana et Théophile de Penanster, invitent labels, radios ou disquaires indés à passer des skeuds. Bigwax Records, Dizonord, TSF Jazz, ou la nouvelle scène jazz londonienne (Vels Trio, Yazmin Lacey) : la crème de la crème ! Le reste de la semaine, les deux compères piochent dans leurs propres fonds : fusion, synth-pop jap, balearic beast ou vinyles chelous à la Nova genre rareté de cold wave marocaine…

Ce samedi-là, au sous-sol (une cave voûtée avec banquettes en bois clair découpées à angles vifs), une bande de hipsters vingtenaires ultralookés s’ambiancent sur les sons de Frous, cofondateur du label Teenage Menopause. Pour 10 €, on s’enfile un addictif bun (pain maison, du jour) garni de fines tranches de veau, rémoulade, comté, pourpier d’hiver et anchoïade ultra en place, cuisiné par la supercheffe Julie Della Faille (ex-Le Dauphin et Verre Volé). Laquelle régale ici tous les midis en semaine et les soirs du mardi au samedi !

Dans les verres (tous à 6 €), pas que des millésimes jeunes de 2018 (merci !), mais des vieux de la vieille étonnamment peu connus du grand public comme Christian Ducroux ou Michel Guignier dans le Beaujolais. Et l’avant-garde à taro réglo : 2016 d'Axel Prüfer, les deux premiers millésimes d'Olga des Grottes, Julie Balagny pour le beaujolais, Martin Otto Wormer en Allemagne… Dernière chose : c’est le seul endroit de Paris où goûter les cafés strasbourgeois du torréfacteur Omnino. Encore un bon point !

Chez Time Out, tous les établissements sont testés anonymement par nos journalistes, en payant l'addition à chaque fois, comme n'importe quel client !

Infos

Adresse 15 rue Notre-Dame-des-Victoires
Paris
75002
Transport Métro : Bourse
Prix Le midi, trois options : deux buns (pain cuit chaque jour) à 10,50 € ; 13,50 € avec entrée ou dessert ; 16,50 € le menu) ; un plat veggie à 12,50 € (15,50 € en formule, 18,50 € en menu) et un plat du jour à base de viande ou poisson à 14,50 € (17,50 € en formule ; 20,50 € en menu). Le soir, au bar ou en cave, buns, pasta, burrata ou terrine à 10 € max. Bouteilles de vin 25-145 €, 6 € au verre. Gin tonic 12 €, bières Loirette, Deck (Pale ou IPA) de 4-4,50 € le demi à 7-8,50 € la pinte. Expresso ou allongé à 2,50 € (2 € au zinc), cappuccino et thé à 4 €.
Contact
Heures d'ouverture Du lundi au samedi, 12h à 2h (à partir de 15h le samedi)
Vous êtes propriétaire de ce commerce ?

Votre avis (3)

5 sur 5 étoiles

Average User Rating

5 / 5

Rating Breakdown

  • 5 star:3
  • 4 star:0
  • 3 star:0
  • 2 star:0
  • 1 star:0
LiveReviews|3
1 person listening