Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
Macki Festival
© Macki Festival

Les meilleurs festivals de musique du moment à Paris

En terme de festival, cette édition 2022 s’annonce déjà comme un grand cru. Un cru d’excellence même. En bref, c’est le retour de la bamboche !

Écrit par
Houssine Bouchama
,
Rémi Morvan
et
Camille Laurens
Publicité

Après une période d’un mutisme inquiétant, les enceintes ont repris vie et les projets de teuf poussent plus vite que des champi’ à Woodstock. Et sur la route des festivals, Bison Futé annonce une autoroute du kif ! Dans ce dossier – qui évoluera en fonction des annonces –, vous trouverez de la musique électronique mais aussi du rock, du jazz et plein de good vibes… De quoi raver !

Les meilleurs festivals de musique à Paris

  • Musique
  • Rap, hip-hop et R&B
  • Paris et sa banlieue

Le 9 juillet, la première édition du festival Pépélé éclora au milieu des 5 000 mètres carrés de la friche du Point Fort à Aubervilliers. Façonné par le collectif Casabey, ce Pépélé s’aventurera du côté d’un champ musical assez peu sillonné par les festoches parisiens : celui de l’afrobeats et plus globalement du hip-hop. Pépélé s’étirera sur trois scènes dedans/dehors. On y apercevra la phénoménale DJ et performeuse sud-africaine Uncle Waffles, encensée par Drake, pour un furibard set amapiano. Mais aussi les deux Nigérians importateurs d’afrobeats BNXN – signés sur le label de Burna Boy – et Lojay. L’affiche du festival sera également tapissée d’une kyrielle de DJ. Et parce qu’un événement Casabey sans karaoké équivaudrait à un épisode de Faites entrer l'accusé sans "voisin qui disait tout le temps bonjour", vous serez invités à chanter faux sur près de 300 titres.

  • Musique
  • Festival de musique
  • 18e arrondissement

A l’occasion de la 6e édition du festival Garage MU, une carte blanche sera filée à un label/collectif tendance rock et électronique célébrant ses dix ans d’existence. Marqué du sceau du label belgo-parisien Teenage Menopause, le premier soir verra s’enchaîner Arthur Satàn, le set syncopé d’Oko DJ, les garageux hellènes de Bazooka ou les Lyonnais futuristes de Pilotwings. Le lendemain, le volant sera entre les mains du label amstellodamois Knekelhuis sur un long format de 17h à 6h. On s’y détendra les malléoles avec les ambiances chamanico-électroniques de Patricia Kokett ou les fresques synthétiques du duo Spill Gold. Honneur aux hôtes du Garage MU pour plier les gaules : on sera ébouriffés par le krautpunk technoïde des Chiliens de Follakzoïd et calmés par le folk psyché des Américains Tonstartssbandht.

Publicité
  • Que faire
  • Évènements & festivals

Fidèle à la tactique mackisarde, l’affiche élude les noms ronflants à gros cachet pour faire la part belle aux trouvailles, tous genres confondus, dénichées le long des sentiers cachés. Le dimanche, on pense à cette carte blanche filée à Antinote Records pour ses 10 ans : l’Australienne River Yarra, l’Israélien Alek Lee et le duo Front de Cadeaux avec lequel le gourou Zaltan partagera un B2B. Egalement sur le dépliant ce jour-là : le psyché moyen-oriental bien en orgue de Sabada 5 et le duo toulousain Infravision, dont le son de BO futuriste paraît idéal pour filer à 320 km/h en direction d’un piquet de grève à Flamanville en 2073. Ajoutez à ça la house britannique de Shanti Celeste, le Mainline Magic Orchestra, les deux orgas et ça commence à ressembler à une injonction assez forte de prendre son ticket dominical. Attention, le samedi se défend aussi (mais il est complet). Pour les noms, vous croiserez l’icône trinidadienne du steel pan Fimber Bravo, la jungliste Nia Archives, la jeune Belge manieuse de platines AliA ou l’Anglais Ben UFO. 

  • Musique
  • Festival de musique
  • Paris et sa banlieue

Union libre ? C’est ce nouveau festival électronique né de l'association entre le Rex Club et le Badaboum qui va électrifier les pistes de danse du Kilowatt. Sur l’une d’elles, Union libre a décidé de filer une carte blanche à deux incontournables collectifs queers du pays : Garçon Sauvage et Barbi(e)turix. Dans le reste de la prog : le sorcier Ceephax Acid Crew, Fablaire, Paul Cut, les collectifs House of Underground, Mic Mac et Pablo Bozzi. Vivement le grand partage !

Publicité
  • Musique
  • Festival de musique
  • Paris et sa banlieue

Parti sur les chapeaux de roues, le festival qui aura lieu du 25 au 30 août au domaine de Saint-Cloud n'a depuis cessé d'enchaîner les révélations, toutes plus fracassantes les unes que les autres. Mais nous, c'est le vendredi qu'on a repéré. Pourquoi ? Parce que Kraftwerk ! Les Allemands ont beau être vieux et écrits en moyen sur l'affiche, c'est bien eux et leur statut de carte mère des musiques électroniques qui vaudra le déplacement jusqu’à Saint-Cloud. Et ce qui rend ce vendredi encore plus affriolant, c'est que les hommes-machines de Düsseldorf partageront la tête d'affiche avec le virevoltant crooner punk australien Nick Cave, toujours flanqué de ses Bad Seeds. De son côté, le samedi devrait faire frétiller les calculettes des lecteurs de Pitchfork avec la venue des Australiens hérauts de la pop psychédélique Tame Impala et du bidouilleur de nappes électroniques Jamie XX, autour desquels on retrouvera les hurluberlus du groupe La Femme. Quant au dimanche, il sera marqué par le retour de Stromae.

Recommandé
    Vous aimerez aussi
      Publicité