Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
Cuve à son devanture
© Houssine Bouchama

12e arrondissement : les boutiques

Du shopping détente dans le 12e

Écrit par
La Rédaction
Publicité
Rouge, Blanc, Bulles
  • Shopping
  • Vins et spiritueux
  • 12e arrondissement
  • prix 2 sur 4
Si de nos jours toutes les caves ou presque vendent du champagne, peu sont celles qui en font leur spécialité. C’est justement le cas de Rouge, Blanc, Bulles, ouverte en 2000 à la place de la bien nommée Le Champagne, aux abords de la gare de Lyon. Un mur entier y est consacré à l’appellation d’origine contrôlée, exhibant les marques déjà célèbres et servant de vitrine aux plus confidentielles. Plus d’une centaine de références parmi lesquelles d’aucuns reconnaîtront les fameux Bollinger et autres Krug, tandis que les plus avertis repèreront les noms d’Egly-Ouriet (68 euros), Larmadier-Bernier (45 euros) ou encore Coessens (37 euros). Renaud, le responsable de la cave en connaît bien sûr un rayon, et saura vous conseiller. Pour ne pas (trop) casser sa tirelire, il recommande un Stéphane Herbert – subtile alliance des trois cépages principaux de la Champagne, à savoir pinot noir, pinot meunier et Chardonnay – gourmand et arômatique (19,80 euros), un Charpentier, star des anniversaires car fin et facile à boire (18,30 euros), l’élégant brut améthyste de Louis Barthélémy (25 euros), ou bien le pétillant parfait pour s’accorder au dessert (surtout ceux au chocolat) : le D. Marc (26,30 euros). Pour les fêtes, des offres spéciales sur les cartons sont prévues, une raison de plus de réveillonner à plusieurs, avec modération c’est entendu. Tout au long de l’année chez Rouge, Blanc, Bulles, c’est dégustation les samedis. Et pas seulement vinicole car la cave assure aussi en matière de
  • Shopping
  • Décoration d'intérieur
  • Bastille
Inutile de présenter cette figure de proue du mobilier et de la décoration. Mais on le fera quand même, juste pour le plaisir : Habitat est en effet la solution ultime pour trouver des meubles et des accessoires design à des prix raisonnables. Style industriel, élégance rustique, basiques intemporels, meubles et accessoires rétro et minimalistes... les produits restent fidèles à une bonne esthétique et à leur fonctionnalité. Etudiant ou bien PDG, tout le monde y trouve son bonheur. Le magasin Habitat du Faubourg Saint-Antoine, à quelques pas du quartier branché de la Roquette, est l’un des mieux achalandés. On y guette les soldes pour des prix encore plus bas qui pourront ainsi contribuer à la nouvelle déco de notre appartement.
Publicité
Marché d'Aligre
  • Shopping
  • Fripes et vintage
  • 12e arrondissement
  • prix 1 sur 4
Quelque part entre le faubourg Saint-Antoine et la gare de Lyon, le marché d'Aligre, l'un des plus anciens de Paris, respire encore l'atmosphère joyeuse des marchés populaires. Un temps appelée « le second ventre de Paris », en concurrence aux Halles, la place fut pourtant le théâtre sanglant des barricades de 1789, puis de celles non moins violentes de la Commune de Paris. « Chaque pierre a sa légende dans cet estuaire de la révolution » écrit Prosper-Olivier Lissagaray dans 'L’Histoire de 
la Commune de 1871'. Dès ses débuts, la friperie et la brocante s’implanteront au côté des autres forains et corps de métier. Devenu marché populaire et bienveillant au fil des siècles, il continue d'en perpétuer les valeurs. On peut y faire ses courses dans une ambiance pittoresque et à moindre coût. Le matin, la place et la rue d’Aligre s’animent au fur et à mesure que les marchands s’étalent. Sur le trottoir, auprès des fleuristes, chantant à qui mieux mieux leurs bonnes affaires, primeurs et maraîchers, bio pour certains, occupent le haut du pavé. Il y a ici de quoi remplir un panier digne de ce nom : au kilo, les légumes de saison oscillent entre 50 centimes et 2,50 euros, les fruits entre 1 et 3. Dans la halle Beauveau adjacente, poissonniers, bouchers et épiciers restent ouverts toute la journée mais affichent des tarifs un peu plus élevés. Le terre-plein central, lui, reste l’emplacement traditionnel des brocanteurs. Bibelots, peintures, artisanat, livres et divers outils anciens
La Cuve à son
  • 4 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Vins et spiritueux
  • 12e arrondissement
  • prix 2 sur 4
Vous pensiez tout savoir sur les disquaires ? Christophe Lepreux vous prouve le contraire. En pénétrant dans sa Cuve à son, vous pouvez vous procurer un vinyle tout en repartant avec une bouteille de vin sous le coude. Original, non ? Et pourtant, quand on connaît le C.V. du bonhomme, tout ça semble plutôt logique. Un temps commercial pour la maison de disques Nocturne et vendeur à la Fnac au rayon variet, ce grand gaillard a bossé son palais avec des cavistes de renom, dont Michel Moulherat, l’ancien sommelier du Crillon. Mais à 45 ans, ce jeune vieux papa en « avait marre de travailler pour les autres ». Et s’est dit : « Bon, allez, je me lance. » Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a bien fait. Dans la boutique, la musique d’un compositeur sud-africain résonne, on fait semblant de reconnaître en remuant la tête tout en étudiant les lieux. Sur les murs, l’artiste Avataar s’est chargé de la déco en caricaturant des pochettes mythiques, de Dr Dre à Nirvana. C’est drôle. « Je voulais faire bon enfant. Ma boutique est pour les 7 à 77 ans. » Sur des étagères ici et là, des vins bio voire natures allant de 14 à 44 € (le magnum). On a envie d’y goûter mais on se dit qu’à 11h, c’est peut-être un peu tôt. Mais bien entendu, « le nerf de la guerre, c’est la musique ». Du neuf ou de l’occas, du vieux et du récent, dans tous les genres ou presque : jazz, rap, rock indé, punk, psyché, country ou musique africaine. Bref, ça va de la B.O. du film ‘Lego’ au premier disque de Radiohe
Publicité
Les Caves de Reuilly
  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à vins
  • Picpus
Perdus du côté de la fontaine aux lions de la place Félix Eboué (Daumesnil), assoiffés que nous étions, mon ami et moi, de voir toute cette eau couler, nous nous sommes posés sur la terrasse ensoleillée des Caves de Reuilly... Et grand bien nous en a pris.Chez ce petit caviste, on trouve beaucoup de très bons vins naturels, mais aussi des bières artisanales ainsi qu'une large sélection de whiskys et de rhums. Si la déco intérieure, avec ses rayonnages de vins et ses murs en bois clair, n'a rien de surprenant pour un dealer de raisin fermenté, la terrasse, elle, étonne : aérée, elle permet de discuter en toute intimité.  Le jeune patron, sympathique et souriant, nous voyant proches de l'inanition, nous apporte de succulentes rillettes de canard maison (7 €) accompagnées de deux bonnes bières : une IPA brassée aux kumquats, répondant au doux nom de Disco Soleil (3,50 €), et une double IPA londonienne 55.01 à 9,2 % (5,50 €) pour nous remettre de nos émotions. Le soleil commence à baisser et les tables autour de nous, pour certaines réservées, se remplissent d'habitués. On continue la promenade avec du vin rouge charpenté choisi pour nous avec goût (un verre de sainte croix naturel et un carino en provenance du Languedoc, 5 €) et une planche mixte tout ce qu'il y a de plus honnête (15 €). Nos voisins ont, pour leur part, opté pour une bouteille entière (15 €), servie dans une carafe à décanter, un must appréciable et apprécié sans droit de bouchon. Pour sûr, si l'on rajoutait un
Pastificio Passerini
  • 4 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Epicerie fine
  • 12e arrondissement
Quelle vibe ? Collée au resto du grand Gio, cette annexe ultra-épurée est un concentré d'Italie. On vient surtout pour les pâtes : fraîches et artisanales, à emporter crues ou cuisinées. Passez commande par téléphone pour limiter votre attente en boutique.Que choper ? Des raviolis à la queue de bœuf, à la ricotta et noisettes... Les lasagnes façon grand-mère... Mais aussi une coppa à pleurer, des fromages affinés, et des huiles d'olives rares des Pouilles (dont cette démentielle huile fumée au bois de hêtre !) 
Publicité
Citeaux Sphère
  • 4 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Musique
  • 12e arrondissement
  • prix 2 sur 4
Quand la galette se retrouve également dans l'assiette ! Dans cette affaire familiale montée par deux frères en mai 2017 à la jonction des 11ème et 12ème arrondissements, on mange et on achète des disques. Si le concept n’est pas neuf (Tago Mago, plus pointu, le fait très bien aussi), la sélection davantage généraliste n’oublie personne et l’ambiance bistrot est très détendue. Fabrice, ancien urbaniste reconverti dans la presse est un collectionneur de longue date, ancien disquaire mobile qui a réalisé son rêve en s’associant à son frère spécialiste des fourneaux. Il nous déclare vite son allergie : les rééditions opportunistes de moindre qualité sonore, il préfère donc chiner des originaux (20 à 25 €le vinyle en moyenne). Côté assiette, Citeaux Sphère propose un foie gras maison toute l’année ainsi qu'une tartiflette twistée et des ravioles, présentées dans les entrailles de pochettes de classiques des Beatles. Pendant le repas, les clients sont invités à choisir le disque qu’ils veulent écouter en mangeant. Sur la platine trône Indochine, mais on trouve aussi de la salsa, du Velvet, du Siouxie, Angèle, du zouk… à boire et à manger ! Le petit truc en plus : un service de nettoyage de disques par machine sous aspiration (3 €).
  • Shopping
  • 12e arrondissement
  • prix 2 sur 4
Le prix de l’argent ne cesse de grimper, celui de l’or atteint des sommets… n’attendez plus et investissez dans le bois. Voilà une boutique riche de quelques stères, transformées en jouets de haute qualité : chevaliers et leurs chevaux, poupées, personnages, mais aussi lampes en papier, peluches de qualité et meubles pour chambres d’enfants. Un magasin très coloré et chaleureux, qui vous rappellera sans doute vos premières années passées en couche-culotte, principalement occupées à porter tout ce qui traîne à la bouche (paraît que le bois a bon goût). Le lieu idéal pour gâter vos enfants à Noël avec des jouets de qualité ; et puis quand vous et votre marmaille en serez lassés, ils pourront toujours servir de combustible.
Publicité
  • Shopping
  • Bercy
Depuis une vingtaine d’années, Bercy Village s’impose comme un pôle commercial et de loisirs important de l’Est parisien. Les anciens hangars de stockage et embouteillage, autrefois plus grand marché de vins et spiritueux au monde, accueillent désormais les magasins de grandes marques comme Nature et Découvertes, Nicolas ou Sephora. Un lieu idéal pour faire du shopping sans bousculades, avant un concert au POPB, une balade au parc ou encore une projection à la Cinémathèque.
Recommandé
    Vous aimerez aussi
      Publicité