• Actualités
  • Vivre en Ville

Découvrez l'âme du quartier du Sentier en 24h

Quartier Sentier 24h métro bouche
© EChirache

Le Sentier fait partie de ces quartiers de Paris qu'on l'on associe immédiatement à un cliché: le prêt-à-porter. Certes, depuis les années 1950, il s'agit de l'activité principale de ces rues au cadastre médiéval, qui empêchent pourtant les gros camions de livraison de passer. Pourtant, le Sentier a aussi accueilli pendant longtemps les sièges de presque toute la presse quotidienne, le Figaro et L'Humanité avaient ainsi leurs bureaux il y a encore une trentaine d'années autour de la rue du Croissant.

Aujourd'hui, l'identité du quartier évolue encore sous les poussées gentrificatrices d'agences web, cabinets d'architectes ou start-ups en nouvelles technologies qui s'y installent, si bien que son visage ressemble de plus en plus à celui de son voisin de Montorgueil. Ne reste plus qu'à piétoniser les rues, et sa transformation sera achevée. 


9h : Arrivée au métro et petit déjeuner

La sortie de métro Sentier comporte plusieurs originalités qui méritent le coup d'œil : tout d'abord, sa sortie rue de Réaumur est la seule bouche de métro implantée dans un immeuble. D'autre part, le panneau rouge et bleu qui la signale date des années 1930, ce qui là aussi unique à Paris, où les habitants sont plus habitués au M jaune cerclé d'inox ou au mât portant l'inscription Métro sur fond rouge.

Prenez alors la rue d'Aboukir (l'un des nombreux noms du Sentier qui rappelle l'égyptophilie du début du XIXe siècle) et faites une halte au Lockwood pour un petit déjeuner australien plein de ressources. Si vous préférez une ambiance studieuse histoire de répondre à quelques mails avant la balade, n'hésitez pas à faire un tour au 10h10 Coworking Café, qui joue la carte du forfait horaire avec café et buffet de gâteaux à volonté. 

© EChirache

10h : La Petite Egypte, unique librairie indépendante dans le 2e

Difficile à croire, mais cette librairie installée rue des Petits Carreaux depuis mars 2016 est la seule qui soit indépendante dans tout l'arrondissement. Son propriétaire, Alexis Argyroglo nous explique qu'il aime le quartier depuis toujours : « C'est le vrai centre de Paris, bien davantage que l'île de la Cité, qui ne représente plus les Parisiens. Le Sentier est un lieu chargé d'histoire, vous y trouvez par exemple le premier passage couvert de Paris, celui du Caire. Nous souhaitons clairement nous inscrire dans cette histoire, à travers le nom de la librairie mais aussi tout un choix de livres dédiés au quartier, comme 'Du Sentier à la 7e avenue' de Nancy L. Green. » A l'étage, Alexis organise aussi des projections de films et des rencontres autour d'un auteur ou d'un ouvrage, bref de quoi faire vivre la littérature au milieu des sapes et des bières. 

© EChirache

 

11h : Petite balade touristique dans les rues étroites 

Après avoir fait le plein de bouquins - on l'espère, promenez-vous dans les ruelles, au hasard ou pas. Le quartier n'est vraiment pas grand, et vous passerez forcément devant des magasins de confection, le théâtre Montorgueil (une programmation de boulevard bon marché) ou la Taverne du Croissant, héritière du café du même nom où Jaurès fut assassiné en 1914 par le nationaliste Raoul Villain. Incroyable mais vrai, ce dernier sera acquitté après la guerre dans un contexte de ferveur patriotique aveugle. Autre pèlerinage possible, celui qui vous mènera vers la Maison Mozart dans la rue du Sentier. Ici, une auberge accueillit autrefois le séjour de Mozart et sa mère, qui mourut entre ses murs le 3 juillet 1778. Aujourd'hui, le bâtiment est occupé par un cabinet d'architectes avec en son centre une jolie cour emplie d'arbustes. 

En poursuivant la rue du Sentier, tournez à gauche dans la rue des Jeûneurs. Vous tomberez nez à nez avec un curieux immeuble en béton, de couleurs orange et bleue. Autrefois totalement gris (la façade de la rue des Jeûneurs a d'ailleurs conservé son ancienne allure), ces bureaux occupés par la BNP ont retrouvé du pep's grâce à Claire Maugeais, une artiste commissionnée par le conseil de quartier du 2e, qui souhait installer une œuvre d'art dans le Sentier. Achevée en 2012, l'œuvre devra être effacée en 2017, mais elle n'aura laissé personne indifférent. Juste à côté se trouve l'appartement Sézane, un showroom consacré à la fameuse marque créée par Morgane Sézalory. C'est beau, mais attention ce n'est que pour les yeux, il faudra acheter en ligne.

 

Rue du Sentier, la cour où fut située jadis l'auberge qui accueillit Mozart et sa mère.

 

 

 

Rue des Jeûneurs, un drôle de bâtiment.
© EChirache

 

 

© EChirache

 

L'appartement Sézane.
© EPereira

 



12h30 : Sur le sentier de la graille

Ce n'est pas que vous ayez beaucoup marché, mais il fait faim. Tant mieux, le quartier accueille de plus en plus de restaurants et autres établissements de street food. Envie d'un déjeuner sur le pouce ? Vous aurez le choix entre Shine Garden, jolie sandwicherie fraiche, ou G-IV, qui fait autant de l'épicerie fine que de la petite restauration. A cela, il faut ajouter Frenchie To Go, qui ne désemplit pas, ce qui peut rebuter le passant pressé.  

Vous avez le temps de vous poser ? En cas de soleil, profitez d'une terrasse de la rue des Petits Carreaux, que ce soit l'argentin Caminito ou le plus français Joseph et Lucien. De la cuisine de bistrot honnête, à laquelle on peut préférer la terrasse d'Edgar, un restaurant qui jouit d'une très bonne réputation dans le quartier. En cas de temps plus terne, testez Frenchie ou Spontini 50, deux autres bonnes adresses qui n'ont rien à envier aux précédentes.

 

Les terrasses de la rue des Petits Carreaux.

 

 

Du bœuf à l'argentine chez Caminito.

 



14h : Paris historique ou contemporain ?


Avant de repartir pour un tour, achetez un cookie chez Jean Hwang Carrant pour vous donner du baume au cœur, ils sont réputés et faits maison. Pendant que votre estomac digère, votre cerveau est en plein dilemme : balade contemporaine ou historique ? Première option, choisissez l'escape game de chez Happy Hours et amusez-vous une bonne partie de l'après-midi en tentant de sortir d'une pièce à partir d'énigmes. Une fois dehors, si vous sortez un jour, direction la Maison des Bitcoin, cette monnaie électronique qui fait fureur sur Internet, renseignez-vous et achetez-en quelques-unes, car plus de 100 000 sites Internet l'acceptent dans leurs transactions.

Seconde possibilité, votre cœur romantique parle tout haut et vous désirez vous perdre à travers les âges. En ce cas, foncez vers la place du Caire où la statue de l'homme au bras levé vous indiquera le chemin. Sur la façade du mur à côté, des motifs égyptiens vont attirer votre attention, c'est l'entrée du passage du Caire. Ce passage n'est pas seulement le plus ancien de Paris (1798), c'est également le seul qui soit aussi peu soucieux d'épater les touristes. Tout au long de son tracé, les grossistes et magasins de prêt-à-porter présentent leurs tissus et leurs collections de façon brute, sans chichis ni épate. 

© EChirache

 

© EChirache

 

© EChirache

Dès que vous sortez du passage, prenez la rue Saint-Denis sur la gauche, puis tournez rue Sainte-Foy et prenez la rue Chénier, du nom d'André Chénier, poète et journaliste qui fut guillotiné en 1794 notamment pour avoir critiqué la Terreur. La rue vous mènera tout droit à la maison dudit poète, édifice situé à la pointe Trigano, au croisement des rues de Cléry et Beauregard. Remarquable par son étroitesse, la maison est devenue un lieu culte à Paris, photographiée notamment par le grand photographe Eugène Atget en 1907. 

 

© EChirache

18h : Brassez votre propre bière !

Sur l'échelle du bonheur, boire une bière qu'on a soi-même brassée dépasserait la naissance de son premier enfant. C'est à vérifier, mais peu importe, Brew Unique est un concept génial lancé par Michael Gilmore dans la rue des Jeûneurs. Quatre heures passées à deux sur un poste de travail pour fabriquer la bière de votre choix, triple, pilsner, IPA, avec n'importe quelles arômes, épices, chocolat, café, etc. Dans sa cave, Michael conserve votre seau de 18 litres pendant un mois puis vous reviendrez embouteiller vos bouteilles avant de les ramener chez vous. Un bon moment en perspective pour un rapport qualité-prix imbattable, on adore. 

18h (bis) : Chantez vos chansons préférées ! 

Pas trop fan de binouze ? Pas de souci, le Sentier possède depuis quelques semaines à peine son premier karaoké BAM, c'est-à-dire un karaoké qui se chante dans des « box », des locaux séparés. Un bar permet en même temps de préparer des cocktails ou de profiter de bouteilles sélectionnées en avance. Ici, c'est un peu la version luxe et cosy du karaoké, où l'on se ridiculise uniquement entre amis et gens de bonne compagnie. Impossible de ne pas s'amuser en somme, même si le temps passe trop vite.

 

Chez Brew Unique, les hommes n'ont jamais autant fait le ménage.

 



21 ou 22h : A votre Sentier messieurs dames !

C'est un drame. Avec toutes ces activités, vous n'avez même pas eu le temps de boire d'alcool. Pourtant, ce ne sont pas les bons endroits qui manquent, le Sentier ayant une fâcheuse tendance à devenir un lieu cool pour sortir. Rue des Petits Carreaux et Poissonnière se succèdent donc des adresses éclectiques et chouettes. Proche du métro et dernier né, le Hoppy Corner fait partie de la famille des bars pour amateurs de bières artisanales, dans la lignée des Trois 8 ou de la Fine Mousse en termes de qualité et de prix. Toujours au rayon bières, le sympathique Bière et Malt n'est pas en reste, face à l'Ivress, un bar à vin et à manger dont la terrasse attire en général beaucoup de monde.

Si votre état de forme augmente avec le temps, passez à l'étape supérieure et visitez un bar à cocktails du quartier. Parmi eux, on note le Lockwood dont nous vous parlions plus haut, avec son incroyable réseau de caves souterrain, qui cache recoins et boudoirs où l'on sirote de bons cocktails. Toujours dans la rue d'Aboukir, le Mabel affiche moins de prétention dans sa façon d'aborder l'art du cocktail. Une fois passée la première salle en mode fast-food et Grilled Cheese Shop (les sandwiches sont très bons), vous arriverez dans une alcôve à l'ambiance feutrée, qui n'empêche pas les contacts chaleureux, bien au contraire. Ne reste plus qu'à terminer la soirée en se faisant refouler du Silencio, le club huppé de David Lynch, pour avoir un panorama complet du Sentier. Vous êtes fourbus et vous méritez bien un dernier jeu de mots : Le Sentier, c'est un sacré chantier. 

 

Le Mabel, un bon label.
© EChirache

 

 

 

Un mur végétalisé rue des Petits Carreaux.

 

 

Le textile reste encore très présent au Sentier.
© EChirache

 

 

Advertising
Advertising

Commentaires