Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
Bogato
DRBogato

14e arrondissement : les boutiques

Du shopping pour se vider les poches dans le 14e

Écrit par
La Rédaction
Publicité
Super Marché
  • 5 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Créateurs
  • Montparnasse
  • prix 2 sur 4
Elle est minuscule, la boutique Super Marché. Quand on y met les pieds après avoir déambulé dans les couloirs réhabilités des Grands Voisins, le charme opère direct. À l’architecture décatie répondent des portants de vêtements qu’on aurait envie de voler tellement qu’ils sont beaux. Bienvenue dans le mini-monde de Monia Sbouaï, la demoiselle à la dégaine et la gouaille 100 % BFF. Elle a créé Super Marché avec l’envie d’inventer sa propre activité. Ses trucs à elle, ce sont le travail social et la mode, deux notions qui, collées ensemble, pourraient prêter à loler si « Monia les doigts de fée » n’avait pas eu l’idée de travailler avec un atelier de réinsertion professionnelle du 93. Ancienne styliste pour de grandes marques qu’on ne citera pas, elle a décidé de créer ses propres collections à partir de vêtements de seconde main voués à pourrir les océans. Chemises, t-shirts, pantalons, jeans… Une fois sélectionnés (les plus neutres possible) et démontés par ses soins, Monia les envoie à l’association Mode Estime à Saint-Denis, dessine des modèles finis à l’appui, pour qu’ils soient montés par des hommes et des femmes en réinsertion sociale. Résultat ? Des pièces upcyclées floquées du logo Super Marché aussi minimalistes qu’éthiques, aussi uniques que pointues, aussi intemporelles qu’unisexes. Vestes, combis, trenchs, chemises, jupes, robes, bananes… On reconnaît toujours une pièce Super Marché à son patchwork cool, ses détails couture, ses couleurs neutres et son allure « work
Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Fleuristes
  • Montparnasse
  • prix 2 sur 4
Mama aka Caroline, on l'a repérée dès 2016 au Welcome Bio Bazar. Très vite, on l'a suivie aux Grands Voisins, sa première (et ô combien kawaii) boutique improvisée. Un cachet fou, mi-boutique d'apothicaire (boutures dépassant de pipettes de labo), mi-maison de poupée (buffet vintage, vases chinés…) Le tout envahi par une jungle d'alocasias, de mini-dioscoreas (pied d’éléphant) et autres cactus. Puis, quand les travaux de l'ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul ont commencé, la pétulante jardinière, paysagiste de formation et “décoratrice végétale”, est partie squatter au Ground Control Gare de Lyon… Sans prendre racine. Et pour notre plus grand bonheur, est retournée à Denfert ! Quand Dame Caroline ne scénographie pas à grands coups de plantes vertes pour des marques mode (Sézane, Marie Sixtine), c'est dans ce bout de 14e arrondissement qu'on la trouve. Le samedi et dimanche aprèm, hipsters et mémés ont le même petit rituel immuable. Entrez par le 74 de la rue. Slalomez jusqu'à trouver la cour Robin, tournez à droite avant le deuxième porche, entrez dans le bâtiment Oratoire, puis tournez à droite : la boutique est au fond du couloir ! Poussez la porte et prenez-en plein les mirettes sur fond d'onomatopées ("awww" et "ooooh") presque orgasmiques ! De délicats séneçons de Rowley, des hoyas carnosas tricolores pleines de vie (environ 15 € le pot), une ribambelle de mini-succulentes, quelques belles monsteras ou chlorophytums très 70's, mais aussi des pots en terre cuite, de la t
Tout s'arrange
  • Shopping
  • Montparnasse
  • prix 2 sur 4
« Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort » aurait dit Nietzsche. Une phrase qui n’est pas étrangère à Nathalie, joyeuse propriétaire de la boutique-atelier Tout s’arrange. C’est après plusieurs accidents graves et un licenciement que la jeune femme a décidé de changer son quotidien, et de regarder la vie du bon côté. « Je m’étais fabriqué un petit bracelet avec écrit dessus "tout s’arrange", un objet chéri que je portais au poignet quand j’ai visité l’usine qui avait produit le fer à repasser qui m’a un jour électrocutée, raconte-t-elle avec le sourire. C’est là-bas, dans ce lieu magnifique, que j’ai décidé d’ouvrir ma boutique de bricolage. » D’abord installée rue Vavin, Tout s’arrange déménage en 2013 rue Delambre, pile devant une école primaire. A la sortie des cours, les petits viennent donc coller leur nez devant la vitrine rigolote. On y croise surtout des objets faits maison : des automates, des mobiles, des personnages en cacahuètes, des bijoux, des lunettes loufoques… « Les clients viennent avec des idées, des photos, ou carrément du matériel, et je crée les objets à la demande et parfois à l’effigie de leur cousin, enfant ou petit copine. » Un bric-à-brac chatoyant dans lequel elle vend également des jouets : des micro-dinettes (18 €), des petites voitures, un train domino, et des horloges murales humoristiques (28 €), en plus d'objets qu’elle répare. Mais le petit plus de la boutique, c’est assurément les ateliers que Nathalie, architecte de formation, pro
Publicité
Marché biologique Brancusi
  • Shopping
  • Marchés et foires
  • Plaisance
  • prix 2 sur 4
Le marché biologique de Brancusi est un joli marché de quartier, proche de la place de Catalogne dans le 14e arrondissement. Pimpant malgré sa taille modeste, il exhibe ses couleurs chaque samedi matin, donnant exclusivement dans le bio et bon. Son point fort est qu’il est agréable et relativement calme, car beaucoup moins bondé que ses cousins de Raspail et des Batignolles. Toutefois les prix y sont sensiblement plus élevés. Le nombre restreint de commerçants et de producteurs rend le contact avec les clients plus privilégié. D’ailleurs, les marchands présents suffisent à répondre à la demande : primeurs et maraîchers, boucher, poissonnier, fromagers, caviste… Ils ne versent pas tellement dans le bon marché mais en choisissant judicieusement, on peut s’en sortir pour un prix raisonnable. Libre à vous d’imaginer ensuite les recettes de saison pour concocter des plats goûteux et sains à la fois. Légumes anciens (panais, topinambours, pommes de terre vitelottes…), herbes aromatiques fraîchement cueillies, pains au levain et aux céréales, huîtres et poissons issus d’élevages naturels… Tous les ingrédients sont ici réunis pour une gastronomie bio pleine de saveurs. Un marché pour les gourmets et les palais éthiquement engagés.
  • Shopping
  • Boutiques
  • Plaisance
  • prix 3 sur 4
Des murs immaculés au milieu desquels trois pétillantes trentenaires proposent toute l’étendue de leur fantaisie. Bienvenue chez Hazar and Co ! Cette boutique, c’est d’abord l’idée d’Anne-Cécile. La créatrice avait envie de partager son univers ethnique et poétique. Son créneau : bijoux et accessoires. Bagues, colliers, bracelets, serre-tête – et bien plus encore – qu’elle mélange savamment au cuir, au textile ou au papier. Tout cela côtoie les matières nobles et les coupes confortables de la griffe Ekicé, derrière laquelle se cache Cécile. Un style résolument tourné vers le Japon. C’est d’ailleurs là-bas qu’elle déniche la plupart de ses tissus. Des petites pointes de couleur façon origami qui viennent pimenter une jupe, une blouse… Mention spéciale pour la jupe-culotte remise au goût du jour par la créatrice, également costumière. Changement de cap avec Audrey, la troisième drôle de dame. Sa griffe Ause, c’est du haut de gamme qui s’invite au rayon du prêt-à-porter. Couturière hors pair, Audrey propose des basiques qu’elle revisite volontiers. Vestes et manteaux façon années vingt, du sportswear d’un genre nouveau (un sweat avec des touches de dentelle pour un résultat bluffant). Ause, c’est aussi l’art de la maille, du tricot chic. Ce bon gros gilet que l’on porte en toutes circonstances. A découvrir également, sa ligne de cabas. Hazar & Co, c’est le lieu idéal pour se faire plaisir ou dénicher un petit cadeau et faire mouche à coup sûr. Et il y en a pour toutes les bourse
Publicité
  • Shopping
  • Librairies
  • Plaisance
  • prix 1 sur 4
Bien connu des Anglo-Saxons, le concept Oxfam s’est importé en France avec l’ouverture d’une première boutique à Lille. Depuis, deux magasins ont levé le rideau à Paris, rue Daguerre pour la rive gauche et rue Saint-Ambroise, pour la droite. Les jolies devantures vert pomme de ces deux bouquineries annoncent la couleur d’une solidarité active et militante. Le principe ? Des particuliers font don de leurs livres, CD et DVD et Oxfam s’occupe ensuite de les trier et de les mettre en rayon. Les bénéfices ainsi récoltés servent à financer les différentes actions que l’ONG entreprend pour lutter contre la misère et les inégalités à travers le monde. Sur place, les bénévoles souriants et accueillants peuvent vous guider parmi un grand choix d’ouvrages : des romans — dont certains en anglais —, des livres d’art, de psycho, etc., et des rayons enfants, CD et DVD. Faire des économies pour la bonne cause, que demande le peuple ? Sachez également qu’Oxfam organise de nombreuses campagnes de sensibilisation et propose plusieurs façons de s’engager à leur côté, pour contribuer à son échelle à l’essor d’un monde plus juste.
  • Shopping
  • Montparnasse
  • prix 2 sur 4
Voilà près de trente-cinq ans que les Cousins d’Alice font lire les bambins. Trente-cinq ans que leur devanture colorée hantée par Alice (aux pays des merveilles) attire l’œil des petits curieux. Mi-magasin de jouets, mi-librairie jeunesse, cette boutique installée à l’angle de la rue Daguerre sauvera plus d’un parent de la torpeur. Et pour cause, ses étagères sont remplies de trouvailles : fusée écologique et patate horloge à fabriquer, cordes à sauter rose bonbon (9,40 €), dragons Papo à noyer dans le bain et costumes de pirates (40 €) pour les goûters déguisés. Vous voilà parés.Côté livres, l’affaire est classée par thème et par âge. D’ailleurs, on vous conseille vivement les rayons « Lutins » et « Contes et merveilles », tous deux très bien fournis. Et comme toute librairie digne de ce nom, elle organise de temps à autre de rituelles séances de dédicace.
Publicité
Marché aux puces de Vanves
  • Shopping
  • Brocante
  • Plaisance
Occupant le pavé des avenues Georges Lafenestre et Marc Sangnier tous les samedis et dimanches matin, les puces de Vanves sont un véritable paradis pour chineurs. Plus confidentiels que Saint-Ouen, plus authentiques que Montreuil, le marché aux puces de Vanves est devenu au fil des ans la terre d’asile de nombreux brocanteurs d’Ile-de-France. La moyenne d’âge du métier est vieillissante : bien que de plus en plus de jeunes adultes deviennent adeptes des vide-greniers, peu sont ceux qui osent se lancer professionnellement dans la brocante. Les allées d’antiquaires de Vanves n’en perdent pas fière allure pour autant, et déploient au contraire des antiquités de toutes sortes et tous styles. Pièces de monnaie, bijoux et livres anciens ; arts populaire de France, d’Afrique et d’Orient ; photographies, dessins et tableaux ; vinyles et DVD ; fripes vintage et vieux tissus ; vaisselle et argenterie ; outils artisanaux et pin's… Chaque mètre carré de stand déroule des trésors à la classe rétro désuète et charmante. A la fin du marché, les biffins, spécialistes matinaux de la récup’, s’éternisent dans l’après-midi sur l’avenue Georges Lafenestre.
Recommandé
    Vous aimerez aussi
      Publicité