Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
Projet d'exposition Basquiat - Warhol
© Fondation Louis Vuitton

Les expositions les plus attendues de l'année 2023 à Paris

Peinture, mode ou photo... Découvrez la sélection des rétrospectives immanquables de 2023 dans la capitale.

Écrit par
Zoé Kennedy
Publicité

Cette année encore, tout roule sur les cimaises des musées parisiens qui peuvent encore et toujours nous régaler à coup de super programmations. Car autant le dire d’emblée, au rayon artistique, 2023 s’annonce déjà comme un bon cru, un cru d’excellence même : Jean-Michel Basquiat (ici et ), Germaine Richier, Édouard Manet… Un nombre pantagruélique d’expos et de chefs-d’œuvre à stabiloter dès maintenant dans votre agenda, histoire d’épater la galerie lors de votre prochain vernissage.

Les expositions les plus attendues de l'année 2023 à Paris

  • Art
  • Art

Après 2018, la Fondation Louis Vuitton remet Jean-Michel Basquiat sur ses cimaises du 5 avril au 28 août 2023, ajoutant cette fois-ci à ses côtés un certain Andy Warhol. En toute simplicité. Intitulée Basquiat x Warhol – A quatre mains, cette rétrospective mettra sous les spotlights l’intense production commune des deux artistes, avec une centaine de toiles exposées sur les 160 pensées de concert sur les années 1984 et 1985. On nous dit qu’il y aura du Basquiat peint par Warhol et vice versa, des œuvres partant des lubies warholiennes (logos, titres de presse) et pleins de toiles perso. Des photos sont également annoncées, tout comme des œuvres de Jenny Holzer ou Keith Haring.

  • Art
  • 4e arrondissement

On ne le répétera jamais assez, mais ça manque cruellement de femmes dans les musées ! Heureusement, le Centre Pompidou ouvre l’année 2023 avec une maousse rétrospective consacrée à l’une des figures féminines les plus importantes de la sculpture, et de l’histoire de l’art en général, Germaine Richier. Première femme à être exposée à Beaubourg de son vivant, elle revient soixante-dix ans plus tard squatter les espaces de “Notre-Dame des tuyaux”. Au menu, nous glisse-t-on dans l’oreillette ? 200 sculptures, gravures, dessins, peintures… De quoi découvrir une bonne partie de l’univers de cette artiste si singulière.

Publicité
  • Art
  • 7e arrondissement

C’est l’équivalent impressionniste d’un concert Beyonce/Jay-Z. Ultra attendue, l’expo Manet / Degas au musée d’Orsay met en scène les œuvres de deux acteurs essentiels de la nouvelle peinture des années 1860-1880. Et si les points communs ne manquent pas, l’ancienne gare du 7e préfère jouer au jeu des sept différences en mettant en lumière les traitements accordés par chacun aux sujets phares de l’époque : scènes de café, bordels, courses de chevaux… À travers leurs personnalités, leurs formations ou encore leurs goûts musicaux, le musée d’Orsay puise dans l’intimité des deux stars de la peinture pour les exposer côte à côte, sans jamais faire de jaloux.

  • Art
  • 1er arrondissement

A chaque rentrée, ça vaut le coup de s’attarder sur la programmation du musée de l’Orangerie. Et pour cause, après Hockney et les Impressionnistes, c’est au tour d’Henri Matisse de devenir la star du spot des Tuileries. Organisée avec le Philadelphia Museum of Art et le musée Matisse à Nice, et consacrée à sa période années 30, l’expo reviendra sur son voyage marquant à Tahiti et son rapport avec l’une des grandes revues d’avant-garde de l’époque, Cahiers d’art. Boudé par le monde de l’art dans les années 20, Matisse revient en force au sein de la publication qui met en lumière sa peinture la plus radicale, relançant au passage la compète avec un certain Pablo.

Publicité
  • Musique
  • Musique

Avec Basquiat Soundtracks, le musée de la Villette célèbre le New-Yorkais sous un angle, nous dit-on, encore inexploré : celui de son rapport à la musique. Et attention, avec la musique, on ne parle pas d’un passe-temps pour Basquiat, mais bien d’un pan constitutif de toute son œuvre. Si l’on sait que son enfance a été bercée de soul – pensez à écouter les playlists réalisées par son entourage sur Spotify en début d’année –, cette expo éclairera surtout le Basquiat période artiste. Pour retranscrire tout cela, la Philharmonie annonce un corpus d’une centaine d’œuvres, à base d’archives rares d’audios et de vidéos inédites. Le communiqué ne mentionne pas de tableaux, mais on a du mal à croire qu’il n’y en ait pas quelques-uns. Il est temps d’entrer dans le casque de Basquiat.

  • Art
  • Louvre

Que diriez-vous d’une petite expo fashion pour finir l’année ? Le MAD clôturera l’année 2023 avec une rétrospective immersive consacrée à la créatrice de mode néerlandaise Iris van Herpen. Son style avant-gardiste qui fait fusionner sape, science et art se manifeste par des formes architecturales et poétiques. L’expo réunit donc une centaine de robes d’Iris van Herpen qui dialoguent avec des œuvres d’art contemporaines, des installations, des vidéos ou des photos, prouvant, une fois encore, que la mode est bel et bien un art.

Publicité
  • Art
  • 12e arrondissement

Si la première expo du Grand Palais Immersif ne nous a franchement pas emballés, on est quand même curieux de découvrir la suite. Ça tombe bien : le nouveau lieu de création démarre l’année avec une expo dédiée à Alfons Mucha, l’un des artistes majeurs de l’Art nouveau. Organisé en trois parties, l’événement promet de revenir sur la carrière d’affichiste de Mucha, son passage remarqué à l’Expo universelle de 1900 et ses toiles maxi-formats. Un petit tour dans le Paris au tournant du XXe siècle, ça vous branche ? 

  • Art
  • 7e arrondissement

Son nom ne vous dit peut-être rien, mais on est prêts à parier que ses photos, si. La robe de Marilyn qui s’envole au-dessus d’une bouche de métro, le Che qui cigare au bec, Schwarzy montrant ses gros muscles… Eh bien oui, toutes ces photos iconiques sont signées du même artiste : Elliott Erwitt. Pour rendre hommage à cette figure incontournable de l’agence Magnum, le musée Maillol organise une rétrospective qui retrace près d’un demi-siècle d’activité. A travers une centaine d'œuvres, l’expo engage un dialogue entre le photographe et le travail du peintre et sculpteur Aristide Maillol, confrontant par exemple leur regard sur les femmes ou les musées.

Publicité
  • Art
  • Art

En célébrant deux maîtres de l’onirisme, l’Atelier des Lumières nous embarque direct au pays des rêves sans passer par la case somnifère. Et le tout en musique, s’il vous plaît ! Comme d’hab, l’Atelier des Lumières nous offre deux expos-spectacles pour le prix d’un. Consacré à Marc Chagall, le premier show signé Gianfranco Iannuzzi nous fait voyager de Paris à New York au rythme de sonorités classiques, klezmer et jazz. Débarqué à Paname en 1910, le peintre originaire de Biélorussie s’intègre dans l’avant-garde parisienne avec autant de facilité que le pied de Cendrillon dans sa savate de vair. Chagall s’exile une seconde fois, dans les années 1940, aux Etats-Unis, et se fait le témoin des grands changements du XXe siècle. Fauvisme, cubisme, expressionnisme…  Last but not least, une deuxième partie d’une dizaine de minutes sera dédiée au rapport entre le peintre Paul Klee et la musique.

  • Art
  • Jaurès

Après nous avoir permis de découvrir Toutânkhamon, la Villette joue les prolongations égyptiennes et consacre sa nouvelle saison à Ramsès, l’un des plus grands bâtisseurs de l’Égypte ancienne. Et la promesse de l’expo envoie du lourd : un trésor de 180 pièces originales datant de plus de trois mille ans – dont certaines effectuent leur premier voyage –, et une expérience en réalité virtuelle qui nous plonge au cœur du temple d’Abou Simbel et du tombeau de Néfertari… Ne manque plus que le fouet pour se prendre pour Indiana Jones !

Publicité
  • Art
  • 1er arrondissement

C’est assez tendance depuis quelques années : faire découvrir le travail d’un peintre à travers sa relation avec son marchand principal. Le musée de l’Orangerie n’y échappe pas et traitera cette année de l’implication de Paul Guillaume dans la production d’Amedeo Modigliani. Avec cette expo thématique, le musée revient sur la relation artistique et amicale liant le peintre bohème et le collectionneur, qui aurait tenu entre ses mimines près de 150 œuvres, peintures et dessins confondus. Artiste sulfureux et révolutionnaire, Modigliani aura joui du soutien indéfectible de Paul Guillaume jusqu’à sa mort, allant même jusqu’à en faire le sujet de sa toile emblématique Paul Guillaume, Novo Pilota

Recommandé
    Vous aimerez aussi
      Publicité