Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche

Station Nord

  • Musique
  • 18e arrondissement
  • 5 sur 5 étoiles
  • Recommandé
Station Nord
© Henrike Stahl
Publicité

Time Out dit

5 sur 5 étoiles

Station Nord, l'extension d'un demi-hectare de la Station - Gare des Mines, entre centre d'art, lieu de diffusion musicale et de création

Cette Station Nord, il a juste fallu traverser la rue pour la trouver, puisqu'elle prend place sur le terrain attenant à la Station originelle (Station Sud désormais), au pied de la fameuse enseigne lumineuse Office Dépôt. Un lieu avec une "dimension de centre d'art, du son et de la musique" glisse Olivier Le Gal, le coordinateur du projet. 5 000 m2 qui seront partagés, sur le modèle de son aîné, entre espaces intérieur et extérieur. Aux plans et aux aménagements ? Leurs complices de toujours, l'Atelier Craft.

"Pour l'intérieur, on a affaire à un très beau volume de 500 m2, avec 8 mètres de hauteur sous plafond, une mezzanine qui parcourt l'ensemble du bâtiment et deux grandes portes qui rendent le lieu très lumineux. Et une jauge en temps normal [NDLR : Hors Covid] pouvant aller jusqu'à 750 personnes". 750 personnes ? Bim la claque, et ça c'est juste pour les intérieurs. 

5 000 m2 : en voici une cour de récréation à la démesure des méninges créatrices du Collectif Mu. La scénographie est minimale, avec du pavé, du béton, des gravats, des containers et deux voies ferrées végétalisées. A vous qui voulez de la friche, vous allez être servis. Mais rassurez-vous, il y aura bien un bar, des scènes qui surgiront de manière plus ou moins ponctuelle et un restaurant en forme de perron d'une soixantaine de places assises pouvant se transformer en scène, qui devrait ouvrir à terme tous les midis. 

Mais la question qui se pose : qu'est-ce qu'on va bien pouvoir voir et faire à Station Nord ? Dans l'idéal, absolument tout. Et c'est sans doute dans le caractère presque "nu" et évolutif du lieu que le geste de Station Nord est à trouver. Concrètement, cela signifie qu'on y verra des expositions, des résidences artistiques, des créations en lien avec les quartiers alentours, des projections, des soirées avec potentiellement des interactions entre les deux antennes stationnaires. Si la Station était une folie, dites-vous que sa cousine du Nord lui fait déjà de l'ombre.

Écrit par
Rémi Morvan

Infos

Adresse
29 avenue de la Porte d'Aubervilliers
Paris
75018
Transport
Métro 12 Porte de la Chapelle RER E Rosa Parks
Prix
Selon les événements.
Heures d'ouverture
Ouverture selon les événements.
Vous êtes propriétaire de ce commerce ?
Connectez-vous et revendiquez le commerce

Programme

Beau Festival 2022

C’est un peu le Zlatan des festivals : chaque année, le Beau dit que cette fois-ci, c’est la dernière… Puis il repart pour un an de plus ! Rebelote en 2022 : le 2 juillet, sur un format au long cours (20h-6h), le Beau Festival reprendra ses quartiers à la Station pour une cinquième édition belle et aventureuse comme une quinte flush royale. Polie par le programmateur de la Boule Noire Nicolas Chiacchierini, l’affiche du Beau bourlinguera comme à son habitude entre les continents et les genres. L’une des plus belles perles du cru ? Le groupe nigérien Etran de l’Aïr. Orchestre culte des mariages de la région d’Agadez, cette équipée familiale taillade un rock entre gimmicks de la scène touareg et musique malienne. Coup de foudre garanti. Sur le reste du flyer, nombreux sont les noms à nous aguicher. On pense à la disco dub corporation helvète Ethyos 440 et leurs rythmes kétaminesques, aux garageux synthétiques lillois Tapeworms ou à la house breakée de la Colombienne ISAbella. Enfin, on est aussi curieux de voir ce que donneront les concerts des poppeux expé Gents et les sets afro house de Lola Ondikwa.

Garage MU Festival 2022

  • Festival de musique

A l’occasion de la 6e édition de son festival, le Garage MU – nom du collectif tenancier de la Station et de leur salle originelle dans le 18e – débarque dans l’immense friche de la porte d’Auber pour trois jours (du 8 au 10 juillet) à fond les ballons. Le principe est assez simple : chaque soir, une carte blanche sera filée à un label/collectif tendance rock et électronique célébrant ses dix ans d’existence. Et attention, les noms qui s’affichent sur le tableau de bord nous donnent envie de drifter jusqu’à la jante. Marqué du sceau du label belgo-parisien Teenage Menopause, le premier soir verra s’enchaîner Arthur Satàn, roi des J.C., magnifiquement parti seul à la conquête de la pop avec son album So Far So Good, le set syncopé d’Oko DJ, les garageux hellènes de Bazooka ou les Lyonnais futuristes de Pilotwings. Le lendemain, le volant sera entre les mains du label amstellodamois Knekelhuis sur un long format de 17h à 6h. On s’y détendra les malléoles avec les ambiances chamanico-électroniques de Patricia Kokett ou les fresques synthétiques du duo Spill Gold. Honneur aux hôtes du Garage MU pour faire péter les cotillons et plier les gaules. En guise de bande-son de film du dimanche soir, on sera ébouriffés par le krautpunk technoïde des Chiliens de Follakzoïd et calmés par le folk psyché des Américains Tonstartssbandht et par les Helvètes de Tout Bleu. Pour compléter, un Black Market aura lieu tout le week-end avec moult disquaires, éditeurs indés et concerts. Encore une foi

Publicité
Vous aimerez aussi