Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
Björk
Björk

Les meilleurs concerts du moment à Paris

Hip hop, rock, musique électronique... Voici la sélection Time Out des meilleurs du concerts du moment à Paris.

Écrit par
La Rédaction
,
Charline Lecarpentier
et
Rémi Morvan
Publicité

Alors que le printemps est plus que jamais là, l'offre des concerts apparait plus fertile que jamais à Paris. Devant l'abondance de biens, Time Out a dû faire des choix. Et afin de contenter le maximum de monde, notre agenda des concerts rassemble autant des énormes stars, habitués aux shows son-lumières-pyrotechnie que des groupes issus de la scène rock indé française, potentiellement parmi la plus exceptionnelle au monde. De la grosse soirée passée à l'AccorHotels Arena jusqu'à l'intimiste date à la Station, il ne fait aucun doute que vous trouverez votre bonheur dans cette sélection. Que demande le peuple ? 

Les meilleurs concerts à Paris

  • Musique
  • Rock et rock indé
  • Arts et Métiers

Les décibels sont une force pour Kim Gordon, cofondatrice de Sonic Youth qui connaît l’efficacité d’être bruyante, particulièrement en tant que femme. Elle est aussi bien guitariste que plasticienne, s’appropriant des slogans au cœur de la scène arty de Los Angeles, lieu privilégié où scruter la pop culture et le consumérisme. Mais il manquait à Kim Gordon un album solo, qui ne s’est pas forcément imposé à elle avant récemment, occupée comme elle était dans de multiples collaborations. Elle l’a présenté en octobre 2019, sous le nom de No Home Record, inspirée par le nom du dernier film de la cinéaste belge Chantal Akerman. On y trouve un hymne punk hurlant sur Airbnb, ou encore tordant la colonne au capitalisme sur Get Yr Life Back. De l’essence punk pour se secouer un peu le feu intérieur en ces temps de lutte.

  • Musique
  • Rock et rock indé
  • Abbesses

Encensés depuis leurs débuts par les plus hautes notes décimales des médias, les New-Yorkais de Big Thief viennent de revenir avec leur cinquième disque Dragon New Warm Moutain I Believe in You. Tout au long des 20 (!) titres, l’attelage mené par la voix magnétique d’Adrianne Lenker nous convie dans ses si typées contrées pop/folk/country, avec des chansons qui donneraient parfois presque l’impression d’être des ébauches, comme bricolées au bout d’une table, pour un rendu à la beauté désarmante.

Publicité
  • Musique
  • Rock et rock indé
  • La Villette

Rares sont les groupes avec un son immédiatement reconnaissable. Kikagaku Moyo est l’un d’eux. Depuis maintenant une décennie, les Japonais nous abreuvent de leur si caractéristique son psychédélique où se mêlent voix christiques, entêtant sitar à faire ressusciter Brian Jones et déflagrations de guitares qu’on croirait sorties du biceps de Zeus. Après le plus doux Masana Temples, les Japonais ont sorti l’an dernier Deep Fried Grandeur avec l’Américain Ryley Walker, un album composé de deux fresques d’une vingtaine de minutes chacune. Le concert de Kikagaku Moyo sera l’occasion de réaliser un saut à la perche au-dessus du mont Fuji, le tout sans quitter le plancher du Trabendo.

  • Musique
  • Rock et rock indé
  • Folie-Méricourt

Lié à une perturbation au-dessus de l’Atlantique, un vent de Baston s’apprête à tout dévaster sur son passage. Trois ans après leur album Primates, les Finistériens de Baston nous reviennent avec La Martyre, toujours chez Howlin Banana. Tout au long de huit titres inspirés par des noms de discothèques bigoudènes, on est valdingué entre new wave survitaminée et post-punk tambourinant, pour un tout complètement grisant. Baston est assurément l’un des groupes rock les plus sous-sous-sous-cotés du pays. David contre Goliath.

Publicité
  • Musique
  • Rock et rock indé
  • Abbesses

Mené par des zozos aperçus chez de Thee Oh Sees ou Kevin Morby, le groupe de post-punk californien Flat Worms a réussi à se faire une place à grands coups de morceaux tendus comme un élastique de slip de Gérard Depardieu en fin de goûter. Dans leur dernier album Antarctica, la guitare scarifie, la basse vous décolle la plèvre et la voix semble vous intimer de vous mêler à la manif la plus proche. Soyez en sûrs : venir à cette date à la Boule Noire, organisée dans le cadre du festival Ideal Trouble, signifie tirer le bon numéro.

  • Musique
  • Rock et rock indé
  • La Villette

Lindsey Jordan, qui se produit sous le nom de Snail Mail, est joliment timbrée : voix un peu brisée, comme son moral bien souvent. Elle est, avec Soccer Mommy, Clairo et Faye Webster, l’un des wagons d’une nouvelle génération de singers-songwriters qui écrivent pour une génération qui se scrute et compose avec les héritages folk, R&B et rock sans les hiérarchiser. Ce sera aussi la première tournée qui lui permet de sortir de sa coquille depuis une récente intervention sur ses cordes vocales et l’un des grands rattrapages de la scène indie américaine en France depuis cette pandémie.

Publicité
  • Musique
  • Pop
  • Paris et sa banlieue

Les concerts que Björk devait donner en 2020 ont été reportés à ce printemps 2022, dans un format Björk Orkestral permettant de découvrir l'œuvre de l’Islandaise en tout acoustique. Un jour, peut-être, ce concept de débrancher les machines se fera par souci d’économie d’énergie, mais pour l’heure, c’est bien un choix tranché de la chanteuse, qui lui permettra de retrouver et d’honorer les musiciens ayant travaillé avec elle dans le passé sur les albums Homogenic, Vulnicura et Utopia. Le projet est encore inédit mais on prend peu de risques en vous confiant à celle qui a tenu à rappeler lors de l’annonce de cette série de concerts qu’en tant que femme, on ignorait souvent qu’elle était arrangeuse, et que son engagement féministe consistait aussi à le rappeler. 

  • Musique
  • Rock et rock indé
  • Pigalle

Les années peuvent bien passer, les noms et les formations du groupe être modifiés, les Osees restent une des formations les plus incroyables à voir en concert. Chaque date du groupe mené par le kangourou sous amphets John Dwyer prend la forme d’un grand exutoire à base de pogos et de slams. Héros du garage nouvelle génération, les Californiens ont su décliner leur genre avec succès, allongeant leurs compositions, surfant entre free-jazz et élucubrations modulaires. On vous prévient, vous allez abondamment transpirer, vous allez avoir des courbatures, mais vous allez surtout ressortir de là heureux et béats.

Publicité
  • Musique
  • Rock et rock indé
  • La Villette

Ouh la soirée tout de classe vêtue ! Dans le cadre de sa 12e édition, le festival Days Off invite l’arty St. Vincent à investir la salle de la Philharmonie. Démarrée il y a une grosse quinzaine d’années, sa carrière solo, qui l’aura sans cesse vue explorer les contours de la pop, s’est boursouflée en 2021 de l’album Daddy’s Home. Les teintes sont un peu funk, parfois très 80’s mais aussi folk, les claviers sont en multicouche et la classe rubalise le tout. Et donc, pour accompagner St. Vincent, Days Off a amené la trop sous-cotée Cate Le Bon. La Galloise, pas non plus la dernière pour s’aventurer aux limites de la pop, devrait mettre le feu avec son dernier album Pompeii (vous l’avez ?).

  • Musique
  • Rock et rock indé
  • La Villette

Si vous cherchiez un petit groupe frais et fleuri pour finir l’été, passez votre chemin. Parce qu’avec Boy Harsher, l’ambiance se conjugue entre boîtes à rythme 80’s bonnes à fracturer le col du fémur et voix tout droit sorties des ténèbres. Et à force de dire que la musique du duo américain sonnait comme une BO, ils ont fini par en sortir une, avec l’album The Runner. Le 29 août, après une projection du film à la Péniche Cinéma (c’est complet), Boy Harsher en jouera la musique au Cabaret sauvage. Ambiance automnale pesante (et excitante) à prévoir.

Publicité
  • Musique
  • Rap, hip-hop et R&B
  • Bercy

DAMN! Après 1 855 jours d’absence, l’enfant prodige/messie/patron du rap américain Kendrick Lamar a ajouté une nouvelle pierre à son impressionnante discographie, signant un retour plus qu’attendu. Avec Mr. Morale & the Big Steppers, le bonhomme de Compton démontre encore une fois qu’il est sur le toit du rap game, excellant sur la forme comme sur le fond. Chanceux que nous sommes, l’Américain s’est décidé à partager en même temps que son album les dates de la tournée durant laquelle il va le défendre. La halte parisienne est annoncée pour le 21 octobre 2022 à l’Accor Arena, avec notamment Baby Keem (son cousin) en première partie. Sans être devins, on peut vous annoncer que les sésames vont partir à une vitesse inversement proportionnelle au rythme de production de Kendrick. Vous voilà prévenus.

  • Musique
  • Rock et rock indé
  • Pigalle

Dans la bouillante casserole de la scène rock d’outre-Manche, Wet Leg est assurément l’une des plus grosses bulles amenées à éclater. Tout droit venu de l’île de Wight, le duo mené par Rhian Teasdale et Hester Chambers a réussi, en une poignée de titres/hymnes (l’album est sorti le 8 avril) tricotés de rythmes martelés et de voix entêtantes, à susciter un engouement assez fou. En France, leur concert au Point F étant surcomplet, elles ont annoncé une date à l’Elysée Montmartre. Un conseil : ne restez pas le cul vissé à votre chaise longue (le nom d’un de leur tube) sous peine de passer à côté d’un concert de génie.

Publicité
  • Musique
  • Rock et rock indé
  • Ménilmontant

Si vous en avez marre des histoires de groupe commencées sur un bout de bar, approchez-vous, celle du Star Feminine Band vaut son pesant d’or. En 2016, le musicien béninois André Balaguemon propose de donner des cours dans une école du nord du pays. L’orchestre du Star Feminine Band se monte, entièrement composé d’adolescentes, puis enregistre des sons qui finissent par atterrir dans les esgourdes du boss de Born Bad, JB Wizz. Leur musique tinte tellement le feu, avec ses sonorités mêlant garage, musiques locales et rumba que le label sort le disque. Après moult péripéties, et des passages au-delà du périphérique, Star Feminine Band débarque cette année à la Maroquinerie. Sans vous raconter d’histoires, c’est immanquable.

Et après les meilleurs concerts à Paris...

Publicité
Recommandé
    Vous aimerez aussi
      Publicité