Brûlerie de Belleville

Restaurants, Café Belleville
Recommandé
  • 5 sur 5 étoiles
(1Appréciation)
26 J'aime
Epingler
 (© EChirache)
1/8
© EChirache
 (© EChirache)
2/8
© EChirache
 (© EChirache)
3/8
© EChirache
 (© EChirache)
4/8
© EChirache
 (© EChirache)
5/8
© EChirache
 (© EChirache)
6/8
© EChirache
 (© EChirache)
7/8
© EChirache
 (© EChirache)
8/8
© EChirache

Pour les uns, faire du café se résume à pousser un bouton. Pour d’autres, c’est le résultat de longues heures d’expérience et de formation, passées à déguster des crus, chercher des producteurs, renifler des grains, choisir du matériel, apprendre à utiliser une machine à café, dessiner sur de la mousse de lait... C’est le cas de Thomas Lehoux et ses associés, créateurs de la Brûlerie de Belleville. Trois entrepreneurs très jeunes, mais qui ont pourtant déjà bien bourlingué dans le domaine. Partis à l’étranger, en Angleterre, en Australie ou aux Etats-Unis, ils en sont revenus avec une envie immense, un désir viscéral : faire du bon café à Paris, ancienne patrie des cafés industriels, qu’ils s’appellent Richard ou Malongo. « Ces industriels offrent du matériel aux restaurateurs quand ils ouvrent, mais il faut signer un contrat avec eux sur 20 ans ! » nous raconte Thomas, qui compte davantage sur les coffee shops parisiens pour distribuer son café. Il faut dire que ces établissements poussent comme des champignons en ce moment et que chaque fondateur de la Brûlerie possède le sien (Ten Belles et Téléscope Café en tête).

Si ce renouveau du café à Paris se fait sous auspices anglo-saxons, Thomas et ses amis veulent à tout prix produire un café « parisien ». Après tout, c’est une des traditions les plus célèbres de la ville. Thomas confirme : « Il y a des cafés partout à Paris, des vieux, des nouveaux, des PMU, des terrasses, bref c’est la ville idéale pour faire du bon café. » Cette connotation locale se retrouve dans le nom de la brûlerie, qu’ils ont trouvé tout de suite, avant même de dénicher le local à Belleville, « un vrai coup de chance ». Ecrit en lettres d’or sur la devanture de la boutique, le nom du quartier brille aux premiers rayons de ce soleil qui fait pousser les grains de café à l’autre bout du monde. A la Brûlerie de Belleville, on met l’accent sur la rotation des crus en fonction des saisons, le maître mot étant la « fraîcheur » des arômes, mais aussi leur qualité et leur variété. Rwanda, Costa-Rica, Honduras et Brésil constituaient les régions principales lors de notre passage. Chaque pays développe ses propres saveurs, plus épicées et fruitées en Afrique, plus boisées, aux touches caramélisées et cacao, en Amérique du Sud.

Soigneusement sélectionnés, ces cafés proviennent de petits et moyens producteurs dont les noms sont affichés sur les paquets de 300 grammes, vendus en moyenne entre 15 et 20 euros. La taille des paquets est calibrée pour durer six semaines quand ils sont consommés par des buveurs réguliers, afin de respecter le délai de fraîcheur qui permet aux arômes de s’épanouir. « Le café industriel, rappelle Thomas en souriant, vous pouvez le conserver des mois, il n’y a pas d’arômes alors ce n’est pas grave ! » Stockées dans des toiles de jute, les fèves sont même torréfiées sur place par une belle machine hollandaise, ce qui garantit là encore une véritable fraîcheur du produit. Pour s’en rendre compte, n’hésitez pas à réserver une dégustation un samedi sur le site Internet de la boutique. La rencontre vaudra le coup de papilles, même si le café n’est pas votre tasse de thé.

Par Emmanuel Chirache

Publié :

Nom du lieu Brûlerie de Belleville
Contact
Adresse 10 rue Pradier
19e
Paris

Heures d'ouverture Samedi de 11h30 à 17h30
Transport Métro : Pyrénées ou Buttes-Chaumont
Prix 20 euros la dégustation, 15 euros environ les 300g de café
Vous êtes propriétaire de ce commerce ?

Average User Rating

5 / 5

Rating Breakdown

  • 5 star:1
  • 4 star:0
  • 3 star:0
  • 2 star:0
  • 1 star:0
LiveReviews|1
1 person listening