Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
The Oscillation
Iona Hodgson

Concerts : notre sélection

Les meilleurs concerts à venir, choisis par la rédaction.

Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Musique
  • Salle de concert
  • La Villette
  • prix 2 sur 4

Avez-vous déjà désiré quelque chose pendant plus de trente ans ? Les amateurs de Bach et Strauss, eux, oui. Presque quatre décennies qu'ils attendent, en rang serré derrière Pierre Boulez, une salle digne de la musique classique, à l'acoustique soignée et à la capacité augmentée. Elle a finalement ouvert ses portes en janvier 2015, du côté de la porte de Pantin, loin des quartiers où soufflent habituellement les vents de l’orchestre. La Philharmonie, avec sa salle de 2 400 places, associée à la déjà très attirante Cité de la Musique (qui a pris le nom de Philharmonie 2), propose une programmation faste et foisonnante. En plus de son impressionnante salle de concert, et afin de proposer une offre variée et attractive, le lieu déploie 1 100 mètres carrés d'espace d'exposition et un pôle éducatif de 1 750 mètres carrés. Désireuse de trouver de nouveaux adeptes, la Philharmonie a, à travers sa programmation et son projet d'ensemble, fait un pas vers le grand public. Outre les noms à l'affiche, l'auditorium peut également compter sur la place centrale accordée au spectateur : la distance maximum entre le public le plus éloigné et le chef d'orchestre est de 38 mètres. Conçu comme un nuage en termes d'esthétique, de confort et de qualité d'écoute, attractif pour tous grâce aux nombreuses activités ludiques et pédagogiques en marge des concerts, ce nouvel écrin de la musique classique pratique également une politique tarifaire louable, certes encore loin des salles de concert les plu

  • 5 sur 5 étoiles
  • Musique
  • Salle de concert
  • 13e arrondissement
  • prix 2 sur 4

2011, sacrée année dans l’histoire des péniches de l’Est parisien. Tandis que Concrete s’installait du côté du quai de la Râpée, Petit Bain prenait ses quartiers sur l’autre rive, au pied de la Bibliothèque nationale de France. Construite au printemps 2011 par un collectif d’architectes, la barge se la joue hybride, entre resto, rooftop avec vue sur la Seine – forcément – et salle de concerts de 450 places. Et pour cette dernière, allez-y les yeux fermés, la prog est parmi les plus qualitatives sur la place de Paris en ce moment. Pas de jaloux, tous les goûts sont contentés avec une programmation qui s’intéresse autant à la fine fleur des scènes garage, post-punk ou expérimentale qu’aux musiques du monde et autres groupes iconiques du metal. Pour les oiseaux de nuit, Petit Bain propose de très régulières soirées clubbing aux line-up pointus, parfaits pour voir le lever de soleil sur le fleuve. Dernier détail important : le système-son est d’une qualité qui régale autant le public que les artistes.

Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Musique
  • Folie-Méricourt
  • prix 1 sur 4

2008. A l’époque, Amy Winehouse venait tout juste de ghoster Rock en Seine pour la deuxième année consécutive, Jacques Chirac débutait son sucrage de fraises et l’International commençait à agiter les soirées du 11e arrondissement. Symbole du développement de cet épicentre de l’hipstérisme, l’Inter a vite attiré bon nombre d’adeptes à grands coups de DJ sets et de concerts gratuits, devenant un incontournable du quartier. Plus d'une décennie plus tard, le lieu est encore là, proposant toujours sa formule bar au rez-de-chaussée – pinte à 6 €, cocktail à 10 €, verre de vin à 4 € – et concerts à petits prix (à partir de 5 €) tous les soirs, dans la salle de 250 places située au sous-sol. Ajoutez-y des soirées clubbing tous les week-ends – toujours au même prix – depuis 2017, une autorisation de nuit et une nouvelle équipe de programmateurs option défricheurs et vous comprendrez pourquoi la rue Moret ne désemplit pas. Stylistiquement parlant, si l'Inter continue à promouvoir les différentes scènes rock et assimilées émergentes – du folk au post punk – tous les soirs, les nuit du week-end sont l'occasion de découvrir les derniers collectifs et artistes de la scène électronique locale – encore une fois toutes chapelles confondues. Les anciens le savent déjà, mais pour les autres, n’hésitez pas à venir, l’Inter saura vous combler.

  • 5 sur 5 étoiles
  • Musique
  • Salle de concert
  • Ménilmontant
  • prix 2 sur 4

La Maroquinerie est-elle la meilleure salle de concerts de Paris ? La question mérite d'être posée tant la salle planquée sur les hauteurs de Ménilmuche possède des atouts à faire pleurer un joueur de belote. Avec son acoustique de qualité et sa configuration en amphithéâtre pouvant accueillir jusqu'à 500 personnes, les concerts ici ont ce petit truc en plus, à mi-chemin entre l'intime et le rapport physique. Qu'est-ce qu'on en a laissé des litres de sueur dans la fosse de la Maroq’ ! Car si la salle est belle, la prog l'est tout autant. Vous y verrez aussi bien des groupes confirmés que les stars de la scène internationale de demain, un vrai privilège. La programmation est avant-gardiste, éclectique, plutôt pop et rock indé, mais aussi funk, folk, hip-hop, soul, jazz, et même hardcore, metal et punk ; toujours de qualité, vu le prix des places (entre 15 et 25 euros). Parmi les immanquables du lieu, les soirées du magazine Gonzaï, qui convie chaque mois le nectar de la scène indépendante mondiale. Et tout cela pour 12 €, s'il vous plaît ! Si vous avez une petite faim, sachez que le restaurant de la salle propose une cuisine fusion sucrée/salée raffinée, généreuse, et abordable. A grailler sur la terrasse option patio dès que les beaux jours pointent le bout de leur nez. Mais c'est toute l'année qu'on vous conseille de venir à la Maroq’ !  

Publicité
  • Musique
  • Salle de concert
  • Chaussée-d'Antin
  • prix 3 sur 4

L’Opéra Garnier est l’un des monuments-phare de la capitale et depuis son inauguration dans la seconde moitié du XIXe siècle, sa scène est dédiée à l’art lyrique. Si les prix des spectacles sont onéreux, vous pouvez toujours accéder à l’Opéra par le biais de la visite guidée (de gratuit à 21 €). Celle-ci vous permet de découvrir les coulisses de ce lieu somptueux. Certains coins restent néanmoins inaccessibles comme la loge du fantôme ou les salles de répétition. Gardez en tête que les queues peuvent être longues et la visite est parfois un peu bruyante, mais les amateurs d’architecture ne seront pas déçus. Si vous êtes prêts à attendre l’annuelle Journée du patrimoine, la visite est gratuite bien que bondée.

  • 5 sur 5 étoiles
  • Musique
  • Salle de concert
  • Abbesses
  • prix 2 sur 4

Avec sa forme de fer à cheval, la Cigale est une des plus belles et réputées salles de la capitale. Fondée en 1887, à l'endroit où se trouvait autrefois la salle de danse de la Boule Noire – salle mitoyenne intimiste toujours en activité à la prog mettant davantage en lumière la scène émergente –, elle est rapidement devenue un lieu de spectacles de vaudeville, de variété et de cabaret. Dans les années 1940, la Cigale a complètement changé de direction, devenant un cinéma spécialisé dans les films de kung-fu et, plus tard, dans les films classés X. Ce n'est qu'en 1987 que le lieu, redécoré par Philippe Starck et inauguré par les Rita Mitsouko, devient une place forte des concerts parisiens avec sa jauge de 1 400 places. Aujourd'hui, la salle propose une programmation variée, entre têtes d'affiche internationales de la scène rock indépendante, concerts de jazz, de hip-hop ou encore d'artistes de chanson française. Enfin, la Cigale accueille également de nombreux humoristes (pour le meilleur et pour le pire) tout au long de l'année.

Publicité
  • Musique
  • Musique du monde

Après des mois d’un mutisme inquiétant, les enceintes reprennent vie et les projets de teuf poussent plus vite que des champi’ à Woodstock. Et sur la route des festivals, Bison Futé annonce une autoroute du kif ! Dans ce dossier – qui évoluera en fonction des annonces –, vous trouverez de la musique électronique mais aussi du rock, du jazz et plein de good vibes… De quoi raver !

Caveau des Oubliettes
  • 5 sur 5 étoiles
  • Musique
  • Rock et rock indé
  • Quartier latin
  • prix 1 sur 4

La scène des Oubliettes se trouve dans un cachot médiéval, les instruments de torture et même une guillotine y ont été oubliés… Heureusement que d’autres instruments – plus gais ceux-là – jouent du jazz décliné sous toutes les formes de "black music" : soul jazz, jazz funk, afro jazz, soul funk... dans les catacombes. Le mercredi c’est la jam Soul Connexion, le jeudi jam funk, et le dimanche on se ralentit un peu pour une jam blues : le tout en entrée libre. Les formations de jazz modernes entraînantes et frénétiques occupent la scène le week-end quand le bar reste ouvert jusqu’à 4h du matin, réunissant le public varié du Quartier latin. Dans sont cadre moyenâgeux, ce petit caveau est bien chaleureux et les scènes ouvertes réservent de belles surprises.

Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Musique
  • Salle de concert
  • Ménilmontant
  • prix 2 sur 4

Si la salle dans sa forme actuelle date de 2005, les origines de la bien nommée Bellevilloise remontent à 1877 et sa constitution en tant que coopérative ouvrière. Bibliothèque, harmonie, véritable lieu d’éducation politique, jusqu’à sa faillite en 1936, le lieu était the place to be de la classe ouvrière. Aujourd’hui, le spot se veut toujours pluridisciplinaire, à la sauce XXIe siècle. Cela donne un lieu à plusieurs étages qui accueille aussi bien des conférences, des expos, un restaurant et un bar dans la magnifique Halle aux Oliviers – on conseille notamment son chiadé brunch dominical à 29 €. Et surtout, la Bellevilloise sait combler ses visiteurs avec une tripotée de concerts et de soirées jusqu’à 6h du matin. Côté club, les fadas de hip-hop, soul et funk se régaleront avec les soirées Free Your Funk, tout simplement ce qui se fait de mieux dans le style dans la capitale à l’heure actuelle. Et si votre playlist s’est arrêtée en 2000, c’est aux Classics Only que tout se passera. Seul inconvénient ? Cette côte de Ménilmontant que même Virenque sous EPO aurait du mal à grimper. Mais bon, un petit bout d’histoire ouvrière, ça vaut bien quelques efforts. Et au pire, il y a un bus.

  • 5 sur 5 étoiles
  • Musique
  • Classique
  • La Villette
  • prix 3 sur 4

Cet immense complexe en bordure du parc de La Villette abrite d’immenses espaces dédiés à la musique, de la composition à la diffusion. La salle de spectacle avec ses hauts murs blancs à courbes crée une atmosphère futuriste, mi-galerie d’art mi-vaisseau spatial. A l’image de la musique d’aujourd’hui, la programmation y est très éclectique : orchestres magistraux, musiciens de classe internationale, groupes pop, musiciens du monde et scènes électro se produisent pour les soirées exceptionnelles ou dans les cycles consacrés aux personnalités légendaires (Debussy, Bob Dylan, Wagner).

Recommandé
    Vous aimerez aussi
      Publicité