Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
©pmonetta / Cédric Grolet

Les meilleures pâtisseries où se sucrer le bec à Paris

Dans Paris, capitale mondiale de la pâtisserie, on a raffiné les plus belles adresses pour les fanas du sucré

Écrit par
Antoine Besse
,
Aitor Alfonso
et
François Blanc
Publicité

La chantilly de Vatel, les pièces montées de Marie-Antoine Carême, le savarin des frères Julien, la pêche melba d’Escoffier… Soyons chauvins : la France fait partie de la crème de la crème pâtissière depuis plusieurs siècles. Et ça ne va pas changer de sitôt vu la quantité de boulangeries et salons de thé présents à Paris. On vous a sélectionné nos artisans pâtissiers préférés, celles et ceux qui respectent les saisons (pas de fraisier en décembre !) et ne travaillent que des matières brutes. À côté des adresses des grands noms, des petits creusent leur sillon avec leurs particularités, leurs influences (souvent nippones). A vous les paris-brest, cookies, mochis, mont-blanc et autres religieuses pour une crise d'happy glycémie!

Les meilleures pâtisseries de Paris

  • 4 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Pâtisserie
  • Roquette
  • prix 2 sur 4

Sans esbroufe, Bertrand Grébaut et Théophile Pourriat, les boss de Septime, se sont lancés dans le sucré avec Tapisserie, cette pâtisserie pas dyslexique dans ses préoccupations : farines bio de caractère écrasées à la meule, crémerie locale, sourcing de commerce équitable. La cheffe Fanny Payre régale le flan vanillé ou la tarte fine aux pommes d’une rusticité franchement charmante, mais aussi avec le régressif fontainebleau ou le déjà mythique chou à la flouve odorante.

Où ? 65 rue de Charonne, Paris 11e.

  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Salon de thé
  • 2e arrondissement
  • prix 2 sur 4

Qui pouvait imaginer que le dorayaki, soit deux pancakes prenant en sandwich une pâte de haricots azuki sucrés, allait devenir la marotte culinaire des foodies parisiens ? On vient les déguster dans ce salon de thé nippon monté par deux anciens pâtissiers d’Aida : Romain Gaia et Murata Takanori. C’est aussi l’occasion de découvrir d’autres délicates pâtisseries nipponnes : mochi, daifuku, baba au whisky japonais…

Où ? 11 rue Chabanais, Paris 2e.

Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Pâtisserie
  • Necker
  • prix 2 sur 4

Voilà LE temple des becs fins esthètes, amateurs de desserts fruités, précis, subtils, avec le juste sucre (ni trop, ni pas assez). Et pour cause : la toque pâtissière Claire Damon a roulé sa bosse dans les plus grandes maisons (Fauchon, Bristol, Plaza Athénée). On adore sa gamme, qui change complètement en fonction des saisons. A ne pas rater si vous tombez au bon moment : la tartelette de saison pamplemousse/rhubarbe, le saint-honoré, le millefeuille pistache…

Où ? 63 boulevard Pasteur, Paris 15e.

Bontemps
  • 4 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Salon de thé
  • Le Marais
  • prix 2 sur 4

La pâtisserie de la rue de Bretagne continue de régaler son monde avec son cake au citron béni des dieux, ses sablés qui vous montent à la tête dès le premier coup de croc, ou ses tartes de saison impériales. Accolé à la boutique se trouve ce salon de thé et sa courette à mobilier en fer forgé et bouquets de fleurs à gogo, où y dévorer les gâteaux à la fraîche. 

Où ? 57 rue de Bretagne, Paris 3e.

 

Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Pâtisserie
  • Buttes-Chaumont
  • prix 2 sur 4

A un jet de chouquette des Buttes-Chaumont, Sayo Yamagata et Othman El Ouraoui ont planté cet amour de pâtisserie boisée pas plus grande qu’une poche à douille. Les stars des lieux ? De replets cakes qui claquent à la texture dense et rebondie, humides comme il faut, pas trop sucrés et surmontés d’amandes glacées à la vanille, ou classiques au citron. Leurs gâteaux franco-nippons alignés sur la saison régalent tout autant : la tarte mont-fuji aux marrons, cranberry et chantilly (6,40 €), la chocolat-sarrasin (6,70 €) ou le paris-tokyo, un chou noisette et poudre de soja grillé.

Où ? 33 rue des Alouettes, Paris 19e.

Cédric Grolet Opéra
  • 4 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Salon de thé
  • 2e arrondissement
  • prix 3 sur 4

Seule solution pour éviter de poireauter une heure devant la boutique de la méga-star de la pâtisserie ? Réserver une table au salon de thé à l’étage. Une salle épurée, tout sauf wahou, mais qui permet d’instagrammer (merci la lumière) et de bâfrer pépouze ces petites merveilles sur place, comme cette divine tarte au citron en forme de fleur (11 €), dont on admire la perfection de pâte sablée, ou cet enivrant baba. En revanche, la viennoiserie ne vaut pas la hype.

Où ? 35 avenue de l'Opéra, Paris 2e.

Publicité
Toraya
  • 4 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Salon de thé
  • 1er arrondissement
  • prix 3 sur 4

Cette enseigne traditionnelle japonaise (depuis le XVIe siècle !) s’est installée à Paris dans les années 1980, à deux pas de la Concorde. Ça fait donc plus de quatre décennies qu’elle propose de délicats wagashis, ces pâtisseries nippones multicolores à base de farine de riz et d’azuki. Au menu : yokan rafraîchissant parfumé au matcha, avec cœur fondant au sirop de canne et au soja grillé, monaka, soit des fines et légères gaufrettes fourrées, délicats namagashi de saison…

Où ? 10 rue Saint-Florentin, Paris 1er.

  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Café-restaurant
  • Charonne
  • prix 2 sur 4

Ne cherchez plus, les meilleurs cookies de Paris sont ici, dans cette douceur de bistrot lilliputien qui se mute en coffee shop en dehors des repas. On les doit à Moko Hirayama, ex-avocate passée chez Alain Senderens et Adeline Grattard (Yam’Tcha) dont les recettes voyageuses et hautement addictives font le bonheur des cookinomanes. Comme cet addictif olives noires/chocolat blanc, notre préféré à ce jour parmi une palette qui change tout le temps.

Où ? 5 rue Saint-Bernard Paris 11e.

Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Boulangeries
  • Folie-Méricourt
  • prix 2 sur 4

Dans le 11e, Sébastien et Erwan proposent toute une gamme de viennoiseries au levain comme ce chausson aux pommes fourré d’une vraie pomme, ou un roulé à la cannelle à se damner. Ils font aussi des flans parfumés et fondants, des éclairs au sésame bien glacés, des tartes aux fraises subtiles… Soyons réalistes, Utopie déchire.

Où ? 20 rue Jean-Pierre-Timbaud, Paris 11e.

  • 5 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Pâtisserie
  • Le Marais
  • prix 3 sur 4

Deuxième adresse de Yann Couvreur après celle de Goncourt, cette boutique en longueur à la déco à la fois soignée et discrète, faite de bois et de plantes vertes, laisse les œuvres sucrées mettre leurs charmes bien en avant. Dans les vitrines, huit pâtisseries pour autant de petites pièces de design, et de saveurs aussi justes que gourmandes : cheesecake abricot-coriandre aérien, brioche toastée minute, émouvante pavlova…

Où ? 23 bis rue des Rosiers, Paris 4e.

Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Boulangeries
  • 12e arrondissement
  • prix 2 sur 4

Une adresse bien connue des habitants de Ledru-Rollin. Le pain au levain est à tomber mais ce serait un crime de partir d'ici sans embarquer un gâteau : un classique bien exécuté comme une tarte au citron, un paris-brest ou un millefeuille. Mais on vient aussi pour les créations, comme ce mont-azuki (5,50 €), version nipponne du mont-blanc, beau et délicat. Difficile également de dire non aux viennoiseries comme ces roulés à la cannelle ou cette brioche pralinée…

Où ? 85 bis rue de Charenton, Paris 12e.

La pâtisserie de Cyril Lignac
  • 4 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Pâtisserie
  • Rennes-Sèvres

Le chef pâtissier aveyronnais ne squatte pas seulement les plateaux télé, il multiplie les adresses. Pour le sucré, il s’est associé à Benoît Couvrand (ex-Fauchon) pour offrir une ribambelle de gourmandises entre classiques et créations comme l'Équinoxe, la signature du lieu, un gâteau (gris !) tout en rondeur de crème légère à la vanille Bourbon, de caramel beurre salé et d’un croustillant praliné au spéculoos. La tarte au citron est préparée à partir d’un biscuit noisette, et le paris-brest, lui, est garni d’un praliné aux noisettes du Piémont. Fort.

Où ? 133 rue de Sèvres, Paris 6e.

Publicité
Arnaud Larher
  • 4 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Pâtisserie
  • Odéon
  • prix 1 sur 4

Arnaud Larher, c’est le pâtissier intemporel, le MOF loin des modes, installé à Paname depuis presque vingt ans ! Idéal pour réviser ses classiques : kouign-amann feuilleté, caramélisé et beurré comme à Quimper, paris-brest, mille-feuille aux textures de nuage et décadent baba au rhum martiniquais vieilli en fût de chêne. Les classiques ont du bon !

Où ? 93 rue de Seine Paris 6e.

Cafe Nata (rue Richer)
  • 4 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Portugais
  • Faubourg Montmartre
  • prix 1 sur 4

La (micro-)ambassade parisienne du pastei de nata : cuit sur place le jour même, avec pâte croustillante à souhait, finement feuilletée et appareil onctueux, bien chargé en jaune d’œuf, à saupoudrer allègrement de cannelle. Bon comme à Lisbonne !

Où ? 58 rue Richer, Paris 9e.

 

Publicité
Pâtisserie Nicolas Bernardé
  • 5 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Pâtisserie
  • Paris et sa banlieue
  • prix 2 sur 4

Il faut sortir un peu de Paris pour débusquer ce talent à La Garenne-Colombes. Tout Neuilly défile dans sa boutique épurée. Sacré Meilleur Ouvrier de France pâtissier-confiseur en 2004, l'autoproclamé “pape des cakes” (fruités, chocolatés, avec ou sans gluten) redonne vie aux gâteaux d'enfance. A ne pas manquer : le cake de la semaine, en mode retour du marché (100 % fruits de saison). Chaque samedi, un nouveau gâteau à partager, annoncé au préalable sur son site. 

Où ?  2 place de la Liberté, 92250 La Garenne-Colombes.

KL Pâtisserie
  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Pâtisserie
  • Monceau
  • prix 2 sur 4

Il n’y a pas de secret : des matières premières de qualité et beaucoup de talent, ça donne des gâteaux bons à pleurer. Ceux de Kévin Lacote sont élaborés à partir de matières premières extra, dans le respect de la saisonnalité. L'hiver, la tarte aux pommes. En mai, une tarte aux fraises (6 €). Mais surtout, et quasi en toute saison, la tartelette Kara Damia avec ses notes lactées et son caramel au beurre salé qui se marient à la perfection avec le croustillant d’une dacquoise coco et des noix de macadamia.

 Où ? 78 avenue de Villiers, Paris 17e.

Et aussi...

  • Shopping
  • Boulangeries

Si la France compte plus de 32 000 boulangeries et pâtisseries, trouver une bonne miche relève parfois de l'exploit ! Paris ne fait pas figure d'exception : combien de fois, ô toi Parisien(ne) exigeant(e), il t’est arrivé d'être déçu(e) par une baguette mollassonne, gonflée aux produits chimiques de synthèse ou – pire encore – carrément décongelée ? Un conseil : mieux vaut préférer des farines issues de blés anciens et un pain au levain naturel, beaucoup plus digeste qu'un pain travaillé à la levure, avec une pâte bien alvéolée, fermenté plus longuement. Une règle : pas de bonne baguette sans fermentation d'au moins cinq heures, et cela peut aller jusqu'à dix-huit heures ! Malheureusement, dans certaines boulangeries, afin de produire le plus possible, ce temps dit “de pousse” est réduit au minimum (parfois trois heures…). D'où l'importance de poser les bonnes questions en entrant dans une boulange…

C'est ce qu'on a fait avec notre équipe d'experts ! On a bourlingué sur les deux rives pendant des mois à la recherche du pain perdu, rencontrant celles et ceux qui remastérisent au quotidien les grands classiques d'ici et d'ailleurs (croissant, roulé, babka, cinnamon roll et chocolatine – vous pouvez rayer le dernier mot)… Résultat ? Un dossier tout juste sorti du fournil et qui prend la forme d'un pain bénit. De quoi vous réchauffer l'âme, comme dirait l'Auvergnat !

Chez Time Out, tous les établissements sont testés anonymement par nos journalistes, en payant l'addition à chaque fois, comme n'importe quel client !

Recommandé
    Vous aimerez aussi
    Vous aimerez aussi
    Publicité