Actualités / Dans nos Assiettes

Rencontre avec Virginie Godard, la femme qui a popularisé la street food à Paris

Rencontre avec Virginie Godard, la femme qui a popularisé la street food à Paris
© Paul-Emmanuel Feton

C’est forcément à Belleville et dans un endroit où l’on mange de bonnes choses (le café Cream) que nous rencontrons Virginie Godard, créatrice du Food Market.

A 32 ans, cette grande brune est à la tête d’un des événements gastronomiques les plus excitants que Paris a vu naître ces dernières années : un marché qui propose aux Parisiens, deux jeudis par mois, des plats à moins de 10 €. Virginie a commencé sa carrière dans la mode au salon Première Classe, puis à la direction artistique du groupe Who's Next ou elle s’occupait notamment des évènements annexes, dont ceux liés à la gastronomie. A 30 ans elle quitte son job avec comme ambition de créer un rendez-vous parisien autour de la gastronomie.

Parmi ses modèles, le Markthalle 9 à Berlin : « Dans ce marché, tous les jeudis soirs, il y a de la bonne bouffe et un mélange des genres incroyable. » Il existe alors déjà à Paris des événements sporadiques mais pas de rendez-vous. « Je voulais un endroit ouvert où tout le monde puisse se retrouver régulièrement, mes amis comme ma mère. »

« Je voulais un lieu parisien, pas une halle abandonnée ou une grande friche avec des tags »

La jeune femme va alors se battre pour obtenir un emplacement de marché parisien : « Je trouve que la mondialisation a tendance à effectuer un lissage collectif, les coffee shops se ressemblent à New York, Copenhague ou Paris, alors je voulais un lieu parisien, pas une halle abandonnée ou une grande friche avec des tags. Le marché n’est pas un lieu "cool" : tout le monde peut y accéder. »

Après un an de négociation auprès des mairies, elle obtient enfin un emplacement boulevard de Belleville pour un premier Food Market en juillet 2015. Ce sera ensuite une année un peu chaotique entre refus et autorisations de la mairie, pour enfin obtenir le droit de s’installer en septembre 2016 deux jeudis soirs par mois, dans « un endroit qui était un peu déserté, où on retrouve une belle mixité ».

Virginie Godard, créatrice du Food Market © ZT

 

Comment choisir une sélection de restaurants qui parle, elle aussi, à tout le monde ? « Je connais bien les chefs qui font de la bistronomie, mais je ne voulais pas aller là-dedans, j’avais envie de créer un mélange des genres. » Ainsi, on retrouve régulièrement sur les étals du marché des stands de burgers comme celui du Réfectoire, mais également Fatima qui officie sur le marché de Barbès habituellement et prépare pastillas et couscous ou Agathe et Charlotte, des agricultrices du Berry qui viennent proposer des plats à base d'agneaux qu’elles élèvent. « Chaque stand que l’on choisit est aussi une prise de parole sur notre vision de la gastronomie. »

Tous les commerçants ont un cahier des charges commun, notamment l'obligation du fait maison, avec des plats préparés sur place. L’équipe du Food Market, elle, teste tous ceux qu’on lui propose, du traiteur indien au nouveau bistrot à la mode. « Notre travail est aussi d’accompagner les restaurants, certains sont très bons mais n’ont jamais fait d’évènementiel, on doit les aider sur ce qu’ils proposent. »

Pour le Nouvel an chinois, le Food Market s’est associé au restaurant La Taverne de Zhao pour proposer des plats venus de 12 provinces chinoises. « On a testé énormément de restos, on a découvert des gastronomies qu’on ne connaissait pas, comme les crêpes de Tian Jin, ou le bouillon épicé du V rue Saint-Denis ». Au-delà de la découverte culinaire « cela a permis de faire venir toute une partie de la communauté chinoise du quartier qui ne vient jamais habituellement ».

Un food market sans viande ni poisson

Le prochain défi sera de réaliser le 4 mai prochain un marché sans viande ni poisson : « Nous ne sommes pas végétariens dans l’équipe, mais parfois en regardant tout ce qu’on propose on se dit qu’on a créé un monstre. Nous sommes dans la surconsommation de viande en France. Pour autant cela ne veut pas dire que ce ne sera pas gourmand, il faut penser fromage fondu, friture, extra falafel du Daily Syrien… »

Pour patienter, et comme cet article vous a forcément donné faim, voici quelques-unes des meilleures adresses de Virginie Godard pour bien ripailler à Paris : 

Pour des falafels XXL avec du lait fermenté : Le Daily Syrien
Pour des Liang Pi, pâtes froides épaisses chinoises : La taverne de Zhao
Pour du tofu pimenté avec bœuf : Wen Zhou
Pour du pain : Chambelland, Ten Belles Bread ou du Pain et des Idées
Pour un bon verre de vin : Chez Camille à la Buvette ou Chez Martin
Pour une planche de charcuteries surmontée d’amandes grillés : Aux deux amis
Pour des bons fruits, du poulet roti, des vins natures ou des sandwichs à tomber les épiceries : O’ Divin
Pour un ramen bouillon porc et radis à base de miso : Chez Kunitoraya
Pour un bon plat des familles authentique et à petit prix  : Au petit bar 

Plus d'infos sur le site du Food Market et sur la page Facebook du Food Market

Advertising
Advertising

Commentaires

0 comments