Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Jin

Jin

Restaurants, Japonais 1er arrondissement
5 sur 5 étoiles
5 sur 5 étoiles
(1Appréciation)
1/4
© La Fourchette
2/4
© La Fourchette
3/4
© La Fourchette
4/4
© La Fourchette

Time Out dit

5 sur 5 étoiles

On s’est rendus dans l’un des seuls sushis étoilés de Paris

Pour qui ?  Les obsessionnels de sushis, esthètes, pointillistes... Ceux qui veulent impressionner leur grand amour.
Plat culte ? Les sushis, forcément. 

Gare à vous si vous arrivez en retard ! Car dans son sas de poche (douze baguettes tout au plus), Takuya Watanabe balance midi et soir un menu chronométré comme une visite papale ! Derrière son comptoir en L, tout de bois et de carrelage vêtu, le bonhomme – pour ne pas dire le colosse – récite ses gammes pointillistes venues tout droit de Niseko (dans le Grand Nord japonais). Son dada ? Le shôjin kaiseki (cuisine gastronomique haute goûture). 

Lors de notre dernier passage, dans une ambiance tamisée et sur-guindée, le gus a amusé la croisière en une dizaine d’escales pour le plus grand plaisir de notre CB (à partir de 145 € le menu du soir… #rendslargent). Parmi les plats qui nous ont le plus décollé la mâchoire, on citera au hasard : les déments sashimis de bar et de thon rouge marinés à la sauce soja blanche, le foie de lotte sauce ponzu (mix de jus d'agrumes et sauce soja) relevé de ciboulette, et l’orgasmique tempura de maigre, alangui dans le plus simple appareil. 

La suite ? Le chef dégaine ses lames et se met en mode Kill Jin ! Il enfile sa casquette de maître sushi, mature ses poissons de premier cru (tous en provenance de Bretagne, d’Oléron et d’Espagne), travaille un riz cuit à 37° C et joue de sa dextérité pour assembler et assaissoner le tout. Résultat ? C’est encore plus jouissif qu'un porno de Brazzers ! Langue d’oursin, turbot, thon rouge, chinchard, sériole… Tout est précis et fondant, sans excès de wasabi, à dévorer avec les mains tout en mâchant le gingembre brun entre deux coups de crocs (voilà pour l’instant tuto).

Et pour la soif ? Le pinard est remplacé par l'alcool de riz. Comme ce délectable Akishika (20€ le verre), sakément bon ! Seul défaut peut-être, les desserts. Certes présentés comme de petites œuvres d’art, ils sont un cran en-dessous, à l’image de ce mascarpone châtaigne, truffes et poires, qui nous fait sortir de cet instant céleste. Malheureusement, l’addition finale nous fera, elle aussi, bel et bien redescendre sur terre.

Infos

Adresse 6 rue de la Sourdière
Paris
75001
Transport Métro : Pyramides ou Tuileries
Contact
Heures d'ouverture Tous les jours sauf dimanche et lundi, 13h-14h45 et 19h-21h.
Vous êtes propriétaire de ce commerce ?

Votre avis (1)

5 sur 5 étoiles

Average User Rating

5 / 5

Rating Breakdown

  • 5 star:1
  • 4 star:0
  • 3 star:0
  • 2 star:0
  • 1 star:0
LiveReviews|1
1 person listening