1 J'aime
Epingler

Fondation Louis Vuitton

Le groupe LVMH jette l'ancre sur l'art contemporain

 (© Fondation Louis Vuitton)
1/9
© Fondation Louis Vuitton
 (© Fondation Louis Vuitton)
2/9
© Fondation Louis Vuitton
 (© Fondation Louis Vuitton)
3/9
© Fondation Louis Vuitton
 (© Fondation Louis Vuitton)
4/9
© Fondation Louis Vuitton
 (© Fondation Louis Vuitton)
5/9
© Fondation Louis Vuitton
 (© Fondation Louis Vuitton)
6/9
© Fondation Louis Vuitton
 (© Fondation Louis Vuitton)
7/9
© Fondation Louis Vuitton
 (© Fondation Louis Vuitton)
8/9
© Fondation Louis Vuitton
 (© Fondation Louis Vuitton)
9/9
© Fondation Louis Vuitton

En 2005, François Pinault renonçait à l'idée d'édifier sa fondation d'art sur l'île Seguin, à Boulogne-Billancourt. Lassé par les problématiques « administratives » françaises, il choisissait finalement le Palazzo Grassi, à Venise, pour héberger sa colossale collection. Un pied de nez du milliardaire que le marché de l'art hexagonal - qui s'alimente en dévorant les portefeuilles de quelques très rares collectionneurs - avait mal digéré.

Mais neuf ans plus tard, la grosse machine à sous a le ventre bien rempli. Elle vient d'avaler un beau trophée : la Fondation Louis Vuitton, qui a tout juste jeté l'ancre dans le Bois de Boulogne, sur le site d'un ancien terrain de bowling. Le spectaculaire bâtiment dessiné par l'architecte star Frank Gehry, pour abriter les œuvres collectées par le PDG du groupe LVMH Bernard Arnault, a été inauguré par François Hollande le lundi 20 octobre. Un « très beau bijou » plus qu'une galerie d'art innovante, estime dansCourrier International le critique d'art Fiachra Gibbons, qui n'est pas le seul à voir dans cette institution privée une nouvelle preuve de la mainmise des grands groupes financiers liés à l'industrie du luxe (Cartier, Vuitton, Lafayette, Printemps...), sur la production artistique d'aujourd'hui.* Et un symbole du manque de dynamisme d'une capitale qui préfère peaufiner son image de ville-musée plutôt que de s'échiner à promouvoir la jeune garde et à rendre l'art plus accessible.

Située dans les beaux quartiers excentrés de l'Ouest parisien, la Fondation LVMH souffle en effet dans le sens des vents élitistes du paysage culturel. Sa programmation, elle, devrait se concentrer sur les grandes pointures de l'art d'aujourd'hui. Cet automne : Gerhard Richter, Pierre Huygue, Christian Boltanski. Cet hiver : Olafur Eliasson. Et au printemps : Giacometti, Picasso et Warhol. Voilà qui donne le ton. Ce n'est pas ici que l'on viendra repérer de jeunes et obscurs talents. Non, visiblement quand Bernard Arnault fait du mécénat, c'est plus pour dorer la cote de ses investissements artistiques que pour donner un coup de pouce à des artistes qui en auraient vraiment besoin.

En chiffres, la Fondation Vuitton, c'est une coquille faite de douze voiles de verre, à l'intérieur de laquelle siège un immense auditorium et un espace d'exposition de 3 850 m2, composé de onze galeries - une surface muséale finalement assez restreinte, par rapport notamment au gigantesque musée Guggenheim de Bilbao, réalisé lui aussi par Frank Gehry.

Mais il n'y a pas à dire, ce nouvel écrin pour l'art contemporain s'avère grandiose, impressionnant, et devrait exceller dans la fonction qu'il a choisie : accueillir les stars de l'art d'aujourd'hui. S'il ne révolutionnera sans doute pas le paysage culturel, il nous permettra au moins de voir de belles œuvres d'art dans de belles conditions. A commencer par un échantillon croustillant de la collection de Bernard Arnault, et une exposition consacrée à Frank Gehry.

* Voir aussi cet article édifiant sur le sujet, paru sur Mediapart et signé entre autres par l'artiste Jean-Luc Verna, le chorégraphe Xavier LeRoy et le directeur du Mamco de Genève Christian Bernard.


Fondation Louis Vuitton
> 8 avenue du Mahatma Gandhi, Bois de Boulogne, 16e.
> Week-end inaugural les 24, 25 et 26 octobre : accès gratuit sur inscription (complet).
> Ouverture au public le lundi 27 octobre.

Plus d'infos sur le site de la Fondation.

Plus d'art contemporain

Guide des galeries

Les galeries du Marais Elles étincellent derrière de grandes vitrines ou roupillent dans de somptueux hôtels particuliers, nichés au fond de cours cachées. Depuis une dizaine d'années, les galeries d'art contemporain les plus prestigieuses de la capitale (à quelques exceptions près) ont élu domicile dans le quartier historique de Paris. Et on ne va pas s'en plaindre : c'est foisonnant, c'est gratuit et ça nous donne encore une bonne raison de sillonner l'étroit dédale des rues du Marais. Alors tant pis si papillonner à l'aveuglette et se perdre parmi les foules cousues d'or fait partie du jeu : la rédaction a quand même concocté un petit guide des galeries incontournables du quartier pour vous aider à vous y retrouver dans cette dense, très dense, fourmilière artistique. Les reines de la ruche Thaddaeus Ropac Si l’activité de Ropac est centrée sur sa galerie de Salzburg, son espace parisien (allié à une nouvelle galerie à Pantin) propose lui aussi une programmation grouillant de monstres de l'art contemporain comme Antony Gormley ou Anselm Kiefer. En savoir +Ils sont passés par là :• Gilbert & George• Robert Mapplethorpe• Daniel Richter Emmanuel Perrotin Elle a pignon sur rue (de Turenne) et existe aussi à Hong Kong. On ne présente plus la galerie Perrotin, installée dans un vaste hôtel particulier. Artistes stars, clients bling bling et choix audacieux en font LA référence du marché de l'art parisien. En savoir +Ils sont passés par là :• Sophie Calle• Gelitin• Maurizio Catte

Par Tania Brimson

Les temples de l'art contemporain

La Fondation Cartier a posé la première pierre en 1994, en inaugurant son palais de verre et de fer voué à l'art contemporain. Dix-huit ans plus tard, Paris et sa proche banlieue grouillent de nouvelles institutions publiques et privées dédiées à la création actuelle. Après le Palais de Tokyo (2002), la Maison Rouge (2004) ; après le MAC/VAL (2005), le BAL (2006), suivi du 104 (2008). Et enfin est arrivée la Gaîté Lyrique (2011), venue consacrer l'ère numérique. En quelques années seulement, ces sites, ni galeries, ni musées, ont transfiguré le paysage culturel francilien, poussant l'art d'aujourd'hui sur le devant de la scène. Peintures, photographies, sculptures, installations et vidéos brillent derrière ces emballages monumentaux, qui rivalisent d'audace et de prestige. Vouées à ériger des ponts entre la création contemporaine et son public, les nouvelles cathédrales de la culture sont venues rattraper le retard de Paris (par rapport à New York, Londres ou Berlin) en matière de diffusion des arts. Etat des lieux. Pape du mécénat : Fondation Cartier Après avoir résidé près de Versailles pendant dix ans, la Fondation Cartier déménage à Paris en 1994. Le grand mécène d’art contemporain élit domicile boulevard Raspail, dans un bâtiment signé Jean Nouvel : un mastodonte de verre et de fer, érigé sur commande du bijoutier. Bien avant la création du Palais de Tokyo ou de la Maison Rouge, le palais des glaces du joaillier, unique en son genre avec ses 1 200 m2 d’espace d’expositio

Art contemporain en banlieue

Ces lieux d'exposition et de création qui fleurissent au-delà du périph' Ceux qui estiment qu'art contemporain (« = fumiste, intello, bobo, parigot ») et banlieue (« = caille-ra, émeutes, incultes, insultes ») sont condamnés à faire mauvais ménage feraient bien de traverser le périph' de temps en temps. En une vingtaine d'années, de la petite ceinture accessible en métro jusqu'aux terminus ô si lointains des lignes de RER, les centres et galeries d'art contemporain ont poussé comme des champignons magnétiques, rivalisant d'audace et de qualité. Résidences d'artistes, espaces d'exposition flambants neufs, monuments historiques réhabilités : c'est ici, entre béton et campagne, que bourgeonnent et s'épanouissent certaines des meilleures adresses d'art contemporain d'Ile-de-France. De quoi bousculer quelques bons vieux a priori... Les musées et centres d'art MAC/VAL - Vitry Le musée d’art contemporain du Val-de-Marne ouvre ses portes à Vitry-sur-Seine quelques jours seulement après les émeutes de 2005, à l’heure où la stigmatisation des banlieues est à son comble. Quelques années plus tard, sa réputation n’est plus à faire. Le MAC/VAL, symbole du dynamisme culturel d’une périphérie de plus en plus émancipée de l’emprise parisienne, s’impose comme l'un des meilleurs rendez-vous de la création actuelle... La suite Crédac - Ivry Après avoir résidé au centre Jeanne Hachette pendant près de vingt-cinq ans, le centre d'art contemporain d'Ivry a déménagé en septembre 2011 : direction l

Les galeries de l'Ouest parisien

Le fric, c'est chic. Et l'art aussi - en tout cas, dans les 8e, 9e et 16e arrondissements de Paris. Qui dit industrie du luxe dit art contemporain, et dans la cour des grands portefeuilles qui gravitent autour de la Madeleine ou du Faubourg Saint-Honoré, certains collectionneurs amassent des Damien Hirst comme d'autres se ravitaillent en sacs Prada. Quoi de plus naturel, alors, que des galeries multinationales comme Gagosian aient choisi de faire leur nid parmi la faune cousue d'or de l'Ouest parisien - population qui plus est déjà bien imbibée de culture grâce aux Louvre, Grand Palais, musée d'Art moderne, Jeu de Paume et autre Palais de Tokyo. Vous l'aurez compris : ce n'est pas ici que l'on vient dénicher le dernier jeune espoir issu de la BD indépendante ou l'illustre inconnu fraîchement sorti des Beaux-Arts. Non, quand on respire l'art de ce côté de Paris, c'est pour se remplir les pupilles de valeurs sûres. Et toiser les stars qui éclairent (ou aveuglent, selon le point de vue) le paysage contemporain. Les pages Art les plus lues Les meilleures expos Expositions gratuites Guide des galeries Guide des musées La rentrée en 30 expos Expositions photo 50 oeuvres d'art incontournables Derniers jours Art contemporain en banlieue Prochainement Galerie Lelong Les avant-gardes de l’après-guerre occupent une place de choix au sein de cette éminente galerie parisienne, active depuis 1981. Daniel Lelong a fait ses classes à l’école de l’expressionnisme abstrait, du surréal

Commentaires

0 comments