0 J'aime
Epingler

Choices Paris / Collectors Weekend

Les Beaux-Arts accueillent un nouveau rendez-vous d'art contemporain du 23 au 25 mai

 (Yann Sérandour, vue d'exposition / Courtesy de la galerie GB Agency)
1/10
Yann Sérandour, vue d'exposition / Courtesy de la galerie GB Agency
 (Françoise Pétrovitch, 'Le Renard du Cheshire', 2007 / Courtesy Semiose Gallerie)
2/10
Françoise Pétrovitch, 'Le Renard du Cheshire', 2007 / Courtesy Semiose Gallerie
 (Juergen Teller, 'Westwood No.1', London, 2009 / Courtesy galerie Suzanne Tarasieve)
3/10
Juergen Teller, 'Westwood No.1', London, 2009 / Courtesy galerie Suzanne Tarasieve
 (Alain Bublex, 'Une après-midi japonaise', 2014 / Courtesy galerie G.-P. & N. Vallois )
4/10
Alain Bublex, 'Une après-midi japonaise', 2014 / Courtesy galerie G.-P. & N. Vallois
 (Esther Stocker, 'Sans Titre, 2013 / © Meinrad Hofer / Courtesy galerie Alberta Pane )
5/10
Esther Stocker, 'Sans Titre, 2013 / © Meinrad Hofer / Courtesy galerie Alberta Pane
 (Rui Moreira, 'Sans titre', 2013 / Courtesy galerie Jaeger Bucher)
6/10
Rui Moreira, 'Sans titre', 2013 / Courtesy galerie Jaeger Bucher
 (Damien Deroubaix, 'Scum', 2012 / Courtesy galerie In Situ Fabienne Leclerc)
7/10
Damien Deroubaix, 'Scum', 2012 / Courtesy galerie In Situ Fabienne Leclerc
 (Cathryn Boch, 'Continent Rouge', 2011 / Courtesy galerie Claudine Papillon)
8/10
Cathryn Boch, 'Continent Rouge', 2011 / Courtesy galerie Claudine Papillon
 (Khaled Jarrar, 'The Battalion', 2011 / Courtesy galerie Polaris)
9/10
Khaled Jarrar, 'The Battalion', 2011 / Courtesy galerie Polaris
 (Jiří Kolář, 'Comme si l’ange lorgnait par une fente dans la palissade', 1996 / Courtesy de l'artiste et galerie Le Minotaure)
10/10
Jiří Kolář, 'Comme si l’ange lorgnait par une fente dans la palissade', 1996 / Courtesy de l'artiste et galerie Le Minotaure
Les initiatives collectives de marchands d'art ont le vent en poupe. Alors que la première édition des Jeudis Arty (nouvelle nocturne d'art contemporain qui démarre le 5 juin dans le Marais) approche à grands pas, une trentaine de galeries se réunissent du 23 au 25 mai aux Beaux-Arts de Paris pour un événement tout beau tout neuf, qui ambitionne de devenir un rendez-vous clé des printemps à venir, en ciblant un public de collectionneurs, amateurs et professionnels du monde de l'art. Ici, ce n'est pas la taille qui compte, mais la qualité - pas le prix du billet d'entrée, mais la gratuité et l'accessibilité. Voilà qui nous change, quand on connaît les tarifs exorbitants de la FIAC, de Paris Photo, d'Art Paris Art Fair et autres grand-messes de l'art contemporain.

Alors, qui croisera-t-on à ce premier Choices Collectors Weekend ? Entre autres, les abstractions métalliques de Franck Eon (Cortex Athletico), les collages espiègles de Jiří Kolář (Le Minotaure), les paysages incertains d'Alain Bublex (galerie Vallois) ou les nus iconoclastes de Juergen Teller (galerie Suzanne Tarasieve). Seront également de la partie les galeries Claudine Papillon (à l'origine du projet), Jocelyn Wolff, Anne Barrault, Polaris, Loevenbruck, Jaeger Bucher... Bref, un joli casting pour un parcours éclectique, à échelle humaine, et (surtout) gratuit. Le genre d'initiative qui augure du bon.

Pour toute la programmation, c'est par ici.

Choices en pratique :

• C'est où ? Au Palais des Beaux-Arts, 13 quai Malaquais, 6e.

• C'est quand ?
Vendredi 23 mai de 18h à 21h (sur invitation) / Samedi 24 et dimanche 25 mai de 12h à 19h.

• Ça coûte combien ?
C'est gratuit !

Pour aller plus loin

Les galeries du Marais

Elles étincellent derrière de grandes vitrines ou roupillent dans de somptueux hôtels particuliers, nichés au fond de cours cachées. Depuis une dizaine d'années, les galeries d'art contemporain les plus prestigieuses de la capitale (à quelques exceptions près) ont élu domicile dans le quartier historique de Paris. Et on ne va pas s'en plaindre : c'est foisonnant, c'est gratuit et ça nous donne encore une bonne raison de sillonner l'étroit dédale des rues du Marais. Alors tant pis si papillonner à l'aveuglette et se perdre parmi les foules cousues d'or fait partie du jeu : la rédaction a quand même concocté un petit guide des galeries incontournables du quartier pour vous aider à vous y retrouver dans cette dense, très dense, fourmilière artistique. Les reines de la ruche Thaddaeus Ropac Si l’activité de Ropac est centrée sur sa galerie de Salzburg, son espace parisien (allié à une nouvelle galerie à Pantin) propose lui aussi une programmation grouillant de monstres de l'art contemporain comme Antony Gormley ou Anselm Kiefer. En savoir +Ils sont passés par là :• Gilbert & George• Robert Mapplethorpe• Daniel Richter Emmanuel Perrotin Elle a pignon sur rue (de Turenne) et existe aussi à Hong Kong. On ne présente plus la galerie Perrotin, installée dans un vaste hôtel particulier. Artistes stars, clients bling bling et choix audacieux en font LA référence du marché de l'art parisien. En savoir +Ils sont passés par là :• Sophie Calle• Gelitin• Maurizio Cattelan Marian Goodman La g

En savoir plus

Les Jeudis Arty

On connaissait les First Thursdays à Londres, avec ses 150 galeries ouvertes jusqu'à 21h le premier jeudi de chaque mois, ses foules, ses performances, ses visites d'expos, son atmosphère festive et ses afters en boîte de nuit. On s'apprête à découvrir les « Jeudis Arty » à Paris, nouvelle nocturne d'art contemporain qui verra le jour (enfin, la nuit) le 5 juin. Un concept librement inspiré de la formule britannique - à quelques gros détails près dont les organisatrices ne se cachent pas, elles qui ont imaginé un rendez-vous qui s'annonce d'ores et déjà plus intimiste et plus sophistiqué. Différence d'envergure, d'abord : pour cette première édition, une quarantaine de galeries (et c'est déjà pas mal) ont décidé de jouer le jeu en se greffant au projet. Ses initiateurs : derrière les First Thursdays se cache la Whitechapel Gallery, l'une des plus grandes institutions anglaises d'art contemporain ; derrière les Jeudis Arty, trois jeunes femmes déterminées, qui se démènent seules, depuis plusieurs mois, pour fédérer les acteurs locaux. Sa fréquence : une édition par trimestre. Son emplacement : là où l'East End, quartier encore relativement populaire et très noctambule, abrite les galeries les plus jeunes et les plus « alternatives » de Londres, à Paris il semblait logique de commencer par le tout-beau-tout-propre Marais, quartier le plus dense en lieux d'art contemporain où les grands requins du marché cohabitent avec une fourmilière de petites enseignes en tous genres.  C'es

En savoir plus
Par Clotilde Gaillard

12 expos à voir avec Maman ce dimanche

Le collier de nouilles que vous lui aviez offert pour la Fête des mères 1991 a fini dans une sauce bolo, et les bouquets de fleurs accumulés au fil des années gisent dans un pot-pourri qui enfreint dix-neuf lois d'hygiène et de propreté ? Alors, un conseil : pour changer, ce dimanche, offrez-lui donc un peu d'art et de culture ! Une place au musée, a priori ça ne se mange pas, ça ne se gâte pas, ça n'encombre pas. Et en plus, on vous a préparé une petite sélection d'expositions au cas par cas, pour une sortie culturelle adaptée au style, aux goûts et aux mœurs de votre chère et tendre môman. Coincée, relax, bourgeoise, esthète, hippie, rétro ou intello, peu importe : cette année, maman ne s'intoxiquera pas au fumet des roses. Elle se cultivera ! CAS #1 / Maman est du genre coquette-modeuse-shoppeuse (et elle aimerait secrètement figurer en couverture de Vogue) Papier glacé Plus qu'une histoire de tailles de guêpes, de haute couture et de jolis minois, la photo de mode est une histoire de photographie. Du moins, quand on prend le haut du panier, comme cette exposition du musée Galliera, qui réunit 150 pépites du genre. Erwin Blumenfeld, David Bailey, Henry Clarke, Man Ray, Edward Steichen… On ne compte plus les maîtres du huitième art qui ont travaillé pour l'industrie du prêt-à-porter, réinventant leurs prises de vue au gré de l'évolution des mœurs, des styles et de la technologie. Pas une grande surprise : dans ce domaine, le groupe de presse le plus productif a été et reste

En savoir plus
Par Clotilde Gaillard

Commentaires

0 comments