1 J'aime
Epingler

Baby-foot : les meilleurs bars à Paris

Baby-revanche et baby-belle

© EChirache

Un bar, un match de Coupe du monde sur grand écran, une bière, un baby-foot à moins de deux mètres... Vision du paradis sur terre pour certains d'entre nous, qui n'hésiteront pas à mettre fanny aux copains à la mi-temps de Pays-Bas/Chili ou France/Equateur. Les bars ont bien compris tout l'attrait de ce foot pour feignasses, un temps disparu de nos troquets sans qu'on sache bien pourquoi et qui revient enfin sur le devant du zinc. Voici un petit aperçu de ces lieux parisiens où l'on pourra joindre le geste à la parole footballistique.

Aux Chiffons
Restaurants

Aux Chiffons

Pour qui ? Ceux qui n’aiment pas les chichis mais adorent les brèves de comptoir.Le plat culte ? Un verre de rouge (ou carrément une bouteille) et un plat du jour. « Un patron de merde dans un bar de merde », c’est comme ça que se décrit Gérard le patron gouailleur d’Aux chiffons, bistrot-rade du 18e. Nous l’avions découvert dans ce super reportage d’arte radio, mettant en scène deux bistrots du 18e, à l’opposé l’un de l’autre : Fichon, « cave à poissons » cochant les stéréotypes du nouveau lieu à la mode, et Chiffons, bistrot pur jus avec son taulier à la barre. Un vrai bistrot de quartier avec, à 19h, les habitués au bar, le gosse qui boit sa limonade, le baby-foot & le flipper « games of thrones », le coin canapé où s’affaler en posant ses pieds sur la table. « Laisse tes pieds va, mais après tu fais la plonge », nous prévient Gérard. Et aussi une salle à manger/nappes à carreaux rouges et plats à 10 € ou grailler en grande tablée. La cuisine est simple et touchante dans sa quête de joliesse : un burger avec ses frites maison, un carré de porc à la sauce caramélisée un peu trop sucrée, des bricks à la viande, un excellent brownie. On ne parle pas de grande gastronomie mais d’un bistrot quoi, où on peut bien dîner en grand groupe, arroser son repas de vin rouge (un bon ventoux Terre et Ambre à 18 €) le tout sans avoir à claquer plus de 25 € par tête. Minuit : alors que le prof de biologie qui nous avait montré ses copies à corriger à 19h est maintenant en train de drague

Time Out dit
  • 4 sur 5 étoiles
Votre avis
  • 5 sur 5 étoiles
La Divette de Montmartre
Bars

La Divette de Montmartre

Ce bar-tabac d’un autre temps en plein Montmartre rappelle les bistrots des années 1970 un peu beatniks et surtout rock, avec son babyfoot, ses autocollants qui n’ont pas bougé, ses macarons des Beatles et sa collection de vinyles étalée sur les murs du sol au plafond. La Divette est tenue par Serge, une figure charismatique du quartier très « ours grognon », dont raffolent les habitués. D’ailleurs en grattant un peu, il est sympa. Son rade n’attire pas non plus que les nostalgiques de cette époque révolue, mais aussi tous les amateurs de rock, car des petits groupes se produisent sur la scène du bar tous les vendredis. Sur le comptoir on ramasse des magazines culturels et musicaux, en terrasse on profite des quelques tables et chaises colorées pour boire un verre à l’extérieur.

Time Out dit
  • 3 sur 5 étoiles
Le Mauri7
Bars

Le Mauri7

Souvent opposé à son rival d’en face, le très branchouille Chez Jeannette, le bar Mauri7 en est le parfait antipode : quand le premier ne désemplit pas et compte une clientèle guindée dans un cadre précieux, le second offre toujours une petite place au milieu d'un public varié, dans un environnement plutôt kitsch et tendrement moche. Aux murs, des pochettes de disques ringards entourent des affiches de cinéma, tandis que derrière le comptoir, un néon rouge pas très glamour déroule le nom du bar. Et pourtant, on aime le Mauri7. Car l’endroit respire davantage la chaleur humaine que chez ses voisins. Les prix sont abordables, les serveurs toujours disponibles et serviables (ce qui n’est pas un pléonasme à Paris), le coin idéal en somme pour finir une soirée arrosée à la bonne franquette.

Time Out dit
  • 4 sur 5 étoiles
Votre avis
  • 4 sur 5 étoiles
Tony
Bars

Tony

Passé l’ordinaire devanture qu'on avait à peine remarquée, le Tony prouve à l'intérieur qu’il ne faut guère se fier aux apparences. Car pendant qu'on se pavane sur un tabouret au bar, les enceintes crachent du Notorious Big puis l'hymne à la Grosse Pomme du rappeur Nas : "NY State of Mind". On remue la tête tout en louchant sur la gauche, deux filles portent des grosses fourrures façon pimp, histoire de prolonger l'ambiance. Yo ! Sur la carte : du spritz, des bières bio, du vin mais surtout des cocktails maison. Pour nous, ça sera le BCG (basilic, concombre et gin) à 6 € en happy hour. C’est frais, sucré et la physalis apporte une touche d’acidité bienvenue : parfait pour commencer. Après un deuxième verre, le Smoke à base de whisky fumé, sirop de sucre maison et blanc d’œuf, on peut enfin se détendre et abandonner son regard pseudo-gangster. Direction le fond de la salle et son ambiance cosy. On se pose sur les sièges en cuir, en face de caisses qui font office de tables. Sur les murs, les planches de bois sont recouvertes de tôle et éclairés par des lampes tamisées. Un DJ prend place sur l’estrade pour un set funk et électro, entièrement à base de vinyles. La veille, c’était un live jazz, autant dire que la prog’ est à surveiller de près. On s’ambiance et on décide de se défouler les poignets sur le baby-foot étonnamment gratuit. Et même si l’on perd toutes nos parties, on repart quand même avec le sentiment d’avoir passé un très bon moment dans un bar branché et bonne amb

Time Out dit
  • 4 sur 5 étoiles
Votre avis
  • 4 sur 5 étoiles
Le Kremlin
Bars

Le Kremlin

Voici les 100 meilleurs bars de Paris sélectionnés par Time Out Paris - cliquez ici pour voir la liste complète.Un bout de Russie en plein Pigalle ? Il ne s’agit pas d’un bar à hôtesses russes mais d’un nouveau bar branché totalement lénifiant. Le lieu est à peine ouvert mais déjà, il est difficile de se frayer un passage dans la foule jusqu’au comptoir pour commander l’une des merveilleuses vodkas importées ou un cocktail original (entre 8 et 11 euros). Ici une jeune équipe n’hésite pas à mettre un fond musical de bon goût assez fort et mixer alcools locaux et importés. Testez par exemple le Negroni Lenin (Vodka 42, Below miel, Gran Classico et Campari), le Red Star (mescal, betterave fraîche et Carpano) ou bien le Red Army (Gin Carpano, Chartreuse verte et Bitters orange). Si vous préférez la bière, optez pour l’une des bouteilles importées : la Kremlin bien sûr ou l’une des nombreuses Baltika, à prix plus que raisonnables (entre 3,5 et 5 euros la bière). Une fois votre boisson enfin obtenue, profitez-en pour jeter un œil à la déco somptueuse toute rouge communiste, à grand renfort d’affiches de propagande et du mobilier vieillot rappelant l'ère soviétique. La clientèle en revanche est elle bien parisienne. On profite d’une pause dans la petite impasse à l’extérieur pour prendre l’air.

Time Out dit
  • 4 sur 5 étoiles
Votre avis
  • 2 sur 5 étoiles
Les Triplettes
Bars

Les Triplettes

Quand on dit « Triplettes de Belleville », on pense au film d’animation de Sylvain Chomet qui met en scène une grand-mère à la recherche de son petit-fils kidnappé, aidée par trois chanteuses de cabaret. Mais depuis l’été 2014, les Parisiens ont plutôt en tête ce troquet branché, collé à la Cantine. Voilà maintenant plusieurs mois que la marmaille du 20e arrondissement s’engouffre tous les jours de la semaine dans ce lieu vivant et plein de charme. Qui justifie désormais son nom par trois atouts. D'abord son cadre agréable, dans l’air du temps : miroirs aux murs, briques rouges, mobilier chiné, grosses ampoules au plafond, babyfoot en libre accès et grande terrasse chauffée. Ensuite, sa carte. Au programme, boissons aux tarifs largement abordables (coupe de champagne et cocktail à 5 euros, pinte à 4,50 euros de 17 à 21h, verre de vin entre 3,50 et 5 euros), et cuisine fine et créative avec une ardoise qui change tous les jours (ce soir-là on teste le ceviche de bar aux mûres, à tomber). Plus accessible, le menu permanent propose un fish & chips et un burger à 12 euros, et des tacos à 9 euros. Niveau bande-son, ça varie entre hip-hop, soul ou funk, et ça vire vers la house quand les températures montent. Aux commandes ? Les serveurs et barmen, qui sont d’ailleurs la troisième source du succès de l’établissement : beaux, agréables, et pas contre un échange de numéros. Banco !

Time Out dit
  • 4 sur 5 étoiles
Votre avis
  • 4 sur 5 étoiles
Le Fantôme
Bars

Le Fantôme

Les bars branchés n’ont visiblement plus besoin d’enseigne pour attirer le chaland. Seul le carrelage noir laqué qui recouvre la façade atteste de l’identité du lieu. Nous sommes bien au Fantôme, nouvelle adresse des patrons du Baron. Un vaste bar de 200 m2 au croisement de la rue d'Hauteville et de la rue de Paradis où l’on bavarde entre deux parties de 'Street Fighter'. Dédié aux adulescents et autres amateurs de retrogaming, le Fantôme propose ainsi entre ses chaises en formica et ses banquettes en skaï une poignée de bornes d’arcade, une table Pacman (souvent réservée) et un superbe babyfoot. De quoi s’occuper entre chaque gorgée de sirop à l’eau. Bon, et si la grenadine n’est pas votre fort et que vous avez une petite dizaine d’euros à dépenser en liqueur, sachez que le maître en mixologie n’est autre qu’un Californien inspiré. Point de liste exhaustive et de mojito raté, David West ne vous propose que cinq cocktails, pas plus. De fins élixirs à accompagner de délicieuses parts de pizza bien grasses (porcini, pancetta et cèpes, buffala et cœur d’artichaut pour la modique somme de 6 €) ou d’une salade à 12 €, pour les plus sages. Malgré le parquet crépitant, les beaux origamis au plafond et les cris de joie autour du babyfoot, l’ambiance reste cependant bien froide. Si l’Antarctique ne vous fait pas peur, et que vous espérez vous asseoir pour boire, pensez à arriver avant 20h ou à réserver votre table. Il y a foule dans ce coin de paradis.

Time Out dit
  • 4 sur 5 étoiles
Votre avis
  • 4 sur 5 étoiles
La Place Verte
Bars

La Place Verte

Voisine du fameux Café Charbon, la Place Verte étale sa belle et grande terrasse sur une petite place ombragée. Inutile de préciser que celle-ci est prise d’assaut au premier rayon de soleil venu, mais même si toutes les tables sont occupées à l’extérieur n’hésitez surtout pas à entrer pour vous installer. Le café a été rénové en 2011 et la nouvelle déco design et inspirée des seventies est très agréable pour un apéro ou un repas entre amis. Des fauteuils de velours vert, de grandes tablées comme à la cantine, d’épais rideaux orange et un baby-foot occupent harmonieusement le vaste espace. La carte joue sur un registre cuisine du monde avec une touche japonaise pour le chirashi et tartare de saumon (14 euros), une touche indienne pour l’agneau au curry vert (14 euros) ou encore américaine avec le East Side Bagel (13 euros). Malgré sa terrasse prisée et sa faune un peu branchouille, il est possible d'y passer un moment agréable sans trop essorer son porte-monnaie. Vous pouvez vous en sortir pour moins de 5 euros en prenant une sangria (4,20 euros), même si le verre de vin est assez onéreux (environ 4 euros) et le pichet pas plus avantageux. Pour déguster un cocktail en observant l’effervescence de la rue Oberkampf depuis sa chaise de jardin colorée, il faudra compter 8 euros. Le service, quant à lui, est cordial et efficace.

Time Out dit
  • 4 sur 5 étoiles
Votre avis
  • 1 sur 5 étoiles
La Fourmi

La Fourmi

Voici les 100 meilleurs bars de Paris sélectionnés par Time Out Paris - cliquez ici pour voir la liste complète.En été, les cigalons de Pigalle viennent chanter fleurette aux filles à franges et robe légère sur la minuscule terrasse de la Fourmi, qui porte son nom en clin d'oeil à la salle de concert voisine, la Cigale. Lorsque la bise arrive, les bobos arty qui peuplent l'endroit s’installent derrière de larges baies vitrées, sous le haut plafond d’une grande salle à la déco post-industrielle. Avec son bar en boiseries à l’ancienne, son lustre impressionnant conçu en bouteilles de verre et son vaste espace, l'endroit est chaleureux. On y sirote des cocktails, des verres de vin ou des demis à prix raisonnable (2,8 € la blonde), si l'on compare avec le Café de la Cigale ou le Petit Trianon, non loin sur le boulevard. Le coin est très prisé par les Parisiens qui assistent à des concerts à la Cigale, la Boule Noire, au Trianon ou au Divan du Monde. Attendez-vous donc à jouer des coudes pour atteindre le zinc et attirer l’attention de serveurs sympas, mais débordés. Si par miracle vous obtenez une table, vous pouvez accompagner votre verre de tartines, salades, planches de charcuterie auvergnate ou quelques plats à la carte.

Time Out dit
  • 5 sur 5 étoiles
Votre avis
  • 3 sur 5 étoiles
Mama Shelter

Mama Shelter

Il est bon parfois de jouer au touriste dans sa propre ville : s’offrir enfin une ascension de la tour Eiffel, flâner sur les quais de Seine, visiter des musées emblématiques… Le Mama Shelter s’affirme aujourd’hui comme une nouvelle étape incontournable pour tout Parisien amoureux de la capitale. Déjà, quoi de plus chic que de s’offrir une nuit à l’hôtel au lieu de rentrer chez soi ? Et tant qu’à faire, autant choisir une adresse sexy (d’autant plus si vous venez accompagné), moderne et vraiment chaleureuse, à l’image de cette vaste salle du rez-de-chaussée. Plutôt impressionnant depuis l’extérieur, l’immeuble massif situé face à la Flèche d’Or prend toute sa dimension une fois entrés dans le hall ; de la déco parfaite aux volumes agréables, on se sent rapidement à l’aise chez Mama. Et une fois dans sa chambre, c’est carrément le pied. Fonctionnelles et très bien équipées – mention spéciale pour l’iMac qui fait office de radio/TV (avec une sélection de films en streaming)/poste Internet –, elles dégagent un charme simple et efficace. Alors vous aurez toute la nuit pour tester une literie bien équilibrée, à moins que vous ne préfériez garder un peu de temps pour profiter du très agréable rooftop (dont on vous parlait déjà ici) pour boire un verre ou même dîner. Une fois le soleil levé, on ne peut que vous conseiller le gargantuesque petit-déjeuner et ses produits de qualité (thés Dammann, succulents gâteaux et plats salés), qui fait largement office de brunch. Bref, voilà un

Time Out dit
  • 5 sur 5 étoiles
Votre avis
  • 4 sur 5 étoiles
Voir les prix

Plus de bars selon vos envies

Où fêter son anniversaire ?
Bars

Où fêter son anniversaire ?

S'il vous est impossible de ruiner l'appart de vos parents pour vos 18 ans, de privatiser un club branchouille pour vos 25 ans ou de partir dans une super baraque en Bretagne pour vos 30 ans, sachez que vous pouvez tout aussi bien souffler vos bougies dans un endroit qui n'impliquera ni grand déplacement, ni grandes dépenses.

Notre top 10 des terrasses à Paris
Bars

Notre top 10 des terrasses à Paris

Bars à fêtards, petits rades de quartier ou cafés mythiques, retrouvez ici toutes les plus belles terrasses qui jalonnent les rues de Paris.

Bars à manger : le top 10
Bars

Bars à manger : le top 10

Boire  des cocktails, du vin ok mais c'est encore mieux accompagné de plats qui envoient.

Les bars pas chers
Bars

Les bars pas chers

Tiens, c'est la fin du mois ? Ah non, c'est le début...

Commentaires

1 comments
Marie G
Marie G

Il manque le nouveau QG des Batignolles : PIGNON !
9 rue Brochant Paris 17