Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche

Musée d'Orsay

  • Musées
  • 7e arrondissement
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé
© DR
Publicité

Time Out dit

Dire qu’en 1973 les jours d’Orsay étaient comptés... On envisageait de raser l’ancienne gare aux horloges géantes, construite en 1900 par Victor Laloux, pour ériger, à sa place, un hôtel de luxe ultra moderne en bord de Seine. Heureusement, la lucidité historique l’emporta et le musée d’Orsay finit par voir le jour en grande pompe, le 1er décembre 1986, après de longs travaux.

A propos de travaux : le 20 octobre 2011, le musée a rouvert les portes de ses salles les plus importantes à l'issue de deux longues années de rénovations. Courbet et Van Gogh disposent désormais de leurs propres espaces, de même que l'art nouveau, nouveau venu entre les murs d'Orsay. Même le superbe café-restaurant niché derrière l'horloge, conçu par les frères Campana sur un thème sous-marin en hommage au Nautilus de Jules Verne ont eu droit à un coup de peinture revigorant.

Petit rappel de l'étendue de ces collections merveilleusement relookées : toujours absolument gargantuesques, elles commencent là où s’arrêtent celles du Louvre (autour de 1848) et s'arrêtent là où commencent celles du Centre Pompidou (c’est-à-dire vers 1914). Autrement dit, à peine soixante années d’histoire de l’art – du réalisme à l’école de Pont-Aven et de l’impressionnisme au pointillisme – suffisent à attirer plus de 3 millions de visiteurs et occuper près de 35 000 m2 de verrières.

Parmi les joyaux de cette imposante couronne de verre et de métal : 'L’Origine du monde' de Courbet et 'Un enterrement à Ornans' se bousculent sur les cimaises, non loin des 'Glaneuses' de Millet et des paysages de Corot. Manet vient également faire le pont entre réalistes et impressionnistes avec 'Le Déjeuner sur l’herbe' et 'Olympia'. Puis s'élèvent les vapeurs de 'La Gare Saint-Lazare' de Monet, premier tableau impressionniste, suivies des brumes de 'Londres, le Parlement'. Après 'L’Absinthe' de Degas, après le 'Bal du moulin de la Galette' de Renoir, après les 'Raboteurs de parquet' de Caillebotte, arrivent les aplats de couleurs et les détournements de perspective de Cézanne, Van Gogh, Gauguin… Puis l’art bascule vers le pointillé de Seurat, avant d’esquisser les premiers contours du XXe siècle en couleurs fauves, sous le pinceau de Matisse. Avec, au passage, une halte au cœur de cette jungle ensorcelée par la naïveté de 'La Charmeuse de serpents' du Douanier Rousseau.

Écrit par Tania Brimson

Infos

Adresse
1, rue de la Légion d'Honneur
Paris
75007
Transport
Métro : Solférino ou Assemblée Nationale ; RER : Musée d'Orsay
Heures d'ouverture
Du mardi au dimanche de 9h30 à 18h, nocturne (21h45) le jeudi.
Vous êtes propriétaire de ce commerce ?
Connectez-vous et revendiquez le commerce

Programme

Gaudí

  • 4 sur 5 étoiles
  • Architecture

S’il est surtout connu pour sa Sagrada Familia inachevée, Antoni Gaudí est loin d’être un one-hit wonder. Figure incontournable de l’Art nouveau, la star catalane bénéficie (enfin) d’une nouvelle rétrospective française à la hauteur de ses travaux. Cinquante après le musée des Arts décoratifs, c’est Orsay qui reprend la main pour nous offrir une maousse expo retraçant la vie et la carrière plus que remplie de cette icône de l’architecture. Tous ceux qui sont déjà passés par Barcelone seront d’accord pour dire que le bonhomme a su laisser son empreinte. Eglise de la Sainte Famille, Casa Batlló, Casa Milà ou encore parc Güell : les ouvrages signés Gaudí ont contribué à faire de la cité catalane la capitale de l’Art nouveau. A travers un parcours à la fois chronologique et thématique super détaillé, la rétrospective nous permet de (re)découvrir la création d’un style que l’architecte n’a cessé de décliner sur de nombreux médiums, du dessin technique à la réalisation architecturale en passant par le mobilier. “C’est un génie, ou un fou !”, se serait d’ailleurs écrié le directeur de l’école d’archi de Barcelone lors de la remise de diplôme du jeune Antoni.  La scéno sinueuse, signée du Studio Matters, reprend les formes organiques des créations de l’architecte pour nous guider à travers son histoire et nous confronter au corpus complet sélectionné avec soin par les équipes d’Orsay et du Musée national d’art de Catalogne. De la petite ébauche au maxi-vitrail, du carreau de céramiqu

Publicité
Vous aimerez aussi