Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Les 11 meilleurs jardins partagés de Paris et du Grand Paris

Attention les amis ! Nous nous efforçons d'être précis, mais la situation particulière nous oblige à quelques ajustements. Alors vérifiez bien les horaires avant de vous de déplacer.

© Le Potager des Oiseaux
© Le Potager des Oiseaux

Les 11 meilleurs jardins partagés de Paris et du Grand Paris

Le sachiez-tu ? Paris compte une centaine de jardins partagés. Des espaces verts ouverts au public, à cultiver… Ou visiter !

Par Tina Meyer et La Rédaction
Advertising

Un bout de campagne en ville : le pied, non ? Si vous voulez cultiver vos tomates en pleine terre, ou juste admirer le temps d’une balade ces petits Eden (ils sont ouverts au public), suivez le guide ! Proches de la friche ou de la ferme urbaine, ces spots communautaires autogérés peuvent pousser sur un terrain de la Ville de Paris (voir liste ici), mais aussi squatter un emplacement appartenant à un bailleur social, au Réseau Ferré de France.

Plus bobo que prolo, les jardins partagés franciliens s’inspirent des community gardens ricains des années 1970, et constituent une mutation des jardins ouvriers d’après-guerre. Lesquels, à l’origine destinés à sustenter une famille, sont devenus fin 90’s des planques à chill… Où finalement gratouiller la terre devient presque un prétexte pour sociabiliser ! Petit tour d’horizon des plus cools.

Les 11 meilleurs jardins partagés de Paris et du Grand Paris

© Eetu Ahanen Photography
© Eetu Ahanen Photography
© Eetu Ahanen Photography

Les Jardins du Ruisseau (18e)

Quelle vibe ? Les pionniers des jardins partagés parisiens, ce sont eux ! 1998. Les habitants du quartier de la porte de Clignancourt en ont marre de voir les ordures s’entasser sur les quais en contrebas de l’ancienne Petite Ceinture. Pour remplacer la décharge à ciel ouvert, ils décident de se constituer en asso pour réhabiliter cette friche à l’abandon. Les Jardins du Ruisseau – du nom de la rue enjambant la voie ferrée au-dessus– naissent officiellement en 2004. 1,5 ha d’une propriété de SNCF-Réseau, louée par la Ville de Paris qui en assure et finance l’aménagement, via une Convention de gestion exclusive, signée avec l’association. De jolies parcelles bien entretenues, et des aires de compostages gérées par des membres-habitants du quartier. Au fil des ans, cette oasis toute en longueur, squattant l’ancien quai exposé au sud, s’étoffe, s’accroche aux talus abrupts, recouvrant çà et là les graffs. Un rucher voit le jour puis un poulailler, un vignoble… Mais en réalité, seul un tiers des adhérents sont des jardiniers, les deux tiers restants ne faisant que profiter du spot pour s’y détendre, y lire, y pique-niquer (tables et chaises à dispo !)… A noter aussi, au-delà des portes ouvertes (assurées trois demi-journées par semaine, de 14h à 19h), l’asso organise également plusieurs grands événements festifs chaque année : Fête des Jardins,  Clignancourt Danse sur les Rails, Fête de la Nature, etc. 
Plus d’infos : 110 bis rue du Ruisseau, 18e. http://lesjardinsduruisseau.fr. Adhésion adulte ici : 15 €/personne.

© Anne-Emmanuelle Thion Photographe, en résidence à Zone Sensible]
© Anne-Emmanuelle Thion Photographe, en résidence à Zone Sensible]
© Anne-Emmanuelle Thion Photographe, en résidence à Zone Sensible]

Zone Sensible (Saint-Denis)

Que faire Balades et excursions Paris et sa banlieue

Quelle vibe ? Clairement un des projets les plus enthousiasmants qu'on aie pu voir dans le Grand Paris ! Un génial OVNI autoproclamé "laboratoire à ciel ouvert", réunissant art et environnement, tout au bout de la ligne 13, à Saint-Denis. Depuis 2017, près de 4 hectares sont exploités par deux entités distinctes : la ferme ouverte de Saint-Denis, gérée par les Fermes de Gally (2,7 ha), et Zone Sensible (1 ha), cultivée par le Parti Poétique, collectif porté par l'artiste plasticien Olivier Darné. La plus vieille ferme maraîchère encore en activité aux portes de Paris produit 150 variétés de légumes, aromates et fleurs, le fameux Miel Béton d'abeilles citadines. En 2018, 1,5 tonne de légumes ont été récoltés en 2018 et dispatchés entre des AMAP locales et une douzaine de restaurants, dont ceux d'Alain Ducasse s'il vous plaît. A cela s'ajoutent concerts, DJ sets, projections avec débat en plein air. 
Plus d’infos : 112 Avenue de Stalingrad, 93200 Saint-Denis. Conseil : passez-leur un coup de téléphone avant, pour vérifier s'ils sont bien ouverts (07 66 19 27 79). www.parti-poetique.org.

Advertising
Le Potager des Oiseaux
Le Potager des Oiseaux
© Le Potager des Oiseaux

Le Potager des Oiseaux (3e)

Quelle vibe ? A quelques coups de pédale du marché des Enfants Rouges, l’association des Jardiniers du 3e gère depuis 2004 une ex-friche transformée en jardin partagé. Derrière les vieux murs (classés) ? Des rectangles de terres aménagés par le Service Espaces Verts de la Ville de Paris. Deux parcelles sont attribuées aux crèches et écoles, les 27 autres font l’objet d’un programme de plantations, renouvelé chaque année (téma le plan coloré affiché à l’entrée du jardin). Il y a aussi un jardin suspendu sur le toit de la cabane à outils, un micro-jardin japonais, un composteur, une fontaine, des oiriers en espaliers… Bonus et non des moindres : le Potager des Oiseaux accueille de nombreuses expositions, des concerts, de maousses installations artistiques… Et même des goûters musicaux et des soupes... Bon prétexte pour rencontrer les habitants et visiteurs du jardin !
Plus d’infos : 2-4 rue des Oiseaux, 3e. Accès par le marché des Enfants-Rouges, rue de Bretagne, ou par la rue de Beauce. Ouverture au public les samedi et dimanche de 11h à 13h et chaque fois qu’un jardinier est présent. www.facebook.com/paristroisieme/ ou http://potagerdesoiseaux.blogspot.com/

La Ferme du Bonheur
La Ferme du Bonheur
© La Ferme du Bonheur

La Ferme du Bonheur (Nanterre)

Clubbing Paris et sa banlieue

Quelle vibe ? Fondée au tout début des années 90 par Roger des Prés, ex-acteur de la scène rock alternative des années 1980, la Ferme du Bonheur est perchée sur le flanc de l’Université Paris X Nanterre. L'idée de cette "zone franche" ? Accueillir à la même table et sans distinction les publics avertis et les exclus. Agriculture expérimentale, gastronomie, mais aussi théâtre, musique, danse, cinéma... Ce cool spot aligne verger, potager aromatiques et médicinales, serre horticole… Mais aussi bergerie, porcherie, basse-cour, étable, et écurie ! La quasi-totalité des végétaux et animaux élevés sont en voie de disparition ou de race ancienne. Depuis plus de dix ans, les 4 hectares du "Champ de la Garde" voisin ont été défrichés, dépollués et semés par une armée de passionnés.
Plus d’infos : L'entrée publique – piétonne – est au 200, avenue de la République 92100 Nanterre, à l’angle de l’allée de l’Université, l’entrée Ouest de la faculté. Voir leur page Facebook.

Advertising
Jardin de l'Aqueduc
Jardin de l'Aqueduc
© Jardin de l'Aqueduc

Le Jardin de l'Aqueduc (14e)

Quelle vibe ? Le plus grand jardin partagé de Paris : 1200 m2 !  Niché dans le quartier Alésia-Montsouris, il ravit l'œil du promeneur, avec ses vignes plantées sur tout un coteau, sa roseraie, sa mare aux canards, grenouilles et poissons... Il comprend même un moulin et une place des fêtes et des réunions ! Sorti de l'œuf en 2005, il est l'œuvre de l’association des jardiniers de l’Aqueduc. Les habitants du quartier de la Sibelle ont investi cet ancien terrain en friche après le départ de la RATP, laquelle y avait installé les ateliers de maintenance de ses trains. Une centaine de familles adhérentes, deux écoles maternelles et un hôpital, 7 associations (entraide, soutien à l’enfance et aux pluri-handicapés…) prennent grand soin du potager et du rucher pédagogique. Revers de la médaille : c'est l'un des jardins partagés les plus demandés. Une quarantaine de personnes sont déjà en liste d’attente, ce qui implique souvent de patienter plus de deux années pour disposer d’une parcelle au vu du faible nombre de départs chaque année (moins de 10% du nombre d’adhérents). 
Plus d’infos : 2 rue de l’Empereur-Valentinien, 14e (entre la rue de l’Empereur-Valentinien et la rue Thomas-Francine) http://jardin-aqueduc.fr. Ouverture au public hors intempéries : samedi et dimanche 14h-18h.

Facteur Graine
Facteur Graine
© Facteur Graine

Facteur Graine (18e)

Quelle vibe ? Perchée sur le toit d’un centre de tri de la Poste, c'est l'une des premières fermes urbaines de Paris, lauréate du projet d’agriculture urbaine Les Parisculteurs, lancé en 2016 par la mairie de Paris. 900 m² de béton recyclés en jardin potager et en permaculture avec, au programme : un poulailler, des ruches et des bacs débordant en fonction des saisons de tomates, courgettes et autres plantes aromatiques. Au total, pas moins de 1530 kg de fruits et légumes sont récoltés chaque année ! A noter également que le spot intègre une participation active des employés de La Poste, lesquels peuvent acheter les produits à prix intéressant. Et que le lieu accueille ponctuellement écoles et chefs sur son terrain.
Plus d’infos : 18 boulevard de la Chapelle, 18e. Consulter la page Facebook

Advertising
© Le Jardin Cité Aubry
© Le Jardin Cité Aubry
© Le Jardin Cité Aubry

Le Jardin Cité Aubry (20e)

Quelle vibe ? Cette petite planque fleurie cachée à téco du métro Alexandre Dumas est une ancienne cité ouvrière. Au 19e siècle, le préfet Haussmann décide de moderniser de fond en comble un Paris hérité du Moyen-âge. Fini les ruelles étroites et insalubres. C’est à cette époque que naissent les grands boulevards et avenues qu’on connaît aujourd’hui, mais aussi les parcs et jardins (Buttes-Chaumont, Montsouris, etc). C’est à ce moment que les cités ouvrières naissent : les loyers de la capitale explosent et les ouvriers ne parviennent plus à s’y loger. De riches industriels investissent dans un terrain pour y installer non seulement leur production (ateliers) mais aussi des logements pour leurs travailleurs. Merci patron ! C’est ainsi qu’à Cité Aubry, il y avait jadis une usine. En 2013, les habitants ont récupéré cette friche pour en faire un jardin partagé. Résultat ? D’un côté des lopins de terre communs, sur lesquels chacun peut planter ce qu’il veut et se servir… De l’autre, quelques parcelles individuelles. Salades, herbes aromatiques ou plantes carnivores : un jardin bucolique à mort, avec ses petits moulins colorés et ses vieilles chaises défoncées accueillant des pots de fleur. On y vient pour cultiver, créer du compost, construire des nichoirs à oiseaux ou des hôtels à insectes !  Vous êtes majeur, vacciné et habitez le quartier ? Vous pouvez adhérer à l’asso éponyme. Deux types de cotisation : l’une donne accès au jardin, mais pas à une parcelle individuelle. L’autre permet d’obtenir une parcelle… À condition qu’il y ait de la place !
Plus d’infos : 2 Cité Aubry, 20e. Pour accéder au jardin, descendez à la station Alexandre Dumas (ligne 2), et empruntez la rue de Bagnolet. La cité Aubry se trouve sur la gauche. Permanences d'ouverture (selon météo) le samedi (14-17h) et dimanche (10-13h). www.facebook.com/jardinciteaubry.

© La Prairie du Canal
© La Prairie du Canal
© La Prairie du Canal

La Prairie du Canal (Bobigny)

Que faire Balades et excursions Paris et sa banlieue

Quelle vibe ? Improbable OVNI verdoyant jouxtant la quatre voies, la géniale asso La SAUGE squatte l’ancien site de fabrication des mobylettes MBK. Welcome à Bobigny, baby ! Dans ce Eden insoupçonné poussent fruits, légumes et fleurs, au beau milieu d'un décor à la Facteur Cheval (géodes en bois, sculptures chelou, cabanes en planches). Ne ratez pas les open air, chantiers participatifs et ventes des récoltes maraîchères. Convaincus de l’importance du modèle de production agricole sur les transformations de notre société, ces joyeux trublions souhaiteraient que tout le monde puisse jardiner au moins 2h par semaine. Chouette gageure !
Plus d’infos : 55 rue de Paris, Bobigny (93). www.lasauge.fr. Les adhésions à l'association sont annuelles et doivent être renouvelées à chaque début d'année civile. Grâce à ce sésame, il est possible de participer à toutes les activités organisées par l'asso… Dont les ateliers de jardinage gratuits ou payants qui se déroulent en semaine ou le week-end !

Advertising
© Le Jardin Poireau Agile
© Le Jardin Poireau Agile
© Le Jardin Poireau Agile

Le Jardin Poireau Agile (10e)

Quelle vibe ? Qui l'eut cru ? Le long du canal Saint-Martin, cet Eden créé en 2005 dans le jardin Villemin, géré par l’association Ville Mains Jardins, réunissait environ 150 espèces végétales en 2007 et près de 300 espèces d’insectes pollinisateurs en 2010 ! C’est à la fois un lieu de jardinage collectif, un terrain d’expérimentation et un terreau de solidarité. Il est souvent le support d’activités culturelles ou artistiques et d’animations de quartier (musique ou spectacles les week-ends en été). Les abeilles viennent y butiner et le miel est récolté dans un Rucher Pédagogique installé dans l'Hôpital Saint-Louis voisin. Aujourd'hui le jardin compte une cinquantaine de parcelles pour une surface d'environ 220 mètres carrés. Les parcelles sont cultivées soit collectivement, soit individuellement (par un ou plusieurs jardiniers adhérents). 
Plus d’infos : 4 rue des Récollets 10e. Ouverture tous les jours, du lever au coucher du soleil (parc public). Site Web. Contact : ville_mains_jardins@yahoo.fr

Jardiniers du 4e / Jardin partagé du Clos des Blancs-Manteaux
Jardiniers du 4e / Jardin partagé du Clos des Blancs-Manteaux
© Jardiniers du 4e / Jardin partagé du Clos des Blancs-Manteaux

Le Jardin partagé du Clos des Blancs-Manteaux (4e)

Quelle vibe ? Niché dans un micro-jardin secret de 100 m2 du centre de Paris, ce spot permet de cultiver tomates, herbes aromatiques, maïs, pommes de terre… Une aubaine pour les locavores ! Lancé par l'Association des Jardiniers du 4e en octobre 2010, après une période d’attente de plus de 6 ans, ce havre de paix planque au fond d’une ancienne cour d’école. La seconde moitié du jardin est entretenue par les jardiniers de la ville. Une partie en collectif réunit 3 grandes parcelles, et des parcelles plus petites sont dévolues à des groupes de 4 à 5 adhérents. Un lopin de terre est réservé aux bambins de l’école de la rue des Archives, et un autre au pôle d’animation Simon Lefranc qui y anime des ateliers de jardinage et d’arts plastiques pour enfants.
Plus d’infos : 21, rue des Blancs-Manteaux, 4e. Contact : jardiniers4@gmail.com 

Advertising
© La Ferme universitaire de Villetaneuse
© La Ferme universitaire de Villetaneuse
© La Ferme universitaire de Villetaneuse

La ferme universitaire P13 (VIlletaneuse)

Quelle vibe ? La fantastique assoce les Fermiers de la francilienne a récupéré 5 hectares de terrain. Et a créé, en partenariat avec l’Université Paris 13, cette ferme pédagogique branchée agro-écologie, conso responsable, et éco-construction. La p'tite sœur de la Ferme de la Butte Pinson (à quelques kilomètres de là) est sortie de terre en bordure de route. Une oasis au milieu de grands ensembles et de pavillons, réunissant des publics issus de tous les horizons. Les jeunes des cités mangent avec les étudiants, les maternelles jardinent avec des personnes âgées... La ferme accueille une cinquantaine d’animaux, tous sauvés de l’abandon ou de la maltraitance. Des lapins, moutons, cochons... Mais aussi une ânesse, une poney, plusieurs ruches et une "world basse-cour" avec poules et canard ! 
Plus d’infos : 130 Avenue Jean Baptiste Clément, 93430 Villetaneuse. Visite sur réservation uniquement. Contacter Jacky Berton (09 73 55 47 58 ou 06 73 35 74 10)

Recommandé

    More from Automne

      Vous aimerez aussi

        Advertising