Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
Cancan
© EP

9e arrondissement : les boutiques

Du shopping pour toutes les bourses

Écrit par
La Rédaction
Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Bistrot
  • Faubourg Montmartre
  • prix 2 sur 4
Dans un Paris où le foncier coûte un rognon, Loïc Minel et Christophe Juville tentent la coloc de restos. Une idée audacieuse des deux comparses qui ont déjà ourdi Lolo cave à manger, un réduit à vin nature (avec kitchenette) dont la taille en loi Carrez est inversement proportionnelle à la surface symbolique de cool. Dans ce Lolo Bistro, le duo voit plus grand, plus cuisiné et plus enflammé avec son massif braséro qui, derrière le comptoir, flambe plus qu’un ludopathe à une table de black jack.  Le principe ? Au dej, ce local accueille Spok, 41e adresse de la chaîne de cantines lancée avec succès par Christophe Juville. Au dîner, ils changent d’équipe, de carte et retournent l’enseigne réversible (très malin) pour que les lieux deviennent Lolo Bistro, avec son néon rouge sang et ses tables de troquet échangistes où s’envoyer les flèches enflammées bien décochées par Zac Gannat. Ce soir-là, kiffants temakis de Saint-Jacques titillés de raifort, posés sur une feuille de nori ouverte (9 €), salace flat bread à l’ail noir et crème de cheddar (7 €), massif scotch egg merguez-vermouth sous son lourd kilt de panure (11 €), impeccables agnolotti à l’ail des ours (14 €), érotique côte de cochon milanaise épaisse comme un livre de poche de 400 pages mais servie un peu trop crue à notre goût (22 €)…  De la “bistronomy” d’auteur, fougueuse dans ses inspirations, intraitable dans ses intentions, artiste dans ses dressages, école Gregory Marchand à Londres où le chef de Lolo Bistro fit se
  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à cocktails
  • Pigalle
  • prix 3 sur 4
Avec qui ? Avec votre crush à qui vous voulez en mettre plein les yeuxBoire quoi ? Un Marguerite (gin, romarin, miel, lavande, fleur d’oranger et verjus) bien floral en admirant la jungle minérale parisienne Le vénérable hôtel Rochechouart, qui règne sur le bas de la butte depuis 1929, a pris un bon coup de jeune en 2020 et se retrouve aujourd’hui doté d’un toit-terrasse au sommet. A peine débarqué de l’ascenseur, on se retrouve nez à coupole avec le Sacré-Cœur. Là, la tour Eiffel, et partout l’océan de zinc de Paname. Faites chauffer votre Insta ! Et sinon, une fois installé sur une chaise en fer forgé, on boit quoi pour se remettre de ce pano de dingo ? Des bons cocktails (14-16 €) inventés par Agathe Potel, la cheffe de bar, comme ce Sauge d’été (vodka, cardamome, litchi, passion, sauge, Angostura bitters) tout en équilibre fruité. Ou un puissant Tonka (calvados, tonka, Campari et liqueur de poire).  Pour la grignote, on vole bien au-dessus du bol de cahuètes avec des gambas grillées à la braise (14 €), des gyozas au poulet (10 €) ou des pickles de légumes (8 €). Finalement, seule la bande-son électro mollassonne n’est pas à la hauteur du lieu.
Publicité
Le Carmen
  • 4 sur 5 étoiles
  • Clubbing
  • Hip hop and R&B
  • Saint-Georges
  • prix 2 sur 4
Pour qui ? Les amateurs de gin, les fans de L’Apollonide de Bonello, les noceurs de tous poils ! Boire quoi ? Un gin infusé maison C’est dans cet écrin rococo des plus décadent que Georges Bizet aurait composé, dit-on, son célèbre opéra. Causeuses Empire, tentures velours carmin, large cage dorée, miroirs gigantesques : le lieu a surtout gardé son passé sulfureux de maison close, qui n’échappe pas au visiteur errant dans les petits salons libertins. L’intérêt, outre ces sublimes moulures classées aux monuments historiques ? La quarantaine de gins infusés maison trônant sur les étagères du bar : classiques (poivre, citron ou pamplemousse) ou plus originaux (safran, maté, romarin). Gaffe : passé minuit, la citrouille redevient carrosse, et les verres prennent 5 € de plus. Surtout, le spot mute en club, réunissant beautiful pipole, mannequins, branchés et autres noceurs VIP. Tout ce microcosme s’ambiance sur les sons hip-hop d’Adnane (DJ résident). Encore faut-il réussir à passer le physio (un conseil, évitez les ballerines). Chez Time Out, tous les établissements sont testés anonymement par nos journalistes, en payant l'addition à chaque fois, comme n'importe quel client !
  • 4 sur 5 étoiles
  • Théâtre
  • Saint-Georges
Au magnifique Théâtre de Paris – qui vaut le détour à lui seul –, Alexis Michalik a importé un petit bout de Broadway avec Les Producteurs. Le metteur en scène multirécompensé, qui enchaîne les nouveaux spectacles plus rapidement qu’un fuckboy les conquêtes, s’est pris au jeu de la comédie musicale kitschou et cain-ri. Le propos est aussi lourd que les airs sont légers, mais c’est gai, et puisque la gaieté est l’objectif assumé de cette folle entreprise, on se doit bien de l’applaudir. Inspiré du film de Mel Brooks et du show du même nom acclamé à Broadway pendant plus de six ans, Les Producteurs est à la comédie musicale ce que la wurst est à la cuisine allemande : un classique indémodable et sans prétention, supplément moutarde. Chez Michalik, le plot reste inchangé : un producteur sur le déclin décide de créer le pire spectacle de tous les temps, « Des fleurs pour Hitler » (tout est dans le titre), pour se remplir les poches en montant une arnaque à l’assurance. Résultat, un petit feu d’artifice mêlant nazisme, misogynie et quelques relents d’homophobie se joue sur scène dans la joie et la bonne humeur. On invoque, bien sûr, les dieux du millième degré, et on se laisse bercer pendant deux bonnes heures au rythme des claquettes et des explosions de paillettes.  Autant le dire tout de suite, c’est trop long et tout n’est pas à garder dans ce spectacle qui – vous l’aurez compris – manque légèrement de subtilité (encore un point commun avec la cuisine allemande). Parmi les tem
Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Salles de cinéma
  • Indépendants
  • SoPi (South Pigalle)
Né en 1921, ce grand bâtiment art déco d’inspiration égyptienne fut un temps le temple parisien du cinéma muet, avant de vivre, après la fin de la Seconde Guerre mondiale, des heures beaucoup moins glorieuses. Vendu à l’enseigne Tati qui souhaitait empêcher la concurrence de s’installer sur le boulevard Barbès, il est finalement racheté pour être transformé en boîte de nuit. Exit le Palais du Cinéma : le Louxor devient le Megatown, la plus grande discothèque gay de la ville. Puis il ferme en 1988, et reste à l’abandon pendant près de vingt-cinq ans.Cette longue traversée du désert s’achève en 2013 avec une réouverture en grande pompe, et un tout nouveau projet cinématographique, éducatif, culturel et artistique. L’esprit hédoniste du lieu appartient peut-être au passé, mais les fantômes de sa vie nocturne, eux, ne sont peut-être pas si difficile à réveiller. Il suffit de se glisser sur les hauteurs, au bar du troisième étage, repaire à cinéphiles, pour le constater. L'accès est réservé aux heureux détenteurs d’un ticket pour une séance à venir. La vue sur le Sacré-Cœur et le quartier Barbès en font un lieu unique. Et pour casser la croûte, d'honnêtes collations à base de produits fins et vins de petits producteurs.
Le Rouge
  • 4 sur 5 étoiles
  • Clubbing
  • Saint-Georges
  • prix 3 sur 4
Rouge : un nom taillé pour ce club au cœur de Pigalle, coincé au milieu des néons aguicheurs du Sexodrome voisin et autres peep-shows qui se font concurrence sur le trottoir. Depuis son ouverture, la queue ne désemplit pas, malgré le prix d'entrée à 15 euros et le tarif des consos (13 euros le gin tonic ou la vodka pomme). Mais la clientèle du Rouge a les moyens : ici se presse une jeunesse parisienne dorée et branchée tous les week-ends, pour y danser, draguer, être vu, et quelquefois y voir des shows d'exception comme les after-shows de Metronomy et Gossip ou le live de Zombie Zombie en 2012. La programmation, orientée deep house et techno minimale, est consultable sur leur site (ici, il faut liker la page pour y accéder) ou sur leur page Facebook ici. Pour la petite histoire, ce club est resté fermé pendant dix-neuf ans, tenu dans le secret des initiés qui l'ont connu avant sa fermeture en 1994. La propriétaire du Folie's Pigalle (devenu le Pigallion), une petite dame qui habite juste au-dessus, voulait garder sa tranquillité le week-end jusqu'à ce qu'elle change d'avis l'année dernière. Hormis quelques aménagements minimes (un coup de peinture, l'ajout de canapés et d'un sound system puissant, de spots rouges), ce cabaret canaille des Années folles, le Pigall's, a miraculeusement conservé son décor d'origine depuis les années 1930, tout de velours rouges, miroirs, boiseries, et dorures rococo. Fréquenté par la faune du quartier rouge durant soixante ans, il a retrouvé sa
Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Bistrot
  • Poissonnière
  • prix 2 sur 4
Katsuaki Okiyama est un génie. Pour avoir su imposer (dès 2012 !) ce non-décor radical : façade raclée jusqu’à l’os, absence de nom au fronton, tuyau d'extraction rafistolé au gros Scotch alu, murs lézardés… Bien trop keupon à l'époque pour le Guide Michelin, qui aura attendu 2019 pour se décoincer et lui décerner (enfin) l'étoile tant méritée. Pour ce vrai parti pris en cuisine – notamment sur l’amertume, l’acidité – que le maître zen distille avec une précision chirurgicale… Et pour les prix, encore tenus en laisse : depuis qu'elle a rejoint la galaxie étoilée, cette grande toque, disciple de Robuchon et de Taillevent, n'a pas pris la grosse tête. Son menu unique (6 étapes) est passé de 52 à 65 € le soir (mais de 26 à 45 € le midi…) Arigato gozaimasu ! Les yeux rivés sur le comptoir central, on zieute le chef japonais s’affairer sans piper mot. Ce midi-là, pour 45 boules donc, on commence avec deux sashimis de thon rouge, topés de fines tranches de pamplemousse rose et d'œufs de truite, recouvrant un mix de tapenade, pignons de pin et feuille de shiso. Complexe et intense comme un parfum de Serge Lutens, l'acidité et l'iode étant arrondies par une crème crue. Puis vient cette soupe umamiesque : des coques en émulsion nageant dans une rouille extra, et tout au fond du bol, des quenelles de pomme de terre et deux trois noisettes. Au poil avec un Poil de Lièvre 2018 de Bobinet, en jolie tension (8 € le ballon). Le plat principal est un peu plus attendu : un dos de cabillaud ém
La Mano
  • 4 sur 5 étoiles
  • Clubbing
  • Faubourg Montmartre
Cessez tout de suite de penser à ce tube de Manu Chao ou à ce joueur argentin devenu célèbre un soir de juin 1986. La Mano fait référence à ce nouveau fief de la hype parisienne, solidement installé rue Papillon dans le 9e arrondissement. Son propriétaire ? Lionel Bensemoun, le bonhomme à l’origine du Baron, de Chez Moune, des restaurants Nanashi ou du Paris-Paris. Et si le lieu ne désemplit pas - chaque soir, la foule cherche refuge dans ce club sans enseigne -, c’est qu'il réserve bon nombre de surprises. Après l’immense couloir, l’établissement, un brin exigu, s’offre aux danseurs dans une déco conçue par Alix Thomsen, et qui rappelle, grâce à ses airs latino-américains, l’ex-boui-boui mexicain qui s’y trouvait avant, mais avec des touches nettement plus néo-futuristes. Sur l’estrade, les DJ, mais aussi les artistes live - Flavien Berger a fait l’ouverture -, prolongent l’ambiance en balançant des musiques tantôt popu tantôt pointues, de la salsa au new-disco. L’éclectisme, on le trouve aussi dans le public : sorte de melting-pot de mecs en Supreme, de filles en Céline et de trentenaires option chemise dans le pantalon.  Comme si ce n’était pas suffisant, La Mano vous fait déguster d’excellents tapas alors que vous êtes confortablement installé sur les fauteuils en rotin, ou vous permet de siroter les goûteux cocktails à base de mezcal ou de téquila pour prolonger l’ambiance sud-américaine, mais à prix parisien (environ 10 €). Une jolie recette de club dans une ambiance po
Publicité
  • Shopping
  • Grands magasins
  • Chaussée-d'Antin
Véritable labyrinthe de marques, les Galeries Lafayette rayonnent bien au-delà des Grands Boulevards. Temple de la mode par excellence, le magasin au look art nouveau s’ouvre sur le rayon parfumerie. Un choix pléthorique de soins, fragrances et autres élixirs sous une massive coupole en vitraux. Un bel échantillon des plus prestigieuses marques rivalisent ici, que vous cherchiez le dernier-né de Givenchy ou le best-seller de chez Clinique. Après un vaste programme de rénovation en 2008, le rayon VO (destiné alors aux jeunes) s’est vu transformé en un lieu de prédilection pour les amateurs de chaussures. Côté vêtements, le prêt-à-porter de luxe et les créateurs pointus se partagent le premier étage pour les femmes et le dernier pour les hommes. Les « Galafs » sont définitivement à visiter en début de mois et de préférence muni de plusieurs cartes de crédit !
  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à cocktails
  • Saint-Georges
  • prix 2 sur 4
Pour qui ? Ceux qui rêvent de plage et cocktails exotiques Boire quoi ? Un Zombie ou un rhum pure  Effrayé par le nom ? Pas de panique ! Les seuls éléments phalliques du lieu sont des totems polynésiens plantés un peu partout dans cet ex bar à hôtesses transformé en tiki bar. Et qui n'a donc conservé de son passé sulfureux que le nom. Quid du tiki bar ? Ici, la déco bien gaulée est exotique et kitschissime à souhait : murs peints du sol au plafond représentant un soleil-couchant-sur-des-cocotiers, pin-up hollywoodienne en mini-short sur la plage, plantes luxuriantes dans un aquarium, tabourets en bambou, lumières colorées, abat-jours porcs-épics... Manque plus que le sable et on y est ! Pour la soif ? Les serveurs en chemises hawaiennes nous servent foultitudes de rhum à gogo ! Sur la carte, une vingtaine de cocktails à prix parigots (entre 10 et 15 €), de quatre coins du continent (un peu de Mexique, de Brésil, de Floride...), avec pour chacun un petit couplet en anglais assez fun. Ce soir-là, on jette son dévolu sur la star de la carte : le Zombie, une alliance de plusieurs rhums pensée par Don The Beachcomber – le créateur du concept de tiki bar aux Etats-Unis –, avec du citrus, des plantes aromatiques et des fruits tropicaux. Un délice assez traître puisqu'on ne sent pas l'alcool monter. Plus délirant encore, les barmaids servent des punchs et des cocktails géants dans un grand coquillage ou dans un volcan enflammé. Comble du kitsch tiki, le fumoir est un vaste délire ave
Recommandé
    Vous aimerez aussi
      Publicité