0 J'aime
Epingler

6 questions à... La Mamie's

Lumière sur la bande de fêtards invétérés avant le lancement de leur saison d'été à La Ferme du Bonheur

1/8

© Arthuro Peduzzi (AØP)

© Arthuro Peduzzi (AØP)
2/8

© Arthuro Peduzzi (AØP)

© Arthuro Peduzzi (AØP)
3/8

© Arthuro Peduzzi (AØP)

© Arthuro Peduzzi (AØP)
4/8

© Arthuro Peduzzi (AØP)

© Arthuro Peduzzi (AØP)
5/8

© Arthuro Peduzzi (AØP)

© Arthuro Peduzzi (AØP)
6/8

© Arthuro Peduzzi (AØP)

© Arthuro Peduzzi (AØP)
7/8

© Arthuro Peduzzi (AØP)

© Arthuro Peduzzi (AØP)
8/8

© Arthuro Peduzzi (AØP)

On ne vous a jamais caché notre affection pour la Mamie's, cette joyeuse bande d’hyperproductifs capable de régaler les oreilles autant que de mettre les clubs et autres lieux alternatifs de notre chère Ville Lumière sens dessus dessous. Depuis 2007, l’équipe de pré-trentenaires agite la vie nocturne parisienne en organisant des fêtes follement récréatives, où le sérieux n’a de place que dans la programmation musicale. On peut leur accorder le mérite d’avoir su nous faire aimer la fête de la musique (RIP Place Dalida, bienvenue Juliette Dodu), de proposer des soirées ultra pointues (on pense notamment à leurs High_life qui ont ramené des artistes comme Tama Sumo, Dan Shake ou Paranoid London sur la scène française), d’enregistrer des podcasts régulièrement pour Le Mellotron, de monter un excellent festival en banlieue proche – le Macki, en collaboration avec Cracki Records –, de passer des galettes à droite à gauche, notamment au monstrueux Weather Festival, et de lancer une maison de production de concerts hip-hop (Verveine Production) et un label (Mamie's Records). Mais leur fil conducteur depuis quatre ans, c’est surtout leurs événements à La Ferme du Bonheur. Faut croire qu’au milieu des cochons, ces gars se sentent chez eux. Groupes live et DJ sets endiablés rythment les étés de leur public - une faune composée de leurs potes et d’une jeunesse débridée, pour une ambiance maximale. On a rencontré Fantin et Vito, deux des six membres du crew, à l’occasion de la grande première de 2016 (24e saison estivale de la Ferme) qui se tiendra ce samedi, de 14h à 22h. 

Time Out Paris : Quelle est la différence entre les fêtes où vous êtes présents la majeure partie de l'année à La Ferme, et vos sauteries estivales, les « Mamie-Bonheur » ?

La Mamie's : On a commencé là-bas comme invités à une Electro d'Bal, un format teuf électro, qui avait lieu le jeudi de 16h à minuit à l'époque et qui était entièrement gérée par La Ferme du Bonheur (petit extrait). Cette année, on a pris part intégrante à la production de ces événements. La vraie différence avec les Mamie-Bonheur, c'est que l'on s'occupe véritablement de toute la direction artistique et que l'on essaie d'y amener la patte freaky Mamie's avec plus de liberté. Cette année, c'est la quatrième saison de notre mini-festival ici, et on espère que ce n'est pas la dernière.

Vous avez une relation étroite avec ce lieu, parlez-nous de cette collaboration.

Relation étroite, c'est le cas de le dire... On s'entend très bien avec la nouvelle équipe et surtout avec Roger des Prés, créateur et DA de La Ferme qui nous permet à chaque événement d'aller toujours plus loin dans nos délires. On l'a par ailleurs rencontré fin 2011 alors invité à une Electro d'Bal par Eric Labbé. Il y avait une cinquantaine de personnes déchainées sur la piste de danse en plein hiver avec le cochon et la soupe au milieu, on a tout de suite adhéré au concept et au lieu. L'été suivant, il nous confiait l'orga des premières Mamie's à la Ferme. Ont suivi de très belles fêtes, des beuveries incroyables et des DJ chevalins. 

Des tarifs tout doux, des bénévoles, un carton plein à chaque fois et un investissement personnel qui semble grand. Grace à tout ça, La Ferme – qui semble toujours en difficulté financière – continue de rester un lieu familial. Vous pensez que ça peut changer, dans un désir de remplir davantage les caisses ?

Il y a bien sûr un côté financier à tout cela, notamment avec les grosses galères qui sont apparues à la fin de l'été dernier et notre engagement personnel sur d'autres projets, comme le Macki Music Festival. Cependant, l'esprit de base et l'envie de partager certaines valeurs restent les mêmes qu'au début, une fête libre, accessible à tous et sans jugement. Et surtout que chacun vienne booty shaker son body.

Une programmation qui attache autant d'importance au live qu'au DJing, au jazz et aux musiques du monde qu'à la house et au disco, à la présence d'artistes diversifiés dans leurs sets… Comment justifiez-vous cette pluralité ?

Il suffit d'écouter nos mix pour entendre que l’éclectisme est un des leitmotivs principal du collectif (par ici).

On connaît votre amour pour la musique, mais aussi vos frasques de chauffeurs de salles. C'est quoi votre secret ?

On essaie réellement de faire en sorte que l'esprit de fête englobe l'ensemble de l'éco-système qui tourne autour de nos événements. La musique est primordiale, mais on a tâché dès le début de l'association d'y amener une ambiance particulière avec des happenings, des chauffeurs de salles et des conneries. La fête doit rester imprévisible. Pour samedi, on prévoit un chill au top, la douche dans le favela pour les plus chaudes et chauds, un foodtruck (Starke) avec cornets de charcuterie, chips maison et sandwichs au boeuf bourguignon, des glaces à l'alcool par les nanas de Poptails, la distribution de fruits frais, un thème topless, et surtout la présence de notre première signature sur le label Mamie's Records, Kodamä... Et puis on installera une piscine dans un pré à côté avec des happenings musicaux pour tout l'été et dès le 23 juillet !

Le mot de la fin ?

La Mamie's, c'était mieux après.

*****

Mamie-Bonheur : Princesse Monokini
Samedi 9 juillet (14h - 22h)

Line-up : Toshio Matsuura, KodamäLucien & The Kimono Orchestra et La Mamie's
12 € (sur place ou en prévente)

*****

Les prochaines dates : 09/07 - 23/07 – 06/08 – 20/08 - 03/09

 

Et aussi...

Les clubs atypiques
Clubbing

Les clubs atypiques

Pour faire la fête dans des endroits chouettes. 

Les clubs : le top 10
Clubbing

Les clubs : le top 10

La programmation, le système son, le personnel, l'ambiance et le cadre sont les critères qui nous ont amenés à ce classement des 10 meilleurs clubs.

Les friches, warehouses et lieux alternatifs : le top 10
Clubbing

Les friches, warehouses et lieux alternatifs : le top 10

Les collectifs s'y installent pour nous faire vivre la musique différemment. Notre top 10 de ces lieux hors norme, loin des sentiers battus.

Les clubs : rive gauche
Clubbing

Les clubs : rive gauche

De plus en plus d’établissements atterrissent rive gauche, surtout depuis l’arrivée de la Cité de la Mode et du Design. Focus.

Les clubs : rive droite
Clubbing

Les clubs : rive droite

Grosses machines ou clubs intimistes : la scène parisienne est en pleine ébullition, et les lieux excitants fleurissent de l'autre côté de la Seine.

12 clubs branchés et sélects
Clubbing

12 clubs branchés et sélects

Vous avez sans doute entendu parler du Baron, mais ce club n'est pas le seul apprécié par la hype. Soirées mode, DJ branchés et aftershows attirent les invités de marque, qui viennent ici s'encanailler jusqu'au petit matin. Guide de ces clubs qui prennent très à coeur le tri sélectif.

Les collectifs techno et les fêtes éphémères
Clubbing

Les collectifs techno et les fêtes éphémères

Panorama de ces agitateurs de la ville qui bousculent les foules et rythment nos week-ends.

Les bars à musique
Restaurants

Les bars à musique

Chaque soir ou presque, de nombreux bars parisiens programment des concerts acoustiques et des DJ sets dans leurs caves voûtées. Voici notre sélection.

Afficher plus

Commentaires

0 comments