0 J'aime
Epingler

Arts déco • Chiffonnier

André Groult, 1925

 (André Groult, 'Chiffonnier', 1925 / © ADAGP, Paris, 2012 / Photo : Les Arts Décoratifs)
1/4
André Groult, 'Chiffonnier', 1925 / © ADAGP, Paris, 2012 / Photo : Les Arts Décoratifs
 (André Groult, 'Chiffonnier' (détail), 1925 / © ADAGP, Paris, 2012 / Photo : Les Arts Décoratifs)
2/4
André Groult, 'Chiffonnier' (détail), 1925 / © ADAGP, Paris, 2012 / Photo : Les Arts Décoratifs
 (André Groult, 'Chiffonnier' (détail), 1925 / © ADAGP, Paris, 2012 / Photo : Les Arts Décoratifs)
3/4
André Groult, 'Chiffonnier' (détail), 1925 / © ADAGP, Paris, 2012 / Photo : Les Arts Décoratifs
 (André Groult, 'Chiffonnier' (détail), 1925 / © ADAGP, Paris, 2012 / Photo : Les Arts Décoratifs)
4/4
André Groult, 'Chiffonnier' (détail), 1925 / © ADAGP, Paris, 2012 / Photo : Les Arts Décoratifs

A l'occasion de l'Exposition internationale des arts décoratifs de 1925, André Groult (1884-1967) réalise une « chambre de madame ». Dans des tons gris et rosés, il conçoit une salle tout en rondeurs autour d'un lit à baldaquin, d'un fauteuil, de bergères, de chaises et d'un étonnant chiffonnier. Avec ses courbes moelleuses et ses tons crémeux, ce petit meuble ventru qu'on dirait sorti d'un vieux Walt Disney surprend, révolutionnant le genre de ces commodes hautes destinées à accueillir, dans leurs multiples tiroirs, les travaux de couture de la maîtresse de maison. Un meuble réservé aux femmes donc, qui prend ici des formes anthropomorphiques, calquant sa silhouette sur les hanches des demoiselles, ses pieds devenant des cuisses charnues dans un mouvement girond. Une ressemblance qui ne doit rien au hasard évidemment (Groult confessera avoir voulu « galber jusqu'à l'indécence » son chiffonnier), comme le souligne le placage en galuchat (du cuir de poisson, une matière particulièrement noble) qui va jusqu'à reproduire l'emplacement des seins. Réticent à l'Art nouveau, André Groult puise ainsi son inspiration dans le mobilier Restauration et Louis-Philippe, pour leur insuffler, avec sensualité, une fraîcheur et une fantaisie inédites.

A lire aussi :

Commentaires

0 comments