Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche

Cinémathèque française

  • Salles de cinéma
  • Bercy
  • prix 1 sur 4
  • Recommandé
Cinémathèque
Photograph: Cinémathèque
Publicité

Time Out dit

Autrefois au pied de Chaillot, puis au Palais de Tokyo, la Cinémathèque se sauva de deux incendies avant de finalement trouver refuge au début de ce siècle du côté de Bercy. Et plus précisément à l’emplacement de l’ancien Centre culturel américain dans le 12e arrondissement. Un quartier prometteur aux ambitions cinématographiques affichées par l’installation de deux mastodontes : L’UGC Bercy et le MK2 Bibliothèque. Dans ce magnifique bâtiment dessiné par Frank Gehry, fusionnent en 2002 la BIFI (la Bibliothèque du Film) et la Cinémathèque. C’est alors un véritable musée du septième art qui naît sous la direction du réalisateur franco-grec Costa-Gavras : quatre salles, une librairie, une vidéothèque et de nombreux espaces d’exposition. Un véritable lieu de perdition pour les cinéphiles.

Infos

Adresse
51 rue de Bercy
Paris
75012
Transport
Métro : Bercy
Heures d'ouverture
Musée de la Cinémathèque. Lundi, de midi à 19h. Du mercredi à dimanche, de midi à 19h. Bibliothèque : lundi, de 10h à 19h. Du mercredi à vendredi, de 10h à 19h. Samedi, de 13h à 18h30. Librairie : lundi, de midi à 20h. Du mercredi à dimanche, de midi à 20h.
Vous êtes propriétaire de ce commerce ?
Connectez-vous et revendiquez le commerce

Programme

Romy Schneider

« Icône », « star », « monstre sacré du cinéma français »… Si ces expressions sont souvent galvaudées, elles épousent aussi parfois parfaitement le parcours de certains acteurs et actrices. Romy Schneider fait assurément partie de cette seconde catégorie. Jusqu’au 31 juillet, et ce quarante ans après son décès, la Mecque de la Cinémathèque française s'est donc attelée à lui dédier une rétrospective aussi fournie qu’une cérémonie des Césars en malaises. Avec cette expo, l’idée sera de mettre en lumière la folle carrière de l’actrice austro-française, qui a enchaîné les classiques de Claude Sautet, Luchino Visconti, Claude Chabrol ou Orson Welles. Mais le plus intéressant est sans doute la manière avec laquelle sont abordées les facettes plus intimes de Romy Schneider : comprendre ses choix de carrière radicaux, cette intemporelle aura de femme libre mais aussi ses angoisses. Pour mettre tout ça en cimaise, la Cinémathèque annonce des affiches, des costumes, des journaux intimes, des audios et des projections. Il n’y a en revanche aucune information sur l’installation d’une piscine.

Publicité
Vous aimerez aussi