Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
© BBP
© BBP

Les meilleurs bars à bières de Paris

Ce soir, c'est soirée mousse avec ce qui se fait de mieux en bars à bières à Paris.

Écrit par
Nicolas Hecht
,
Houssine Bouchama
,
Tina Meyer
et
Antoine Besse
Publicité

Pour étancher vite fait une petite soif, on peut vider une mousse dans n’importe quel rade. Mais quand le palais réclame une bière originale, à l’amertume ciselée, aux notes ou à la couleur étonnantes, bref quand vous recherchez un malt pour un bien, il faut aller consulter un spécialiste dans un bar à bières. Tout va bien : on a sélectionné nos adresses favorites pour boire une bière artisanale de qualité à Paris. Nos préconisations intègrent autant le nombre de brasseries représentées à la tireuse que la qualité de l’accueil, les explications du taulier ou la fréquence de renouvellement du menu. Santé !

Parlez-vous bière ?

Quelques éléments de langage pour décoder les ardoises des bars.

Lager ou pils : la blonde classique et légère issue de fermentation basse (levure active à 10 °C).
Pale ale : blonde voilée obtenue par fermentation haute (levure active à 20 °C) et élaborée à base de malts spéciaux.
India pale ale (IPA) : bière blonde très amère liée à l'utilisation de houblon lors du brassage.
Stout ou porter : une bière noire, de fermentation haute,
brassée avec des céréales torréfiées.
Sour : bière acide, très peu amère, issue de fermentation spontanée.

Les meilleurs bars à bières de Paris

  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à bières
  • Canal Saint-Martin

Quelle vibe ? Un troquet à l'ancienne (mobilier Formica, 421 à dispo, musique pop soul), installé à trois longueurs de sous-bock du canal. Voilà un petit bijou de bar où il fait bon se retrouver en bande mais aussi y débouler en solo pour profiter de l'accueil bonhomme de son taulier, Nicolas Netter. Depuis son petit comptoir, le barbu rigolard défouraille anecdotes sur Michèle Torr (mais oui), bouteille de shōchū du fond du frigo et surtout mousses artisanales de compétition choisies avec amour.
Boire quoi ? Au menu des douze becs chromés ce soir-là : formidable american IPA aux houblons mosaic et HBC 431 de chez Kernel, tout en rondeurs (5,50 € le demi), ou Eroica des Français de Piggy Brewing, funambule entre acidulé et fruité (5 €). Pour les amateurs de bizarre, le frigo déborde de canettes chamarrées : Iron Brewery au litchi (8 €) ou Hera, pale ale des Australiens Alpha Delta (7,50 €)…
Où ? 60 rue de Lancry, Paris 10e.

  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à bières
  • 18e arrondissement
  • prix 2 sur 4

En plus d’être vraiment à un supercoin de rue avec une terrasse royale, le Supercoin s’affirme comme un chouette bar à bières artisanales et méga locales dont le casting des huit becs est inscrit à la craie sur un tableau. Et pour éponger ces mousses de caractère ? Une salivante offre de sandwichs maison.

 Où ? 17 rue Boinod, Paris 18e.

Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à bières
  • Folie-Méricourt
  • prix 2 sur 4

Quelle vibe ? Téma ces tireuses ! On ne voit qu’elles à peine arrivé à la Liquiderie, coolosse cave à manger qui a osé le dépouillement indus’ (béton ciré, néons blancs et mobilier ferreux) au milieu des bouis-bouis à bo bun et néons en mandarin (à Belleville, quoi).
Boire quoi ? Vingt becs chromés qui débitent 15 bières artisanales mais aussi – surprise – des vins nature dûment sélectionnés par Julien Maillet, exigeant taulier de la Liquiderie Cave. Parmi les binouzes testées ? Cette délicate et florale Icauna, pale ale signée Popihn (4 € le demi). Mais attention ! Les TTO incessants (« Tap Take Over » : brasseurs invités) font tourner le menu plus vite qu’un artiste russe des dick pics de candidat.
Où ? 7 rue de la Présentation, Paris 11e.

  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Epinettes
  • prix 2 sur 4

Quelle vibe ?  Derrière son blaze qui évoque plus un film de série Z ricain des années 70 qu’un épisode de la saga 007 (comme quoi, Roger Moore nous étonnera toujours), l’Octopussy dégaine un concept simple et efficace : amener un peu de l’esprit rock de Ménilmontant ou d’Oberkampf dans un quartier qui en avait bien besoin. Parce que près du métro Guy Môquet, passé une certaine heure, vous ne trouviez pas beaucoup d’adresses accueillantes où boire un énième et dernier verre. Ni même un lieu coolos pour prendre l’apéro – pour ça, il fallait marcher autour de la place de Clichy. Mais ça, c'était avant.
Boire quoi ? Une belle carte de bières (Bellerose, La P’tite Sœur, Bap Bap, Brooklyn Lager, Punk IPA, environ 4 € le demi). Mais chez Octopussy, on brasse aussi sa propre mousse : l’Octomouss (pale ale, blanche etc.).
Où ? 22 rue de la Jonquière, Paris 17e.

Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à bières
  • Charonne
  • prix 3 sur 4

Quelle vibe ? Boissons éclectiques et révolutionnaires… Ce nom particulièrement long ne tient même pas sur la devanture noire de l’un des plus petits bars de Paris ! Il faut se contenter de l’acronyme : BEER. Du coup, vous vous en doutez, dans cette mini-salle à poutres apparentes et colombages, on distille l’amour de la bonne bière artisanale (qui, on le sait, ne se mesure pas en mètre carré). 
Boire quoi ? Pour nous guider dans la jungle des nouvelles brasseries, nous faisons confiance à Kylian, hyperdisponible et pédago derrière son microcomptoir. Il explique, fait goûter, conseille même (et surtout !) les plus noobs en houblon. Ce soir-là, on opte pour une stout Midnight Expresso des Français Piggy Brewing Company (8,50 €) plus caféinée que votre bol du matin.
Où ? 3 rue de la Forge-Royale, Paris 11e.

  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à bières
  • Jaurès
  • prix 2 sur 4

Quelle vibe ? Gentrification oblige, l'arrivée de la Paname Brewing Company (après celle du très coquet Pavillon des canaux) semble avoir sonné définitivement le glas de l'époque Stalin-crade ! Inaugurée début juin 2015, cette adresse baignée de soleil brasse la bière les pieds dans l'eau, dans une déco qui a franchement de la gueule (murs en briques, grandes tables en bois, bar XXL et maxi-cuves de brassage apparentes).
Boire quoi ? Pour notre soirée mousse, on s’est laissé tenter par une bien fraîche Œil de Biche, une pale ale à 4,6 % brassée façon west coast avec du "houblon fruité et résineux" (en bouteille 5,50 €). Mais aussi une Casque d'Or, fine et dorée à 4 € le demi.
Où ? 41 quai de la Loire, Paris 19e.

Publicité
Les Cuves de Fauve
  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à bières
  • Charonne
  • prix 2 sur 4

Quelle vibe ? Un lieu hybride, à la fois microbrasserie, bar et bistrot, dans le bas de la rue de Charonne. La déco indus' envoie et derrière le bar, on retrouve les stars : les gros fûts en inox car oui, la binouze est brassée ici ! À la carte, 16 bières pression et une quinzaine d’assiettes gourmandes, qui varient selon l’humeur du chef. 
Boire quoi ? À la carte, on trouve la Bon Esprit, une pils allemande très légère et rafraîchissante aux notes de fruits blancs. Pour les invétérés d’amertume, foncez goûter la Coup d’éclat, une IPA dont les saveurs de fruits tropicaux explosent en bouche.
Où ? 64 rue de Charonne, Paris 11e.

Mikkeller Bar
  • 3 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à bières
  • SoPi (South Pigalle)
  • prix 2 sur 4

Quelle vibe ? C’est en plein cœur du 9e arrondissement, dans un ancien PMU un peu crado, que la fine équipe de Mikkeller a posé ses valises remplies de fûts houblonnés. Aujourd’hui, les petits bonshommes dessinés par l’Américain Keith Shore font le tour du monde. Dernière halte : la rue de Rochechouart. Alors, on s’ambiance chez Mikkeller ? Le doute est permis. Ici, c’est plutôt cosy-chill-chic qu’afterwork anarchique. Une petite dizaine de tables et chaises en bois brut, un escalier en colimaçon rose, du parquet en bois… C’est épuré et propret.
Boire quoi ? Côté binouzes, c’est la folie ! Une belle sélection de bouteilles et 20 becs rutilants pour ravir tous les palais, des amateurs de lager aux adeptes d'IPA. Petit coup de cœur pour la Hôtel Henri (8 € les 40 cl), une saison aux notes de fruits jaunes bien mûrs, de foin, moins amère et plus goûtue.
Où ? 32 rue de Rochechouart, Paris 9e.

Publicité
Brussels Beer Project Pigalle
  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à bières
  • Saint-Georges
  • prix 3 sur 4

Quelle vibe ? A chaque virée au Plat Pays, on en ramenait des caisses entières. Imaginez notre joie quand on a appris l’inauguration de ce bar à Pigalle, ouvert 7/7 et servant à la pression les binouzes belges microbrassées aux étiquettes arc-en-ciel, dans une déco plutôt stylée (pierre grattée et tuyaux en métal apparents, comptoir central designé sur mesure par Bram Spruit, avec tireuses immaculées en lévitation…)
Boire quoi ? Parmi la douzaine de références, on retrouve les six cuvées de la gamme permanente, dont la Grosse Bertha (une blanche qui passe crème) ou la Babylone (première bière brassée à partir de pain frais recyclé). Mais aussi six bières pop-up en rotation régulière.
Où ? 1 rue de Bruxelles, Paris 9e

L'Atalante
  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à bières
  • Jaurès
  • prix 2 sur 4

Quelle vibe ? Une fat terrasse les pieds dans l'eau, une vingtaine de tireuses, un bar de 8 mètres de long : rien à dire, en matière de bar à binouzes cool, l'Atalante se pose un peu là. Ancré à deux enjambées de la bonne pizzeria Simonetta et en face des Bancs publics, non loin du parc de la Villette, ce paquebot baigné de lumière (merci les grandes baies vitrées) attire une faune de chilleurs de première. 
Boire quoi ? La carte des pressions change en permanence : fraîche Hoppy pale ale de la microbrasserie française Coconino, gueuze vivante des Belges de Tilquin… Mais aussi un tropisme assez marqué pour le UK !
Où ? 26 quai de la Marne, Paris 19e.

Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à bières
  • Saint-Ambroise

Quelle vibe ? A deux enjambées de la station Saint-Maur, ce bar tenu par quelques bièrologues aux manettes d’une vingtaine de tireuses propose un choix pléthorique de mousses toutes artisanales – françaises, belges, norvégiennes et anglaises. Bienvenue dans LE temple historique du houblon.
Boire quoi ? Tous budgets, tous degrés d’alcool sont proposés, pour en boire de toutes les couleurs : de 3,50 € à une dizaine d’euros (pour 25 cl) et de 5 à 10 °C. En tout, plus de 20 bières artisanales à la pression et 150 bières bouteilles dans cette adresse mythique et totale craft.
Où ? 6 avenue Jean-Aicard, Paris 11e.

  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à bières
  • Odéon
  • prix 1 sur 4

Quelle vibe ? Le compromis de la qualité, c’est le pari de La Robe et la Mousse, digne cousin de La Fine Mousse. Qui, après avoir arrosé le 11e, jumpe de l’autre côté de la rive pour se poser du côté d’Odéon, ramenant dans sa besace 16 références à la pression (dont pas mal de franciliennes) et deux pompes servant de la cask (une tireuse où il n'y a pas de gaz qui pousse la bière). 
Boire quoi ? Ce soir-là, rencontre concluante avec la mousse. Comme la Double Fat, une double IPA, légère en amer mais radieuse en goût avec une fraîcheur qui accroche en bouche. Ou une Baden Power Whisky, une impériale stout de la brasserie O’Clock qui imprègne le palais, avec des notes de chocolat torréfié et de whisky.
Où ? 3 rue Monsieur-le-Prince, Paris 6e.

Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à bières
  • Poissonnière
  • prix 2 sur 4

Quelle vibe ? I.B.U., c'est une coolos cave à binouzes planquée dans une ruelle calme du 10e arrondissement (I.B.U pour "Independent Brews United"). Dans cette tap house, on goûte la bière les coudes sur le comptoir, puis, sur les conseils avisés des patrons, on embarque sa pression en demi, en pinte ou, plus rare, en galopin (12,50 cl), dans une salle à la déco minimaliste – tables, tabourets, magnifique bar carrelé et pis c'est tout (comme dirait Philippe Lucas)
Boire quoi ? Les dix références proposées au mur sur un tableau lumineux changent tous les trois fûts (presque chaque jour donc) et proposent un sympathique tour du monde houblonné : bières locales, labels belges, références américaines…
Où ? 20 cour des Petites-Écuries, Paris 10e.

  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à bières
  • Sentier

Quelle vibe ? Oubliez les négociants en textile et les marchands de tissu : le Sentier devient depuis quelques années un haut lieu de la soif et de la gastronomie. Côté mousse, notre chouchou s'appelle Hoppy Corner, un génial bar total craft, dans une déco de bon pub anglais, qui référence une quinzaine de bières à la pression avec des prix allant de 5,50 € la pinte (une blonde pilsner de base) à 8,20 € (pour les bières les plus pointues).
Boire quoi ? Un large choix mélangeant brasseries réputées classiques et trouvailles plus originales comme, au hasard : une Chouffe triple, une Breakfast stout au goût de café signée Siren Craft Brew, une Extra Special Bitter danoise, une IPA des Brasseurs du Grand Paris, une pilsner estampillée Birrificio Del Ducato et une Red Ale de chez Brewdog.
Où ? 34 rue des Petits-Carreaux, Paris 2e.

Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Cafés-concerts
  • 20e arrondissement
  • prix 1 sur 4

Quelle vibe ? Dans ce bar à binouzes, on ne sert pas que du divin breuvage d’outre-Quiévrain ! Les clients doivent prendre le temps de choisir parmi une centaine de bières internationales en bouteille… Ou opter pour l’une des dix pressions à la carte ! Le gros plus ? Les petits prix (toutes les pressions sont à 3,50 € maximum) et les cool animations, notamment des quizz et des soirées dégustations organisées par des brasseries. Le sous-sol reste libre pour accueillir des concerts de chanson française, folk, rock ou pop.
Boire quoi ? Fruitée, sèche, légère, forte, blonde, ambrée, brune… Tous les goûts sont permis ! Lors de notre dernier passage ? On a tapé dans une blanche de Silly, bière rafraîchissante à 5 °C, brassée en Belgique, aux arômes de coriandre et d'écorce d'orange.
Où ? 6 rue Planchat, Paris 20e.

Brussels Beer Project Canal (BBP Canal)
  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à bières
  • Canal Saint-Martin
  • prix 1 sur 4

Pour qui ? Ceux qui aiment faire rimer binch et brunch
Boire quoi ? Une Grosse Bertha !

C’est une invasion tranquille mais inarrêtable : les Belges bien houblonnés du Bruxelles Beer Project, qui inondent depuis un an Pigalle de brunes & blondes de collec’, ont jeté leur dévolu sur l'Est parisien. Imaginez, à deux pas du canal Saint-Martin, un anti-rade lumineux, hésitant en bar et resto, avec FAT terrasse en angle (plus de 60 places assises !). A l’intérieur, de cosy banquettes grises et ce plafond multicolore explose-rétine, en écho au graphisme coloré de la brasserie-mère. Là encore, le bar et ses 26 (!) tireuses a été designé par le Hollandais Bram Spruits. 

Parmi toutes les binouzes, on retrouve le quinté gagnant des « All Star », bières maison permanentes élues par la communauté BBP : la Delta Ipa, la Grosse Bertha, la Babylone, la Jungle Joy et la Wunder Lager... Avec ça, des créations éphémères brassées tout au long de l’année, ainsi qu’une sélection de bières « guests » chinées auprès de micro brasseries parisiennes et internationales. Comptez en moyenne 8 € pour une pinte, et 4,50 € pour un demi. La carte est magnifique, toujours en évolution, bien expliquée – quitte à virer à l’exposé. Et pour le midi, on peut y aller mollo avec de bons vieux galopins (demi-demis), comme la Gueuze, bière 100% fermentée, âpre, acide mais tellement puissante (4 €).

L'autre gros intérêt par rapport à l'adresse pigallienne ? La popote, mitonnée par le duo bruxellois Equilibre. Dès potron-minet (8h du mat'), on peut s'enfiler les pâtisseries et viennoiseries de l'excellente boulangerie Sain, sur fond de café Mok, torréfacteur belge. Le midi, place au lunch (12h-15h) et au brunch (10h-15h), avec des formules ultra compétitives pour Paname. Comme ce solide (tendance bourrin) « Marin du Nordzee » (18 €). Soit, suivez bien, un œuf parfait sur un saumon grillé sur un guacamole sur une gaufre. Plus quelques crevettes/mayo. C’est sauvage, mais la petite salade à côté adoucit les cœurs ! Assaisonnements impec’, desserts itou -le banana bread, version massive mais tonifiée au gingembre confit (4,50 €), vaut le détour. Sans oublier le soir, de 18h à 22h, des tapas à partager entre potes. 

Chez Time Out, tous les établissements sont testés anonymement par nos journalistes, en payant l'addition à chaque fois, comme n'importe quel client !

Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à bières
  • Abbesses
  • prix 1 sur 4

Quelle vibe ? Le cadre : une ruelle de Pigalle peuplée de clubs et sex-shops. Le rade : LBF aka Le Bar Fondamental, dernier-né de la Brasserie Fondamentale. Derrière le comptoir circulaire, quinze choix de pressions (maison ou non), à siroter dans une ambiance tamisée, à la lumière de petites bougies et au rythme de classiques remixés, le tout sous un toit feuillu. Idéal pour un date Tinder !
Boire quoi ? La bière brassée et fermentée sur place… A condition de pointer le bout de son nez au bon moment en raison des quantités limitées.
Où ? 6 rue André-Antoine, Paris 18e.

  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à bières
  • Le Marais
  • prix 2 sur 4

Quelle vibe ? Après le débarquement des Belges (Brussels Beer Project) et des Danois (Mikkeller), c’est au tour des Écossais de troquer le kilt pour le béret. Les punks de BrewDog, les deux potes James Watt et Martin Dickie, ont jeté leur dévolu sur un ancien resto de la place de Thorigny, en plein Marais arty, qu’ils ont transformé en repaire de copains où se la couler douce après une journée de taf.
Boire quoi ? On s’accoude au long bar en bois, on prend le temps de choisir sa binouze parmi les 15 pressions de la maison et les sept invitées du moment. Au hasard, une Elvis Juice (7,30 € les 33 cl), une American IPA infusée aux agrumes, qui sent bon le pamplemousse et la mangue. En bouche, une attaque franche, fraîche et acidulée qui fait twister les papilles !
Où ? 1 place de Thorigny, Paris 3e.

Et après les meilleurs bars à bières de Paris...

Publicité
Les meilleurs bars à cocktails de Paris
  • Bars
  • Bars à cocktails

Après avoir régné sur l'art de la mixologie dans les années 1920, la capitale française avait doucement (mais sûrement) rattrapé son retard en la matière. Exit les mojitos à 5 balles, désormais, on sirote des mixtures élaborées dans des lieux tout aussi soignés

 

Recommandé
    Vous aimerez aussi
    Vous aimerez aussi
    Publicité