Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
Passage couvert
© Nicolas Buffler

2e arrondissement : les boutiques

Dans le 2e, le shopping squatte les passages couverts.

Publicité
  • Shopping
  • Fripes et vintage
  • Réaumur
  • prix 2 sur 4
Le quartier Étienne Marcel n’est pas connu pour ses boutiques bon marché, loin de là. Créateurs branchés et adresses pointues y sont légion, au grand dam des modeux fauchés. Ce coin de Paris reste pourtant la destination idéale pour faire du lèche-vitrine et fuir la maigre imagination des grandes enseignes. L’ouverture de la friperie Kiliwatch avait, il y a quelques années, enfoncé le clou en vendant du seconde main à prix d’or. C’est pourtant cette même rue Tiquetonne que la chaîne néerlandaise Episode a choisi pour installer sa succursale parisienne en 2009. Comme dans toute friperie digne de ce nom, on y trouve robes des années 80, sacs en cuir, bottes, jupes, jeans, etc. Là où Episode se distingue des autres, c’est par l’organisation de son magasin : ici, on fouille comme ailleurs, mais c’est ordonné, et les vêtements sont rangés par genre. Les prix y sont raisonnables : environ 10-15 euros pour une chemise ou 30-40 euros pour un manteau fourré type militaire qui vous tiendra largement l’hiver. Episode, c’est aussi la friperie où on fonce quand on a une envie particulière qui devient obsessionnelle. Contrairement aux friperies habituelles où on a intérêt à acheter direct la pièce qui nous plaît, même une fourrure en plein mois d’août, sous peine de ne plus jamais en dénicher une aussi cool quand la température dégringole, le large stock Episode répond à tous nos caprices de hipsters en un clin d’œil. Grand avantage de cette bonne adresse aussi, les hommes ne sont pas lais
  • 4 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Librairies
  • Sentier
  • Recommandé
C’est le genre d’emplacement que l’on croyait réservé aux boutiques de prêt-à-porter et aux agences bancaires. À la surprise générale, une immense librairie indépendante de 500 mètres carrés (la plus grande de la capitale), Ici, s’est implantée fin 2018 à la sortie du métro Grands Boulevards. Le pari était risqué, il est réussi. Sur deux étages, l’établissement ouvert par Delphine Bouétard et Anne-Laure Vial propose une vaste sélection d’ouvrages – 75 000 refs allant de la littérature générale aux mangas en passant par les sciences humaines et la cuisine – mais aussi du bon café, que l’on peut savourer à l’une des quelques tables installées au rez-de-chaussée. C’est joli, c’est cosy, et une fois passé à la caisse, on résiste difficilement à la tentation de s’attarder un peu, pour feuilleter ses achats en dégustant un latte chaud. Les choix des libraires, signalés par de petites notices manuscrites, sont visiblement l’œuvre de vrais passionnés. Loin de se contenter de mettre en avant les derniers bouquins à la mode, ils attirent l’œil sur des titres originaux et donnent des idées enthousiasmantes. Cela fait d’Ici le lieu idéal pour trouver un cadeau à la dernière minute, et ce d’autant plus que la boutique, ouverte jusqu’à 20h, dispose d’un vaste rayon papeterie, où l’on trouve – c’est assez rare pour être souligné – des cartes de très bon goût. Seul bémol : en décidant d’être généraliste, l’établissement s’oblige à faire des choix dans chaque catégorie, et ne peut donc préten
Publicité
  • Shopping
  • Prêt-à-porter féminin
  • Réaumur
  • prix 3 sur 4
Temple de la fripe ? Adresse mythique ? Une chose est sûre, de ce côté d’Etienne Marcel, Kiliwatch traîne une sacrée réputation. Certains allant même jusqu’à l’élire meilleure boutique vintage de la capitale. Vraiment ? Peut-être. Mais à condition que vous n’y alliez pas les poches vides. Le magasin de la rue Tiquetonne a beau être gigantesque (près de 600 m2 de fringues), les prix y sont plus élevés que n’importe où. N’espérez donc pas y trouver une chemise à 2 euros ou un chapeau à 5. Un pantalon y coûte plus volontiers 40 que 10. (On y a croisé des santiags à 120 euros). A leur décharge, tout y est scrupuleusement trié et rangé. Nul besoin d’entamer des fouilles archéologiques pour pêcher un foulard. D’ailleurs, contrairement à beaucoup d’enseignes du genre, il n’y a pas de bac fourre-tout où les guenilles trouées se mêlent aux haillons les plus tachés. Les vêtements sont propres, les accessoires en bon état. Côté vendeurs, ils s’affairent entre les rayons mais ne répondent que rarement aux questions. Branchitude oblige. Alors qu’est-ce qui est cool chez Kiliwatch ? D’abord, la possibilité de mettre enfin la main sur une pièce recherchée depuis longtemps sans y passer la matinée : des bottes en cuir souple, une vieille marque de jean, un cartable usé… Puis pour l’esprit créatif qui y règne. Le sentiment que la mode ne s’arrête finalement pas aux pages glossées des magazines. A savoir : la boutique propose aussi des vêtements neufs.
  • 4 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Boulangeries
  • 2e arrondissement
  • prix 4 sur 4
  • Recommandé
Le monde de l’alter-boulange n’a pas fini de pousser le bouchon de la singularité et Vengeance en est une nouvelle preuve. Petite sœur discrète de Bricheton, pilier enfariné du 20e arrondissement, Vengeance a pris vie dans un minuscule kiosque orange fluo à l’orée du totalement anonyme passage Saint-Anne, micro-artère sous verrière. Comme un riquiqui guichet de cinéma vitré à l’ancienne, qui laisse apercevoir quelques miches bien roulées et le reste du programme. Le lieu, à la forme encore pas tout à fait définie – à notre passage par exemple, l’offre de sandwichs n’était plus d’actualité –, sert de dépôt de pain pour Bricheton, mais aussi occasionnellement pour quelques micro-fournils de la région qui n’auraient pas pignon sur rue. Vengeance fait aussi épicerie fine de poche avec quelques quilles bio ou en biodynamie, un miel de caractère, ou des farines bio de blés anciens si l’envie vous prenait de panifier vous-même ! Si l’offre est étriquée – pas de sucré, juste une brioche le samedi –, les pains se montrent de haut niveau, 100 % levain naturel, fermentation longue et farines anciennes. Le khorasan affiche une acidité assumée et saucera à merveille des plats “riches”, alors que le bricheton, l’emblème de la boulangerie mère, plaira au plus grand nombre avec son profil universel. Coup de cœur pour le petit épeautre, qui a cette merveilleuse gourmandise des pains moulés, plus humides. Une aubaine pour le quartier. Chez Time Out, tous les établissements sont testés anonymem
Publicité
Cédric Grolet Opéra
  • 4 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Salon de thé
  • 2e arrondissement
  • prix 3 sur 4
  • Recommandé
Pour qui ? Le fan club de Grolet, les esthètes du pain au chocolat et autres control freak du feuilletage… Plat culte ? La tarte au citron en forme de fleur, le Saint-Honoré, les viennoiseries, le ‘dwich du jour La veille, les fanatiques de la première heure n’ont carrément pas hésité à camper devant la boutique. Dehors. Dans le froid. Toute la nuit ! Après la folie Apple, la folie Grolet ? Lancé dans l’ancienne pâtisserie de Jeffrey Cagnes (feu Casse-Noisette), le spot ne désemplit toujours pas. Faut dire qu’à 33 piges seulement, Cédric Grolet est devenu une star internationale, courant les séances dédicaces pour son dernier livre, se partageant entre cette nouvelle boutique sur l’avenue de l’Opéra, son job de chef pâtissier de palace (Le Meurice), une collab’ avec Kaspia aux galeries Lafayette des Champs Elysées (Café Citron) etc. Au rez-de chaussée ? Un couloir ultra lumineux encastré entre deux comptoirs, où les produits (rares) s’arrachent vite (pas de quoi contenter toutes les dalles). A notre gauche : les pâtisseries (de midi à épuisement des stocks) qui font la gloire du bonhomme. Pour nous, ce jour-là ? Divine tarte au citron en forme de fleur (11 €) dont on admire la perfection de pâte sablée. Mais aussi cet enivrant baba (en forme de fleur itou), bien dosé en rhum, à tel point qu’on pourrait presque se passer de la crème (10 €). Et à notre droite ? Des viennoiseries - dès 8h30 et uniquement le matin, comme ce croissant au feuilletage exemplaire (4 €) – mais aussi d
  • 4 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Dépôt-vente
  • Réaumur
  • Recommandé
Oubliez les dépôts-ventes poussiéreux et hors de prix. Bobby Second Hand met un coup de pied dans la fashion fourmilière et propose de véritables bombes accessibles à toutes les bourses, tout en squattant bien au chaud un espace hypercool. À première vue, on se croirait dans une friperie branchouille de Paris. Que nenni : à quelques enjambées du métro Sentier, Bobby Second Hand est une caverne d’Ali Baba de deux étages au je-ne-sais-quoi de tropical jonchée de déco rigolote et de lampes en papier japonaises. Un joyeux bordel dans lequel l’espace est bourré à craquer de portants hommes et femmes pour toi, plus moi, plus tous ceux qui veulent. Nina, la (jeune) fondatrice du lieu, nous explique en toute détente qu’elle ne trouvait jamais son bonheur dans les dépôts-ventes classiques. Son offre, ultradiverse, est tout sauf snob : des pièces de saison, pas forcément griffées mais toujours mode avec une pincée de vintage. Chaussures, jupes, robes, sacs, maillots, chapeaux, lunettes de soleil, vestes… Impossible de ne pas trouver son bonheur dans le choix de Nina, qui s’étale dans cet espace gigantesque baigné de lumière et qui nous fait nous sentir comme à la maison, en beaucoup plus vaste. Si l’on ne devait emporter qu’une pièce : Sus aux robes de petites marques de l’année dernière, genre Sandro, pour 60 euros.
Publicité
L'Appartement Sézane
  • 4 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Créateurs
  • Sentier
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé
Fièrement posée depuis octobre 2015 à l'angle des rues Saint-Fiacre et des Jeûneurs, la toute première adresse Sézane propose aux Parisiennes de venir essayer en vrai les trésors confectionnés par Morgane Sézalory. Ici, tout a été pensé pour que vous vous sentiez pépouze, comme à la maison : les vastes cabines d'essayage, les méga-fauteuils moelleux et la large table en marbre font partie d'un décor dont la plupart des meubles ont été chinés aux puces de Saint-Ouen par la créatrice. Sur les cintres, on trouvera les deux collections de la griffe (automne/hiver et printemps/été) dans toutes les tailles, et les clientes pourront découvrir en exclusivité les éphémères et très prisées collections capsules (disponibles chaque mois en édition limitée) dans un coin dédié. Mais si l’on peut scruter le vestiaire Sézane de la besace aux bottines, pas question de repartir avec son butin entre les mains. « L'appartement est une boutique connectée », nous explique au téléphone Margaux, l’attachée de presse. « Pour Morgane, il était essentiel de conserver l'aspect digital de la griffe. » Bien noté ! On essaye donc avant de se connecter sur les ordinateurs et tablettes disséminés un peu partout, et d’envoyer ça à la maison dans une commande différée (ouf, tout va bien : les frais de port sont offerts). Il est même envisageable de se faire livrer son colis directement à la boutique, pour essayer sur place et repartir – si tout va bien – avec sa paire de jeans, son sac en cuir ou son short ma
  • Shopping
  • Sentier
Le quartier de la rue Saint-Denis, dit « le Sentier », est principalement occupé par les grossistes en vêtements ou en fournitures liées à cette industrie. Le passage du Caire n’y échappe pas. Vestes en faux léopard, robe de soirée made in China et breloques en toc, en gros ou au détail, voilà ce que vous pourrez trouver dans ses allées. Le passage le plus long de Paris (370 mètres en tout) est dans un état déplorable, presqu’aucune décoration ne subsiste au sol et la verrière semble bien délabrée. Mais il y règne tout de même une ambiance particulière, que l’on ne retrouve que dans les allées lumineuses et calmes des passages parisiens, où le bruit de la ville semble bien loin.Ne manquez pas la façade du bâtiment place du Caire. Là où on verrait normalement des cariatides drapées d’une toge, elle arbore l’effigie de la déesse égyptienne Hathor, des frises semblant tout droit venues des bords du Nil et des colonnes à chapiteau en forme de lotus. La façade du passage vaut à elle seule le détour. Ils ont leur boutique dans le Passage du Caire : en grande majorité des grossistes en vêtements.
Publicité
La Marelle
  • 4 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Dépôt-vente
  • 2e arrondissement
  • prix 3 sur 4
  • Recommandé
C’est dans la superbe galerie Vivienne, à deux pas du Palais-Royal, que trône La Marelle depuis 1974. Belle comme le jour, la boutique se distingue grâce à sa façade en bois ouvragé et ses deux étages baignés de lumière dont le second, avec poutres apparentes, regorge de merveilles japonaises. Christelle est à la tête de ce hot spot de connaisseurs depuis une dizaine d’années. Son truc à elle, c’est la mode venue du pays du Soleil-Levant. Alors oui, bien sûr, La Marelle regorge de pièces actuelles signées par les marques que toutes les élégantes qui se respectent s’arrachent. On peut y trouver une robe Sandro hyperrécente entre 58 et 68 euros, une veste Maje à 98 euros ou une veste Isabel Marant à 150 euros à peine. Comptoir des Cotonniers, The Kooples ou Gérard Darel côtoient les grands noms du luxe français et international dans une sélection de vêtements de moins de deux ans, à peine portés et à environ -76 % du prix neuf. Mais tout l’intérêt de La Marelle réside au deuxième étage… Bienvenue au paradis des créateurs japonais. En véritable passionnée, Christelle propose l’une des plus grandes sélections vintage de Yohji Yamamoto, Y’s, Pleats Please, Tsumori Chisato, Issey Miyake, Kenzo, Comme des Garçons, Limi Feu et Junya Watanabe. C’est toute la fashion sphère qui s’y précipite pour se procurer l’un de ces totems mode. Au point que la boutique voit arriver des clients du monde entier venus spécialement pour cet étage secret, qui lui a même valu un sujet dans le New York T
  • 4 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Boulangeries
  • Sentier
  • prix 3 sur 4
  • Recommandé
De la rue, impossible de rater la façade d’un orange électrique plus 70’s qu’un clip d’ABBA. Après l’historique Salatim (et ses schnitzels de légende) puis son annexe Maafim, voilà la troisième adresse de Yariv Berreby, qui continue de tirer le fil (à la pâte) de la boulange franco-juive. Du labo enfariné sortent belles miches au levain, croûte assez épaisse, acidité tangible, farine digeste et une gamme de viennoiseries alléchantes bien dans l’époque (mais pas de pâtisseries) : brioche à la fleur d’oranger à portionner, croissant bicolore et excellent roulé à la cannelle feuilleté avec cet irrésistible fourrage caramélisé à la cuisson.  Venez – surtout – pour les produits typiquement juifs, comme la toujours excellente hallah tressée dodue comme un pouf, les pitas bien moelleuses, natures ou coiffés d’un mélange de zaatar et huile d’olive pour un snack salé express. Sans oublier la babka, dont Yariv régalait Paris avant tout le monde. Du bon boulot, simple, sans prétention, mais qui ravit à toute heure. Chez Time Out, tous les établissements sont testés anonymement par nos journalistes, en payant l'addition à chaque fois, comme n'importe quel client !
Recommandé
    Vous aimerez aussi
    Vous aimerez aussi
    Publicité