1 J'aime
Epingler

Bars ludiques : le top 10

Pour trinquer en s'amusant

© Le Fantôme

Certains diront qu'aller boire un verre, c'est déjà une activité à part entière. Certes. Maintenant, imaginons que l’on puisse accompagner son pastis d’une bonne partie de pétanque, sa bière d’un baby-foot, son cocktail d’un billard, et son whisky d’un tarot. Là, ça devient tout de suite conceptuel. Ludiques, originaux et sympathiques à souhait, certains établissements font tout pour amuser leur clientèle. Voici notre top 10.

Le More
Bars

Le More

Il était temps que le boulevard du Temple se réveille un peu ! C’est désormais chose faite avec l’ouverture presque concomitante du bar Martin et du More. Moins « gastro », ce dernier se veut plus ludique, avec deux étages entiers dédiés à des jeux : deux tables de ping-pong en libre-service au premier, molki et palet pétanque au sous-sol. Contrairement au Gossima Ping Pong Bar, pas la peine de raquer pour passer du bon temps avec une balle, voilà qui manquait à Paris. Mieux, le More joue la carte du bar de quartier abordable, où l’on paye sa Gallia 4,50 € en happy hour. Un lieu également conçu pour qu’on se l’approprie facilement. En dépit d’une ou deux touches personnelles (la voiturette rouge au milieu de la salle principale, quelques tonneaux massifs…), la déco reste sobre et neutre, idéale pour que des artistes viennent y exposer, des groupes y jouer, des créateurs y vendre leur dressing. L’équipe du More travaille visiblement d’arrache-pied pour attirer tous les Parisiens dynamiques, car on ne compte plus le nombre de soirées à thème et d’événements sympathiques organisés là-bas. Exemple, le jour de notre passage au More, nous avons eu la surprise de voir le bar se remplir peu à peu d’une étrange secte, chacun portant en bandoulière un badge avec son nom de couleur bleue ou rouge. Soirée blind date ? Même pas. « Vous êtes en coloc ? », nous interpelle une nouvelle personne toutes les cinq minutes. Et pour cause, la soirée était en réalité dédiée au site Internet Au Tro

Time Out dit
  • 3 sur 5 étoiles
Gossima ping-pong bar
Bars

Gossima ping-pong bar

« Houla, ça fait au moins quatre ans que je n'ai pas joué au ping-pong ! » Voici sans doute la phrase de mauvaise foi que vous direz en entrant au Gossima, premier bar dédié au tennis de table à Paris. Oui, incroyable mais vrai, il n'existait jusqu'alors aucun établissement où bière et ping-pong allaient de pair, alors qu'on en trouve depuis longtemps ailleurs (New York, Londres, Berlin, Stockholm et on en passe -ing shot). Situé à Ménilmontant, dans la prolongation de la rue Crespin du Gast qui accueille depuis peu le Perchoir, ce bar s'est construit sur les ruines d'un ancien garage, ce qui explique la taille non négligeable des locaux. Et heureusement, compte tenu qu'il vous faudra pas mal de recul pour envoyer quelques bon revers top-spinés dans la face de votre adversaire en évitant d'éborgner la pauvre fille qui sirotait son cocktail juste à côté. Cocktails, bières, la carte est d'ailleurs plutôt bien achalandée et curieusement, ce n'est pas du racket. Comptez 7,50 € la pinte en moyenne et 6 € la demi-heure de ping-pong (5 € avant 18h), une somme un peu élevée mais qui s'explique par la qualité impeccable du matériel, depuis les raquettes jusqu'aux magnifiques tables Cornilleau. Il faut signaler que le Gossima a été créé par d'anciens champions de tennis de table, notamment Jean-Philippe Gatien, seul Français à avoir été champion du monde de la discipline. Attention, même si l'endroit dispose d'une carte sympathique et de bancs pour converser, il reste d'abord dédié à l

Time Out dit
  • 4 sur 5 étoiles
Votre avis
  • 5 sur 5 étoiles
Le Ballon FC
Bars

Le Ballon FC

Il n’y a pas que les serpents qui muent. L’ancien Inconnu de la rue Mazagran, cool et branché, s’est en effet recyclé habilement en « sport bar » dédié au football, une idée dans la continuité de la Coupe du monde 2014, durant laquelle l’établissement s’était doté d’écrans et d’un babyfoot. Finis les DJ sets, la cave pour danser et les hipsters en goguette, voici venu le temps des footeux. Mais pas n’importe lesquels. Plutôt jeunes, branchés culture, médias et sorties, ils ne veulent pas voir les matches dans un énième pub sans âme comme on en croise un peu trop souvent. Dans cette veine, le Ballon FC prouve qu’on peut mater un Chelsea-PSG ou un Arsenal-Tottenham dans un cadre différent, plus simple, plus amical. Souvent, les sports bars dégagent une impression de grosse machine à sous où viennent s’entasser les supporters en costumes trois pièces pendant l’after work. Rien de tout ça ici. Pourtant, on parle bien de foot : les écrans (discrets mais bien là) diffusent Canal + ou Beinsport, les clients jouent au babyfoot et les curieux bouquinent So Foot dans un coin. Les dirigeants du bar ont même créé une vraie ligue de vrai football. Quant à ceux qui n’apprécient que moyennement les hors-jeux, les coups francs et les passements de jambes, ils se replieront sur la terrasse avec un autre ballon, de rouge cette fois. Côté bar, on retrouve les bières habituelles (Kro, Carlsberg, Guinness), les alcools forts, les shots et les verres de vin. Possibilité de se restaurer durant la

Time Out dit
  • 4 sur 5 étoiles
Votre avis
  • 1 sur 5 étoiles
Bar Ourcq
Bars

Bar Ourcq

Ce petit bar le long du canal de l'Ourcq est très prisé en été pour sa terrasse, mais aussi en hiver, car les prix sont imbattables, aussi bien pour boire (2,50 euros la bière) que pour manger des tapas savoureux (à partir de 1,50 euros). On reste à l'intérieur, confortablement installé dans un coin cosy du bar aménagé pour s'affaler sur des poufs. Des livres, jeux de société et un réseau wifi gratuit sont à disposition des habitués qui viennent y passer l'après-midi. L'été, des sessions électro sont animées par des DJ à partir de 17h, l'heure idéale pour commencer un apéro festif devant le coucher du soleil, jusqu’à minuit en semaine et 2h le week-end. Avec les beaux jours, le Bar Ourcq prête gracieusement des chaises longues et des jeux de pétanque à une clientèle en tongs et lunettes. On vient grattouiller la guitare ou pique-niquer au bord de ce canal, et on se ravitaille au Bar Ourcq en bières fraîches servies dans des gobelets en plastique « à emporter » et des bouteilles de vin. En fin de journée, l'ambiance est assez alcoolisée, à tel point que vous devrez fermer un œil pour bien viser le cochonnet. Chaque tir sera ponctué d'un « ahh ! » et « ohh ! » de vos voisins qui commentent la partie. Ici on est beaucoup moins serrés qu'au bord du canal Saint-Martin, et aucune voiture ne vient polluer votre tranquillité.

Time Out dit
  • 5 sur 5 étoiles
Votre avis
  • 4 sur 5 étoiles
Le Fantôme
Bars

Le Fantôme

Les bars branchés n’ont visiblement plus besoin d’enseigne pour attirer le chaland. Seul le carrelage noir laqué qui recouvre la façade atteste de l’identité du lieu. Nous sommes bien au Fantôme, nouvelle adresse des patrons du Baron. Un vaste bar de 200 m2 au croisement de la rue d'Hauteville et de la rue de Paradis où l’on bavarde entre deux parties de 'Street Fighter'. Dédié aux adulescents et autres amateurs de retrogaming, le Fantôme propose ainsi entre ses chaises en formica et ses banquettes en skaï une poignée de bornes d’arcade, une table Pacman (souvent réservée) et un superbe babyfoot. De quoi s’occuper entre chaque gorgée de sirop à l’eau. Bon, et si la grenadine n’est pas votre fort et que vous avez une petite dizaine d’euros à dépenser en liqueur, sachez que le maître en mixologie n’est autre qu’un Californien inspiré. Point de liste exhaustive et de mojito raté, David West ne vous propose que cinq cocktails, pas plus. De fins élixirs à accompagner de délicieuses parts de pizza bien grasses (porcini, pancetta et cèpes, buffala et cœur d’artichaut pour la modique somme de 6 €) ou d’une salade à 12 €, pour les plus sages. Malgré le parquet crépitant, les beaux origamis au plafond et les cris de joie autour du babyfoot, l’ambiance reste cependant bien froide. Si l’Antarctique ne vous fait pas peur, et que vous espérez vous asseoir pour boire, pensez à arriver avant 20h ou à réserver votre table. Il y a foule dans ce coin de paradis.

Time Out dit
  • 4 sur 5 étoiles
Votre avis
  • 4 sur 5 étoiles
La Recyclerie
Bars

La Recyclerie

Voilà le genre de lieu que l’on aimerait voir pousser partout à Paris. Un restaurant, un bar, un café, une ferme, des potagers, des ateliers DIY organisés tous les jours, des valeurs simples, une atmosphère détendue et conviviale… Le tout dans une ancienne gare de la Petite Ceinture, réhabilitée après de longues années d’errance et d’abandon. Aux manettes du projet, une poignée d’associés au flair bien aiguisé, déjà en charge du Comptoir Général, du Glazart, du Divan du Monde ou de la Machine du Moulin Rouge. Des spécialistes de la seconde main, habitués à ressusciter ce type de bâtiments désaffectés, inspirés entre autres par les Petersham Nurseries de Londres. En s’échappant de la bouche du métro pour retrouver l’air frais, on remarque à peine l’étrange bâtisse. L’agitation qui règne sur ce carrefour, à mi-chemin entre Montmartre et les Puces de Clignancourt, n’y est sans doute pas pour rien. C’est donc en poussant la porte que l’on prend toute la mesure du caractère de ce lieu. Du volume, une charpente en fer forgé, une immense verrière, une vue plongeante sur les anciens rails désormais entourés d’une longue terrasse, d’un bar extérieur mobile et des jardins partagés du quartier. Un espace habillé tout en végétation et en récup', occupé par des chaises de couleur, un énorme bar, une cuisine ouverte, des grandes cuves de vins naturels (qui viennent de chez En Vrac), des plantes grimpantes, et dans un coin abrité par un mur de fenêtre : l'atelier de René, le bricoleur de la

Time Out dit
  • 4 sur 5 étoiles
Votre avis
  • 5 sur 5 étoiles
Les Niçois
Bars

Les Niçois

Le problème avec Les Niçois, c’est que tout est tellement fantastique sur le papier, que la réalité défrise peut-être un peu. En même temps, c’est comme si on avait mis une dizaine de jetons dans un juke-box à faire fantasmer les Parisiens. Terrain de pétanque planqué au sous-sol, carte qui chante la cuisine du Sud, fontaine à Pastis, verrière, accueil chaleureux, accents au bon goût de soleil… Alors, tous les ingrédients sont là, rassurez-vous. Mais aux magazines qui présentaient cette enclave méditerranéenne comme LE lieu incontournable de cet été, on a envie de  rectifier en disant qu’il s’agit plutôt du spot idéal pour l’hiver à venir.On s’explique. Ce jour-là, le ciel est bas, l’air est lourd, les températures s’envolent. Et à l’intérieur des Niçois, pour le coup, c’est vraiment le Sud. Installés sous la verrière opaque, sur le comptoir central (toutes les autres tables sont réservées), on se sent plutôt moite et pas franchement touché par la grâce de la lumière extérieure. Dans la même idée, qui aurait envie de s’enfermer au sous-sol pour jouer à la pétanque alors qu’il fait 30 degrés dehors ?Voilà. Mis à part ces petits détails saisonniers, on vous confirme qu’aux Niçois on mange bien (assiette d’antipastis un peu inégale, bonne burratta, excellentes croquettes de morue) pour pas trop cher (tapas à partir de 3 euros), qu’on boit bien pour pas trop cher (verres de vin et Ricard à partir de 2,50 euros), et surtout qu’on est accueillis comme des rois, ce qui est loin d’êt

Time Out dit
  • 4 sur 5 étoiles
Votre avis
  • 5 sur 5 étoiles
L'Isolé
Bars

L'Isolé

C'est dans le SoPi (oui, c'est comme ça qu'on dit maintenant, comprenez le « South Pigalle ») que l'Isolé a vu le jour. Enfin, pour ce qui est de voir le jour, c'est une façon de parler, car on ne peut pas dire que cet antre, anciennement bar à... hôtesses (on reste poli, merci), soit inondé de lumière naturelle. En découvrant son espace, jalousement gardé par une lourde porte et son cerbère, on en prend plein les mirettes. Le design du lieu, confié aux talentueux artistes du Creative Sweatshop en collaboration avec Ines Longevial et Julien Drapier (en charge de l’identité visuelle), tient largement ses promesses. Soit un savant mélange d'élégance, de modernisme et de cubo-futurisme à base de couleurs primaires, de projections géométriques et de modules qui ne sont pas sans évoquer les œuvres suprématistes de Malévitch. Ainsi, si le zinc placé à l'angle et sa carte de boissons (qui affiche les grands classiques du genre, à des prix un poil élévés) ne venait pas nous rappeler à son bon souvenir, nous pourrions presque nous imaginer déambulant dans un espace d'exposition. Sur fond de hip-hop. Car c’est là toute la particularité du lieu : une programmation musicale qui détonne dans le paysage des bars voisins, convoquant en son sein tous les pontes du hip-hop, de la Chicago house, voire de l’électro. Ainsi, après un gin tonic basique et un peu cher (comptez une douzaine d'euros, peut-être le prix de la rondelle de concombre), nous avons pris la direction d'un étroit couloir me

Time Out dit
  • 4 sur 5 étoiles
Votre avis
  • 1 sur 5 étoiles
Le Kremlin
Bars

Le Kremlin

Un bout de Russie en plein Pigalle ? Il ne s’agit pas d’un bar à hôtesses russes mais d’un nouveau bar branché totalement lénifiant. Le lieu est à peine ouvert mais déjà, il est difficile de se frayer un passage dans la foule jusqu’au comptoir pour commander l’une des merveilleuses vodkas importées ou un cocktail original (entre 8 et 11 euros). Ici une jeune équipe n’hésite pas à mettre un fond musical de bon goût assez fort et mixer alcools locaux et importés. Testez par exemple le Negroni Lenin (Vodka 42, Below miel, Gran Classico et Campari), le Red Star (mescal, betterave fraîche et Carpano) ou bien le Red Army (Gin Carpano, Chartreuse verte et Bitters orange). Si vous préférez la bière, optez pour l’une des bouteilles importées : la Kremlin bien sûr ou l’une des nombreuses Baltika, à prix plus que raisonnables (entre 3,5 et 5 euros la bière). Une fois votre boisson enfin obtenue, profitez-en pour jeter un œil à la déco somptueuse toute rouge communiste, à grand renfort d’affiches de propagande et du mobilier vieillot rappelant l'ère soviétique. La clientèle en revanche est elle bien parisienne. On profite d’une pause dans la petite impasse à l’extérieur pour prendre l’air.

Time Out dit
  • 4 sur 5 étoiles
Votre avis
  • 2 sur 5 étoiles
Péniche Antipode
Bars

Péniche Antipode

En 2002, la compagnie de théâtre Abricadabra transforme cette péniche amarrée sur le canal de l'Ourcq en café flottant. Elle organise des spectacles pour les petits la journée et des pièces de théâtre, ou des concerts le soir pour les plus grands. Dans ce bateau enchanteur, de jeunes compagnies jouent des spectacles pour amuser et éveiller les 3-8 ans : projections, mimes, chansons, comédies, marionnettes, théâtre d’ombre, etc. Le soir, l’Antipode alterne concerts de jazz manouche, chanson, rock, reggae, blues ou funk avec des soirées d’improvisation et de sketches. Des DJ viennent quelquefois jouer un répertoire reggae, dub, ou électro. Le midi, l'Antipode offre une jolie terrasse, en partie couverte pour les non-fumeurs, et découverte de l'autre côté du bâteau. Des formules sandwich ou tartine - salade - soupe à 7 euros raviront les petits porte-monnaie, tout comme les pintes à 4 euros. Les produits sont artisanaux et issus du commerce équitable.

Time Out dit
  • 4 sur 5 étoiles
Votre avis
  • 5 sur 5 étoiles
+ de bars ludiques

Continuer avec...

Les bars à vins
Bars

Les bars à vins

 Voici une sélection des bars qui célèbrent Bacchus tous les soirs et chouchoutent leurs clients avec une carte pléthorique de bonnes bouteilles originales.

Tout le dossier : Les cocktails à Paris
Bars

Tout le dossier : Les cocktails à Paris

Oh Paris, ses rues pavées, ses petits bistrots, sa baguette croustillante, ses serveurs de café, ses p****** de bons cocktails ! Oups, pardon, ça nous a échappé.

Les 100 meilleurs bars

Les 100 meilleurs bars

Time Out a sélectionné les 100 meilleurs bars de Paris, séparés en dix catégories : bars à bières, bars à vins, bars à manger, bars à cocktails, bar à musique, bars de nuit, cafés, bars ludiques, bars en terrasse et bars pas chers.

Nos 100 meilleurs restaurants à Paris
Restaurants

Nos 100 meilleurs restaurants à Paris

Des cantines simples et gourmandes jusqu'aux repaires des chefs les plus talentueux, en passant aussi par les cafés, les sandwicheries, les tables italiennes, asiatiques ou marines : voici nos 100 restaurants préférés.

Commentaires

0 comments