0 J'aime
Epingler

Musée d'Orsay • L'église d'Auvers-sur-Oise

Vincent van Gogh, Juin 1890

Vincent Van Gogh, 'L'Eglise d'Auvers-sur-Oise, vue du chevet', juin 1890

Lorsqu'il s'installe à Auvers-sur-Oise en mai 1890 pour suivre les traitements du docteur Gachet, van Gogh sort à peine de l'hôpital psychiatrique de Saint-Rémy-de-Provence. Commence alors une période créative très fructueuse – la dernière –, durant laquelle le peintre va réaliser quelque soixante-dix toiles en deux mois, avant de se donner la mort le 29 juillet.

Cette vue agitée de l'église d'Auvers annonce déjà le tempérament de l'expressionnisme, dont van Gogh est l'un des précurseurs. Formes exagérées, couleurs profondes, empâtements... Rendue de manière très gothique (en réalité, la construction mi-gothique mi-romane est beaucoup plus souple et arrondie), la lourde bâtisse dévore la perspective, aplatissant la composition. Sous les coups de pinceau tranchants du peintre, elle devient nerveuse, paraît presque éclater sous le poids des contradictions qui l'entourent : dans la partie supérieure du tableau, un ciel bleu profond tout en tourbillons installe une ambiance nocturne, tandis qu'en bas, une lumière de jour et des ombres aléatoires se projettent sur le chemin, les plantes et un personnage à peine ébauché. Accentuant l'impression de convulsion, les traits du premier plan, comme pris dans un courant irrépressible, semblent courir vers l'entrée de l'église près de laquelle van Gogh sera enterré seulement quelques semaines après avoir peint sa toile. Nous sommes bien dans une peinture de la sensation, dans une déformation de la réalité qui vient exprimer quelque chose de l'ordre de la mélancolie, voire de l'angoisse. De quoi nourrir le mythe de l'artiste torturé qui colle tant à la peau de van Gogh. Ici, le peintre poursuit la tradition du romantisme nordique tout en préfigurant la noirceur d'Ernst Ludwig Kirchner, Edvard Munch ou Chaïm Soutine.


• A découvrir également au musée d'Orsay :

  'Les Raboteurs de parquet' de Gustave Caillebotte

  'Le Déjeuner sur l'herbe' d'Edouard Manet

  'L'Origine du monde' de Gustave Courbet

  'La Liberté' d'Auguste Bartholdi

  Le cabinet de photographie

A lire aussi :

Commentaires

0 comments