1 J'aime
Epingler

10 musées étranges

Bizarre, vous avez dit bizarre...?

Elan Fleisher / Time Out
Musée de l'Erotisme

Parmi les centaines de musées que renferme Paris, certains brillent par leurs richesses artistiques, leur 'Joconde' ou leur 'Origine du monde', d'autres par leur anomalie, parfois à la limite de l'insanité. C'est le cas des dix adresses que nous avons sélectionnées pour vous parmi les visites les plus inattendues et bizarroïdes de la capitale. Direction les égouts, le quartier rouge, les années 1930 ou le cabinet de curiosités d'un savant fou pour prendre le pouls de nos institutions les plus folles.

La Maison Deyrolle

La Maison Deyrolle, située rue du Bac dans le 7e arrondissement, est un magasin unique à Paris et qui se visite. Spécialisé dans la taxidermie et l’entomologie, il est à la fois une Mecque pour les naturalistes et collectionneurs passionnés, ainsi qu’un cabinet de curiosités ouvert à tous, amateurs ou non de sciences naturelles.
Minéraux, coquillages, papillons et insectes, herbiers... Tous les goûts sont dans la Nature chez Deyrolle, maison scientifique et presque bicentenaire. 

En savoir plus

Musée des Années 1930

Aux Années folles, leurs délires surréalistes, leur débauche insouciante et leurs rythmes endiablés de charleston, succèdent les austères années 1930, leur crise économique, leurs penchants fascistes et leur Guerre d’Espagne… C’est dans ce contexte ambivalent de l’entre-deux-guerres, bien éloigné des roaring twenties, que Boulogne devient pendant un temps le centre d’une activité artistique relativement importante. Le musée conserve une partie du patrimoine de cette époque prolifique, et se veut le reflet des mutations profondes qui secouent l’industrie, le cinéma, l’architecture, les arts plastiques et les arts déco au cours des thirties. 

En savoir plus
Paris

Musée du Fumeur

Fumer nuit gravement à la santé. Certes ! Mais fumer, c’est aussi un art de vivre. Et il s’expose. Depuis 2001, le musée du Fumeur, donne à voir tout ce qui se rapporte aux « volutes ». D’abord des objets usuels qui ont traversé les siècles et les continents : cigare en écume de mer, brûle-gueule en bruyère, pipes en terre du XVIIIe siècle ou en cuivre pour fumer l’opium, shiloms et même un calumet de la paix ! Niché dans une ruelle proche du cimetière du Père Lachaise, ce lieu insolite abrite également une galerie où le visiteur découvre des expositions-ventes de gravures ou de peintures sur feuilles de tabac. 

En savoir plus

Musée de l'Erotisme

Sur le grand boulevard du « quartier rouge » parisien, noyée dans le magma licencieux des devantures de Pigalle, une vitrine croustillante happe le regard. Parmi un amoncellement d’objets lubriques, une grosse langue tournicote lascivement sur une chaise, comme pour provoquer le passant et lui faire signe d’entrer (et de s’asseoir, ce qui est moins recommandable). Bienvenue au musée de l’Erotisme, avec ses sept étages de délectables grivoiseries...

En savoir plus
Montmartre

Musée Dupuytren, royaume des pathologies anatomiques

Squelettes en pagaille, fœtus malformés ou globes oculaires soigneusement rangés, voici un aperçu de ce que vous pouvez observer au Musée Dupuytren, à deux pas d’Odéon. Situé au sein de laboratoires de recherche du Couvent des Cordeliers, et en face de la faculté de médecine Paris Descartes, ce petit temple scientifique étudie depuis 1885 les anatomies pathologiques et particulièrement les anomalies morphologiques.

En savoir plus
Par Céline Quintin

Musée des Vampires

Des frissons et la chair de poule. Voici ce qui vous attend au musée des Vampires, l'unique au monde, d'abord parce que vous y verrez des objets inquiétants comme cet authentique kit de protection contre les vampires datant du XIXe siècle, et surtout parce qu'il y fait plutôt froid, brrr. Mais si vous osez vous aventurer dans cette ruelle sombre des Lilas à la porte de Paris, ce n'est pas seulement pour le musée que vous serez heureux d'être venu. C'est pour son créateur, Jacques Sirgent. Spécialiste de la littérature gothique anglo-saxonne, « vampirologue », prof d'anglais, passionné de légendes, de magie, d'histoire et de vieux bouquins.

En savoir plus

Musée de la Contrefaçon

Erigé en 1951 par l’Union des fabricants, une association de lutte anti-contrefaçon, ce musée retrace l’histoire du plagiat et des imitations frauduleuses, de l’Antiquité à nos jours. A la fois ludique et instructif, le parcours confronte une multitude d’objets « authentiques » et falsifiés, depuis les premières contrefaçons d’amphores gallo-romaines jusqu’aux grandes marques de luxe d’aujourd’hui. Textiles et accessoires de mode (Reebok, Lacoste, Vuitton…), pièces détachées de voitures, jouets, dictionnaires, cigares, électroménager, bouteilles de champagne… L’exposition révèle l’étendue du fléau de l’usurpation.

En savoir plus
16e arrondissement

Musée de l'Assistance publique

L’idée d’un musée dédié à l’histoire des hôpitaux parisiens germe à une époque de grand chamboulement : c’est le tournant du XXe siècle, le dynamitage général de l’ordre ancien, l’accélération vertigineuse de la modernisation… Tout bascule et, comme partout ailleurs, le progrès s’infiltre dans les blocs opératoires, défigure les hôpitaux et laïcise un corps médical qui semble perdre, avec les symboles et les moyens techniques d’antan, une part de son identité.

En savoir plus
Quartier Latin et Sud de Paris

Musée de la Franc-maçonnerie

Blotti au fond du Siège du Grand Orient de France, le musée de la Franc-maçonnerie est créé en 1889, spolié sous l’Occupation, réhabilité en 1973, rénové au cours des années 2000, et enfin rouvert en 2010, flambant neuf. Ses collections, riches de quelque 10 000 pièces, retracent l’histoire maçonnique de France, à travers des bijoux, tableaux, statues, porcelaines, manuscrits, photographies et autres curiosités. Une occasion de mieux saisir l’entité majeure qu'est la franc-maçonnerie, toujours controversée, souvent mal comprise, et parfois gommée des livres d’histoire.

En savoir plus
Pigalle

Musée des Egouts

Pendant des siècles, la principale source d’eau potable de Paris est aussi sa seule et unique bouche d’égouts : la Seine. Si quelques rigoles d’évacuation sont construites entre les XIIIe et XIXe siècles, ce n’est qu’avec Haussmann qu’un véritable réseau d’écoulement et de distribution des eaux voit le jour. Aujourd’hui, une partie des galeries souterraines - dont l'ensemble s'étend désormais sur 2 100 km - abrite un "musée" des plus singuliers.

En savoir plus
Sud-Ouest de Paris

Plus de musées

MUSEES : XVIIIe ET XIXe SIECLES
Photo : © Didier Messina
7/10
Par Clotilde Gaillard

Commentaires

0 comments