Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche

Ideal Trouble 2022

  • Musique, Festival de musique
Ideal Trouble
© Titouan Massé
Publicité

Time Out dit

Il ne s’arrêtera donc jamais. A peine vient-il d’écluser le dernier millésime de son Closer Music qu’Etienne Blanchot, le nec plus ultra des programmateurs parisiens, revient ruer dans les brancards festivaliers avec une formidable cuvée d'Ideal Trouble. Une quatrième édition éparpillée sur plusieurs lieux, du 3 au 14 juin, et qui furète sur tous les continents et dans tous les genres, privilégiant aux gros noms ronflants les excursions (et étrangetés) musicales. Une prog garantie 100 % ouverture d’esprit.

Attaquons d’emblée par le morceau de bravoure : ces deux premières nuits à la Station Nord, tricotées de concert(s) avec le Centre Wallonie Bruxelles et le label moli del tro. Pour notre part, on avoue avoir particulièrement envie de se prendre deux trois mandales par les post-punkistes suédois de Vangligt Folk puis d’être calmés en léchant les cimes du mont Fuji avec les trips psychés du trio japonais Kuunatic. On y apercevra aussi Senyawa, ce groupe culte javanais entre expé et musique tradi, les instrus narcotiques de la Société étrange ou l’intense projet électronique de la Libanaise NÂR.

Deux lives encore jamais vus seront à découvrir. D’un côté, on retrouvera le projet réunissant le trompettiste égyptien Abdullah Miniawy et le machiniste bruxellois Air LQD. De l’autre, c’est l’asso électronique labellisée Mind Records, associant Deeat Palace et Crave, qui remettra deux trois cervicales en place. Pour être complet, on surveillera aussi de très près le furibard trio Nze Nze – soit la voix de Sacred Lodge posée sur les kicks intenses du duo UVB76 – ou les tribaux (et très beaux) Belges de Why The Eye.

Etienne Blanchot aurait pu s’arrêter là, mais il a programmé quatre autres soirées, dans quatre autres lieux. L’itinéraire ? Il passera par la Bourse de Commerce (oui oui) pour un concert de la jazzwoman multi-instrumentiste chicagoane Angel Bat Dawid, flanquée de son groupe Tha Brothahood. On passera aussi une tête au Centre Wallonie Bruxelles pour une soirée gratis entre immersions sonores et performances, et à la Boule noire pour le tonitruant post-punk des Californiens de Flat Worms. La clôture, car il y en aura une, aura lieu à Petit Bain pour la première date française depuis dix ans du groupe australien HTRK. Que dire de plus ? 

Écrit par
Rémi Morvan

Infos

Adresse
Prix
De gratuit à 20 €
Heures d'ouverture
Selon les événements.
Publicité
Vous aimerez aussi