Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche

Lafayette Anticipations

  • Art
  • Le Marais
  • 4 sur 5 étoiles
  • Recommandé
  1. ©Delfino Sisto Legnani and Marco Cappelletti
  2. ©Delfino Sisto Legnani and Marco Cappelletti
  3. ©Delfino Sisto Legnani and Marco Cappelletti
Publicité

Time Out dit

4 sur 5 étoiles

Des expériences plus que des expositions

Un nouveau bâtiment d’art contemporain, en plein coeur du Marais : c’est le projet ambitieux de la Fondation d’entreprise Galeries Lafayette. Sorte de mini-Palais de Tokyo (2 200 m2 Vs 22 000 m2), « Lafayette Anticipations » n’est pas un musée. Une galerie ? Plutôt un Objet d'Art Non Identifié, ayant à coeur de proposer des expériences plus que des expositions. Avec café au rez-de-chaussée, bruits de vent en bande-son. Un autre détail rend l'espace unique : son sous-sol. Au niveau le plus bas, on trouve un atelier de 400 m2 réservé aux artistes invités.  

Il n’y avait qu’à suivre les paillettes déposées par Lutz Bacher pour découvrir le surprenant immeuble de quatre étages signé Rem Koolhaas. Pour nous en mettre plein les yeux, l’architecte néerlandais avait disposé ces décorations étincelantes, un peu partout sur le sol. Et il a réussi à nous époustoufler. D’abord, avec ses hauteurs à en donner le vertige : 20 mètres de haut pour une tour perchée au milieu de la cour d’un bâtiment classé. L’alliance du moderne et de l’ancien fonctionne. Comme des enfants dans un magasin de bonbons, on découvre un peu plus, les yeux écarquillés, l’ambiance rêveuse de l’artiste Lutz Bacher. 

 Le détour idéal pour admirer vite et bien, les talents qui anticiperont l’art de demain.

Écrit par
ALEXANDRA BOQUET

Infos

Adresse
9 Rue du Plâtre
Paris
75004
Transport
Métro Hôtel de Ville
Prix
Entrée : 8 € (tarif réduit : 5 €)
Heures d'ouverture
Fermé le mardi. Lundi, mercredi et dimanche de 11h à 20h. Jeudi, vendredi et samedi, de 11h à 22h
Vous êtes propriétaire de ce commerce ?
Connectez-vous et revendiquez le commerce

Programme

Martin Margiela

  • 4 sur 5 étoiles
  • Technique mixte

Mais où sont les bottes Tabi, les collections oversize, les vestes perruques ? Ne cherchez pas ces pièces iconiques qui ont fait la gloire anticonformiste du designer belge. Ici, la fashion n’a plus son mot à dire. Le fondateur de la Maison Martin Margiela a dit bye-bye à l’industrie de la mode en 2009 et le fait savoir en s’exposant pour la première fois en tant que plasticien. Juste plasticien. Alors, qu’est-ce que ça donne un Margiela qui n’est plus chevillé à la haute couture ? Du bon. Du très bon, même. À travers une vingtaine d’installations, films, peintures et collages conçus in situ, celui qui s’était imposé comme un incontournable du stylisme dès les années 80 séduit ici en tant qu’artiste pluridisciplinaire, hanté par le temps. Un sujet décliné à plusieurs sauces. Il y a le temps qui passe et fout les jetons, représenté via des chevelures dont les teintes évoluent du roux au gris. Il y a le temps qui blase, celui qu’on passe à taper du pied en attendant notre moyen de transport, et que Margiela exemplifie par un Abribus drapé de fausse fourrure. Et puis il y a le temps de l’appréciation. Celui qu’on prend pour déambuler dans une expo labyrinthique (l’entrée se fait par la sortie habituelle, on emprunte un passage de secours…). Pas étonnant comme désorientation, nous direz-vous, de la part du couturier qui déboussolait son public en organisant ses défilés à l’intérieur de squats. Là où les amateurs reconnaîtront la “Margiela touch”, c’est aussi par le regard attenti

Publicité
Vous aimerez aussi