Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche

Badaboum

  • Clubbing
  • Roquette
  • prix 2 sur 4
  • 4 sur 5 étoiles
  • Recommandé
  1. © Nicolas Dorval-Bory
  2. © Nicolas Dorval-Bory
Publicité

Time Out dit

4 sur 5 étoiles

C'est sur les ruines de la Scène Bastille que les origines du Badaboum sont à trouver. Ouvert depuis 2013, le lieu a vite su devenir un incontournable des nuits parisiennes avec sa programmation entre concerts de groupes de la scène indé et soirées clubbing. Question cadre, le dancefloor de 400 places en met plein les mirettes avec ce plafond tout en néon, ce nouveau DJ booth au sol – imaginé par le bureau d'architectes Nicolas Dorval-Bory – et un système-son de très haute qualité.

Pour ce qui est de la programmation musicale, on retrouve tout d'abord des concerts en première partie de soirée avec des artistes rock, électro ou pop chinés par Anne-Ying Braconnier. Quant à la partie club, c'est l'agence HAÏKU, à l’origine d’une tripotée de très bonnes soirées ces dernières années, qui s'en occupe, ramenant du côté de la Bastille des gros noms de la scène techno et house française et internationale.

Ultime atout du Badaboum et non des moindres : son restaurant, ouvert début 2019 par Michael Grosman, le taulier des Enfants du marché. Au menu, des assiettes ultraprécises, et des vins naturels pas bus partout. Bien boire, bien manger et bien danser ? Le combo parfait.

Écrit par
Rémi Morvan

Infos

Adresse
2 bis rue des Taillandiers
Paris
75011
Transport
Métro : Ledru-Rollin ou Bastille
Prix
Soirées club entre 10 et 20 €. Concerts : selon les événements.
Heures d'ouverture
Selon les événements.
Vous êtes propriétaire de ce commerce ?
Connectez-vous et revendiquez le commerce

Programme

Pitchfork Festival 2022

  • Festival de musique

Grand ordonnateur de l’indé musical avec ses redoutées notes décimales, le mag américain Pitchfork décline son festival à Paris depuis 2011. Annoncée du 14 au 21 novembre, l’édition 2022 copie-collera le format nomade – et sans vraies têtes d’affiche – éprouvé l’an dernier, avec une dizaine de lieux réquisitionnés dans tout Paris. Et si des artistes restent à annoncer, la cinquantaine déjà divulguée permet de se faire une idée. Une première salve au fort accent anglais avec de nombreux noms à extirper. On pense à la Britannique Tirzah, qui amadouera le Trianon avec sa douillette pop. Il y a aussi l'attelage arty post-punk Black Country, New Road ou leurs voisins londoniens The Comet Is Coming, et ses frénétiques compos teintées de jazz, d’électronique et de rock. La Place fera quant à elle honneur la scène hip-hop de Londres avec les concerts de Dréya Mac et Knucks. Dans cette prog principale, on est aussi curieux de voir ce que donneront les concerts de la Pakistanaise Arooj Aftab ainsi que le groupe Nation of Language et son entêtante synthpop. Principale puisqu’il y aura également le Pitchfork Avant-Garde et ses 35 artistes jouant dans les salles de Bastille. Il y a de bonnes chances que vous découvriez (et nous aussi) des choses, à l'image des déroutants They Hate Change, le R&B 2.0 de la violoniste Sudan Archives, le post-punk des Ecossais de Vlure ou la soul de Pip Millett. On finira avec une remarque : comment est-il possible de ne retrouver qu’un seul artiste fra

Publicité
Vous aimerez aussi