Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
Size ?
© Ugly Mely

1er arrondissement : les boutiques

Des Tuileries aux Halles : toutes nos adresses pour déplumer votre banquier.

Écrit par
La Rédaction
Publicité
L'Exception
  • 5 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Créateurs
  • Les Halles
  • prix 3 sur 4
Après les concept et les department stores, voici les select stores ! Premier du nom, L’Exception a longtemps été un e-shop avant de poser ses cliques et ses sapes dans la gigantesque canopée des Halles. L’idée du lieu ? Chauvin à mort : célébrer les créateurs bleu-blanc-rouge, peu importe qu’ils soient confidentiels (Atelier Bartavelle) ou ultra-reconnus (Givenchy, Petit Bateau, Florian Denicourt, Velvetine…) Une boutique haut de gamme qui peut se targuer de découvrir de jeunes talents (coucou Etudes Studio) tout en offrant une sélection pointue triée sur le volet. Pour preuve, il suffit de quelques clics sur les iPad déposés aux quatre coins de la boutique pour s’apercevoir de l’immense travail de curation du lieu. Au total, on dénombre près de 400 marques partenaires dans leur catalogue : des griffes de luxe hors de prix pour le commun des mortels, et des fringues de créateurs beaucoup plus accessibles – mais pas pour autant bon marché. Hors de question ici de viser l’ordinaire, les prix affichent la centaine d’euros sans sourciller : t-shirt en jersey de lin estampillé Ambrym (123 €), blazer couleur menthe à l’eau signé Cavalier Bleu (325 €), robe graphique Jatual en soie et coton pour 450 €… Robes en crêpe, chaussures de haute volée, costumes élégants, bijoux et lunettes de soleil extravagantes. Le catalogue de L’Exception rhabille de la tête aux pieds toujours avec un twist. Difficile de ne pas trouver son bonheur.
  • 5 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Musique
  • Louvre
  • prix 1 sur 4
Si vous cherchez Betino’s Records Shop sur Instagram, vous observerez des photos de touristes de passage accrochés à un vinyle comme à un doudou retrouvé, de musiciens et de collectionneurs, posant à côté du disquaire Betino Errera comme avec une rockstar. Quand on entre dans sa boutique, on en est beaucoup moins surpris. Depuis 1999, il archive et défriche classiques et nouveautés de tous les spectres des musiques noires (soul, funk, jazz) sans en oublier aucun descendant, du hip-hop à la house, en passant par Madonna. Son associé Romain Hubert, lui, se charge du site web où l’on retrouve les disques exposés au dessus des bacs, nouveautés (une nouvelle compilation de Sun Ra par exemple), raretés et occasions de qualité. Les rééditions disco et des albums des originaux de hip-hop old school attirent des clients très variés qui seront rapidement tentés de faire un tour dans un bac où ils n’ont pas leurs habitudes. Un digger habitué des lieux nous interrompt : « On vient aussi pour ses conseils ! » Pas besoin de Youtube pour la sérendipité, Betino s’en chargera. Ici les rayons rock avec pressages japonais, les bacs salsa et spiritual jazz invitent à sortir de son pré carré. Un exemple ? Le label parisien Heavenly Sweetness y possède son intercalaire. Après ses collections de raretés éthiopiennes soul et groove puis urbaines, il démarre la collection Ethiopian Hit Parade avec un premier volume à se procurer absolument.
Publicité
L'instant Cacao
  • 5 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Chocolateries et confiseries
  • Louvre
  • prix 2 sur 4
Pour qui ? Les vrais amateurs de grands chocolats  Produits cultes ? La tablette de choco blanc au lait de brebis, les carrés choco noir fourrés au gomasio  A deux pas du Jardin du Palais Royal, cette discrète façade blanche ouverte fin octobre 2018, est la nouvelle adresse des amateurs de grands crus et des habitués du quartier. Le sac en toile de jute à l'entrée et la verrière au fond ne trompent pas : c’est une boutique, mais aussi un atelier. Formé à la bonne école (le MOF Franck Fresson; Patrice Chapon; la Maison du Chocolat), le jeune Marc Chinchole (26 piges au compteur !) est un vrai passionné qui tient à maîtriser la chaîne de production de A à Z, du sourcing des fèves de cacao jusqu'à la confection même des chocolats, en passant par le triage et la torréfaction. Des fèves estampillées commerce équitable, cultivées sans pesticides et issues de petites fermes d’Afrique et d’Amérique du Sud.  Ce puriste travaille la pâte sans lécithine de soja ni aucun autre émulsifiant. En bouche, des goûts très francs, une réelle densité, de l'originalité. Ses petits carrés pralinés et tachetés de couleur façon bonbons fourrés ont tout bon, à la fois exotiques (vert aux deux citrons ou étonnant et addictif jaune au gomasio), et gourmands (intense noix de cajou ; noisette; gianduja; feuilletine...). Les prix n’attigent pas, surtout au vu de la qualité : 15,50 € le ballotin de 12 chocolats ; 30 € les 24 chocolats  et 58 € les 48 pièces. Mention spéciale pour les tablettes (7,50-8,90
Jean-Paul Hévin Vendôme
  • 5 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Chocolateries et confiseries
  • 1er arrondissement
  • prix 2 sur 4
Maître des associations inédites, le grand Jean-Paul est tout simplement l'un des meilleurs chocolatiers de France. Ce génie (n'ayons pas peur des mots) avait fait sensation à ses débuts avec ses chocolats fourrés au fromage et ses ganaches "dynamiques" (traduire, aphrodisiaques). A l’étage de sa boutique principale, son chocolate bar sert d'extraordinaires chocolats chauds. Classiques, comme ce mélange tradition, ou ces trois grands crus de cacao. Ou plus originaux : version énergisante à la banane et au piment, surprenant et assez subtil chocolat chaud aux carottes... Vous avez l'esprit aventurier ? Plongez dans le grand bain avec un choco chaud aux huîtres, à l'écume iodée et aux billes de gelée.  On oublie trop souvent que le choco-king est aussi un pâtissier de première bourre, d'ailleurs sacré Meilleur Ouvrier de France pâtissier 1986. Dans ses six boutiques, les gourmands se régaleront de ses pâtisseries haute-couture : des classiques revisités ("Rive droite"), des créations originales ("Rive gauche") et des gâteaux du voyage. Au chocolat, bien sûr (la "pomme de terre" ou le divin éclair Pablino), mais pas que ! Sa tartelette à l'orange est un régal, tout comme le Turin (pâte sablée et mousse marron) ou le Mazaltov —sorte de type cheese-cake aérien au fromage blanc 0% de matière grasse...   Autres adresses : - Jean-Paul Hévin Marais : 41 rue de Bretagne, 3e- Jean-Paul Hévin Jardins du Luxembourg : 3 rue Vavin, 6e- Jean-Paul Hévin Invalides : 23 bis avenue de la Motte
Publicité
  • Shopping
  • Chaussures
  • 1er arrondissement
Quel est le point commun entre Kim Kardashian, Victoria Beckham ou encore Jennifer Lopez ? La semelle rouge de leurs escarpins. Véritable signe extérieur de richesse, la Louboutin plébiscitée par un nombre toujours exponentiel de célébrités du tapis rouge et autres starlettes éphémères est devenue en dix ans l’incontournable de toute fashionista qui se respecte. Des talons vertigineux (jusqu’à 20 cm pour les fameuses ballerines de l’English National Ballet) pour des souliers-bijoux capables de hisser les femmes au sommet de la pyramide de la mode. Les boutiques de la marque prennent des airs de musée, chaque création étant présentée dans de minuscules alcôves. La Cendrillon qui sommeille en vous pourra enfin chausser ces petits trésors sur de confortables sofas acidulés. Luxe, calme et cordonnier.
  • Shopping
  • 1er arrondissement
  • prix 3 sur 4
« Colette, c'est chouette ! » selon Pedro Winter, DJ talentueux et Ed Banger averti, qui a donné ce titre à l’un de ses morceaux électro pour rendre hommage au concept store parisien. Située à deux pas des Tuileries, Colette est une vraie histoire de famille. La boutique porte le nom de sa fondatrice, tout en suivant le bon goût de Sarah Lerfel, fille de Colette et tête créative du magasin. Résultat : une sélection pointue et variée de streetwear et de prêt-à-porter allant de Nike à Balmain. Sans oublier les accessoires design, produits de beauté, ainsi que les nombreux magazines de mode et le vaste choix de CD et de vinyles. Et puisque Colette se dédie corps et âme à l'art de vivre contemporain, rien de mieux que de proposer une cuisine moderne au sous-sol du magasin, intitulé le Waterbar. Pour les amateurs d'art contemporain, Colette invite régulièrement des artistes émergents à présenter leurs œuvres dans la galerie du premier étage. A noter : les produits créés en collaboration avec des marques renommées.
Publicité
  • Shopping
  • Bagagerie
  • 1er arrondissement
Olympia Le-Tan est passionnée de minaudières « made with love in France ». Après s'être fait un nom en tant que DJ dans le milieu de la nuit, elle a décidé de se concentrer sur un travail plus reposant : la broderie. Les minaudières de la créatrice se caractérisent par leur aspect ludique : en forme de livre, la toile est brodée selon la couverture vintage d'un de ses ouvrages fétiche et l'intérieur est tapissé d’un imprimé liberty. D’Ernest Hemingway à Gustave Flaubert, Olympia rend hommage à ses écrivains préférés en imitant leurs romans emblématiques. Particularité : chaque modèle est proposé dans une édition numérotée très limitée, entièrement produit de manière artisanale ; vous avez également la possibilité d'inscrire vos initiales sur la minaudière, pour un résultat unique. Les actrices Natalie Portman et Tilda Swinton sont déjà fans.
  • Shopping
  • Les Halles
  • prix 2 sur 4
Bonne nouvelle pour les amatrices de cosmétiques et trouvailles beauté, la fameuse Birchbox a dorénavant pignon sur rue. Et pas sur n’importe laquelle. C’est rue Montmartre dans le cœur du Sentier que la box beauté a posé début avril ses valises remplies d’ombres à paupières irisées et de shampoings réparateurs. Une boutique au design épuré, bois clair et couleurs pastel, et dans laquelle on retrouve tout ce qui fait le succès de la box (200 000 abonnées en France) et de son e-shop : des marques expertes et des produits efficaces, en taille full size. Masques visage Leaders, Bronzer Manna Kadar Cosmetics, BB cream Marcelle, spray cheveux au sel de mer Parlor… Ses noms ne vous disent rien ? C’est normal, fondée par Mathilde Lacombe, Joliebox, devenue Birchbox en juin 2013, n’a pas son pareil pour dénicher des cosmétiques exclusifs.  200 m2 dédiés à la beauté Organisée en domaines d’expertise (cheveux, maquillage, soins visage), l’immense boutique de 200 m2 – la première en France –  propose aux clientes de découvrir une sélection parmi un catalogue de 250 marques partenaires mais invite également ses clientes à concocter elles-mêmes leur box avec le corner « La Fabrique ». Au choix cinq produits en format voyage parmi une sélection de quinze produits pour la modique somme de 16,90 € – 15 € pour les abonnées. Si vous souhaitez garder le mystère, la box, confectionnée par l’équipe et envoyée par voie postale, coûte quant à elle 13 €. Comme sur l’e-shop, les abonnées bénéficient
Publicité
  • Shopping
  • Louvre
  • prix 4 sur 4
Didier Ludot affiche la même devise depuis 1975 : « Le luxe uniquement fait pour vous. » C'est dans le jardin du Palais Royal que le dépôt-vente de grandes marques s'est installé. Cette boutique est la référence par excellence de toute cliente raffolant de vintage, ainsi que des pièces rares de maisons de couture. Didier Ludot nous propose ses bons conseils, en tant qu'avide collectionneur et fervent adepte de la crème de la crème de la haute couture. Des pièces uniques de Pierre Balmain, le meilleur d’Hubert Givenchy... La boutique de Didier Ludot retrace ainsi l'histoire de la mode à travers ses pièces les plus emblématiques.
Delfonics
  • Shopping
  • Souvenirs et cadeaux
  • Louvre
  • prix 2 sur 4
C’est en 1987 que le Japonais Tatsuro Sato fonde sa papeterie de luxe Delfonics. Un espace pour les irréductibles amoureux du duo papier/crayon et les fervents détracteurs du tout numérique. Cahiers blancs, classeurs bien rangés et stylos à la pointe fine en tête de gondole, la marque met un point d’honneur à proposer des objets au design minimaliste et aux matières résistantes (lin, rayonne, canvas, cuir et résine). Un style qui mélange créations nippones et inspirations européennes, ici les carnets à spirale se surnomment Rollbahn et les agendas à carreaux Emile.   Après avoir ouvert près de 20 boutiques au Japon, Delfonics s’attaque à Paris avec un premier pied-à-terre en plein Carrousel du Louvre. Une flagship au décor boisé et qui s’étale sur près de 55 m2, le seul pour l’instant en Europe. Post-it en forme de crayon (4,30 €), pochettes de voyage en vinyle (4,80 €) et ouvre-lettres électronique pour les gros paresseux (14 €)… Une gamme de prix tout à fait raisonnable. Voilà de quoi rassasier les nostalgiques de la rentrée scolaire.
Recommandé
    Vous aimerez aussi
      Publicité