Recevez Time Out dans votre boite mail

Monuments, lois, tendances : ce qui va changer à Paris dès janvier 2017

Par
Emmanuel Chirache
Publicité

2017, c'est un peu le petit dernier de la famille sur les épaules duquel reposent tous les espoirs des parents. 

Il faut dire que 2016 a redoublé et que 2015 est carrément parti en couilles, il joue du djembé sur la plage au lieu d'aller en cours. Alors forcément, on attend beaucoup du nouveau-né, on rêve qu'il devienne avocat, médecin ou vedette de la télé. A Paris, on nous promet déjà plein de belles surprises, on a tout vu dans notre boule de cristal et on vous raconte ce qui va changer en 2017 :

Pollution : un certificat « qualité de l'air » pour les voitures

A partir de janvier 2017, Paris devient la première Zone à circulation restreinte (ZCR) de France. Ce qui signifie que toutes les automobiles devront être équipées d'un certificat « Crit Air » délivré par le ministère de l'Ecologie et du Développement durable. En pratique, il s'agira d'une vignette indiquant le niveau de pollution du véhicule.

Conclusion : en 2018, des photos de poumons cancéreux seront obligatoires sur les vitres du véhicule.  

Transports : des taxis volants sur la Seine

On vous en parlait dans un article récent, des taxis volants façon aéroglisseurs seront testés sur la Seine au printemps prochain. Ils n'émettront aucun CO2 et rouleront seulement à 18 km/h, mais ils entrent dans le cadre de la grande lutte de la mairie contre la pollution de l'air à Paris. Un combat qui passe forcément par la réduction du parc automobile parisien et le développement de solutions alternatives.

Conclusion : après les taxis voleurs, vous allez découvrir les taxis volants. 

Travail : la folie coworking débarque à Paris

Avant, les freelances travaillaient en pyjama jusqu'à 14h et cuisinaient des restes de pâtes entre deux emails. Mais ça, c'était avant. En 2017, Paris se recouvre d'un manteau de bureaux de coworking : après l'immeuble de la rue du Château d'Eau, Deskopolitan ouvrira son immense complexe boulevard Voltaire en septembre prochain, soit 6 000 m2 avec bureaux, résidence hôtelière, restaurant et crèche. D'autres concurrents feront leur apparition comme le géant américain WeWork, Spaces ou encore la Station F de Xavier Niel. Les étudiants ne seront pas en reste, puisque La Permanence ouvre ses portes 24h/24 dès janvier

Conclusion : militez quand même pour le pyjama en entreprise, quelque chose comme le hashtag « Pyjama Tuesday ».

Deskopolitan dans le 10e

Arche et texture : le toit de la Grande Arche va rouvrir

Voici une bonne raison d'aller faire un tour à la Défense, quartier d'entreprises et pseudo Manhattan à la française qui vit le jour et meurt la nuit. Ce n'est pas une blague, le toit du bâtiment rouvrira le 1er avril 2017, avec un restaurant gastronomique, une terrasse panoramique, un hall d'exposition consacré à la photo et un auditorium. Pas sûr pour autant que ça vous fera quitter vos pénates pour prendre la ligne 1. 

Conclusion : lève-toi et arche ! 

Alimentation : des halles alimentaires bio à Paris

Des produits locaux et bio pour un prix honnête, ce sera bientôt possible à Paris, si l'on en croit la mairie. Celle-ci a donné le feu vert pour le lancement des premières halles alimentaires bio de 176 m2 dans le 10e arrondissement au printemps 2017. C'est la société d'économie sociale et durable Kelbongoo qui aura la gérance du lieu, qui devrait faire des émules. 

Conclusion : tu le savais pas, mais quand tu fais ton marché, tu es en avance sur ton temps. 

Santé : tous donneurs d'organes

A partir de janvier 2017, les démarches pour refuser de léguer ses organes à la science sont facilitées : il suffit de s'inscrire en ligne ou de signifier son refus, par écrit ou de vive voix, à un proche. En contrepartie, cela signifie que par défaut chacun est considéré comme un donneur d'organes potentiel. Avec 20 000 patients en attente d'une greffe, la loi vise à accélérer la procédure et le don, en outrepassant l'avis des familles, qui étaient défavorable une fois sur trois.

Conclusion : si vous êtes parisien lecteur de Time Out, on vous conseille de préciser que vous donnez tous vos organes, sauf le foie. Il a une sale gueule. 

© Laurent Blossier

Culture : inauguration de la Seine Musicale

Enfin, l'ouest parisien aura sa grande cité dédiée à la musique, sur le modèle de la Philharmonie. C'est l'île Seguin qui accueille ce projet pharaonique construit par Bouygues et élaboré par l'architecte japonais Shigeru Ban. Le monument prendra la forme d'un œuf recouvert de mosaïques et ouvrira ses portes en avril 2017.

Conclusion : quand vous serez à Rock en Seine, vous l'apercevrez de loin et vous pourrez dire aux gens ce que c'est. 

Alternative économique : une monnaie locale à Paris 

Ce n'est pas encore certain à 100 %, mais les Verts de la mairie de Paris étudient actuellement la possibilité de développer une monnaie locale qui s'appellerait la Seine, comme la Pêche à Montreuil ou l'Agnel à Rouen. Une initiative qui permet en général de tisser du lien local et de la solidarité. 

Conclusion : je suis un peu à sec, t'as pas 100 Seine à me prêter ? 

© Agence Engasser

Culture : une résidence d'artistes à la Goutte d'Or

A Barbès, Said Assadi, patron du label Accords Croisés, a lancé le projet d'un immeuble pluridisciplinaire dédié à la jeune création dans les arts visuels et la musique métissée. Baptisé le 360 Paris Music Factory, le lieu s'étalera sur 5 étages et 1 000 m2. Les travaux commenceront en 2017 et s'achèveront vers mars 2018.

Conclusion : un peu de patience.

Urbanisme : les nouveaux kiosques arrivent

Pas facile de bosser dans un kiosque : on ne peut pas dire que les conditions de travail y soient optimales. C'est avec de bonnes intentions que la mairie de Paris souhaite donc les redessiner et leur donner un coup de jeune. Problème, les Parisiens sont attachés à ce mobilier emblématique de la capitale. Pas question de les transformer en poubelle géante, du coup les projets se suivent et ne se ressemblent pas. Les premiers tests seront effectués l'été 2017, histoire de voir si ces kiosques se fondent bien dans le paysage urbain.

Conclusion : et si on achetait des journaux ? Oui, même ceux rédigés par des méchants bobos. 

Et la tour Triangle dans tout ça ? Le projet tourne en rond. 

À la une

    Publicité